image

COUP DE GUEULE (Bulletin N° 12)

Grandeurs Historiques Ponantaises en déshérence de Statures dignes

Par Aly Bocar Cissé

I-INTRODUCTION.

Je veux parler ici de notre Sous-continent. Notre Afrique Occidentale, emblématique place historique où se sont succédées des Civilisations brillantes ou grandioses, avec des Acteurs d’envergure universelle, qui ont imprimé des marques ineffaçables dans les Annales de l’Aventure Humaine. La charge symbolique qu’un tel  passé représente dans la marche du Monde, de la part de cette composante de l’Humanité que nous sommes (nous les Nègres), ne peut nous valoir, et ne nous vaut qu’une animosité sordide de la part de ceux qui n’ont jamais vu, qui ne voient en nous que des êtres inférieurs : certaines catégories de Blancs.

Personne ne peut nier le fait concret, que des Blancs nous ont toujours animalisés et brutalisés, fondamentalement en raison de notre couleur.C’est du RACISME cela. Ecoutez ! La rencontre des Nations est une donnée de l’Aventure Humaine. Elle est constante. La NATURE des ATTITUDES qui ont marqué, et qui marquent cette RENCONTRE inévitable et ininterrompue constitue, elle aussi, une Réalité constante qui a un nom, lorsqu’elle est de MEPRIS et de Cruauté : c’est le RACISME. Or, cela caractérise le Groupe Blanc dans toute l’Histoire du Monde. Et ce n’est pas parce que ce Groupe apparaît maintenant comme le Dominateur Absolu de l’Humanité, que son caractèreraciste cesse d’être une Réalité !

Qui peut faire le compte des CRIMES de GENOCIDES et de DEPORTATIONS, qui peut donner la mesure des CRUAUTES et des EXPLOITATIONS BESTIALES qui ont été le prix de l’actuelle HEGEMONIE TOTALE des Blancs, en Afrique et aux Amériques par exemple ? Qui ? Vous comprenez ? Quand c’est trop GROS, on ne VOIT plus .Il y a une sorte d’inhibition supra maximale évacuatrice de l’HORREUR. On ‘’choisit’’ de se focaliser sur le détail, pour ne pas ‘’trop’’ souffrir. Sinon, c’est connu, certains Blancs sont des Racistes qui ne souffrent aucune contrariété… Aucune ’’différence’’ contrariante ! Que cette ‘’différence ’’soit BIOLOGIQUE (Peaux Rouges d’Amérique, ou Nègres d’Afrique !), qu’elle soit POLITIQUE (l’inextinguible fureur déclenchée par le CHOIX GUINEEN DE 1958); ou que la ‘’différence’’ soit IDEOLOGIQUE (RUSSIE-CHINE-COREE DU NORD !), ou CULTURELLE et surtout RELIGIEUSE (après le fiasco monumental de l’ANTISEMITISME-ô! on a bien encore les GENS dits DU VOYAGE-il y a maintenant, par-dessus tout, la CIVILISATION ARABOMUSULMANE qu’ils ont poussée à la Violence, à coups de gueule et de pied méprisants et humiliants !). Il s’agit de cette catégorie de Blancs Racistes et Intolérants qui, depuis la Nuit des temps, ne veulent du MONDE que tel qu’ils le VEULENT A TOUT PRIX.

Des catégories de Blancs que les SEKOU TOURE, LUMUMBA, NKRUMAH, et NYERERE, entre autres, avaient interpellé, DE-MO-CRA-TI-QUE-MENT, et tenté de ramener à la ‘’Raison’’, en ce qui concerne l’Afrique en tout cas, cette Afrique dont on était alors en droit de croire qu’ils allaient enfin tenir compte des longs passés de saccages et de dévastations qu’ils lui avaient déjà causés. Peine perdue! Bien au contraire : ils n’ont pas aimé, pas du tout, que la ‘’NEGRAILLE’’ (…elle aussi ?!?) revendique RESPECT et DIGNITE. Lesdits Racistes ont ainsi, après avoir ‘’exterminé ‘cette Classe de Nègres ‘’trop osés’’ ‘à leurs yeux, ils ont, dis-je, engagé un implacable Programme consistant :

