DES BILANS CONCRETS AU COUP PAR COUP

 

A/ LA SITUATION FINANCIERE

1-INTRODUCTION

Le 03 Avril 1984, une trentaine d’Officiers de l’Armée Populaire Révolutionnaire de Guinée (A.P.R.G), prenant nos Armes et utilisant nos troupes militaires, parce que ces troupes étaient tenues au respect de la discipline et de la hiérarchie militaires, avaient exécuté un Coup d’Etat contre le Régime du PDG. Ils avaient mis alors en place un organe dénommé Comité Militaire de Redressement National (C.M.R.N), avec le soutien indéniable de la diplomatie française.

Dans la foulée, ils avaient procédé à l’enlèvement brutal de toutes les personnalités politiques et administratives de notre pays en deuil : AST était mort exactement sept (07) jours avant, et ses grandioses funérailles venaient à peine de transformer Conakry en véritable Capitale  du Monde pendant 48 heures !

Pour détourner les esprits de leurs crimes, nos putschistes avait instantanément déclenché une purulente campagne de mensonges grossiers, accusant, entre autres balivernes, les Dirigeants qu’ils venaient de kidnapper, d’avoir littéralement pillé  la totalité des ressources de l’Etat dès que le Président était mort… C’est-à-dire, en moins de huit (08) jours incluant le jour du décès, l’arrivée du corps le lendemain ; l’accueil des 169 Délégations internationales le jour même de cette arrivée le Mercredi, puis le lendemain encore, le Jeudi, et le Vendredi, jour des obsèques !

Ajoutez à cela le week-end : Samedi et Dimanche… C’est le Mardi au petit matin que les putschistes  s’étaient exprimés, alors que les kidnappings avaient déjà débuté. C’est cette gigantesque escroquerie qui a été le soubassement du CMRN, amplement aidé par les réseaux de Jacques Foccart, qui comprenaient un grand nombre d’individus d’une diaspora guinéenne totalement abrutie. Totalement inconsciente. Donc incapable d’évaluer les conséquences de la bêtise. Des conséquences qui nous ‘’somalisent’’ mentalement à présent.

C’est dans le cadre de cette foutaise envers notre Peuple qu’un document, diffusé semble-t-il par RFI le 11 Avril 1984 avait fait état d’une FORTUNE planquée à l’Etranger par Sékou Touré, sa famille et ses principaux compagnons. Une fortune évaluée à plus d’UN MILLIARD d’USD ; plus des quintaux d’or et de diamants, des châteaux en Espagne (comme dans les contes de fée, vous voyez ?) ; des Usines et des immeubles en Europe ; ainsi que des dizaines de villas au Maroc. Quand on se fout d’un Peuple, on lui dit des choses comme ça !

 

2. Qu’en était-il en réalité ?

En matière de finances, et de moralité de leur gestion, le Régime du PDG a réalisé des performances qu’aucun autre régime d’Afrique francophone n’avait jamais imaginées comme nécessaires, et comme réalisables. Entre autres, la maîtrise des flux financiers. Aucune fuite de capitaux n’était envisageable. Il y avait en Guinée révolutionnaire, des règles dont la violation ne pouvait venir à l’esprit de personne : notre pays n’était pas dirigé par un ‘’kleptocrate’’ patenté, complexé ou irresponsable.

AST avait un respect religieux pour son Peuple laborieux des Villes et des Campagnes, et un respect strict pour la chose publique, qu’il n’a jamais considérée comme pouvant lui appartenir.  A l’instar du Général Lansana Conté qui disait : ‘’Mon argent’’, et qui vivait cela comme tel. Si des gens veulent maintenant banaliser, minimiser, ou déformer cela, c’est qu’ils n’ont aucun respect pour les Guinéens !

Or, quand on se moque  du Peuple, on se moque de Dieu. Et LUI IL a, LUI, les Réponses les plus appropriées à tout !

Pendant le grand quart de siècle de gestion révolutionnaire de nos Finances, pas une fois, une seule fois, l’Etat guinéen n’avait connu le déficit budgétaire ; ni à plus forte raison un quelconque subventionnement d’origine extérieure d’un seul de ses Budgets de Fonctionnement. Et même quand, pendant plus de quinze (15) ans, la France avait refusé de payer les Pensions de ses Tirailleurs, même quand ses Services Secrets avaient inondé notre pays de fausses monnaies pour plonger notre Peuple dans la détresse à cause de notre choix historique du 28 Septembre 1958, toutes choses au nombre des incessants ‘’OBSTACLES’’ (oh, tiens !) que ce pays ne  s’était, ne s’est jamais abstenu d’opposer à notre Souveraineté nationale, malgré tout cela donc, le Régime du PDG d’AST avait fait face à toutes ses responsabilités historiques : payant par-ci rubis sur ongle, jugulant par-là les inflations d’origine criminelle, surmontant et écrasant toutes les autres tentatives de Sabotage économique et financier.

Et puis, lorsque le Président Ahmed Sékou Touré a été rappelé à Dieu, au terme de la Mission et du Temps qu’IL lui avait impartis, voici quelle était la situation financière du pays, au centime-près ! Au moment-même où les membres et sympathisants du CMRN clamaient partout qu’ils avaient trouvé toutes les caisses de l’Etat guinéen vides.

