lundi 6 février 2012

Opinion : L'Etat Guinéen et les Vandales

Ceux qui sont libérés jusqu'à présent appartiennent à des mouvements politiques qui n’ont aucun respect pour l’Etat et moins encore pour le Chef de l’Etat. Le Chef d’Etat, le Président de la République ne doit et ne devra faire valoir sa clémence qu’elle qu’en soient les raisons que si et seulement si les bénéficiaires reconnaissent et respectent son autorité  et la force de son Institution. La Clémence ne doit pas exprimer la faiblesse de l’Etat et de son Chef. La libération  inconditionnelle des guerriers de rue alors... [Lire la suite]