Après sa maladresse sur les cadres Malinkés, ressenties comme une véritable provocation pour les uns et une insulte contre la communauté malinké pour les autres,  le chef de l' Etat tente de se justifier. Hélas, il s'enfonce encore plus. Vue le tollé qu'a soulevé sa déclaration de la semaine dernière au sein de toute la communauté de la Haute Guinée, il s'est mit dans de sale drap qui risque de lui coûter très chère pour les prochaine échéances de la vie politique nationale. Le prochain congrès du Rpg  qui s'annonce pour bientôtt, sera bouillant pour lui. 

Aujourd'hui encore, je me demande ce qu'a bien pu lui traverser la tête pour s'exprimer de la sorte. Enfin, ce deuxième mandat semble nous plonger dans une incertitude totale après cet énième écart de langage du Président depuis son arrivé à la magistrature suprême.

Mme Sylvie K

Insulte des Malinkés : Condé envoie des émissaires pour...nier

alpha_conde-592x296

Le geste peu avisé d’Alpha Condé s’est finalement soldé par une insulte, une claque adressée aux « Malinkés malhonnêtes ». Aujourd’hui, c’est toute la Haute-Guinée et les cadres progressistes du RPG qui se sentent offusqués.

Pour ainsi rectifier le tir, Alpha Condé envoie des émissaires dans la région de la savane. Pas pour s’excuser mais pour nier les insultes. Selon des sources dignes de foi, le président maladroit et revanchard est à l’étroit. Des supports numériques sont préparés pour les faire écouter aux Siguirinka et ailleurs où la poudrière est des plus explosives. Mal lui en a pris car, Siguiri a pris les devants. Pour les faiseurs de roi, la voix de Condé a été altérée. « C’est Lansana Kouyaté qui est derrière cette manœuvre », accuse-t-on, toute honte bue. Aux dernières nouvelles, la manœuvre n’a pas pu fonctionner pour berner les Haute-Guinéens.

Les émissaires ont croisé chemin avec la coordination manding déjà sur ses grands chevaux et qui demande des comptes à Alpha Condé. Le retour de celui-ci du sommet de la CEDEAO ne serait vraiment pas une partie de plaisir. Il doit faire face à une réelle vindicte. Nous y reviendrons.

Jeanne Fofana

Source : KabaBachir.com