Ban-Ki-moon

À la fin de cette année, le mandat du secrétaire général actuel le Coréen Ban ki-moon s'achèvera. Actuellement, se pose la question, QUI ? pour le remplacer à la tête de la diplomatie mondiale. Cette question semble préoccuper toutes les diplomaties du monde. D'aucuns voudront voir une femme diriger maintenant cette institution, d'autres pensent qu'un homme doit succéder au secrétaire général.


Cette année pourtant, jamais la succession en faveur d'une femme n'a été aussi évidente. Sur les huit postulants, quatre sont des femmes dont : la Bulgare Mme Irina Bokova directrice générale de l'UNESCO; Mme Vesna Pusic ancienne ministre Croate des affaires étrangères ; l'ancienne première ministre Néo-zélandaise Hélène Clark et l'ancienne ministre des Affaires étrangères Moldave Natalia Gherman.


Pour évaluer les capacités de chaque candidat, depuis le 12 avril, les auditions sont ouvertes pour permettre aux prétendants qui n'auront que 2h de se présenter, mais aussi, exposer leur vision du poste, leurs objectifs et éventuellement, répondre aux questions des 193 délégués des pays membres .


Ce qui, à mon avis, est une véritable révolution au sein de l'institution. Avant cette année, seul les cinq membres permanents : Etats-Uis, Grande-Bretagne, la Chine, la Russie et la France, étaient seuls habilités à sélectionner à huis clos les candidats.
Au matin du 1er janvier 2017, le monde entier découvrira le nouveau visage du secrétaire général de l'ONU. Visage que j'espère, sera celui d'une femme.