RETOUR SUR UNE AFFAIRE QUI N'A PAS LIVRE ENCORE TOUS SES SECRETS

thiam-et-steinmetz

Pour permettre à nos lecteurs d’avoir une bonne visibilité de l’affaire BSGR, après les arrestations ces derniers jours de Beny Steinmetz et de Asher Avidan, le chef des opérations de BSGR en Guinée, nous avons pensé mettre à la disposition des internautes un excellent article publié en 2013 par le New Yorker et qui donne un aperçu clair sur cette sulfureuse affaire qui implique de hautes personnalités guinéennes ayant géré la transition et d’autres qui se cachent encore dans les rouages de la présidence guinéenne.

La Guinée, en Afrique de l’Ouest, est l’un des pays les plus pauvres du monde. Le minerai de fer enfoui dans la chaîne du Simandou vaut au bas mot cent quarante milliards de dollars. L’un des plus grands gisements connus dans le monde de minerai de fer inexploités est enterré à l’intérieur d’un grand, massif boisé de la petite république ouest-africaine de Guinée. Dans les régions montagneuses au sud-est du pays, loin de toute ville et des routes principales, les montagnes de Simandou s’étirent sur plus de 112 km, et reposent sur le sol de la jungle comme une colonne vertébrale de dinosaure géant. Certains des pics ont des surnoms donnés par les géologues et les mineurs qui ont travaillé dans la région, comme « Iron Maiden» ou encore Metallica. Le minerai de fer est la matière première qui, une fois fondu, devient acier et le minerai de Simandou est exceptionnellement riche, ce qui signifie qu’il peut être introduit dans les hauts fourneaux avec un traitement minimal. Au cours de la dernière décennie, les scintillants méga-villes ont augmenté à travers la Chine. Le prix mondial du fer a grimpé, et les investisseurs ont commencé à chercher de nouvelles sources de minerai. La terre rouge qui met la poussière sur la végétation luxuriante autour de Simandou et sur les marbres du rock de la montagne vaut une fortune.

L’extraction du minerai de fer est compliquée et nécessite une énorme quantité de capital. Simandou est à plus de 645 km de la côte, dans une jungle si infranchissable que les premiers appareils de forage ont du être transportés vers les sommets avec des hélicoptères. Le site a été à peine fouillé. Pour atteindre la Chine et d’autres marchés, il faudra non seulement la construction d’une mine, mais la construction d’une ligne de chemin de fer suffisamment robuste pour supporter les wagons chargés de minerai. Il sera également nécessaire d’avoir accès à un port en eau profonde, autant d’infrastructures dont la Guinée manque.

La Guinée est l’un des pays les plus pauvres de la planète. Il y a peu d’industrie, l’électricité est rare et très peu de routes praticables. Les institutions publiques fonctionnent à peine. Plus de la moitié de la population ne sait pas lire. « Le niveau de développement est équivalent au Liberia ou à la Sierra Leone», m’a dit récemment un conseiller du gouvernement à Conakry, capitale délabrée de Guinée. « Mais en Guinée, nous n’avons pas eu de guerre civile. » Cette situation désastreuse des affaires n’était pas inévitable, car le pays a une abondance de ressources naturelles. En plus du minerai de fer dans la chaîne du Simandou, la Guinée a l’une des plus grandes réserves mondiales de bauxite (le minerai qui, affiné deux fois, fait des quantités d’aluminium), des réserves significatives de diamants, d’or, d’uranium, et, au large des côtes, de pétrole.
Au moment où les pays riches sont confrontés à la perspective de l’épuisement rapide des ressources naturelles, ils se tournent de plus en plus vers l’Afrique, où des milliards de dollars de pétrole et minéraux restent piégés dans le sol. Selon une estimation, le continent détient trente pour cent (30%) des réserves minérales de la planète. Paul Collier, qui dirige le Centre pour l’Etude des Economies Africaines à Oxford, a suggéré « qu’une nouvelle ruée vers l’Afrique» est en cours. Le commerce bilatéral entre la Chine et l’Afrique, qui en 2000 s’élevait à dix milliards de dollars, connait une progression de deux cent milliards de dollars cette année. Les États-Unis importent aujourd’hui plus de pétrole d’Afrique que du golfe Persique.

Le monde occidental a toujours considéré l’Afrique comme un continent à exploiter ; qu’il s’agisse de diamants, caoutchouc, ou des esclaves. Cette perspective a été inscrite dans les noms mêmes des pays voisins de la Guinée, comme la Côte d’Ivoire et le Ghana, qui étaient connu des maîtres britanniques comme la Côte d’Or. Au cours de la période victorienne, l’exploitation des ressources a été particulièrement brutale ; le roi Léopold II de Belgique était si vorace dans sa quête de caoutchouc que dix millions de personnes dans l’État du Congo en sont morts. La nouvelle ruée internationale sur les ressources africaines pourrait devenir une autre histoire sombre, ou pourrait présenter une opportunité sans précédent pour le développement économique. Collier, qui, il y a plusieurs années, a écrit un best-seller sur la pauvreté mondiale, «The Bottom Billion», estime que, pour des pays comme la Guinée, l’extraction des ressources naturelles, offre de meilleures chances de progrès économique que l’aide étrangère. Simandou seul pourrait générer plus de cent quarante milliards de dollars en revenus au cours du prochain quart de siècle, plus que le double du produit intérieur brut de la Guinée. Selon Collier «cela implique que L’argent éclipsera tout le reste ». Comme la mine d’argent dans le roman de Joseph Conrad « Nostromo », Simandou détient la promesse de fournir tout ce que la Guinée a le plus besoin: «Le droit, la bonne foi, l’ordre, la sécurité. »
Comme pour le forage pétrolier en eaux profondes ou des missions vers la Lune, l’exportation de minerai de fer nécessite beaucoup d’investissement et de l’expertise dont la propriété est limitée à quelques grands acteurs. En 1997, les droits exclusifs pour explorer et développer Simandou ont été donnés à l’anglo-australien Rio Tinto, le géant minier, qui est l’un des plus grands producteurs de minerai de fer au monde. Au début de 2008, Tom Albanese, chef de la direction de l’entreprise, se vantait auprès de ses actionnaires que Simandou était «sans aucun doute, la plus grande mine inexploitée de minerai de fer du monde. »

LE CONTRAT SIMANDOU EST UN AJOUT SURPRENANT AU PORTEFEUILLE DE STEINMETZ

Mais peu de temps après, le gouvernement de Guinée a déclaré que Rio Tinto développait trop lentement la mine, en citant les indicateurs d’avancement qui avaient été manqués, ce qui impliquait que l’entreprise était tout simplement entrain de thésauriser le dépôt de Simandou pour le soustraire à ses concurrents, tout en se concentrant sur ses mines d’ailleurs.

En Juillet 2008, Rio Tinto a perdu sa licence. Les fonctionnaires guinéens ont ensuite donné un permis d’exploration pour la moitié du site à une entreprise beaucoup plus petite: Beny Steinmetz Group Resources (BSGR) dont le propriétaire est, selon certaines estimations, l’homme le plus riche d’Israël. Selon Bloomberg, sa fortune personnelle s’élève à quelque neuf milliards de dollars. Steinmetz, qui s’est fait un nom dans le commerce des diamants, ne parle presque jamais à la presse. Les structures organisationnelles de ses diverses entreprises sont tellement alambiquées qu’il est difficile d’évaluer l’étendue de ses avoirs. Le contrat Simandou est un ajout surprenant au portefeuille de Steinmetz, parce que BSGR n’avait aucune expérience d’exportation de minerai de fer. Un dirigeant de l’exploitation minière en Guinée m’a dit, « vous pouvez emporter une mine de diamant dans votre poche. Avec le minerai de fer, vous devez avoir des infrastructures qui peuvent durer des décennies ».

STEINMETZ, EST CONNU POUR AVOIR DE NOMBREUX CONTACTS DANS LES RENSEIGNEMENTS ISRAÉLIENS

Rio Tinto très en colère, a protesté contre la décision. Un porte-parole a dit à l’époque : « Nous sommes surpris de constater qu’une société qui n’a jamais effectué d’opération d’exploitation minière de minerai de fer ait pu obtenir une partie de notre concession ». Les dirigeants de l’entreprise se sont plaint à l’ambassade américaine à Conakry, l’un d’eux a suggéré que Steinmetz n’avait pas l’intention de développer la mine lui-même, et prévoyait de vendre la concession pour un grand profit. » Steinmetz, est connu pour avoir de nombreux contacts dans les renseignements israéliens. Selon un câble diplomatique publié par WikiLeaks, le directeur général de Rio Tinto a déclaré à l’ambassadeur américain qu’il ne se sentait pas à l’aise pour discuter de la question Simandou sur un téléphone cellulaire « non sécurisé ». Alan Davies, un haut dirigeant de Rio Tinto, m’a dit que la société avait investi des centaines de millions de dollars sur le site, et que le site se développait le plus rapidement que possible, pour un projet qui aurait nécessité des décennies à se faire. «Ce fut tout un événement choquant pour la société », a-t-il dit.