à contre peindre ces héros de la Démocratie Africaine, à les ‘’souiller’’ dans l’Histoire, soit en recourant à des montagnes de contre-vérités et de déformations, en non-stop, soit en scellant de façon hermétique tout ce qui a fait leur Grandeur ;

et par ce qui précède, à ‘’foutre la pétoche’’ à tout autre Africain qui  ‘’penserait’’ seulement à s’inspirer des modèles que ces illustres Devanciers ont incarné pour la Postérité.

ET Ça MARCHE A MERVEILLE ! Or, toutes ces Ignominies, visibles et non visibles, passées et en cours, dont ils ont été et sont les AUTEURS, ne sont JAMAIS perçues par les catégories d’Invétérés Racistes Blancs d’Europe, et leurs Colonies d’Envahisseurs des Amériques et d’Australie, comme les Causes de Souffrances et de Douleurs Indicibles ; comme des Inhumanités inoubliables et Ineffables. Ils n’en ont même pas conscience ! Ils Ont plutôt tendance à les considérer comme  NORMALES, lorsqu’ls ne s’en glorifient pas plutôt. Voyez le Congo depuis Lumumba. Voyez l’Irak après Saddam .La Lybie de Kadhafi…Et la Syrie maintenant ! Ils en sont fiers.

A une échelle plus réduite, c’est exactement comme lesRacistes Peulhs de Guinée, qui sont d’un nombrilisme effarant ;qui ne se sentent jamais Coupables de Rien et qui se disent Victimes de TOUT. Qui ont réussi à exacerber les distinctions ethno-régionalistes et culturelles chez nous, ici en Guinée, à un point tel que, de 1948, dix ans avant notre Indépendance, aux temps actuels que nous vivons, c’est l’équilibre entier de notre pays qui est rompu. Pour combien de temps ?...Ah ! Que n’avions-nous écouté et compris le Président Ahmed Sékou Touré lorsque, excédé par ce phénomène, qui est des plus ’’contagieux ’’dans une Société, il l’avait dénoncé en 1976 ?

Dans une Sous-région historiquement Multi-Ethnique et Multi-Culturelle, où la Tolérance et la Convivialité étaient de règle, il est regrettable, pénible, que nos ’’Elites ’’actuelles, que moi je qualifie toujours de ‘’Négatives’’, n’aient pas su, et pas pu, prendre en héritage les Valeurs universelles de Fondateurs d’Etats Cohérents et Exemplaires, que nos Ancêtres et Devanciers avaient pu porter avec Grandeur et Honneur.

Ah ! les ‘’Elites Nègres’’ de nos jours…Si complexées, si émotives. Si peureuses. Si irresponsables devant les discours culpabilisants, et si sensibles aux attitudes théâtrales et mélodramatiques des Modernes Chasseurs de Nègres que sont maintenant les Chancelleries Occidentales, l’ONU et ses Démembrements (tous félons !), et les ‘’ONG ‘à œillères, auteures de Réquisitoires mortels pour NOUS ; avec leurs Drones ;leur ‘’OTAN ‘hors-la-loi ; leur CPI et leurs Centres d’Exil pour TOUT NEGRE voué à l’Instrumentation; ou à l’Humiliation; ou à la disparition pure et simple.

C’est de sorte qu’en toute Vérité, nous avons perdu notre Identité et notre  Exemplarité. Nous en tout cas, ici en Afrique de l’ouest, nous qui avons abandonné les MODELES que nos DEVANCIERS ont incarné, et dont nul ne peut nier la QUALITE, aussi RACISTE qu’ont puisse être. Et nous voilà MECONNAISABLES maintenant, en SMOKING, fiers de singer ceux qui n’ont besoin de faire aucun effort pour nous MEPRISER !

