18

COUP DE GUEULE  à  CERTAINS AUTEURS…

Par Aly Bocar Cissé

Réf : Citation de Benn Pepito

‘’…   ce propos édifiant de Abdou Diouf sur le régime tyrannique et sanguinaire de Amadou Sékou Boucher’.

Mis à part le style unique de Benn Pepito, j’avoue que le ‘’Témoignage’’ de Abdou Diouf à la page 169 de ses ‘’Mémoires’’ (lus par Benn Pepito),  me laisse pantois. Bien que conscient du fait que l’Homme est un ‘’inconnu connu’’, et un ‘’connu inconnu’’, tel qu’AST nous l’a si bien enseigné. Parce que :

1)  Malgré des dénégations véhémentes, je soutiens que, le 28 Mars 1984, j’avais bien vu Abdou Diouf couler des larmes, lors des Hommages à AST au Palais du Peuple à Conakry. J’avais vu aussi bien celles d’autres Chefs d’Etat à la même occasion. Je n’insiste pas ; n’étant pas un génie pour connaître ce que recèle le cœur de l’homme… et donc, la ‘’nature’’ des larmes de Djan ou de Moro ;

2)Je connais quelqu’un, qui est vivant, et à qui je souhaite de très longues années encore ici-bas, quelqu’un donc, qui a vu, de ses yeux, vu, le Président Abdou Diouf du Sénégal, la tête posée sur le genou d’AST qui la lui caressait. Exactement comme un père et un fils ;

3) Visés par des COMPLOTS, à raison d’UN SEUL à chaque fois :

a) Olympio (Sylvanus) a été tué à Lomé en 1963 ; son assassin a régné pendant 40 ans après, avec le soutien total de la France ;

b) NKrumah a été renversé de son Pouvoir en 1966. Lui qui avait été adoubé à Accra en 1957 par une Pléiade d’Hommes d’Etat, au nombre desquels le Vice-Président des USA à l’époque, Richard NIXON. Nkrumah a été renversé par des Soldats Ghanéens manipulés par Houphouët-Boigny (la France ?) ;

c) Après l’Assassinat dans les conditions les plus atroces, de son Premier Ministre en 1962, feu Sir Tafawa Balewa, le NIGERIA a subi une Guerre de Sécession au BIAFRA avec le triple Soutien de Houphouët-Boigny, d’Albert Bernard Bongo et du Général Charles De Gaulle. Bilan : 2 millions de morts en trois (03) petites années, de 1967 à 1970 ;

d) Modibo Keïta a été arrêté en 1968 et tué en prison par Moussa Traoré, le complice, un an après, du ‘’Coup Kaman/Fodéba’’ d’aubédience française. Le même Moussa qui a été chargé, fin Mars 1984, d’appuyer le CMRN de Lansana Conté, pour le renversement du Régime du PDG. La France ne lâcha Moussa Traoré qu’en 1989 : il l’a dit lui-même après, lors de son procès ;

e) Marien NGouabi a été assassiné en 1977 ; dans une confusion, dont le Président Sassou profite toujours encore ;

f) Thomas Sankara a été découpé, à la kalach en 1987, par un détachement des ‘’Scorpions’’ de Charles Taylor, le Poulain de Houphouët-Boigny, pour installer Blaise Compaoré, le neveu par alliance matrimoniale du même Houphouët-Boigny, le plus grand serviteur du Néocolonialisme français dans toute l’Afrique.

Je m’en tiens à ces six (06) cas, qui suffisent, pour ne pas avoir à parler des Rubben Um Nyobé et autres Moumié (Félix-Rolland) ! Et j’insiste : à chacun de ces CAS, ça a été, NET, un Coup K.O.

4)               AST a été visé par plus de DIX (10) COUPS, reconnus et/ou revendiqués tant par Mamadou Dia, Premier Ministre du Sénégal avant Abdoul Diouf, que par les Officiels et Agents français et portugais. Autant que par l’ONU. Et Abdou Diouf SAVAIT TOUT CELA : je le jure au Nom de DIEU ! Lui donc, MORALEMENT, peut-il comparer la Guinée d’AST au Sénégal de Senghor le NORMAND ? C’est tout simplement MECHANT, et illustratif d’une Méconnaissance totalement ‘’je-m’en-foutiste’’ de DIEU. Sinon, il aurait pu tout simplement s’abstenir de ce genre d’expression, qui détruit  quelqu’un dans l’estime totalement désintéressée des Gens !