STEINMETZ ÉTAIT FIER DE LA TRANSACTION

En Avril 2009, le ministère des Mines à Conakry a ratifié l’accord avec Steinmetz. Un an plus tard, il a conclu un accord avec la compagnie minière brésilienne Vale, l’un des principaux concurrents de Rio Tinto. Vale a accepté de payer deux milliards et demi de dollars en échange d’une participation de cinquante et un pour cent dans les opérations de Simandou BSGR. Ce fut une aubaine extraordinaire: B.S.G.R. n’avait rien payé à l’avance, comme c’est l’habitude avec les licences d’exploration, et à ce moment avait investi seulement cent soixante millions de dollars. En moins de cinq ans, l’investissement de BSGR dans Simandou est devenu un atout de cinq milliards de dollars. A cette époque, le budget annuel du gouvernement de la Guinée s’élevait à seulement 1,2 milliards de dollars. Mo Ibrahim, le milliardaire soudanais des télécoms, a soulevé la réaction de nombreux observateurs quand il a demandé, lors d’un forum à Dakar, « Est-ce que les Guinéens qui ont signé cet accord sont des idiots ou des criminels, ou les deux? »
Steinmetz était fier de la transaction. « Les gens n’aiment pas le succès », a t-il déclaré au Financial Times, dans une de ses rares interviews, en 2012. « Il est inquiétant pour les gens de voir que le petit David peut perturber le grand Goliath. » Il a dit que c’était la stratégie de BSGR de poursuivre « les possibilités de façon agressive », ajoutant : « Vous devez vous salir les mains. » 

A Conakry, il y avait des rumeurs que Steinmetz avait acquis la concession à travers des pots de vin. Selon Transparency International, la Guinée est l’un des pays les plus corrompus de la planète. Un rapporteur de Human Rights Watch a suggéré que, lorsque Steinmetz a acquis sa parcelle de Simandou, la Guinée était effectivement une kleptocratie, avec des dirigeants présidant « une criminalisation croissante de l’Etat. » Un récent rapport de l’Africa Progress Panel, qui est présidé par Koffi Annan, suggère que les étrangers bien introduits achètent souvent des actifs lucratifs en Afrique, à des prix bien inférieurs à ceux du marché, en offrant des incitations aux prédateurs, issus de l’élite locale. « La richesse des ressources de l’Afrique a échappé à la grande majorité des peuples africains et de vastes fortunes bâties par une poignée de privilégiés ». Le rapport met en évidence les milliards de dollars que Vale a accepté de payer à Steinmetz pour Simandou, en notant que « le peuple de Guinée, qui semble avoir perdu du terrain en raison de la sous-évaluation de la concession, ne pourra pas partager ce gain. »
En 2010, quelques mois après l’affaire Vale, la Guinée a tenu ses premières élections pleinement démocratiques depuis l’indépendance, mettant fin à un demi-siècle de régime autoritaire. Le nouveau président, Alpha Condé, avait concouru sur une plate-forme de la bonne gouvernance et une plus grande transparence dans le secteur minier. Mais quand il a pris ses fonctions il a fait face à la possibilité que l’actif minéral le plus précieux de la Guinée, a peut-être été échangé pour des miettes. Il ne pouvait pas simplement annuler le contrat.

SI LA LICENCE SIMANDOU A ÉTÉ OBTENUE PAR LA CORRUPTION, L’AFFAIRE POURRAIT ÊTRE ANNULÉE

« Il y a une continuité de l’Etat, » il m’a dit récemment ». « Je ne pouvais pas remettre les choses où elles avaient été, si je n’avais pas le droit de mon côté. » BSGR a nié toute malversation : un porte-parole m’a dit : « Ces allégations sont fausses et constituent une campagne de dénigrement contre BSGR, ». Si la licence Simandou a été obtenue par la corruption, l’affaire pourrait être annulée. Mais Condé et ses conseillers auraient à le prouver ».
Quand j’ai rencontré Condé la première fois, en Janvier, il m’a dit : « J’ai hérité d’un pays, mais pas d’un Etat ». Il était venu dans les Alpes suisses pour assister au Forum économique mondial, à Davos, et nous nous sommes rencontrés dans une suite de l’hôtel qui baignait dans la lumière du soleil se reflétant sur les bancs de neige dehors. Condé est un homme de grande taille avec un front haut. Il a de petits yeux qui s’allument avec un amusement ironique quand il écoute. Il portait un costume brun et une cravate rouge. S’abaissant sur une chaise, il a décalé légèrement vers la droite alors que nous parlions, dans une posture de fatigue. À certains moments, le coude semble soutenir tout le corps, comme un mât de tente.

Quand il a été élu président, Condé avait soixante-douze ans, et il avait passé une grande partie de sa vie en exil. Il a quitté la Guinée étant garçon, quand elle était encore gouvernée par la France. Il a fini par s’installer à Paris, où il est devenu l’un des leaders des mouvements étudiants panafricains des années soixante. Il a étudié le droit, était maître de conférences à l’Université de Paris, et a émergé comme peut-être le plus célèbre membre de l’opposition guinéenne. Pour cette distinction, il a été condamné à mort par contumace par le premier despote et il fut emprisonné pendant plus de deux ans par le deuxième. Après son retour, en 1991, il a concouru aux présidentielles, en vain. L’élection de 2010 était âpre : son challenger, Cellou Dalein Diallo, avait été un ministre du gouvernement lorsque Condé a été jeté en prison. Après que Condé a finalement été élu comme président, il a promis d’être le Nelson Mandela de la Guinée.

Tout d’abord, il m’a dit, qu’il a dû faire face à un long héritage de plusieurs décennies, ou le gouvernement de Conakry avait une qualité Potemkine « d’état d’anarchie. »: Une profusion de bureaucrates se présentait au travail dans des bâtiments administratifs qui croulaient, mais il y avait peu de véritable capacités institutionnelles. Condé a déclaré que « même la Banque Centrale, imprimait la fausse monnaie ». Pourtant, il ne pouvait pas licencier tous les fonctionnaires, il avait à faire à un service public qui n’avait jamais rien connu d’autre que la corruption. « Presque toutes les personnes qui avaient une expertise avaient été compromises, » m’a dit un conseiller de Condé. « Alors il avait le choix entre les gens qui étaient compétents, mais compromises et les personnes intègres mais inexpérimentées. » 

L’AMBASSADEUR AMÉRICAIN À CONAKRY, ALEX LASKARIS, M’A DIT

Condé s’est mis sur la défensive quand j’ai soulevé le sujet sur le fait qu’il avait passé une grande partie de sa vie à l’étranger, mais que son statut d’outsider signifiait qu’il n’était pas impliqué dans les scandales des administrations antérieures. Il répondit sèchement, « Je connais la Guinée mieux que ceux qui ne l’ont jamais quitté ». Après avoir passé une grande partie de sa vie en France, il était étonnamment à l’aise dans des endroits comme Davos.

L’ambassadeur américain à Conakry, Alex Laskaris, m’a dit: « Condé a un cercle beaucoup plus large de contacts et de conseillers au niveau mondial que n’importe quel autre chef d’Etat africain auquel j’ai eu à faire. » 

Bernard Kouchner, ancien ministre des Affaires étrangères de la France, qui est allé au lycée avec Condé, est un bon ami. Kouchner l’a présenté à George Soros, le financier milliardaire, qui est devenu un conseiller officieux, et l’a connecté avec Paul Collier, économiste d’Oxford. Collier, à son tour, a présenté Condé à Tony Blair, qui lui a offert son assistance à travers une organisation qu’il dirige, l’Africa Governance Initiative.
Ces Occidentaux ont vu en Condé la possibilité de sauver la Guinée. Collier m’a dit que ce que le pays a besoin par-dessus tout était « l’intégrité au sommet. » Condé pouvait être désagréable, Il avait tendance à sermonner ses interlocuteurs comme s’ils étaient des étudiants. Et, après une vie passée dans l’opposition perpétuelle, il n’était pas clair comment il gouvernerait. Dès le début, il a eu des difficultés. Il est entré en fonction avec un engagement d’achever la transition démocratique en Guinée par la tenue d’élections parlementaires, mais il a retardé, apparemment pour des raisons de procédure, puis reporté à nouveau. Des émeutes de l’opposition ont éclaté à Conakry, conduisant à une série d’affrontements violents entre les manifestants et les forces de sécurité gouvernementales.

IL N’EST PAS FACILE DE TRANSFORMER UN PAYS QUI EST CORROMPU DE HAUT EN BAS

Tous les amis et conseillers étrangers de Condé maintiennent la foi en son éthique. Kouchner m’a dit « Il est absolument incorruptible, il n’est pas luxueux. Il ne voyage pas. Il mange une patate froide pour le dîner! Corinne Dufka, chercheuse senior à Human Rights Watch, n’a pas perdu espoir que Condé peut réussir comme un réformateur. « Il y a beaucoup de travail à faire pour surmonter l’héritage de la domination abusive en Guinée», dit-elle. « Le pouvoir est resté trop fortement concentré dans les mains de l’exécutif, et, sans un système judiciaire solide ou un parlement démocratiquement élu, aucune surveillance, dont la Guinée a désespérément besoin, n’est possible. Mais Condé a fait de réels progrès pour faire face à la gouvernance désastreuse et les problèmes de droits dont il a hérité « .

Il n’est pas facile de transformer un pays qui est corrompu de haut en bas. Pendant les premiers mois au pouvoir de Condé, il a effectué une sorte de triage. Avec l’aide de Revenue Watch (une organisation, soutenue par Soros, qui encourage la transparence dans les industries extractives) Condé a créé un comité chargé d’examiner les contrats miniers existants et de déterminer si l’un d’entre eux étaient problématiques. Il ne connaissait pas Steinmetz ; «Je ne connais pas de mineurs», a t-il dit, avec fierté, mais il y avait des éléments de l’accord Simandou qui semblaient justifier une enquête. « J’ai trouvé un peu étrange qu’ils avaient investi cent soixante millions de dollars et allaient gagner des milliards », a déclaré Condé. « C’est un peu. . . » Il sourit et haussa les épaules à la gauloise.

EHUD OLMERT, L’ANCIEN PREMIER MINISTRE D’ISRAËL ET UN DE SES AMIS, A DÉCRIT STEINMETZ COMME UN « ONE MAN SHOW

Beny Steinmetz, qui est âgé de cinquante-sept ans, ne semble pas vivre quelque part en particulier. Il navigue sur son jet privé, entre Tel-Aviv (où vit sa famille, dans une des maisons les plus chères en Israël), Genève (où il réside techniquement, à des fins fiscales), Londres (où le bureau principal de gestion de BSGR est situé) et les emplacements éloignés reliés à ses affaires de diamant et intérêts miniers, de la Macédoine à la Sierra Leone. Il n’est techniquement pas un dirigeant du conglomérat qui porte son nom, mais seulement le principal bénéficiaire d’une fondation dans laquelle les bénéfices affluent. Il s’agit d’une couverture de vide juridique.

Ehud Olmert, l’ancien Premier ministre d’Israël et un de ses amis, a décrit Steinmetz comme un « one man show ». Olmert a poursuivi: « Je ne comprends pas très bien les aspects juridiques mais je sais qu’il peut travailler sans cesse et se déplace d’un côté du globe à l’autre s’il identifie un marché prometteur ». « Steinmetz est très en forme et fait des exercices chaque jour, peu importe où il est. Il a des yeux bleus, cheveux ébouriffés poivre et sel, une préférence pour le style sportif et décontracté, un bronzage profond, il ressemble plus à un agent de film qu’à un magnat ».

« J’ai grandi dans une maison où les diamants étaient des objets, » dit Steinmetz. Son père, Rubin, était un tailleur de diamants polonais qui a appris le business à Anvers avant de s’installer en Palestine, en 1936. Une photo de famille de 1977 montre Beny jeune homme, assis à une table encombrée avec ses deux frères aînés et son père, qui regarde sévèrement la caméra tandis que Beny inspecte une pierre précieuse. Cette année-là, Beny a terminé son service militaire et rallié Anvers, avec des instructions pour développer l’activité internationale de la société en pierres polies. Selon une histoire privée publiée de l’entreprise familiale, « The Diamond Story of Steinmetz, » Beny a ramifié en Afrique, à la recherche de nouvelles sources de pierres brutes. Le plan n’était pas de s’établir dans les mines, mais plutôt de faire des affaires avec les gens qui creusent.

