Psychologie Sociauxde mauvaise foi - Stratégies de la désinformation et de toutes les rumeurs

Par O. Cissé de Bma

Partie 1

Court extrait (fin du 9ème  paragraphe et début du 10ème),  du texte publié le 23 Mai, par un certain Ben Pepito, plus haineux que jamais contre Sékou Touré et toute son ethnie :

... « Qu’est-ce qu’il y a eu de grand, tout simplement, dans cette révolution clanique et ethnocentrique ? Rien. Absolument rien. Aucun aspect positif ? Aucun ? J’attends le prochain « ngnangamadi soffalé » qui citera un seul aspect positif de cette révolution pour lui rentrer dedans. 

Excusez-moi, madame Telli, d’être grossier ! Wallahi ! Cette rogue clique là ne comprend que ce genre de langage ordurier. »

...

Je signale à Ben Pepito, qu’il n’y a pas de pire sourd, ni de pire aveugle, que celui qui ne veut ni entendre, ni voir. Il devra donc se préparer à ‘’affronter’’ physiquement comme il l’insinue, plus de 90% des guinéens d’aujourd’hui, puisqu’il n’est pas encore satisfait du tri sélectif (auquel ‘’on’’ avait procédé à partir de 1984 sur une base ethnique), suivi des affreuses exécutions à Kindia (et ailleurs), au point que l’un des ‘’génocidaires’’ avait déclaré qu’il avait enfin vengé ses parents...(et ce sont les mêmes qui avaient innové l’utilisation du viol dans les prisons, pour infliger encore plus d’humiliation aux détenues).

Lors des tortures et des  éliminations contre les malinkés, un autre ‘’justicier’’ avait cyniquement déclaré qu’en cas d’extermination de l’ethnie, il irait (si besoin se posait), chercher  de la ‘’semence’’ en République voisine du Mali, dont le Président était bien venu aux obsèques de Sékou Touré, mais chargé d’une mission spéciale consistant à chaperonner l’armée guinéenne pour ravir le pouvoir aux civils.

 Aux obsèques de Sékou Touré, il y’avait eu 169 délégations officielles (cent soixante neuf) au point que l’aéroport de Conakry n’avait pas suffi... ; Aux nombres des présents, il y’avait Georges Bush père et le russe Tchernenko, respectivement vices Présidents des Etats Unis d’Amérique et de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS) ; Il y’avait également  la quasi-totalité des dirigeants de la Planète, tous venus pour honorer la Guinée et la mémoire du défunt Sékou Touré; L’On y avait carrément vu les larmes de quelques chefs d’Etat comme  Houphouët Boigny de Côte d’Ivoire, Abdou Diouf du Sénégal, Samuel Doe du Libéria, Nino de Guinée Bissau, Yasser Arafat de Palestine, Djafard al Nyméri du Soudan et Siad Barre de Somalie.

Tout ce monde se serait-il donc trompé sur Sékou Touré ?

Sachez Monsieur Ben Pepito, que de toutes façons, plus personne en Guinée et dans le monde, en dehors de votre cercle de conspirateurs, ne vous écoutera ni ne vous suivra plus car, la conscience populaire n’est plus celle qui fut bernée dans les années 60 et 70.

Et ce formidable accroissement du niveau de conscience de nos populations, est irréversible !   

De nos jours, de multiples ouvrages (écrits par des acteurs privilégiés, des témoins directs, ou des journalistes étrangers), ainsi que d’innombrables émissions de télé ou de radio, donnent enfin raison à Sékou Touré et par conséquent, les auteurs des complots et leurs complices, restent les seuls à nier qu’ils étaient TOUS vrais, ainsi que les innombrables sabotages économiques car par exemple, après la création de la monnaie guinéenne en 1960, des milliards et des milliards (de fausses monnaies), avaient été déversés dans le pays pour créer et entretenir l’inflation et simultanément, d’autres opposants bloquaient tous les projets de la Guinée dans les banques et instituions financières Occidentales.

Après 1984, toutes les unités industrielles réalisées par le premier régime, furent détruites, ou bradées par le régime militaire, qui par ailleurs, n’a jamais laissé publier le livre blanc, pourtant commandé dès le début par le CMRN, dans l’espoir de confondre et discréditer Sékou Touré et son régime ; Mille fois Hélas, ce livre blanc fut escamoté à sa sortie car, le bilan trouvé  y était plutôt positif pour le premier régime. Par exemple, toutes les archives de 1958 à 1984, n’avaient recensé en tout que 117 morts et la majorité de ces morts étaient de l’ethnie malinké. Ce qui expliquerait peut-être que certains de ces mêmes malinkés aient été les seuls à danser en 1984 dans deux localités importantes de haute Guinée, à l’annonce de la mort de Sékou Touré.    

Je rappelle également à Ben Pepito, que de 1958 à 1984, les hauts responsables de l’administration, ainsi que les membres de tous les gouvernements de la première République, étaient de toutes les ethnies et aucune mauvaise foi ne peut le contester. C’est également sous la Révolution que le premier régime avait fait aux femmes une promotion (nationale et internationale) encore inégalée sur la planète...

 Gardons-nous donc, de travestir l’Histoire que nos jeunesses n’ont pas connue. Elles pourraient d’ailleurs, à certains propos, relire mon papier : ‘’La jeunesse face à l’ethnocentrisme en Guinée’’, du 15 Septembre 2013.