II – LES MODELES ET FIGURES HISTORIQUES INEGALES D’AFRIQUE DE L’OUEST :

DES EXMPLES DE FONDATION ET DE FEDERATION :

A1= L’EXTRAORADINAIRE DYNASTIE DES CISSE/ TOUNKARA :

Là-bas, au tout début de l’ère chrétienne, l’Histoire Officielle avait enregistré, dès le 3ème Siècle, quatre Siècles donc avant l’Islam, l’existence d’un petit Royaume sarakollé fondé par les ‘’Cissé’’. C’est –à-dire par les ‘’SI’’ ou ‘’CI’’: la LIGNEE en NKO, et ‘’SE’’ qui signifie ‘’POUVOIR’’. D’où le vrai sens du Patronyme : la Lignée qui a Pu, ou la Lignée du Pouvoir.Toute autre explication, évoquant même l’image d’épinal du cheval ou du cavalier, n’est que  fantasmagorie.

Les Royaumes, en Afrique de l’Ouest,  prenaient  toujours les noms de leurs CapitalesCe Premier Royaume Noir, le plus ancien Royaume Nègre sans ambiguïté, s’appelait WÂDOU (la Cité de-ou dans –la Forêt). La localité existe encore à la frontière entre la Mauritanie et le Mali. A ne pas confondre donc avec Ouagadougou du Fasso.

Du 3ème au 7ème Siècle, les ROIS (TOUNKA, en Sarakollé ancien), les Rois Cissé avaient progressivement conquis et fédéré toutes les Provinces et Cités de la Contrée, et avaientfondé le premier grand Empire d’Afrique Noire qui aurait dû s’appeler : ‘’EMPIRE DE WÂDOU’’. Mais sa découverte par des historiens Arabes au service de l’Europe l’a fait appeler  GHANA. Là, nous allons faire un peu de ‘’linguistique’’ à valeur historique, pour ESSAYER d’en projeter les éclairages sur des concepts confus, qui sont à l’origine de dénis historiques sciemment entretenus la plupart du temps.

a)

A Wâdou, c’était le Système Matriarcal dans la transmission du Pouvoir. le ROI (TOUNKA) était forcément un CISSE. Or, c’est son Neveu, le fils de sa sœur, qui lui succédait. C’est à dire que les mariages se faisaient  exclusivement  entre les CISSE. Et pour que le fils du TOUNKA n’ait aucune prétention pour le règne, il prenait automatiquement le Patronyme de TOUKA-RA : le fils du Roi (les rois KEITA de NIANI donneront plus tard, eux –aussi, le Patronyme de MANSA (ROI)-DEN(FILS) à leurs enfants, on a ainsi les (MANSAREN). Les Tounkara, au fur et à mesure, vont administrer des Provinces ou Royaumes conquis ou fédérés. D’où le nom CISSE / TOUNKARA de la DYNASTIE. C’est ainsi que, près de deux (2) siècles après la chute de l’empire en 1077, lorsque Soundiata partit en EXIL avec sa mère, le premier Souverain qui les avait accueillis futle roi de Wâdou, Soumaba Cissé . Ce dernier les avait dirigés ensuite vers le roi de Néma : MEMA (MBemba), c’est-à-dire Grand-père, MEMA TOUNKARA. Wâdou et Néma sont deux Localités frontalières entre la Mauritanie et le Mali. C’est vérifiable aujourd’hui encore.

Et si le Nom de célébration et de glorification des CISSE est : ‘’IKÂRISI’’, qui veut dire : Lignée de la Droiture, de la Vérité, de la Détermination, (On a un peu vu Soumaila Cissé dernièrement au Mali : il n’est pas comme des gens de chez nous qui veulent brûler la Cité, qui souhaitent, qui ont souhaité et fait tout, pour que les Guinéens soient malheureux, tant que, eux, ne REGNERONT pas. Pour eux-mêmes et pour eux seuls, et sur tous les ‘’Autres’’…), le Nom de célébration et de glorification des TOUNKARA quant à eux, c’est : ‘’INEMAKA’’, c’est-à-dire, CELUI ( ou CELLE) de NEMA.

b)- Explications phonématiques des NOMS et TITRES les plus significatifs de la NATION OUEST-AFRICAINE.