Environ, la moitié des diamants du monde proviennent de l’Afrique sub-saharienne, et beaucoup d’Occidentaux ambitieux ont suivi l’exemple de Cecil Rhodes-fondateur de De Beers pour chercher des fortunes sur le continent. «Malheureusement, il n’y a pas de mines de diamants dans Piccadilly, » Dag Cramer, qui supervise les intérêts commerciaux de Steinmetz, me dit-il. «Ce n’est pas là où Dieu a mis les actifs. »
Au lieu de cela, les diamants ont tendance à être trouvé dans les pays qui sont en proie au sous-développement et la corruption et, souvent, par la guerre. Cela est suffisant pour effrayer de nombreux investisseurs, mais pas tous, certains entrepreneurs sont attirés par la combinaison de l’incertitude politique, le danger physique et récompenses potentiellement astronomiques.

STEINMETZ A PLONGÉ DANS LES EAUX TRAÎTRESSES DE LA POLITIQUE DE L’AFRIQUE

L’Ambassadeur Laskaris, qui a fait des visites au Liberia et en Angola, a comparé le commerce du diamant dans une grande partie de l’Afrique, à la cantine dans « Star Wars ». « Il attire tout les rejets de la galaxie », a t-il dit. « Faibles barrières à l’entrée, il récompense la corruption et également un peu de brutalité « .
Steinmetz a plongé dans les eaux traîtresses de la politique de l’Afrique. Dans les années quatre vingt-dix, il a été le plus gros acheteur de diamants de l’Angola; plus tard, il est devenu le plus grand investisseur privé en Sierra Leone. Aujourd’hui, Steinmetz est le plus grand acheteur de diamants bruts de De Beers, et l’un des principaux fournisseurs de Tiffany & Company. Et il a diversifié ses participations dans l’immobilier, les minéraux, le pétrole et le gaz, et d’autres domaines, avec des intérêts dans plus de vingt pays. Un site Web mis en place récemment le décrit comme un « visionnaire » qui a utilisé un « réseau de contacts sur le continent africain » pour construire « un empire multi-facettes ».

Paul Collier, cependant, prend d’un mauvais œil, des hommes d’affaires comme Steinmetz, qui ont obtenu les droits sur les ressources naturelles dont ils ne peuvent pas réellement avoir l’expertise nécessaire pour les développer. « Leur compétence technique est une carte de réseau social », a déclaré Collier. Qui a le pouvoir de prendre la décision? Qui puis-je contacter? Ils savent comment obtenir un contrat, c’est-leur savoir-faire. « (Cramer a rejeté cette caractérisation, insistant sur le fait que Steinmetz réalise des investissements durables partout où il opère. » BSGR n’est pas une entreprise qui a toujours été dans les affaires de l’obtention de droits et en les retournant, » me dit-il.)
En dépit de sa grande richesse, Steinmetz a maintenu un profil exceptionnellement bas. L’an dernier, après que « Hamakor», un programme de nouvelles à la télévision israélienne, a consacré un épisode à une bataille qu’il avait avec les autorités fiscales à Tel-Aviv, il a menacé de poursuites judiciaires et a réussi à bloquer le programme d’être publié sur Internet. « C’est un gars très privé, » selon AlonPinkas, un ami de Steinmetz qui était autrefois consul général d’Israël à New York. « Sa famille et son entreprise sont tout ce dont il se soucie. »

Le commerce des diamants de Steinmetz, toutefois, l’a parfois engagé dans une publicité créative. La société parraine l’événement Formule 1 avec parfois des diamants incrustés dans les casques et volants. Lors d’une course en 2004 à Monaco, un gros diamant que Steinmetz a été apposé sur le devant d’une voiture de course Jaguar. Quand le véhicule a amorcé une courbe en épingle à cheveux, le conducteur a perdu le contrôle et la Jaguar a percuté une rambarde. Le diamant, qui était de cent huit carats et d’une valeur de deux cent mille dollars, n’a jamais été retrouvé.

STEINMETZ S’EST RENDU À CONAKRY ET A RENCONTRÉ CONTÉ

Général Lansana Conté, le dictateur qui a gouverné la Guinée avant qu’Alpha Condé ne devienne président, était un célèbre corrompu: il a fait référence à ses ministres, non sans affection, comme des « voleurs ». Une fois, il a fait remarquer que: « Si nous devions tirer sur tous les Guinéens qui avaient volé, il n’y aurait plus personne à tuer en Guinée ». En 2008, après plus de deux décennies au pouvoir, il était tombé malade et avait pratiquement cessé de paraître en public. En ce moment, il a été soutenu physiquement par des gardes du corps et mis en orbite par des adjudants, qui souvent, faisaient le spectacle de se baisser pour murmurer à son oreille, même quand il était évident, pour un observateur attentif, qu’il dormait.

Durant cette période, Steinmetz s’est rendu à Conakry et a rencontré Conté. Dans l’enceinte de la présidence, ils se sont assis et ont parlé sous un manguier. Conté était au courant de B.S.G.R. car il avait acquis les droits d’exploration de deux petites parcelles de terrain attenant à la concession de Simandou où d’autres dans l’industrie minière n’avait pas pensé à regarder. En 2006, l’un des employés de Steinmetz l’a appelé depuis le sommet d’une montagne, à l’aide d’un téléphone satellite, et dit: « Beny, vous ne pouvez pas le croire. Je suis debout sur tant de fer ici, vous n’avez aucune idée ». « Après ce succès, le général Conté a commencé à accepter l’idée de redistribuer le dépôt Simandou. C’est peu de temps après sa rencontre avec Steinmetz qu’il a dépouillé Rio Tinto pour donner à BSGR un permis d’explorer la moitié de la chaîne du Simandou. Deux semaines après la signature de l’accord, le général Conté est mort.

Quelques heures plus tard, un coup d’Etat militaire a installé un jeune capitaine erratique de l’armée, Moussa Dadis Camara. La junte a été une période cauchemardesque pour la Guinée. En Septembre 2009, lors d’un rassemblement de l’opposition dans un stade de Conakry, les soldats gouvernementaux ont massacré plus de cent cinquante manifestants. Les États-Unis ont évacué l’essentiel du personnel de l’ambassade, et la Cour pénale internationale a décrit cette violence comme un crime contre l’humanité. Mais B.S.G.R. est restée sur place. À une occasion, Steinmetz a voyagé avec deux de ses fils pour rencontrer le capitaine Dadis. Ils l’ont invité en Israël, pour assister au mariage de la fille de Steinmetz, une célébration avec plus d’un millier de personnes. (Dadis s’était fait excusé).
Pour Steinmetz, cette association avec la junte a seulement prouvé l’engagement inébranlable de son entreprise en Guinée. « Nous avons mis de l’argent dans le sol à un moment où les gens pensaient que nous étions fous,» a t-il déclaré au Financial Times. B.S.G.R. et la junte sont finalement arrivés à un accord sur la façon dont l’entreprise ferait exporter le minerai de fer. Il n’a pas eu à construire un port en eau profonde ou un chemin de fer capable de transporter le minerai de fer vers la côte de Guinée. Au lieu de cela, B.S.G.R. pouvait poursuivre une option moins onéreuse: l’exportation du minerai par le Libéria, qui avait déjà l’infrastructure nécessaire. Pendant des années, le gouvernement de Guinée avait résisté à un tel scénario lorsque Rio Tinto l’avait proposée. En guise de concession, B.S.G.R. a accepté de dépenser un milliard de dollars pour le développement d’un train de passagers, pour la Guinée.

SOROS M’A DIT

En Décembre 2009, un aide de camp a tiré sur la tête du capitaine Dadis. Il a survécu, et a fui le pays, un autre gouvernement intérimaire a repris. Encore une fois, Steinmetz résiste au chaos, et en Avril 2010, il s’est envolé pour Rio de Janeiro afin de finaliser le contrat de deux milliards et demi de dollars avec Vale. Par la suite, il s’est arrêté à un chantier naval au Chili, pour vérifier l’état d’avancement d’un méga-yacht qu’il avait commandé pour être construit là-bas.

Lorsque le président Condé a entrepris de nettoyer le secteur minier de la Guinée, il a découvert un allié généreux en George Soros. Soros m’a dit : « J’étais conscient de l’ampleur du problème en Guinée », « j’étais désireux d’aider. » Il s’est mis avec Revenue Watch pour fournir un appui technique à la révision du code minier. Il a également suggéré que la Guinée s’allie Scott Horton, avocat au cabinet d’avocats américain DLA Piper; Horton a également mené des dizaines d’enquêtes sur la corruption dans le monde.
« Il n’y avait aucun moyen, pour le gouvernement Condé d’affronter efficacement un gars comme Steinmetz, sans aide extérieure, » Horton m’a dit. Une autre difficulté est que beaucoup de responsables gouvernementaux avaient eu des rôles importants dans les régimes antérieurs. « Je ne peux pas lâcher ma gendarmerie pour faire l’enquête », Condé faisait observer à ses conseillers. « Ils vont venir avec des membres de leur propre famille. »

Au printemps de 2011, Horton a commencé à enquêter sur l’affaire Simandou. Pour avoir de l’aide, il se tourna vers un homme nommé Steven Fox, qui dirige une société d’évaluation des risques, à New York, appelé VeracityWorldwide. Lorsque les sociétés veulent faire des affaires dans les pays qui souffrent de l’instabilité politique et de corruption, Veracity peut les aider à évaluer si un tel investissement serait prudent et viable sans enfreindre la loi.

Fox est dans la quarantaine, avec l’air d’un homme qui se sent plus à l’aise dans un costume. Il parle doucement, détachant chaque syllabe. Lors d’une récente réunion à son bureau, au centre de Manhattan, il m’a dit que jusqu’en 2005, il avait travaillé pour le Département d’Etat, et avait passé du temps comme agent du service extérieur en Afrique. Selon un livre de 2011 sur l’industrie privée d’intelligence « La Broker, Trader, Lawyer, Spy, » d’Eamon Javers, Fox a effectivement travaillé pour la CIA. Quand nous nous sommes assis pour parler, j’ai noté une étagère pleine de livres de John Le Carré.
Lorsque les fonctionnaires du gouvernement guinéen ont commencé à chercher dans le contrat Simandou, Fox m’a dit, qu’ils n’avaient aucune preuve de malversation. « Ils ont seulement entendu des rumeurs dans la rue », a t-il dit. Fox avait rencontré Steinmetz une fois, à Londres, et l’avait trouvé tranquille et modeste. Mais sa compréhension était que les employés de Steinmetz avaient engagé une personne, pour ouvrir la voie pour lui, le genre de personnes pointues comme le fer de lance pour une pré-reconnaissance. » Fox a décidé que sa première tâche essentielle était d’identifier l’homme de Steinmetz en Guinée.

