Il était attendu et il est arrivé. L’avion qui a transporté l’ex-chef de la junte a foulé le sol de la capitale de la Forêt, hier, un peu avant midi. Sur place, beaucoup de sympathisants qui attendaient sont venus lui serrer la main. De son côté, il attendait que la délégation officielle qui venait de Conakry et apportait le corps de sa maman arrive pour rejoindre le domicile au centre ville de N’Zérékoré. Selon nos informations, un impressionnant dispositif de sécurité était déployé sur place. L’ex-président du CNDD était accompagné par le général burkinabé, Gilbert Tiendéré, et David Anderson, le chef protocole d’Ellen Johnson Sirleaf. Le long du trajet menant à la maison mortuaire, les populations se sont massées pour saluer le capitaine et compatir à la douleur qui est la sienne. Pour ce qui est de la cérémonie relative aux funérailles, elle a déjà commencé samedi avec l’exposition du corps de Maman Christine et la veillée qui a été organisée. Cérémonie qui devrait se poursuivre ce dimanche, avec une messe de requiem et l’enterrement proprement dit...

En ce qui concerne la suite, les informations sont plutôt contradictoires à propos notamment du retour ou non du capitaine Dadis à Ouagadougou. Une première catégorie citant certains membres du comité d’organisation des obsèques, estime en effet que le bouillant capitaine retournerait aussitôt l’inhumation terminée. Alors qu’une seconde source indique au contraire que l’ex-président du CNDD pourrait faire deux jours sur place.

La différence n’étant pas forcément importante, on retiendra essentiellement que le délai accordé n’est pas grand. Du coup, il ne pourra certainement jouir de ce retour, comme il l’aurait espéré. Mais n’est-ce pas déjà suffisant  que d’avoir pu prendre part aux obsèques. D’autant plus que ce n’était point gagné d’avance. 
Par contre, toutes les sources semblent d’accord sur une chose : il n’y a aucune velléité d’empêcher le retour de l’ancien président de la transition dans la capitale burkinabé. Visiblement, la campagne de sensibilisation qui avait précédé la venue du capitaine aura porté fruit.
Mais à la limite, tout ce questionnement pourrait devenir dérisoire avec la fixation par le président Alpha Condé de la date des élections législatives. Très vite, cette dernière actualité-là et les réactions qu’elle ne manquera pas de provoquer au sein de l’opposition, pourraient s’imposer.Et l'avenir du pays pourrait en être marqué pour longtemps.
 
Pivi Bilivogui
Source :Guineeconakry