O comme obscénités dans un énième texte signé  Ourouro Bah de Pöttal Fii Banthal.

44987_1381293735425532_956692295_nPar Cissé Oumar de Bma / 3 avril 2018.  

De petits malins, tels des oracles de malheur,  font des insinuations grossières  sur Facebook, en distillant de petites phrases, ou des remarques en apparence sibyllines ; Ils balancent tantôt que le pouvoir est en train d’armer des prisonniers derrière la face cachée de la lune, ou tentent de discréditer des personnalités politiques qui ont osé répéter sur TV5 ce que même des extra-terrestres planqués dans le triangle des Bermudes, savent déjà depuis très longtemps. 

Cette fois-ci, Je recommande la lecture d’un condensé de haine violente, qu’aucun humain normal n’éprouverait jamais pour son prochain ! Les ressentiments  actuels entre palestiniens et israéliens, ou même ceux plus anciens entre les nazis et ceux qui furent gazés entre 39 et 45, sont de la gnognotte à côté.

Monsieur Ourouro  proclame en toute impunité, des inepties sur Sékou Touré, et sur son ascendance depuis le 19ème siècle. Y compris des mœurs dissolues et relations avec des colonisateurs, sachant bien que le résultat visé par lui ne sera jamais atteint ; au contraire même, les rangs des admirateurs d’AST ne font que grossir et se  renforcer car, à l’époque des réseaux sociaux, ceux qui sont de bonne foi savent parfaitement  que de multiples sabotages économiques, des complots et des agressions armées furent nombreux contre l’Indépendance et la souveraineté de la République de Guinée. Et je ne doute pas que les propos  inutiles, indécents et abjects de Mr Ourouro, ne motivent très bientôt la justice, les sociétés civiles, et les  pouvoirs   démocratiques,  à ouvrir des  dossiers  pour diffamations, injures,  irrespect et mépris.    

Quelqu’un disait que « la haine radicale, celle des terroristes, relève d’un discours qui ne tolère pas le dialogue ».   La haine, c’est quand on ne veut plus rien partager.  Et c’est cette haine aveugle qui continue à faire mentir ceux qui ont le culot de qualifier AST de sanguinaire, alors que c’est précisément eux qui avaient détruit tous les acquis de la première République à partir de 1984. Nous avons tous les dossiers.

De plus, au moment de l’indépendance, le pays comptait difficilement deux millions d’habitants et tout le monde sait maintenant que cinquante mille, était la population totale de Conakry en 1958. Ces derniers temps, après soixante ans d’indépendance, nous sommes douze millions d’habitants, et le nombre total de prisonniers est environ de trois mille, sur l’ensemble du territoire national.

Ne remarquez-vous pas que pour tuer cinquante mille personnes, entre 1958 et 1984, il aurait fallu forcément exécuter au moins six personnes tous les jours ?

Un pays qui compte cinquante mille prisonniers, est un pays de près de soixante millions d’habitants ! Donc AMNESTY était complice des mensonges.   

La haine totale, à l’état pur, rend prêt à engager sa propre vie, quitte à s’opposer à l’univers entier. Elle vient de la sensation de ne pouvoir « rien »,  et elle s’entretient d’elle-même, de sa propre impuissance. Mais, plus que l’expression d’un désespoir, elle témoigne de l’impuissance à toucher cet autre autrement. Quand elle atteint ce degré, elle vise l’être même de l’autre, exclut tout partage avec lui. Seule sa suppression peut l’apaiser. Le haineux décide qu’il ne veut plus jouer avec les autres. Parce qu’il veut gagner. Plus fou encore : il veut « avoir été gagnant » sans avoir eu à se confronter à aucun autre.

Le gros problème est que Sékou Touré est déjà mort, depuis bien longtemps,  et ceux qui l’ont vilipendé et accusé de tous les maux de la création,  en sachant  parfaitement que c’étaient de très gros mensonges destinés à  discréditer le premier régime, ne s’avoueront jamais vaincus puisque la réalité cachée est que Sékou Touré n’a jamais été qu’un prétexte ! C’est l’ethnie malinké qui pose problèmes en Guinée à deux groupuscules d’extrémistes ; les uns plus subtils et plus manipulateurs que les autres. Je dis bien des groupuscules car, certains vont encore franchir allègrement des limites   pour incriminer des ethnies entières politiquement manipulées par nos assoiffés de pouvoirs mafieux.

 Les aspects politiques et religieux sont des ingrédients qui entretiennent les pulsions de haine et de destruction principalement contre l’ethnie malinké, accusée à tort de détenir sous le premier régime, et encore maintenant en 2018, tous les pouvoirs.  Nous savons donc d’où nous viennent ces élans mortifères pouvant  pousser à se détruire, pourvu que cela nuise à l’autre.

Les groupes fanatisés sont tous en proie à des flambées de haine de nos jours. Les discours tournent  en rond et ne tolèrent pas la réplique ou le dialogue.

Haa bon !!! Ourouro veut organiser des tests ADN pour établir des paternités sur plus de deux siècles ? Et il ne craindrait même pas de cracher en l’air ?

Je crois d’ailleurs fermement que son impudeur traduit le fait qu’il n’a pas encore compris grand-chose à l’existence des hommes et des sociétés, et aux cohabitations sur la Planète, avec tout ce que la vie implique…

Je ne suis pas GNAMAKALA donc, je préfère jeter un voile pudique  sur le reste car, l’outrance verbale est le symptôme d’un complexe d’infériorité aigu. Il faut effectivement de la mesure en tout.

Paris, le 3 Avril 2018

Oumar Cissé de Bma /