CILINS ÉCLAIREUR POUR B.S.G.R. EN GUINÉE

Il a rapidement identifié un candidat: Cilins Frédéric, un bronzé, Français grégaire, avec peu de cheveux. Il a vécu sur la Côte d’Azur, près de Cannes, mais il a passé beaucoup de temps en Afrique. Il avait servi comme éclaireur pour B.S.G.R. en Guinée. Quand j’ai demandé à Fox comment il avait appris l’existence de Cilins, il a répondu énigmatique: « Nous connaissons un cercle de gens qui connaissaient un cercle de personnes. »
Fox a dit de Cilins: « Il s’agit d’un opérateur, c’est la meilleure façon de le décrire. » Son rôle à BSGR était d’accumuler des relations et d’identifier les structures de pouvoir concernés. À cet égard, Fox a réalisé que, Cilins n’était pas si différent de lui: ils ont tous deux excellé dans le parachutisme dans les pays étrangers et déterminés ce qui les motive. » (Cilins a refusé de commenter cet article.)

Un jour à l’automne de 2011, Fox s’est envolé pour Paris et a rencontré Cilins. Ils avaient été mis en contact par une connaissance commune. Comme Cilins l’a compris, Fox travaillait pour le compte d’un client qui voulait savoir comment BSGR avait obtenu l’accord Simandou. Fox m’a dit que, contrairement à certaines entreprises d’espionnage (et espions), la vérité n’est pas un « prétexte »- pour employer la ruse pour approcher une source potentielle. Malgré cela, il n’a pas reconnu que son client était le nouveau gouvernement de la Guinée. 

CILINS A EMBAUCHÉ LE FRÈRE DE TOURÉ

Fox et Cilins se sont réunis dans une salle de conférence, puis sont allés à un restaurant pour le déjeuner. Cilins était affable et étonnamment candide. Pendant que Fox prenait des notes, Cilins a expliqué qu’il avait d’abord visité la Guinée en 2005, après qu’un patron de BSGR à Johannesburg l’ait informé que l’entreprise voulait « viser la lune », une phrase que Cilins pris pour indiquer Simandou. Cilins dit à Fox qu’il a passé les six mois suivants à Conakry, en séjournant à l’hôtel Novotel, une propriété balnéaire qui est populaire auprès des dirigeants de sociétés minières. Il se lia d’amitié avec le personnel du centre d’affaires, et les persuada de lui remettre la copie de tous les fax entrants et sortants. De cette manière, il a appris des détails sur la frustration du régime Conté avec Rio Tinto.
Chaque fois que Cilins venait en Guinée, il apportait des dons de jeux MP3, téléphones portables, parfums, pour ses contacts. Ils sont venus à penser à lui comme « le Père Noël », selon ses dires à Fox. Un ministre l’a informé que la seule personne qui comptait dans le pays était le Général Conté et que la façon pour avoir Conté était grâce à ses quatre épouses. (La polygamie est tolérée en Guinée, un pays à majorité musulmane.)
Après de plus amples renseignements, Cilins s’est porté sur la quatrième et plus jeune épouse, Mamadie Touré, femme aux yeux en amande, qui était encore dans la vingtaine. « Elle était jeune, et elle était considérée comme très belle, » Fox m’a dit. « Elle n’est pas un génie, mais elle avait un certain dynamisme. Plus important encore, elle a eu l’oreille du président».

Cilins a embauché le frère de Touré pour l’aider à promouvoir les intérêts de la société en Guinée, et aménager sa présentation au Président. Peu de temps après, Cilins et plusieurs associés de la Société ont obtenu une audience avec le président. Lors de cette réunion, Cilins a dit à Fox, qu’ils ont donné au Général Conté une montre qui était incrustée de diamants Steinmetz. Lors d’une autre réunion, ils ont présenté au Ministre des Mines un modèle de voiture de course d’une Formule 1, qui a été de même incrustée de diamant Steinmetz. Peu de temps après, le frère de Touré a été nommé responsable des relations publiques pour BSGR-Guinée.

Fox haussa les épaules quand on lui a demandé pourquoi Cilins lui avait confié ceci. « Il y a de l’arrogance ou une totale naïveté » de croire qu’ils ont fait ce qu’ils ont fait et sans crainte. « Cilins semblait fier de son travail à Conakry. Il a dit à Fox qu’à son avis, l’histoire de la Guinée serait désormais considérée comme se divisant en deux périodes « avant et après BSGR ».

Pour Cilins, le fait de donner des cadeaux peut sembler tout simplement comme le coût de faire des affaires dans des endroits comme la Guinée. De nombreux pays poursuivent énergiquement la corruption nationale, mais sont beaucoup plus permissifs quand il s’agit de pots de vin versés à l’étranger. Jusqu’à très récemment, les entreprises françaises qui ont donné des pots de vin pour obtenir des contrats dans des pays étrangers pouvaient les déclarer comme des frais professionnels déductibles.

Au cours des dernières années, cependant, les normes internationales ont commencé à changer. Le ministère américain de la Justice a considérablement augmenté son application de la Loi ForeignCorrupt Practices, le Royaume-Uni a adopté sa propre Loi sur la corruption stricte, et l’Organisation de la coopération et de développement économique a mis en place une convention contre la corruption, et plusieurs dizaines de pays, y compris Israël, l’ont signé. Selon les enquêtes, les grandes entreprises, comme Siemens et KBR, ont payé des centaines de millions de dollars en amendes. (Rio Tinto, aussi, a affirmé en 2010, que quatre représentants de la société ont été reconnus coupables de corruption passive en Chine.)

Beaucoup de multinationales ont réagi en faisant de la vigilance accrue en mettant en place des établissements, des départements internes en conformité qui permettent de surveiller le comportement des employés. B.S.G.R. dit qu’il se conduit avec éthique partout où elle exerce ses activités, et un représentant de la compagnie m’a fait remarquer que ni Steinmetz, ni son organisation n’a jamais été impliqué dans la corruption. Mais B.S.G.R. n’a pas un service de la conformité, et il n’a pas un seul employé dont la principale responsabilité est de surveiller le comportement des entreprises à l’étranger.
Peu de temps après que le général Conté soit mort, Mamadie Touré a quitté la Guinée. Fox et ses collègues ont découvert qu’elle vivait à Jacksonville, en Floride. La Banque mondiale estime que quarante pour cent de la richesse privée en Afrique est détenue en dehors du continent. Dans une récente procédure civile de confiscation contre le fils du dictateur de la Guinée équatoriale, le ministère de la Justice a documenté certaines de ses possessions: une succession de douze hectares à Malibu, un jet Gulfstream, sept Rolls-Royce, huit Ferrari, et un gant blanc une fois porté par Michael Jackson.

LETTRE INCENDIAIRE AUX REPRÉSENTANTS DE VALE ET BSGR

Jacksonville n’est pas Malibu. Mais Fox et son équipe d’enquêteurs ont découvert que Touré avait acheté un Mc Mansion sur un canal là bas, avec une série de petites propriétés dans le voisinage. Lorsque vous débarquez d’un avion à Conakry, la corruption vous frappe presque aussi rapidement que la chaleur. A l’aéroport, un policier en uniforme va vous arrêter, il ne va pas soulever d’objections spécifiques, mais précisera avec son corps, que votre sortie de situation sera transactionnelle. Dans les rues jonchées de décombres, qui sont parfumés par les ordures qui encombrent les égouts à ciel ouvert de la ville, la présence militaire est moins visible qu’avant la réforme du secteur de la sécurité passée, qui a été une priorité pour Condé. Mais la nuit, insouciants, les jeunes soldats eux-mêmes prennent position aux intersections, en tenant des mitraillettes. Ils se penchent sur les voitures qui passent et repartent avec de l’argent. En 1961, Frantz Fanon écrit de l’Afrique de l’Ouest post-coloniale, « Les concessions sont happées par des étrangers; les scandales sont nombreux, les ministres s’enrichissent, leurs épouses deviennent des poupées, les membres du parlement plument leurs nids et il n’y a pas une âme, du simple policier ou agent des douanes qui ne s’associe pas à la grande procession de la corruption. »
» Cette description ne s’applique plus à la région dans son ensemble, le Ghana, par exemple, est une démocratie prospère. Mais en Guinée, peu de choses ont changé. Un après-midi, je suis allé dans un bâtiment blanchi à la chaux, dans le quartier administratif de Conakry, pour rencontrer Nava Touré, ancien professeur de génie, a qui Condé avait confié l’exécution du comité technique sur les mines. Touré (aucun rapport avec Mamadie Touré, quatrième épouse du général) a un visage rond, une voix mélodieuse et une décente manière presque éthérée. Pendant les mois que j’ai passés sur cette histoire, Nava Touré a été l’un des rares représentants du gouvernement au sujet duquel je n’ai jamais entendu même une rumeur de corruption. Il avait été chargé d’établir un nouveau code minier qui permettrait de créer un équilibre plus équitable entre les intérêts des sociétés minières et le peuple de Guinée. En outre, il avait été chargé d’examiner tous les contrats miniers existants et de recommander si l’un d’entre eux devrait être renégocié ou annulé. Touré m’a dit que quand il a porté son attention sur Simandou il n’avait pas d’inspecteurs qualifiés, alors il s’est tourné vers DLA Piper, le cabinet d’avocats, et Steven Fox, l’enquêteur. « Il a externalisé ». 

