image RFILes leaders des BRICS au sommet de Benaulim, en Inde, le 16 octobre 2016. De gauche à droite : le Brésilien Michel Temer, le Russe Vladimir Poutine, l'Indien Narendra Modi, le Chinois Xi-Jinping, le Sud-Africain Jacob Zuma.

Sommet des BRICS : Pékin s'inquiète de la fragilité de l'économie mondiale

Dans une déclaration commune à l'issue du sommet de Benaulim, en Inde, les BRICS annoncent la création d'une agence de notation et un renforcement de la lutte contre l'évasion fiscale, et se sont mis d'accord pour travailler sur le terrorisme transfrontalier. Le président chinois a jugé que l'économie mondiale restait fragile.

« L'économie mondiale fait toujours face à une reprise périlleuse », a souligné dans un communiqué le président chinois, pour qui l'économie mondiale reste fragile. Xi Jinping a estimé qu'il n'y avait pas de raison que le bloc des BRICS ne s'épanouisse pas, appelant à «des actions concrètes pour renforcer la confiance », tout en soulignant qu'« à long terme », les perspectives de développement « sont toujours positives ». 

Le Premier ministre Narendra Modi a plaidé pour que les BRICS améliorent les niveaux de coopération, appelant au démantèlement des barrières commerciales et à la promotion des infrastructures.

Le président russe Vladimir Poutine a appelé à une plus étroite coopération notamment dans les domaines du commerce électronique et de l'exploration spatiale.

Lors de ce sommet à Benaulim, dans l'ouest de l'Inde, les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, et Afrique du Sud) ont cherché à insuffler de la vigueur à leur regroupement, au moment même où ces cinq pays sont confrontés à un ralentissement de leurs économies. La Russie et le Brésil sont récemment tombés en récession, la croissance chinoise a sérieusement ralenti.

Création d'une agence de notation

A l'issue de ce sommet, dans une déclaration commune annoncent la création d'une agence de notation et un renforcement de la lutte contre l'évasion fiscale. La nouvelle agence se veut un pendant aux agences de notations occidentales : Moody's, Standard & Poor's et Fitch.

Pas de condamnation du Pakistan

La déclaration finale évoque l'objectif de combattre « le terrorisme transfrontalier et ses soutiens ».

« La mère du terrorisme est un pays dans le voisinage de l'Inde », a déclaré Narendra Modi. « Les modules terroristes dans le monde ont partie liée » avec celle-ci, a-t-il souligné, en appelant les BRICS à « parler d'une même voix face à cette menace ». Les partenaires de l'Inde, notamment la Chine, ont refusé d'approuver une condamnation du Pakistan, rival historique de l'Inde dans la région.

Avec AFP

Source : RFI