Huit coalitions de la société civile guinéenne ont dénoncé lundi l'utilisation de "l'ethno-stratégie" et du "régionalisme" par les partis politique, pour la conquête du pouvoir en Guinée, au détriment de l'unité nationale et de la paix sociale.

A l'occasion de la concertation entre le président guinéen Alpha Condé et les responsables des partis politiques tenue ce jour, les membres de la société civile, fortement mobilisés devant le palais présidentiel, ont affirmé leur amertume de constater la faible volonté des acteurs politiques à conduire le peuple de Guinée au progrès et à la paix.

Le secrétaire exécutif du Conseil national des organisations de la société civile guinéenne (CNOSCG) Aziz Diop a, au nom de la société civile guinéenne, lancé un appel pressent à l'ensemble des acteurs politiques et sociaux à se mobiliser autour d'un idéal de paix à travers la mise en place d'un cadre de concertation et de dialogue structuré, dont la société civile se prête à la facilitation.

Dans cette perspective, la société civile interpelle la communauté internationale et met en garde tous les acteurs politiques qui seront mis devant leur responsabilité en cas de dérapage.

Eu égard à la situation déplorable qui tant à briser l'unité nationale, les organisations de la société civile exigent la mise en place sans délais, d'un plateforme de concertation et de dialogue structuré, en vue de la tenue rapide des élections législatives, dans la paix et la transparence.

"La société civile se réserve le droit de saisir toutes les instances nationales, mais aussi la CEDEAO, l'Union Africaine et l' ONU, contre les acteurs politiques du pays, si des efforts ne sont pas conjugués pour sortir la Guinée de cette torpeur et en cas d' atteintes graves aux droits de l'homme", a expliqué M. Diop.

La société civile menace de faire appel à la mobilisation citoyenne pour demander des comptes aux acteurs politiques.

Source : XINHUA