Octobre dernier, il a envoyé une lettre incendiaire aux représentants de Vale et BSGR, identifiant les «éventuelles irrégularités» dans la concession de Simandou. Il a appelé Cilins Frédéric « un proxy secret » pour Steinmetz, a soulevé des soupçons sur l’alliance de Cilins avec Mamadie Touré, et des cadeaux détaillés tels que la montre diamants et le modèle de voiture de course incrusté de diamant. La lettre accuse B.S.G.R. de la planification tout au long pour renverser les droits de Simandou, afin de « tirer des bénéfices immédiats et substantiels. »

THIAM ÉTAIT BEAU, TRÈS POLI, ET UN CHAMPION DE BENY STEINMETZ

Les accusations de Nava Touré ont également impliqué un homme qu’il connaissait: Mahmoud Thiam, qui avait servi comme ministre des Mines sous la junte qui a dirigé la Guinée après la mort du Général Conté. Touré avait été l’un des conseillers de Thiam à l’époque. Thiam est venu au poste, au début de 2009, avec des références stellaires. Après avoir obtenu un diplôme en économie de l’Université Cornell, il avait travaillé en tant que banquier chez Merrill Lynch et UBS. Thiam était beau, très poli, et un champion de Beny Steinmetz. En 2010, dans une interview à «Bell clôture avec Maria Bartiromo, » sur CNBC, Thiam a salué la « junior entreprise très agressive, BSGR, qui est venu et a développé ce permis, au point où il l’a rendu plus attrayant qu’un grand joueur comme Vale. « Simandou, dit Thiam, catapultera le pays comme 3e exportateur de minerai de fer dans le monde ». Il avait assisté au mariage somptueux de la fille de Steinmetz en Israël, en tant que représentant de la junte.

Selon la lettre de Nava Touré, Thiam a non seulement perçu des paiements de BSGR, il a effectivement travaillé comme trésorier de la société, rencontrant un jet d’hommes d’affaires à l’aéroport de Conakry, déchargeant des valises pleines d’argent, et puis en distribuant des pots de vin aux dirigeants de la junte. Steven Fox, le chercheur américain, avait découvert que quand Thiam était ministre, il conduisait une Lamborghini dans Conakry. Avant de quitter son poste, en 2011, il a acheté un appartement sur l’Upper East Side de Manhattan, pour 1,5 million de dollars, et une propriété dans le comté de Dutchess, pour 3,75 millions de dollars. Il a payé cash les deux propriétés.
Thiam vit actuellement aux États-Unis, comme patron d’une entreprise d’investissement-conseil. Ce printemps, je l’ai visité à son bureau élégant, sur Madison Avenue. Il a nié toute malversation. L’appartement de Manhattan, a t-il expliqué, a été payé avec de l’argent qu’il avait fait dans le secteur bancaire. Et il avait acheté la maison de campagne pour le compte d’un ami du Mozambique qui cherchait à investir aux États-Unis (Thiam a refusé de nommer l’ami.) La Lamborghini n’était pas une voiture de sport, mais un véhicule à quatre roues motrices. « Vous ne pouvez servir en tant que ministre des mines sans être accusé de corruption, » me dit-il. Il considère que la révision du contrat B.S.G.R. relève plus d’une chasse aux sorcières, mais a ajouté qu’il maintient toujours le plus grand respect pour Nava Touré.

QUAND B.S.G.R. A REÇU LA LETTRE DE TOURÉ, IL A RÉPONDU AGRESSIVEMENT

Lors de notre rencontre dans le bâtiment blanchi à la chaux, j’ai demandé à Touré comment il se sentait à apprendre de telles allégations au sujet de ses anciens collègues. Il fit une pause. « Le sentiment de honte », dit-il enfin. « Parce que, finalement, ce qu’ils ont obtenu personnellement disons dix millions de dollars américains, douze millions de dollars-ce qui ne représentent rien par rapport à la vie de tout le pays. « Les lumières de la salle s’éteignent soudainement, et le climatiseur est hors tension. Il ne semble pas s’en apercevoir. « Je ne pense pas qu’il est tolérable ou acceptable par les investisseurs », a t-il poursuivi. « Mais je suis plus choqué par l’attitude et le comportement des décideurs nationaux. » 

Quand B.S.G.R. a reçu la lettre de Touré, il a répondu agressivement, rejetant l’enquête comme un effort par le président Condé d’exproprier ses actifs. La compagnie a insisté qu’il n’avait jamais donné une montre au général Conté, bien que l’histoire de la Formule 1 miniature voiture était vraie, le modèle avait une valeur de seulement un millier de dollars, et BSGR a régulièrement donné ces « cadeaux aux entreprises à travers le monde. » Frédéric Cilins avait travaillé pour la société, mais « BSGR n’a jamais dit à M. Cilins qu’il « a demandé la lune ». Cilins peut avoir distribué des cadeaux parmi ses contacts à Conakry, mais la compagnie en a nié toute connaissance. Curieusement, la réponse écrite de BSGR a insisté, à plusieurs reprises, que Mamadie Touré n’avait pas réellement été l’épouse du général Conté.

AU PRINTEMPS DE 2012, L’UN DES MINISTRES DU PRÉSIDENT CONDÉ VOYAGE À PARIS

B.S.G.R. accuse l’administration Condé d’avoir omis de citer les sources des allégations, et a noté que tous les paiements versés à des agents publics « devraient aisément être identifiés par virements bancaires, ordres de paiement, des copies de chèques, etc » Encore et encore, BSGR retourne à « l’absence du plus petit commencement de preuve. »
Mais comment voulez-vous prouver la corruption? Par sa nature, la corruption est secrète; les gains sont conçus pour être difficiles à détecter. Le système financier international a évolué pour s’adapter à une large gamme d’activités illicites, et des sociétés fictives et les paradis bancaires rendent facile à camoufler les virements, ordres de paiement, et des copies de chèques. Paul Collier affirme qu’il y a souvent trois parties à une affaire de corruption: le corrupteur, le corrompu, et les avocats et les facilitateurs financiers qui permettent à l’opération de rester secrète. Le résultat, dit-il, est « une toile de l’opacité des entreprises », tissée en grande partie par de riches professionnels dans les capitales financières comme Londres et New York. Une étude récente a montré que le pays le plus facile pour créer une société fictive introuvable n’est pas un paradis bancaire tropical, mais les Etats-Unis.

Au printemps de 2012, l’un des ministres du président Condé voyage à Paris. À l’hôtel Hilton Arc de Triomphe, il a été approché par un homme d’affaires gabonais. Selon une déclaration du ministre, l’homme gabonais a dit qu’il avait été en contact avec Mamadie Touré, et qu’elle lui avait fourni les documents qui seraient intéressants pour le président Condé. « Madame Touré était en colère contre M. Beny Steinmetz selon l’homme gabonais. Elle croyait qu’elle « avait été trompée ».

UN AVOCAT AMÉRICAIN IMPLIQUÉ DANS L’AFFAIRE M’A DIT

Le ministre a été étonné par les documents. Ils semblaient être une série de contrats légaux, avec les signatures et les sceaux officiels, entre les agents de BSGR et Mamadie Touré. Les documents contenaient la signature d’AsherAvidan, le chef des opérations de l’entreprise en Guinée. Avidan était un ancien membre du service de sécurité intérieure d’Israël, le Shin Bet. Les contrats ont été signés à Conakry en Février 2008, cinq mois avant que le Général Conté ait repris la concession de Simandou à Rio Tinto, et dix mois avant que la moitié nord de cette concession ait été accordée à Beny Steinmetz. Les accords stipulaient que Touré se verrait consentir une participation de cinq pour cent dans les « blocs » du nord de Simandou, en plus de « deux (2) millions de dollars », qui seraient payés par une société fictive. En échange, elle s’engage « à faire tout ce qui est nécessaire» pour aider BSGR à «obtenir des autorités la signature pour l’obtention desdits blocs ».

Un avocat américain impliqué dans l’affaire m’a dit: « J’ai été impliqué dans le travail de la corruption des entreprises depuis trente ans, et je n’ai jamais rien vu de tel. Un contrat pour la corruption qui est effectivement signé par un cadre supérieur? Joints entreprises? « L’homme gabonais a laissé entendre que les documents valaient potentiellement des millions de dollars. Il n’allait pas se départir d’une telle denrée précieuse gratuitement. Il a été associé à une société d’investissement, Palladino, qui avait prêté au gouvernement Condé vingt-cinq millions de dollars pour mettre en place un projet d’exploitation minière. Maintenant, en échange des documents, l’homme gabonais voulait sa propre participation dans Simandou. (Palladino reconnaît que la réunion de Paris a eu lieu, mais il nie que l’homme d’affaires gabonais ait fait une telle demande.)

LORSQUE LE CONTRAT A ÉTÉ SIGNÉ, LA SANTÉ DU GÉNÉRAL ÉTAIT EN DÉCLIN RAPIDE

Le président Condé a refusé de faire une transaction susceptible de quiproquo pour les documents, mais au moins le gouvernement guinéen était au courant de leur existence. S’ils étaient sincères, ils pourraient être que chose rare: une preuve de corruption.
Quand j’ai demandé à Steven Fox, l’enquêteur, pourquoi une entreprise devrait signer un tel contrat, il a suggéré que Touré ait insisté pour ça. « Il ya toute une culture en Afrique francophone de ces documents très légalistes qui formalisent certains arrangements », a t-il expliqué. Et Touré aurait été préoccupé par la sécurisation de sa position. « Sa seule valeur, c’est qu’elle était l’épouse du président, » a-t-il dit.

Lorsque le contrat a été signé, la santé du général était en déclin rapide, et « elle savait qu’à la minute où il fermerait les yeux, elle n’aurait absolument rien. » A première vue, il semblait bizarre qu’elle ait des copies qu’elle aurait confié au Gabonais. Mais plusieurs personnes qui ont parlé à Touré m’ont suggéré qu’elle avait appris à craindre Steinmetz. Les contrats qui, s’ils étaient exposés, pourrait mettre en péril sa situation en Guinée, représentaient une forme de police d’assurance.

BERNARD KOUCHNER A DIT DE CONDÉ

A cette époque, le président Condé était venu à craindre pour sa sécurité également. En 2011, il avait survécu de justesse à une tentative d’assassinat, au cours de laquelle des soldats ont bombardé sa résidence à Conakry avec des mitrailleuses et de roquettes. Il avait insisté sur les efforts pour réformer la Guinée, mais sa situation devenait plus précaire. Sa directrice du Trésor, qui enquêtait sur des détournements de fonds par les responsables gouvernementaux, rentrait chez elle un soir lorsque sa voiture a été coupée par un autre véhicule. Elle a été abattue.

Bernard Kouchner a dit de Condé: « Il est vraiment isolé. » Après l’attaque de sa résidence, Condé a emménagé dans le palais présidentiel, une forteresse caverneuse, construit par des entrepreneurs chinois, qu’un diplomate désigne comme « le Palais de Dim Sum. » Condé est marié, mais le soir il mange souvent seul, parfois en regardant un match de football pour le distraire de ses soucis. Il n’a pas discuté de la question avec moi, mais plusieurs personnes qui ont parlé avec Condé à ce sujet m’a dit qu’il croit que Steinmetz est à l’écoute de ses communications. (B.S.G.R. nie). 