IL est établi que du 3ème au 11ème siècle, qui a vu la Chute de l’Empire de WADOU, 43 souverains s’y étaient succédés. Sur huit siècles, C’est une moyenne de 15 à 20 ans de pouvoir pour chacun ! Dans un Empire que les Historiens s’accordent à qualifier de prospère. Voici pourquoi :

Tout d’abord à cause de sa principale richesse : l’OR, ‘’Kâya’’  en Sarakollé ancien. Les Tounkas eurent donc le Titre, que l’histoire a conservé comme le Nom du premier de la Dynastie, de Seigneur (Maghan ou Mâh’an) de l’or. On a eu ainsi KAYA MAGHAN CISSE ! Le 43ème et dernier s’est appelé TENKAMENIN, mais il était bien un Kâya-Maghan, lui-aussi.

Wâdou fut aussi un Empire prospère à cause de son Etendue, et du brassage absolument  convivial de ses populations.

Sa capitale, Wâdou bien-sûr, dont les fouilles d’Archéologues ont révélé les Ruines dans les dunes d’un village maure ultérieur du nom de Koumbi Saleh, sa  Capitale, Wâdou, fut une Mégapole en son temps ! Une Cité cosmopolite très fortifiée, au point que les ancêtres des Maures actuels de la Mauritanie, avaient dû en faire le Siège pendant dix (10) ans, sans pouvoir la faire tomber. C’est à l’intérieur de ses Murs qu’une ‘’5ème Colonne’’ de Partisans convertis à l’Islam, avaient trahi les Kâya-Maghan, leurs Souverains, qui les avaient tolérés avec bienveillance, bien que eux-mêmes adoraient leurdieu-serpent, le Wâdou-bida.

Il va sans dire que, pour bâtir un tél Empire, qui était capable de mobiliser 200 mille Fantassins et 40 mille Archers à son apogée,l’empereur était forcément un Conquérant, un Preux : c’était un ‘’Nhganah’’ ou ‘’Whanah’’. La première formulation du mot, est un phonème nasalisé; la seconde est buccale. Elles sont,l’une ‘’sarakollée’’, l’autre ‘’sounounkée’’. En apprenant quel’Empire qu’ils visitaient était celui du ‘’Nhganah’’, les Historiens Arabes prononcèrent le phomène nasalisé en ‘’gutturale’’. Ils dirent: ‘’Ghânâ’’, et donnèrent ce nom  à l’Empire. Or, nos Historiens à nous, en bonnes ‘’caisses à résonnance’’, se sont contentés de répéter ce nom, qui n’est  qu’un titre, entre autres, de l’Empereur !. Ignorer l’aspect ‘’linguistique’’ dans notre Histoire, ici en Afrique de l’Ouest. C’est s’égarer !

Tenez : plus tard, le Père de Soundiata, et lui-même, avaient tous eu le Titre de ‘’Maghan’’ (Seigneur). On dit : Naré Maghan Konfata, ou Fada Kodo Maghan Kégnin pour le père, et on ditMaghan Soundiata, pour le fils. On a appelé aussi le PuissantRoi Camara de TABON, ‘’Tabon Whana FRAN CAMARA’’ !Whanahc’est Nhganah, c’est un titre. Ce n’est pas le nom d’un Empire. Est- il raisonnable de notre part de ne pas raisonner, et de laisser le champ libre à la déformation et à la fabulation minoratives à dessein ? Puis-je vous inviter à consulter n’importe quelle édition d’un certain DICTIONNAIRE (dit) UNIVERSEL de la  FRANCOPHONIE ? Vous y trouveriez des ENORMITES que seule l’intention Délibérée d’une MANIPULATION MASSIVE peut expliquer. Notamment en matière de Populations, de Démographies, et surtout d’Altérations et d’inexactitudes historiques.