Evidemment… si, comme d’autres, on croit qu’en mourant, c’est fini, alors, on est libre de son choix. C’est ça la Vie.

En attendant, je renvoie nos lecteurs au témoignage déjà publié de S E Moustapha Niasse, Sénégalais lui-aussi, et tout autant Homme d’Etat. On peut en tirer la conclusion qu’on veut.

Nous allons quand-même publier ci-après le deuxième Témoignage que nous avions annoncé dans le précédent numéro.  

Deuxième Témoignage : Par Monsieur BEN TRAORE, Editorialiste, dans l’Hebdomadaire guinéen ‘’NIANI’’ : LA VOIX DES SAGES (Numéro Spécial du 26 Mars 2010, page 2) ; CITATION :

Hommage à Ahmed Sékou Touré

J’entends errer à son sujet. C’est dommage ! J’entends pérorer à son détriment. C’est abominable ! La Guinée a tout intérêt à le connaître dans la noblesse de ses ambitions, dans la richesse de sa pensée, dans la pertinence de ses positions.

La Guinée s’honore de son apport aux bouleversements politiques positifs du 20ème siècle.

Aimé Césaire a dit, et cela reste valable : ‘’Il n’est pas exagéré d’affirmer que Ahmed Sékou Touré reste l’Africain du siècle’’. Pour sa part, Jean Price Mars, le haïtien et le père véritable de la Négritude, mais qui a jugé sain de s’en laver les mains dès lors que d’autres l’ont galvaudée et en ont assoupli l’échine, s’est fait le devoir et l’honneur de venir saluer Ahmed Sékou Touré comme pour adouber celui qu’il a appelé ‘’le fils illustre de ma race’’.

Le poète Sénégalais David Diop a chanté le rayon de miel pour l’Afrique. Il n’est pas jusqu’à Léopold Sédar Senghor pourtant méchant à certaines heures, vindicatif et jaloux à d’autres moments, qui n’ait été amené à reconnaître et à exalter ‘’l’amour tyrannique de Sékou pour l’Afrique’’.

L’Afrique ! Voilà qui dit tout. L’Afrique, sa libération, son émancipation, son unité pour son développement et le bonheur de ses Peuples, l’Afrique telle qu’elle est indépendante aujourd’hui, telle qu’elle s’unifie aujourd’hui et telle qu’elle se construit aujourd’hui, cette Afrique-là, disons-le sans rien surfaire, cette Afrique-là, c’est l’œuvre de Ahmed Sékou Touré.

Le progrès de l’Afrique, c’est son grand rêve dont il a communiqué et l’envie, et les idées, et certaines modalités de réalisation à ses pairs d’antan. Il en a essaimé les prémices et en a goûté les primeurs. Il s’en est allé en léguant l’héritage à la jeunesse du continent qu’il a réunie et à laquelle il s’est solennellement adressé à Conakry à la veille de son décès comme par prémonition. A le relire ou à l’écouter, l’on est effaré de voir combien il reste tendu vers l’Afrique et vers le progrès. Peuple, Afrique, Progrès sont les maîtres-mots qui fondent sa pensée, en tissent les trames et en fixent les finalités. C’est pourquoi Ahmed Sékou Touré a fait tout ce qu’il a fait. De son œuvre colossale, loin de dresser un bilan, retenons quelques chapitres frappés dans le marbre au front de l’histoire.

-         Il a libéré la Guinée

-         Il a libéré l’Afrique

-         Il a grandement contribué à la libération des Peuples coloniaux en Asie et en Amérique Latine

-         Il a créé l’O.U.A.

C’est lui qui en a eu l’idée à la suite de la visite en Guinée de Patrice Lumumba Premier Ministre désemparé d’un Congo déchiré.

C’est lui qui a mené les contacts avec tous les Chefs d’Etats Africains en commençant par mettre fin aux dissensions entre le groupe de Casablanca et le groupe de Monrovia. C’est lui qui a fixé le lieu et la date du sommet constitutif.

