TAMT PIS POUR LES FAMILLES DES VICTIMES DE 2009 LAMENTABLEMENT OUBLIEES

"Le vote du 28 septembre, symbole d’un consensus national, fait partie des pages mémorables, et pourquoi pas glorieuses, de la Guinée"  Prof. KABA Lansiné

Le symbolisme du 28 septembre, ne se limite pas à ce triste évènement survenu en 2009. Nous avons tendance à oublier historicité du fameux referendum du 28 septembre 1958. Lors de ce referendum la Guinée a montré qu'elle était capable de ressembler ses enfants autour de l'arbre de l’Unité Nationale. Mais cet acquis historique est rarement évoqué, au point que la nouvelle génération n'en sais absolument rien. Il s'est passé des années et des années de 28 septembre, avant la triste célèbre journée du 28 septembre 2009. La portée historique de cette date n'était pas magnifiée pour la fierté nationale.


Aujourd'hui, on retient plus le massacre du Stade du même nom, associé à cette date que, l'expression de la dignité guinéenne qui a élevé ce pays au rang des nations respectées. Il est dommage de se souvenir et de compter parmi les faits marquant notre histoire, la tuerie de ce jour. Mais avec le plus grand regret, nous devons aussi reconnaître que l'arme guinéenne, comme le dit un de mes amis, ne s'illustre que dans le massacre de sa population. Pour dire que le 28 septembre n'était la première bavure de nos forces armées. On doit se souvenir de toutes nos victimes de toutes les dates. Mais on doit pas ôter à cette date sa valeur historique qui reste dans les annales des faits marquant l'Afrique 19ème siècle.
Nous nous retrouvons une nouvelle fois face à l'histoire. Des hommes et femmes doivent être capables de transcender leur différence politique pour doter la Guinée d'une assemblée nationale responsable. L'Histoire met à l'épreuve toutes celles et tous ceux aspirent briguer le mandat parlementaire dans ce pays pour le moment sans loi, de l'entrer dans l'histoire. Ces personnes auront la lourde responsabilité de restaurer la dignité humaine, l’État de droit, la souveraineté nationale et la paix. Il sera de leur devoir suprême d'oeuvrer pour la nation et mettre de côté des querelles politiques stériles.


Les hommes se succèdent dans la vie d'une nation, mais leurs actes reste éternels. Sachez madames et messieurs, que chacun de vos actes dans cet hémicycle constitue un baromètre de probité morale. Vous serez tôt ou tard jugé en fonction de ce que vous avez laissé en héritage à la nation. Rappelez vous la souffrance que cette nation a enduré depuis son indépendance. Cette date est la marque de grandeur de la Guinée, elle a affirmé sa dignité, l'unité parole et sa maturité politique. les historiens disent qu'en 1959 la Guinée avait réussi à poser le cadre d'une nation, ce qui n'était pas le cas des autres nations colonisées après obtention de carte de liberté. L'espoir est mince, mais je lance à ces femmes et hommes de nous offrir une nouvelle journée historique semblable à celle du 28 septembre 1958.        

Œuvrons pour que le respect de l'être humain devienne une priorité pour nos dirigeants.
Prions le repos de nos morts.             

Qu'Allah bénisse et protège notre nation.
Qu'Il guide et éclaire le chemin de nos responsable.
Qu'Il nous unisse pour l'amour de notre pays et la paix de notre nation  
Amen
CISSE Ibrahima