           C’est effarant !

CONCLUSION PARTIELLE: Nos Ancêtres ont fondé, ici dans notre Sous-Région, le Premier Empire d’Afrique Noire. Un empire dont la vitalité et la longévité sur près d’un Millénaire, et dont la chute, sur la base d’un prosélytisme islamiste interne suscité par les Almoravides, qui étaient des Moines guerriers, qui avaient leurs entrées dans la Cité, ont attesté aussi bien sa prospérité, son hospitalité que sa convivialité. Une telle performance historique de nos Ancêtres, dans un passé aussi lointain, doit être une REFERENCE permanente et inoubliable, une BOUSSOLE pour leurs Postérités, qui nous incluent tous. TOUS. Sauf leurs NEGATIFS! Vous savez ? La ‘’pellicule’’ du portrait : il faut l’orienter à contre-jour pour ‘’deviner’’ la Ressemblance avec l’Original. L’histoire, vous savez, c’est comme un TEXTE. Il lui faut une ponctuation pour être ‘’lisible’’.  Si tout devait être BON, il n’y aurait pas de MAUVAIS, et on mourrait d’ennui, on s’étiolerait.

 c)- LE ROYAUME DE SOSSO, une transition historique significative :

La  puissance étatique noire qui a émergé après Wâdou a été celle de Sosso, dont le premier Roi le plus connu fut BALLA (c’est Moussa) DIARISO, grand idolâtre.  Il épousa par la force les 3 filles du Marabout Mamadou Toure. Des triplées : Kâya, Dâby et Sanson Touré, qui s’étaient elles-mêmes proclamées inséparables ! Qui portèrent donc à tour de rôle la grossesse d’un garçon unique, et le mirent au monde seules, sans aucune assistance des traditionnelles vieilles sorcières du Royaume ! Selon la légende.

Son père le baptisa ‘’ I Sougou ma wolo’’, qui signifie ‘’Nul n’est jamais né qui te soit pareil’’ ! L’histoire a enregistré ce prénom comme un des Patronymes les plus emblématiques de la composante Koniankée de la grande Nation ‘’NKO’’, à savoir : les SOUMAORO.

C’est pourquoi moi, je n’ai que mépris pour une certaine FRANCOPHONIE. Prenez son Dictionnaire Universel et voyez comment SOUMAORO y est présenté comme un Roi Soussou (ou y écrit même SUSU !) en guerre contre les Malinkés ! C’est franchement dégoûtant. Et c’est à cause de cela que je m’étends un peu sur cette parenthèse historique, pour mettre les choses au point : les gens en feront ce qu’ils voudront après.

Les véritables ancêtres des Soussous actuels sont, au plan linguistique, les DIALONKES qui, avec les NKO, constituent à égalité, historiquement parlant, les deux Composantes Majeures des Populations d’Afrique de l’Ouest.

Leurs Ascendants communs furent les WANGARAS, issus eux, de l’Exode massif des Noirs Fondateurs des premières Cités Nilotiques. Les Wangaras avaient choisi de fuir devant les invasions de Hordes Blanches venues d’Europe et d’Asie, longtemps avant les dynasties des Pharaons. Cette migration colossale remonterait vraisemblablement à 4000 ans avant JC.

Sô-Sô signifie ‘’la Cité des Chevaux’’, à cause des élevages équestres qui étaient prospères là-bas, à l’époque. Même si on n’est pas fort en Histoire, on sait que les Soumaoro, dans toute l’Afrique de l’Ouest, ce sont les Koniankés. On peut s’informer, tant soit peu, pour savoir que les Soumaoro, les Kanté, les Doré, les Bamba, tous issus des DIA-RISO, peuplent fondamentalement le Nord-Est de l’Afrique Occidentale (actuels Mali, Haute Guinée, Guinée Forestière, Nord Ivoirien et Burkina Faso). C’est pas des Susus, tels que les ‘’cultivateurs’’ d’oppositions, de dissensions et de haines inter-négrières tentent de le distiller, jusque dans des ‘’Dictionnaires’’. On a, nous, avec ça, des ‘’Historiens’’ pour la plupart uniquement concentrés sur des manœuvres d’altération et de déformation de la Vérité et des Réalités de notre Histoire ! C’est attendrissant.