Rappelons enfin à Ben Pepito (le preux), que l’ethnocentrisme a fait son lit en Guinée  seulement à partir de 1984 car, ceux qui manipulaient les évènements, avaient choisi cette stratégie (auparavant subtile) dès la mort de Sékou Touré, pour conquérir enfin le pouvoir, à l’instar de ce parti politique qui avait carrément demandé en 1984, lors d’une réunion à la ‘’Porte-Maillot’’ à Paris, à ses cadres et stratèges, de réfléchir au moyen de réduire le nombre des officiers malinkés dans l’armée guinéenne, sachant bien pourtant, que ces officiers malinkés, étaient tous des anciens de l’armée coloniale française, et non des enrôlés ou recrues du premier régime de Sékou Touré. On en a vu les résultats durant sept longues années.

 

Partie 2 :

 

Voici un autre extrait, d’un autre texte, qui circule également depuis quelques jours sur le Net ; C’est une déclaration de Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djalon, sous la plume de Sadio Barry avec quelques irréductibles partisans de Bah Oury, spécialisés dans les rumeurs et les pires calomnies du moment contre le Professeur :

........ « Les récents affrontements entre des communautés au Fouta-Djalon sont le résultat d’une politique délibérée de déstabilisation que le gouvernement de Mr. Alpha Condé mène depuis plus de 3 ans. Cette politique inclut entre autres, la mise sur pied des unions de Mandé-Djalon pour créer des conflits entre des groupes sociaux qui ont vécu des siècles ensemble, des discours provocateurs de Mr. Alpha Condé traitant les quartiers à prédominance peule de Conakry de ghettos à raser, des déclarations commanditées sur le prétendu “esclavage au Fouta” ainsi que l’empressement à l’installation de troupes paramilitaires déguisées en «gardes-forestiers». Le gouvernement guinéen fait fi des réactions indignées de l’opinion nationale et internationale sur ces ballons d’essai de l’exécution de sa conspiration de confrontations à l’intérieur du Fouta-Djallon................. Pottal-Fii-Bhantal tient de source sûre que des diplomates en poste à Conakry rendent ces pseudo gardes-forestiers responsables des incendies que des citoyens désemparés attribuent à des forces occultes, mais qui, comme par hasard, se produisent pour le moment uniquement au Fouta-Djalon. Face au déchirement national de sa propre fabrication et aux remontrances de la communauté internationale sur la culture d’impunité qu’il a maintenue comme moyen de gouvernement dans notre pays, le président Guinéen poursuit la planification d’affrontements dont nous assistons au premier déploiement, pour justifier un report des élections présidentielles ou pour monter une fraude de grande envergure et réprimer toutes velléités de contestation.................Notre organisation saisit cette occasion pour réitérer les multiples mises-en-garde que nous avons faites sur la préparation de pogroms contre les populations du Fouta-Djalon en particulier. Etc.

Signé : La Commission Centrale de Pottal-Fii-Banthal Fouta Djallon

AMPLIATION :

• CEDEAO

• Conseil de sécurité de la paix de l’Union Africaine

• Conseil de sécurité de l’ONU

• Union Européenne

• Human Right Watch

• Human Right First

• FIDH

• Présidents des pays du Groupe de Contacte

• Amnesty International

• International Crisis Group

... » » » » »

Partie 3

Un peu de copié-collé en CONCLUSION, pour qualifier cet énième texte d’élucubrations signé de Pottal-fii-bhantal Fouta Djallon, société archaïque d’une époque révolue :

La Rumeur et la Calomnie sont deux notions distinctes, bien qu'allant souvent de pair : De façon générale, les auteurs en sont presque exclusivement des mythomanes qui, rappelons-le, sont des personnes ayant une tendance à raconter des mensonges et inventer des histoires : ce sont des fabulateurs qui ne réalisent même pas qu’elles sont en train de mentir,  puisqu’elles sont incapables de distinguer des faits réels de ceux relevant de la fiction. Leur trouble peut être dû à différents traumatismes affectifs, poussant à fuir inconsciemment la réalité à travers les mensonges.

La mythomanie peut être décelée et traitée chez l’enfant mais hélas, celle de l’adulte peut s’associer à l’hystérie, aux névroses, aux perversions et même aux psychoses.

Dans le cas particulier très complexe de notre pays où la mythomanie confine à l’hystérie, le terme désigne une ‘’tendance constitutionnelle’’ chez certains sujets à altérer la vérité, à mentir, à imaginer des histoires... bref, à fabuler.

La rumeur est une « information », fausse ou vraie, qui circule dans un groupe grâce au « bouche à oreille » (ou, de nos jours, grâce aux moyens technologiques disponibles). Souvent suscitée par un manque de renseignements fiables, la rumeur se propage, grossissant ou déformant des faits, véhiculant des fabulations. La calomnie, par contre, tout en fonctionnant sur un mode de diffusion similaire, part d'une véritable volonté de nuire à un individu, un groupe ou une institution. La calomnie est une arme sournoise grâce à laquelle on tente de causer du tort, de blesser un être, non pas dans sa chair, mais dans son honneur. La calomnie est une arme de lâche ...

Un certain nombre de rumeurs (notamment à l'approche d'élections) sont créés intentionnellement pour discréditer,  ou encore pour faire passer un programme politique.

A bon entendeur....

 

Conakry, le 26 Mai 2014

 O. Cissé de Bma 00 224 657 48 15 69 / essikleduc@yahoo.fr