Condé a également composé avec une capitale instable. La violence qui a éclaté après le retard des élections législatives n’a pas diminué. Les factions rivales se sont battues entre elles dans la rue, et les manifestants ont jeté des pierres sur les policiers. Dans plusieurs cas, les forces de sécurité ont tiré sur des manifestants. Plus de deux douzaines de personnes sont mortes. Pour certains, il semblait que Condé pourrait reproduire le triste modèle de nombreux dirigeants africains post-coloniaux qui ont commencé comme des réformateurs et ensuite dérivé vers la tyrannie. 

En Septembre 2011, Amnesty International a déclaré que «le président Alpha Condé a recours exactement aux mêmes méthodes brutales que ses prédécesseurs».
Ehud Olmert m’a dit que Steinmetz « est le dernier gars que vous voulez comme un ennemi. » BSGR-sentant, peut-être, que Condé était politiquement vulnérable, passa à l’attaque, par l’étiquetage de son gouvernement comme un «régime discrédité» qui tentait de «saisir illégalement » le gisement Simandou. La société a également souligné que Rio Tinto avait acquis le droit à la moitié sud de Simandou, en payant éventuellement au gouvernement Condé 700.000.000 dollars pour sécuriser la transaction.
Mais était-ce de la corruption? Le paiement de Rio Tinto était, en partie, le reflet d’un nouveau code minier, qui a fixé des taxes plus élevées sur les entreprises internationales qui exportent des ressources guinéennes. La société a également octroyé au gouvernement une participation de trente-cinq pour cent dans la mine. À cet égard, l’administration Condé tentait de mettre le secteur minier en conformité avec les accords plus équitables réalisés par l’industrie pétrolière et gazière. Dag Cramer, le cadre qui supervise les intérêts commerciaux de Steinmetz, m’a dit: «Il Ya une raison pour laquelle les familles arabes sont propriétaires de la moitié de Londres aujourd’hui. L’essentiel des bénéfices du pétrole est récupéré par les pays d’accueil. Ce n’est pas encore arrivé dans le secteur minier ». L’affaire Rio Tinto a également été transparente: le marché a été publié dans son intégralité, sur Internet. «C’est quelque chose qu’aucun autre gouvernement guinéen aurait fait, à n’importe quel moment dans l’histoire du pays », Patrick Heller, qui travaille à Revenue Watch, me dit-il. « C’est un énorme signe de progrès. » En outre, les fonds ne sont pas dans des comptes bancaires numérotés mais directement dans le trésor guinéen.

«JE N’AI PAS DE PROBLÈME PERSONNEL AVEC VOUS» RÉPONDIT CONDÉ. « MAIS JE DOIS DÉFENDRE LES INTÉRÊTS DE LA GUINÉE»

Néanmoins, plusieurs employés de B.S.G.R. m’ont suggéré que les sept cent millions de dollars s’élèvent à un pot-de-vin colossal. Ils ont en outre émis l’hypothèse que Condé avait «volé» l’élection en 2010, en collaborant avec les bailleurs de fonds sud-africains riches pour truquer les résultats. Dans les conversations avec moi, les amis de Steinmetz ont assimilé Condé à Robert Mugabe et Mahmoud Ahmadinejad. Aussi bien le Centre Carter que l’Union européenne, qui a suivi l’élection, a constaté que, en dépit de quelques irrégularités de procédure, la victoire de Condé était «crédible» et «équitable».
En Septembre 2011, Condé a invité Steinmetz à Conakry, pour assainir l’air. Steinmetz arriva au palais, et ils se sont assis dans le bureau de Condé, s’exprimant en français (Steinmetz est à l’aise.) « Pourquoi êtes-vous contre nous? » Demanda Steinmetz. «Qu’avons-nous fait de mal? »

«Je n’ai pas de problème personnel avec vous» répondit Condé. « Mais je dois défendre les intérêts de la Guinée».

Steinmetz n’a pas été apaisé. Cramer m’a dit que la compagnie avait pour objectif de contrer les allégations avec autant de force que possible, parce que, pour Steinmetz, «la perception de lui d’être une personne honnête» était cruciale. «Dans le secteur du diamant, une poignée de main est plus important que le contrat», a expliqué Cramer.
B.S.G.R. élargi sa campagne contre Condé, et se tourna vers une société appelée FTI, qui est basé à Palm Beach, mais a des activités partout dans le monde. F.T.I. pratique une forme agressive de relations publiques, cherchant non seulement à supprimer la couverture médiatique négative sur un client, mais aussi de planter des histoires défavorables sur les adversaires du client. Un porte-parole de F.T.I. a fustigé le processus d’examen par le gouvernement guinéen, le qualifiant de « campagne de dénigrement brut. »La firme encouragé les journalistes à exécuter des histoires négatives au sujet de Condé, le président a aussitôt commencé à recevoir une mauvaise presse au sujet du retard dans les élections législatives et sur plusieurs opérations apparemment douteuses fait par des personnes qui lui sont proches, dont son fils, Alpha Mohamed Condé. Il n’est pas difficile d’imaginer qu’au moins une partie des associés de Condé ont conclu des accords secondaires. «Je pratique la théorie de la montre de la politique, » un diplomate occidental à Conakry m’a dit. »: Quand un ministre porte une montre qui coûte plus cher que ma voiture, je commence à m’inquiéter »

Au cours de mes entretiens avec les responsables de Conakry, j’ai repéré plus d’une montre ostensiblement chère, à la mode guinéenne, les montres pendaient sur le poignet, comme des bracelets.

COMME LES ENNUIS DE L’ENTREPRISE SE SONT ACCUMULÉS, STEINMETZ ET SES COLLÈGUES ONT COMMENCÉ À ORIENTER LEURS SENTIMENTS DE GRIEF VERS GEORGE SOROS

Dans FTI, la décision de travailler pour le compte de Steinmetz a provoqué la discorde. En 2012, l’entreprise a embauché un nouvel exécutif pour superviser certains de ses comptes en Afrique, et quand il a découvert que le cabinet a représenté Steinmetz et Dan Gertler, un autre magnat diamantaire israélien, qui a été impliqué dans des affaires controversées de la République démocratique du Congo, l’exécutif a protesté, et puis a démissionné. Mark Malloch-Brown, l’ancien secrétaire général adjoint des Nations Unies, est maintenant le président de FTI pour le Moyen-Orient et en Europe. Il était préoccupé que la réputation de l’entreprise risque d’être endommagée par son association avec Steinmetz, et plus tôt cette année, il a mis fin à la relation. Le leadership de B.S.G.R. était furieux.

Comme les ennuis de l’entreprise se sont accumulés, Steinmetz et ses collègues ont commencé à orienter leurs sentiments de grief vers George Soros, qui avait financé l’enquête initiale de Condé et a fourni des fonds de démarrage pour DLA Piper. Soros également finance Revenue Watch, l’organisation qui avait aidé Nava Touré dans la révision du code minier de la Guinée, et soutenu Global Witness, un groupe de surveillance anti-corruption qui avaient été à la recherche dans les activités de Steinmetz en Guinée. Les cadres de B.S.G.R. ont acquis la conviction que Malloch-Brown avait mis fin à au contrat à l’initiative d’un de ses vieux amis: Soros. Cramer m’a montré un document interne intitulé « The Spider », qui dépeint Soros et Condé au centre d’un réseau d’influence, et qui a identifié Soros comme «un ennemi d’Israël. » L’entreprise a envoyé une lettre à Soros pleine de colère, en disant: « Nous ne pouvons plus garder le silence, vous ne cessez de salir notre société et malicieusement vous essayez de démolir l’investissement».

Plus tôt cette année, les avocats de Steinmetz ont envoyé une lettre à M. Malloch-Brown, demandant qu’il reconnaisse sa « vendetta personnelle » contre Steinmetz, signe des excuses formelles qu’ils avaient scénarisé et déclarant BSGR « clair » de tout acte répréhensible en Afrique. Quand Malloch-Brown a refusé, B.S.G.R. l’a poursuivi, avec F.T.I. La poursuite prétend que Soros nourri une «obsession personnelle » avec Steinmetz, il a également allégué que Soros avait perpétué une rumeur que Steinmetz a essayé de tuer le président Condé, en soutenant l’attaque choquante au mortier sur sa résidence en 2011. (BSGR soutient que cette rumeur est dénuée de tout fondement, le procès a été récemment réglée à l’amiable, sans admission de faute par Malloch-Brown ou FTI).
Quand j’ai interrogé Soros sur Steinmetz, il a insisté qu’il détient aucune rancune contre lui. En grand philanthrope, Soros s’est engagé depuis longtemps à promouvoir la transparence et en réduisant la corruption, et il finance de nombreuses organisations dans ces domaines. Il est vrai que certains de ces groupes ont convergé, ces derniers temps, sur les activités de Steinmetz. Cela peut signifier que Soros est obsédé par Steinmetz, ou cela peut signifier que Steinmetz est corrompu.

FRÉDÉRIC CILINS, LE FRANÇAIS QUI AURAIT ORCHESTRÉ LES POTS DE VIN EN GUINÉE

Soros m’a dit qu’il n’avait jamais rencontré Steinmetz. Quand j’ai demandé à Cramer, il a dit, « C’est un mensonge. » En 2005, les deux hommes avaient assisté à un dîner à Davos, et se sont parlés. Présenté avec ce compte rendu, Soros a dit qu’il est allé à de nombreux dîners à Davos au fil des ans. S’il a fait la rencontre de Steinmetz, il n’avait aucun souvenir de lui.

Un jour en Avril, Frédéric Cilins (le Français qui aurait orchestré les pots de vin en Guinée) vient à Jacksonville pour un rendez-vous urgent. Mamadie Touré le rencontre à l’aéroport. Ils se sont assis dans un bar-and-grill dans la zone des départs, et elle a commandé un sandwich poulet-salade. Cilins n’était pas aussi serein que d’habitude, il souffre d’hypertension artérielle, et comme ils parlaient, à voix basse, il était extrêmement anxieux. Il était venu en Floride pour une mission. Il a dit à Mamadie Touré qu’elle doit détruire les documents et qu’il était prêt à payer pour le faire.
Elle l’a informé qu’il pourrait être déjà trop tard: elle avait récemment été approchée par le FBI «Ils vont me donner une citation à comparaître», dit-elle. Un grand jury a été convoqué, et les autorités allaient lui demander de témoigner et de restituer «tous les documents».