On a dit : DIA-RISSO ; comme on a dit Diâ-Wara, et Diâ-Lonké, et Diâ-Kanké, et Dia-Founounka, etc.. Or, le ‘’DIAA’’ a été une Province d’une Charge historique exceptionnelle dans notre Sous-Continent. 

Au lieu de s’y intéresser, nos ‘’Intellectuels’’ s’ingénient à usurper des Titres, Réputations et Décorations par la MALHONNETETE et la BASSESSE. Rien que cette Province suffit comme Sujet de Recherches, et comme THESE.

SOSSO-SOUGOUMAWOLO, KOUKOUBA ANI BAMTAMBA : LE PLUS GRAND SORCIER PARMI NOS ROIS D’ANTAN.

Grand Artiste, il fabriqua (avec le concours des Génies), avant l’an 1230 vraisemblablement, le premier Balafon, noble instrument de musique aux accords des plus mélodieux. Cette Pièce Historique, encore intacte, est conservée à Niagassola (Siguiri). Ce, depuis que Gnankouman Douga, l’ancêtre des énormes ‘’KO-YANTE’’, (KOUYATE maintenant), avait été invité à le jouer par Soumaoro lui-même, qui lui avait ordonné : ‘’Balâ fö sèguè’’, (ce qui signifie exactement : ‘’joue donc mon balafon désormais’’), depuis donc que ce Grand Diplomate de Nianiba l’y avait amené, après la disparition de Soumaoro à KIRINA.

SOUMAORO Kanté fut un puissant, un très puissant Roi-Guerrier. Hélas, il fut d’une grande cruauté, opérant Razzias après Razzias sur toutes les Provinces et tous les Royaumes à sa portée. Au lieu de les fédérer en un Ensemble viable, il se contentait de les piller systématiquement. Grâce à sa Cavalerie qui était unique ; et féroce.

Il n’avait eu qu’un seul Allié : le Roi du Cayor à l’époque. Celui que les NKO appelaient Djolofin Mansa, c’est-à-dire  le Roi des Djoloffs (Wolofo). Tout ça, c’était, avant l’an 1235. Et il ya des ignares qui disent que les Koniankés sont des Allogènes ‘’chez eux’’ !

Soumaoro Kanté persécuta tant le royaume de Niani entre autres, que son Roi d’alors, Mansa Dankaran-Touman, s’enfuit, abandonnant son Royaume. Il alla fonder Kissidougau. Après lui, le Monumental Griot, Gnankouman Douga, dit ‘’Balâ fö séguè’’ (des Commentateurs en font une personne à part du nom de ‘’Balla Fasakè), c’est donc Gnankouman Douga qui assura la Continuité de l’Etat de Niani, jusqu’à l’avènement de SOUDIATA KEITA : l’Artisan, le Fondateur de la Fédération du MANDEN. Ces deux mots : FEDERATION en français, ET MANDEN en nko, ont la même valeur sémantique.

                 

A LA PROCHAINE POUR LA SUITE, INCH’ALLAH.

Soub’hânallâhi, wa bihamdihî, astakh’firoullâhi wa atoûbou ilaïhi

(Cette prière a été faite par le Prophète Muhammad (SAW) après la révélation

De la Soûrate NASSR (l’ASSISTANCE), et j’en use à bon escient),

Wassallallâhou alâ Seydinâ Muhammadin, wa alâ Alihî, Wa Sahabihî

Wassalim.

 

Conakry, le 03/03/2014

 

Aly Bocar Cissé (anti-intégriste, mais croyant !)

Professeur et Administrateur Civil à la retraite

 

Tél : 664-33-37-70/657-38-53-89/622-27-88-89

Email : cissedebma@yahoo.fr

===========================================