3. LA SITUATION DE NOS FINANCES PUBLIQUES AU 3 AVRIL 1984

On se souvient que l’ex-Ministre-Gouverneur des Banques et Assurances du premier gouvernement militaire, le capitaine Kabinè Kaba, avait démissionné en Janvier 1985, après seulement neuf mois de fonction ! Accusé plus tard d’avoir détourné 500 Millions de dollars (500 000 000 USD!) au préjudice de l’Etat, il s’était vu dans l’obligation de défendre sa moralité aux yeux du Peuple de Guinée. Dans une ‘’Lettre ouverte à la Nation’’, il avait donc levé un coin de voile sur l’opacité qui avait entouré la situation des finances publiques héritées de l’ancien régime. En lieu et place du slogan ‘’des caisses vides de l’Etat’’, il révéla qu’à sa prise de fonction à la Banque Centrale le 06 Avril 1984, un montant net de Cent Soixante Onze Millions, Quatre Cent Quarante Huit Mille Neuf Cent Quatre Vingt Dix Neuf US Dollars et Soixante Neuf Cents (171 448 999,69), se trouvaient bien, en vérité, dans les dites caisses ! C’était-il à la suite de l’assassinat du capitaine Mansaré, ou d’autres signes annonciateurs, en plus des ‘’Branches Pourries’’ du 18 Décembre 1984 ? En tout état de cause, le brave militaire mandingue, pas du tout naïf, avait choisi l’exil, plutôt que d’être une victime de plus du Génocide  anti malinké explicite qu’il avait forcément pressenti. Dans sa ‘’Lettre Ouverte à la Nation’’, il avait parlé d’un dépôt de 600 kg d’or trouvé dans les caveaux de la BCRG. Cet or, qui avait été abandonné là par les autorités coloniales après l’accession de la Guinée à l’indépendance, était demeuré intact pendant les 26 années du régime du PDG. Il est avéré que lorsqu’on lui en avait parlé une fois, AST avait dit que celui qui se chargeait de nourrir l’or en question, pouvait lui couper les vivres !

Le Capitaine Kaba n’avait pas parlé, hélas, d’un dépôt de 25 tonnes d’or que le première République avait fait en Suisse, et qui aurait été rapidement transféré à la Banque de France. Pas plus qu’il n’avait parlé du compte du trésor public, tenu par la Banque Centrale, et dans lequel était domicilié un fonds de réserve qui s’élevait, au 3 Avril 1984, à Trois Milliards de Sylis. Ce fonds était constitué de façon permanente sous la première République, pour jouer un rôle de régulateur, une  sorte de ‘’stock de sécurité’’ en matière budgétaire. C’était, grosso modo, l’équivalent à l’époque de  cent vingt millions de dollars US !

Il y avait enfin, une énorme masse de billets de 500 sylis à l’effigie du Maréchal TITO que la première République avait retirés de la circulation pour lutter contre l’inflation. On n’a aucune idée du montant de cette importante somme d’argent, qui avait été stockée dans les caveaux de la BCRG ; mais on se doute bien qu’elle devait s’élever à plusieurs milliards de sylis.

Puis, on a, dans le document du Capitaine Kaba, cette extraordinaire rubrique de ‘’Financement divers dossiers’’ ! En dehors d’une révélation expresse pour montrer la vitesse avec laquelle l’argent public avait fondu comme beurre au soleil, il serait difficile de faire des chapitres de cette rubrique une autre lecture qui ait un sens ! Voici (il s’agit de dépenses !) :

Mois

Année

Devise

Montant

 

 

 

 

Avril

1984

USD

6 979 464,29

Mai

1984

USD

15 183 211,38

Juin

1984

USD

19 921 463,57

Juillet

1984

USD

11 506 044,36

Août

1984

USD

8 509 760,71

Septembre- Octobre

1984

USD

16 589 378,11

Novembre

1984

USD

16 962 844,49

Décembre

1984

USD

10 200 320,52

Janvier

1985

USD

25 490 389,89

 

 

 

 

-------------------------

 

-------

----------------------

TOTAL   GENRAL

 

USD

131 342 876,91  

===============

 

====

=============

 

Oh ! Qu’il est donc facile de manger ce qu’on ne sait pas chercher ! Après dix mois de pouvoir, une trentaine d’Officiers, soi-disant patriotes, avait réussi trois choses qui étaient inimaginables un an plus tôt :

a) - Noircir, pour un temps en tout cas, l’image du Président Ahmed Sékou Touré sur la scène internationale ;

b) - Manger près de 200 Millions de dollars US, sans laisser de trace aucune, et en toute impunité en Guinée;

c) - Remettre en cause pour un temps aussi, bien sûr, l’indépendance d’un pays aussi exemplairement digne et souverain que l’était notre Guinée. En lui remettant notamment au cou le joug du colonialisme français, nouvelle formule.