-         C’est lui qui a choisi et fait élire et réélire le premier Secrétaire général de l’O.U.A en la personne de son ami et beau-frère (Sic !) Telli Diallo dont il regrettera l’arrestation et la mort et dont il portera le deuil jusqu’à fin de ses jours.

Si Ahmed Sékou Touré n’était pas le plus grand chef d’Etat Africain, aucun autre ne l’était plus que lui.

Tous ses pairs avaient pour lui estime et considération. Tous sans exception, tous venaient régulièrement le voir, tous le consultaient toujours sur toutes les grandes questions de ce monde.

C’est lui qui a donné son premier argent de Combat, sa première formation militaire et son premier passeport diplomatique à Nelson Mandela.

Tous les grands leaders de l’Afrique combattante ou presque tous avaient élu domicile A Conakry ou y ont longuement séjourné.

Par exemple : Abdel Aziz Bouteflika, actuel président Algérien habitait ici, à Sandervalia derrière le musée national.

Tous les grands de l’Asie du Sud Est y venaient. Certains comme Hô Chi Minh du Vietnam ont rendu visite à Ahmed Sékou Touré. D’autres comme le Prince Norodom Sihanouk ont longuement séjourné en Guinée. Fidel Castro et Ernesto Che Guevara,  figures de proue de la Révolution latino-américaine, ont durant leur séjour en terre Africaine de Guinée, admiré et apprécié la grandeur et la maturité légendaire de ce Peuple.

De nombreux grands Chefs d’Etat ou Chefs de gouvernements occidentaux le tenaient en grande estime et venaient le voir.  Bref, tous les grands de ce monde s’honoraient de le fréquenter, de le consulter. C’est aussi lui qui a fait créer le comité de décolonisation des Nations Unies.

Dans les conférences internationales, il était toujours assidûment consulté, écouté et très souvent suivi. C’est grâce à lui, en grande part, que la République populaire de Chine est revenue à l’ONU et a retrouvé son siège de membre permanent du Conseil de Sécurité. Puisque seul Dieu est Dieu et comme pas même des envoyés de Dieu ne sont quittes de tout défaut ni de toute faute, Ahmed Sékou Touré, simple créature, simple humain, n’est pas à tenir pour blanc et immaculé dans tout ce qu’il a fait.

Peut-on faire tout ce qu’il a fait pour la Guinée, pour l’Afrique et pour le monde (dans le Contexte naguère marqué par les régimes de partis uniques partout en Afrique) et ne pas voir grossir de façon astronomique ses erreurs, multiplier par mille ses fautes, affecter ses dérapages de valeurs exponentielles ?

Surtout lorsque la haine s’en mêle de la part des nostalgiques de l’ordre colonial, de la part des tenants du colonialisme et de l’impérialisme revanchards ?

Et que dire des ennemis politiques qui poussent à la roue ? L’ethnocentrisme n’habite-t-il aucune campagne de démonétisation et de démolition ? Que d’abominations ! Que d’affabulations aux accents d’injustice et de discrimination incroyable ?

De bout en bout, la vie de Ahmed Sékou Touré s’est jouée sur les hauteurs de l’histoire. Son existence s’est conclue dans les solennités. Il a mené une vie de héros. Il a reçu des obsèques de héros. Tous les grands de la planète lui ont fait le plus grand honneur. Ils ont tous pris part à sa mise en terre. Du jamais vu en Afrique. Pas même Gamal Abdel Nasser, pas même pour Félix Houphouët Boigny. C’est là un signe de Dieu.

Sachons nous y référer et nous en tenir à ses engagements. Rendons grâce à Dieu. Rendons hommage et honneur à Ahmed Sékou Touré.

Ben Traoré  

… à la prochaine donc, INCH’ALLAH, pour continuer. Il n’y a pas de ‘’petit’’ Témoignage si on le fait entre soi et DIEU pour le bien de TOUS. ‘’Thank you’’ !

Soub’hânallâhi Wabihamdihi, astakh’firoullâhi Wa atoûbou ilaïhi  Wa sallallâhou alâ Seydinâ Mouhammadin, Wa alâ âlihî, Wa Sahabihî Wa Sallim.

Conakry, le 5 Janvier 2015

Aly Bocar Cissé Professeur et Administrateur Civil à la Retraite

Téls : 664-33-37-70/622-27-88-89/657-38-53-89

Email : cissedebma@yahoo.fr