« Tout doit être détruit! », A déclaré Cilins. Il disait c’est «très, très urgent. »
Cilins ne se rendait pas compte qu’il était tombé dans un piège. Touré était sur écoute. Elle avait en effet été approché par les autorités et, consciente de sa propre situation juridique, avait accepté de coopérer avec le FBI comme elle a ensuite expliqué dans une interview avec les autorités guinéennes, Cilins et ses collègues avaient « une seule préoccupation, » qui était « d’obtenir ces documents en retour à tout prix. »
Comme les agents fédéraux ont observé de partout dans le restaurant et enregistré chaque mot, elle a demandé à Cilins ce qu’elle devrait faire si elle a été convoquée devant le grand jury. « Bien sûr, vous devez mentir! » A t-il dit, selon un document de la cour qui cite l’échange. Cilins alors a suggéré qu’elle devrait nier qu’elle n’avait jamais été mariée au général Conté.

C’EST BIEN. . . MAIS JE VEUX QUE VOUS DÉTRUISIEZ CES DOCUMENTS

Touré et Cilins avaient parlé au téléphone avant la réunion à Jacksonville, et à un moment elle lui avait demandé si le plan d’acheter son silence avait été autorisé par une personne qui est identifiée dans les documents de la cour que comme «CC-1, » pour » co-conspirateur. « Deux sources proches de l’enquête m’ont dit que CC-1 est Beny Steinmetz..

« Bien sûr, » Cilins avait répondu. Cet appel, lui aussi, a été enregistré par le F.B.I.
A l’aéroport, Cilins a dit qu’il avait vu CC-1-Steinmetz-la semaine précédente. « Je suis allé spécialement pour le voir », a t-il expliqué. Il baissa la voix jusqu’au murmure et dit qu’il avait assuré Steinmetz que Touré n’allait « jamais trahir », et n’allait « jamais donner tous les documents à qui que ce soit. »

La réponse de Steinmetz, selon Cilins, était : « C’est bien. . . Mais je veux que vous détruisiez ces documents ».

Touré dit à Cilins que les documents étaient dans un coffre, et elle l’a assuré qu’ils seraient détruits. Mais il n’était pas satisfait, expliquant qu’il avait été chargé de surveiller que les papiers brûlent.

Si elle acceptait ce plan, Cilins lui a dit qu’elle serait payée un million de dollars. Il avait apporté une attestation juridique, en français, pour lui faire signer. (La volonté de Cilins pour les accords juridiques formels semblait s’étendre jusque dans le domaine de la dissimulation.) «Je n’ai jamais signé un seul contrat avec BSGR, » peut-on lire dans l’attestation. «Je n’ai jamais reçu d’argent de BSGR » L’arrangement comprenait un bonus possible, Cilins dit. Si elle signait l’attestation, détruisait les documents, et mentait devant le grand jury, et si BSGR réussi à s’accrocher à son actif à Simandou- » s’ils sont toujours le cadre du projet »- elle recevrait cinq millions de dollars.

Avant que Cilins ne quitte Jacksonville, il a été arrêté. Cela a mis B.S.G.R. dans une position inconfortable. La transcription de la conversation de l’aéroport ressemblait beaucoup à la confirmation de la corruption. Les documents de Mamadie Touré étaient maintenant en la possession du ministère de la Justice. Le gouvernement de la Guinée avait également obtenu une cassette vidéo, tourné lors de l’ouverture du bureau de BSGR à Conakry, en 2006, qui semblait illustrer la relation étroite entre Touré avec la société. Il montre Cilins assis à côté d’Asher Avidan, qui s’adresse à une foule de Guinéens. Touré fait ensuite une entrée, resplendissante dans une coiffe blanche et robe flottante, et flanquée par des membres de la garde présidentielle conférant implicitement, en vertu de sa présence, l’approbation de son mari mourant.

Quand les nouvelles de l’arrestation à Jacksonville sont publiées, Vale a publié une déclaration disant qu’il était «profondément préoccupé par ces allégations », et s’engage à travailler avec les autorités compétentes. En ce moment, il semble raisonnable de supposer que la société brésilienne peut avoir développé des remords en tant qu’acheteur sur son projet de minerai de fer en Guinée. Lorsque j’ai visité le bureau de VBG-la coentreprise de Vale et le Beny Steinmetz Group- à Conakry, il opérait avec un personnel réduit, et le projet était clairement en attente, selon les dirigeants, il n’y aurait rien dire pour l’enregistrement.

« La question pour Vale est: Que pensiez-vous » un diplomate en poste à Conakry m’a dit. «Avez-vous vraiment pensé que vous seriez en mesure de lancer un projet de cinquante ans pour l’exportation de minerai de fer dans la partie reculée de la Guinée sur la base d’un accord clairement douteux? » Ayant payé seulement un demi-milliard de dollars à BSGR jusqu’à présent, Vale a refusé, pour le moment, de faire d’autres paiements sur les deux milliards de dollars qu’elle reste devoir.

JE NE DONNE PAS D’INTERVIEWS

À la mi-Juin, j’ai pris l’avion à destination de Nice, sur la Côte d’Azur, et ait emprunté un taxi pour Cap d’Antibes, une ville de villégiature privilégiée par les milliardaires. J’avais passé plusieurs mois à essayer de rencontrer Steinmetz, sans succès. J’avais visité le bureau de B.S.G.R. À Londres, et on m’a dit quand je suis arrivé que Steinmetz allait me rencontrer à Paris. Au moment où je suis arrivé à Paris, il avait pris son avion privé pour Israël. Je me suis proposé de m’envoler à Israël, mais on m’a dit qu’il ne voulait pas répondre nécessairement avec moi quand je suis arrivé. Après des semaines de négociations, j’ai finalement réussi à lui parler par téléphone, et après une brève conversation dans laquelle il a annoncé, catégoriquement: «Je ne donne pas d’interviews », il a accepté de me voir. 

Nous nous sommes rencontrés dans un hôtel qui était perché au-dessus de la Méditerranée. Steinmetz était sur son yacht, un modèle italien. Un navire de plusieurs étages blanc élégant, il flottait majestueusement à l’horizon. Comme je suis entré dans le hall, j’ai croisé en passant, un homme profondément bronzé, mince, vêtu d’une chemise en lin bleu qui était déboutonnée mi-chemin de son nombril. C’était Steinmetz..
« Merci d’avoir fait le voyage», a t-il dit quand je me suis présenté. Il saisit ma main avec la poignée formidable de quelqu’un qui met beaucoup de vigueur dans une poignée de main. Nous avons quitté l’hôtel et fait notre chemin jusqu’à une colline escarpée, vers une suite de bureaux. Steinmetz se déplace presque au trot, j’ai dû me démener pour garder le rythme.

«Je suis totalement ouvert, totalement transparent », Steinmetz m’a dit quand nous nous sommes assis. «Je ne mens jamais, en tant que principe. » Il ressent l’idée qu’il est secret, et croit qu’il protège simplement son droit à la vie privée. «Je suis une personne publique, je ne me considère pas », a t-il dit. 

UNE HISTOIRE TRÈS AFRICAINE

Nous avons parlé pendant près de trois heures, jusqu’à ce que Steinmetz soit rauque. Il a dit qu’il se sentait pris au dépourvu par la controverse sur Simandou. Les gens qui pensent qu’il est intrinsèquement bizarre de faire des milliards de dollars sur un investissement de cent soixante millions ne comprennent tout simplement pas que le business sur les richesses naturelles est un jeu de hasard. «C’est la roulette, » Steinmetz dit, si vous travaillez dur, et prenez des risques, parfois vous « avez de la chance. » En tant que petite entreprise qui est à l’aise avec le risque, BSGR réalise des investissements que les grandes sociétés minières ne feraient pas. Son entreprise a perdu de l’argent en Tanzanie. Elle a perdu de l’argent en Zambie. Mais en Guinée, il a gagné.
Steinmetz a fait valoir que l’accord avec Vale n’était pas une tentative de BSGR de vendre ses actifs, mais plutôt un partenariat du genre qui est souvent nécessaire avec les projets miniers ambitieux, exigeant beaucoup de ressources. « Comment avons-nous flippé ? (expression financière: vendre des parts immédiatement après les avoir achetées afin de faire un profit rapide et facile) » a-t-Il demandé. « Pourquoi embarquer un partenaire dans un flip? »

Au cours de notre appel téléphonique, Steinmetz avait décrit la saga de Simandou comme «une histoire très africaine », et quand nous nous sommes rencontrés, je lui ai demandé comment sa société a traité avec l’omniprésence de la corruption en Afrique. « Des instructions et des orientations aux gens sur le terrain très strictes», a t-il dit, insistant sur le fait que, même dans les pays qui sont connus pour la corruption, l’entreprise ne paie pas de pots de vin. «Nous gérons notre entreprise comme une entreprise publique plus transparente», a-t-il dit.

A entendre Steinmetz dire, les anciens dirigeants de la Guinée ont été indignes de la censure généralisée qu’ils ont reçu. Général Conté était «plus honnête» que le président Condé. Le capitaine Dadis, le chef de la junte qui a présidé le massacre du stade, était « un homme honnête » qui simplement « voulait le meilleur pour son pays. »
Le président Condé est le vrai méchant dans cette histoire, selon Steinmetz. Son aversion pour Condé est si palpable que, chaque fois qu’il parle de lui, les tendons de son cou se tendent.