Et puis, un jour, de manière subite, la population avait revu les ‘’gros billets’’, ‘’TITO’’, dans la masse monétaire en circulation. Des rumeurs persistantes avaient alors laissé entendre que les nouveaux dirigeants militaires du pays s’étaient tout simplement partagé cette énorme cagnotte. Il faut dire qu’ils s’étaient signalés, dès leur arrivée au pouvoir, par  une soif d’argent et un goût immodéré du luxe et des extravagances. Il semble même, toujours selon les rumeurs, qu’en prévision du changement de signe monétaire qui était imminent alors, nombre d’entre eux avaient ‘’utilisé’’ leurs parts du gâteau pour acheter, qui de l’or, qui des pierres précieuses, qui des devises au marché noir.., Et tous, des boubous de bazin brodés jusqu’aux genoux.

Telle fut donc cette équipe de ‘’redresseurs’’ de notre économie ! Il me semble instructif de montrer comment, en dix petits mois, ils avaient ‘’dépensé’’ (pour éviter le mot dilapider) les 171 448 999,69  dollars US patiemment économisés par la ‘’fourmi PDG’’, plus les 25 382 278,58 USD que la ‘’cigale CMRN’’ avait reçus sous forme de dons, à la suite de sa campagne des ‘’caisses vides’’ à travers le Monde. (Une mendicité humiliante pour la Guinée). Soit au total : 196 831 278,27

 (Peut-on actualiser ce montant dans les règles ?).

L’ancien Ministre-Gouverneur des Banques et Assurance a détaillé comme suit ce qu’il a appelé les ‘’utilisations’’ d’une autre partie de cet agent :

Dossier carburant

USD

21 444 851,66

Dossier Riz

USD

19 470 050,00

Budget pèlerinage

USD

8 809 986,00

Paiement des dettes extérieures

USD

13 758 343,65

 

Rien de tout cela ne pouvait se faire du vivant de celui que personne n’avait pu défier jamais, sans avoir à s’en repentir. ‘’Möh Kôtè, möh kélénkôlé bê la !’’. ‘’Les Peuples ne manquent pas de personnes, puisqu’ils en sont constitués. La quête pour tous, c’est celle du Héros Eponyme, le Monument d’Exception, qui est bien rare, hélas !’’

Aujourd’hui, TOUT LE MONDE fait TOUT pour banaliser le long pillage des ressources, de toutes les RESSOURCES de notre pays par le Régime de Lansana Conté. Avec lui-même et toute sa famille en tête des pillards ; imités par tous ses Gouvernements successifs. Avec le silence complice des Mégamédias du Monde. Avec l’impardonnable accompagnement de la Justice et des ONG locales et Internationales. Et maintenant, ‘’On’’ veut même insulter notre Peuple en tentant de ‘’victimiser’’ Conté avec le ‘’slogan-escroc’’ de : ‘’Si c’est bon pour le Peuple, faites-le, c’est vous les Cadres’’. Comme si une telle déclaration était héroïque.

De la part d’un ‘’Président’’, vous imaginez ? Pendant 25 ans ? Foutaises ! Vingt Cinq ans de sabotage économique, de dislocation du tissu social construit et consolidé par la Révolution Guinéenne, dont la totalité des réalisations, au bénéfice exclusif du Peuple, ont été méthodiquement saccagés.

‘’On’’ veut blanchir la cruelle et criminelle IIème République, et souiller la Première, après avoir enseveli son extraordinaire Bilan de Liberté, de Souveraineté ; son Bilan Economique, Social, Culturel, Diplomatique ; son Bilan d’Intégrité, de Bonne Gouvernance qui avait mis à la disposition de tout le Peuple et de tout le Territoire, tous les attributs et tous les acquis de notre Indépendance ; son Bilan Sécuritaire au profit de tous ; son Bilan de Respect et de Considération pour les Guinéens partout ! ‘’On’’ veut bétonner tout cela sous une coulée de HAINE ! Contre DIEU,  à cause du DON qu’IL avait fait à notre pays, en la personne exceptionnelle d’AST.

C’est parce que, je jure au Nom de Dieu, nos Elites actuelles ne Le craignent point, ce Dieu qui EST ; Ce Juge Impartial, et Vindicatif. CELUI-LA dont les Arrêts prennent toujours les Méchants au dépourvu.

Mon Dieu ! Sois Témoin que je témoigne de la Réalité, à la mesure de mes faibles, très faibles moyens. C’est pour le Jour où Ta colère s’exprimera : c’est TOI que je crains.

Car, la VIE, ce n’est pas un jeu ludique. Et elle débouche sur l’Infinissable.

Au prochain Bulletin, chers lecteurs, pour un deuxième Bilan, Inch’Allah.

Soub’ hânallâhi Wabihamdihi,astakh’firoullâhi Wa atoûbou ilaïhi

Wa sallallâhou alâ Seyidinâ Mouhammadin,Wa alâ âlihî,Wa Sahabihî Wassalim.

 

CONAKRY, le 05/10/2013

 Aly Bocar Cissé

Professeur et Administrateur Civil à la Retraite

Tél : 664-33-37-70/ 622-27-88-89

Email : cissedebma@yahoo.fr