Steinmetz a affirmé que les accusations portées contre lui étaient le produit d’une campagne de diffamation concertée, initiée par Condé et financée par George Soros. «Selon la religion juive, si vous dites que quelqu’un est coupable de quelque chose sans preuve, c’est une très mauvaise chose à faire », a déclaré Steinmetz. Et les documents qui ont été discutés à Jacksonville ne prouvent rien, dit-il, ils étaient des faux.
Après avoir échoué à rencontrer Steinmetz à Paris, j’avais rencontré Asher Avidan, le chef des opérations de la Guinée de BSGR, pour boire un verre. Quand je lui ai présenté avec une photographie d’une signature qui apparaît sur l’un des contrats, il avait reconnu qu’il était identique à la sienne, mais l’a rejeté comme « simple Photoshop. » Au Cap d’Antibes, Steinmetz a évolué sur ce thème, affirmant que les documents de Mamadie Touré étaient faux, et que, longtemps avant que le FBI débute l’enquête, elle avait tenté de faire chanter BSGR, en utilisant les contrats frauduleux comme levier. «Nous n’avons jamais payé ça », a insisté Steinmetz. «Nous ne lui avons jamais rien promis. »

« CILINS DIT À MAMADIE TOURÉ, «J’AI PARLÉ À BENY. IL M’A DIT DE LE FAIRE. « VRAIMENT? »

Il a sorti des photocopies en couleur des documents, et montré des notations successives qui auraient été prises sur chaque contrat par le notaire à Conakry. Ces notations, a t-il dit, vont par ordre décroissant plutôt que par ordre croissant, preuve qu’ils étaient faux. Je lui ai dit que je pouvais imaginer un scénario dans lequel les documents étaient des faux, et a concédé que Touré n’était pas exactement un témoin irrécusable. Mais la transcription de la conservation de Jacksonville n’a pas l’air d’être une bonne chose pour Steinmetz, et je lui ai dit qu’il y avait un autre facteur qui me poussait à considérer que les documents sont réels: s’ils étaient faux, pourquoi Cilins Frédéric traverserait l’Atlantique et offrirait à Touré cinq millions dollars pour les détruire? J’ai posé la question à plusieurs reprises à Steinmetz, de multiples façons, mais il a répondu qu’il ne pourrait « spéculer » sur Cilins pendant que son affaire était devant les tribunaux.
J’ai appuyé sur la question. « Cilins dit à Mamadie Touré, «J’ai parlé à Beny. Il m’a dit de le faire. « Vraiment? ».
«Je ne lui ai pas demandé de détruire ces faux documents ou tout autre document », a déclaré Steinmetz.

Cilins mentait-il à propos de la directive de Steinmetz, alors? Ou s’était-il en quelque sorte trompé?

Steinmetz, de plus en plus impatient, a répété qu’il ne voulait pas spéculer sur Cilins. Il ne voulait parler, cependant, que de la responsabilité de Condé pour la mort de manifestants en Guinée. « Le gars a du sang sur les mains », a déclaré Steinmetz.
« Le capitaine Dadis avait du sang sur ses mains, lui aussi, ». J’ai observé : « Et vous l’avez invité au mariage de votre fille. »
Steinmetz me regarda un instant, puis dit: « Je ne vais pas discuter ou aller en profondeur sur la politique de la Guinée. »

Alors même que nous nous réunissions en France, les dirigeants du G8 s’étaient rassemblés en Irlande du Nord. Un objectif majeur était d’évaluer les règles régissant la façon dont les dirigeants de pays riches se comportent quand ils s’aventurent dans le monde en développement. Avant le sommet, le Premier ministre David Cameron, du Royaume-Uni, a publié un éditorial dans le Wall Street Journal: «Nous devons lever le voile du secret qui permet trop souvent aux entreprises et aux fonctionnaires dans certains pays corrompus de contourner la loi. Le G-8 doit évoluer vers une norme commune mondiale pour les compagnies d’extraction de ressources à déclarer tous les paiements aux gouvernements, et à tour de rôle pour les gouvernements de déclarer ces revenus.
«Dans l’élaboration de ce programme ambitieux, Cameron avait été étroitement conseillé par Paul Collier. « C’est une énorme opportunité pour l’Afrique, » Collier m’a dit. « Mais c’est une occasion non renouvelable. «Si les entreprises sont autorisées à acquérir des ressources naturelles sans une transparence totale, le résultat sera le pillage ou, comme Collier dit, «une tragédie aux proportions impressionnantes. » A l’invitation de Cameron, le président Condé a voyagé à Londres avant la réunion. « Si nous voulons lutter contre l’exploitation et assurer la transparence, nous allons avoir besoin de l’aide du G-8», a déclaré Condé, dans un discours à Chatham House, le think-tank de la politique étrangère. «Les sociétés minières sont pour la plupart dans l’Ouest. »

STEINMETZ S’EST DIRIGÉ VERS SON YACHT POUR LE DÎNER  

Steinmetz a été consterné par la considération accordée au chef de la Guinée. Le gouvernement actuel, a-t-il dit, est une version «sophistiquée» d’un régime corrompu, car «ils font semblant d’être honnêtes. » Il a répété une accusation que certains de ses collègues avaient fait, que Condé avait volé l’élection de 2010 en promettant à sa bande la licence de BSGR sur Simandou et de transférer les droits à ses bailleurs de fonds. « Il a vendu ses actifs à des intérêts sud-africains qui lui ont fourni un soutien financier pour manipuler l’élection », at-il dit. Même avant que Condé ne prenne fonction, il avait décidé « qu’il allait nous retirer Simandou. » Selon les dires de Steinmetz, Condé est comme le personnage-titre dans l’homme « parfaitement incorruptible » « Nostromo » qui, par sa propre vanité et l’appel de la mine, finit par succomber à la corruption.
« Nous sommes les victimes », a déclaré Steinmetz. « Nous n’avons fait que de bonnes choses pour la Guinée, et ce que nous obtenons est un crachat au visage. » Avec cela, il me souhaita bon vent. Le crépuscule tombait, et je suis descendu de la colline tandis que Steinmetz s’est dirigé vers son yacht pour le dîner. 

Peu de temps après que Frédéric Cilins a été arrêté en Floride, je suis allé à Conakry j’ai visité le président Condé au palais de Dim Sum. Il portait un costume blanc avec des manches courtes-un style commun en Guinée et avait l’air fatigué. Les rassemblements de l’opposition violents n’ont montré aucun signe de s’arrêter, et il n’était pas tout à fait clair que Condé allait se maintenir au pouvoir assez longtemps pour réaliser son programme de réforme. N’ayant pas réussi à organiser des élections législatives, il risquait de perdre sa crédibilité en tant que leader véritablement démocratique. Alexis Arieff, un expert en Guinée au CongressionalResearch Service, m’a dit: « Il est venu avec un vrai sentiment d’avoir combattu pour la présidence, et qui mérite une main libre dans la façon dont il dirige le pays ». 

«Ceci est à moi, je suis allé en prison pour cela, j’ai souffert pour cela. » Un rapport de l’Union européenne a récemment blâmé » le style de gouvernement de Condé « pour l’escalade de la tension dans le pays. Condé, pour sa part, a estimé que Steinmetz avait joué un rôle dans les troubles, à Chatham House, il a laissé entendre que BSGR finance le mouvement d’opposition. (Steinmetz m’a dit que c’était faux).

Quand j’ai demandé à Condé s’il se sentait justifié lorsque le ministère de la Justice américain a commencé à enquêter sur l’affaire Simandou, il a refusé de mordre à l’hameçon. C’est finalement à lui de décider, sur la base d’un avocat du Ministère des Mines, qu’il s’agisse ou non de déposséder BSGR et Vale de la licence Simandou, et il ne voulait rien dire qui pourrait nuire à ce processus. Au lieu de cela, il a souri et a dit: « Les actions des États-Unis peuvent m’aider à avancer dans la lutte contre la corruption en Guinée. »

Il me vint soudain en tête pourquoi B.S.G.R pourrait être si attaché à la notion que Touré n'avait pas été mariée à l'ancien Général

La caution de Cilins a été fixée à quinze millions de dollars, en raison du danger qu’il pourrait fuir les Etats-Unis en mai, il a plaidé non coupable à des accusations d’obstruction-de-justice, et il est possible qu’il décide de coopérer avec les autorités, dans les documents de la cour, il n’a pas nié avoir offert à Mamadie Touré de l’argent pour détruire les documents, ou de l’avoir fait à la demande de Steinmetz. B.S.G.R. continue d’affirmer qu’il n’a jamais payé de l’argent pour Touré ou signé des contrats avec elle. Mais Asher Avidan a dit quelque chose d’intéressant dans notre conversation au bar à Paris. Il a réitéré la demande de BSGR que Touré n’avait pas été mariée au général Conté quand il a signé sur les droits de Simandou. « Elle n’était pas sa femme », a déclaré Avidan. « Pas même couché avec lui. » Puis il ajouta: « Elle est un lobbyiste. Comme un millier d’autres».

« Il me vint soudain en tête pourquoi B.S.G.R. pourrait être si attaché à la notion que Touré n’avait pas été mariée à l’ancien général. Si elle n’était pas liée à lui, alors elle n’était qu’une autre colporteuse-lobbyiste avec une influence locale. Et on pourrait faire valoir que, sur le plan juridique, payer un lobbyiste est différent de payer un pot de vin. Si B.S.G.R. n’a jamais été forcé d’admettre qu’il avait payé Mamadie Touré, ici, en germe, était un moyen de défense.

Bien que le ministère américain de la Justice ne fera aucun commentaire sur l’affaire, Cilins n’est probablement pas l’objectif ultime de son enquête. Lorsque le grand jury de Manhattan a commencé à délivrer des assignations, plus tôt cette année, il a demandé des informations non seulement sur « la concession de Simandou » mais sur Steinmetz lui-même. Le F.B.I. récemment envoyé deux équipes d’enquêteurs à Conakry. Selon le Wall Street Journal, le SeriousFraud Office, à Londres, a également ouvert une enquête sur les activités de BSGR. Parce que tant Israël et la France ont été réticents à extrader leurs ressortissants dans le passé, Steinmetz pourrait ne jamais voir de procès aux Etats-Unis, même dans le cas où il serait inculpé. Pourtant, Scott Horton m’a dit, « les options de voyages futurs de Steinmetz peuvent être limitées. »
Quand nous avons parlé au Cap d’Antibes, Steinmetz ne semblait pas inquiet. «Nous avons zéro à cacher », a-t-il dit.

Steven Fox, l’enquêteur m’a dit que Steinmetz et ses collègues étaient «très improvisation», ajoutant: «Ils peuvent penser de manière créative et se déplacer rapidement dans une situation incertaine. C’est ce qui représentait leur succès, dans beaucoup de manières. Mais il sera probablement également la raison de leur chute.
«Pour le moment, le minerai de fer reste enfermé dans les montagnes de Simandou, et le site est toujours coupé du reste de la Guinée. « Tout le monde veut Simandou, » Condé m’a dit tandis que nous étions assis dans le palais. «C’est devenu l’obsession, littéralement, tout le monde. »

Il a continué à parler, à sa manière professorale, mais une note d’égarement se glissa dans sa voix. « En regardant le minerai de fer, la note est de classe mondiale. La qualité est de classe mondiale. Pourtant, depuis de si nombreuses années, nous n’avons pas été en mesure de bénéficier de l’une de ces énormes ressources ». Le président Condé pause. Puis il murmura quelque chose, presque à lui-même: « Comment pouvons-nous être si riches et pourtant si pauvres ? »

Source : Guinée7.com