Et finalement l’Opinion Internationale et nationale ont découvrent le vrai visage de ces menteurs professionnels qui abusent de leur intelligence et de leur patience.

Pis, l’amour du gain facile par l’escroquerie politique oppose actuellement les Partis inutiles au noyau des Premiers Ministres périmés. Ils ont tellement troublé le marigot politique qu’ils ne se voient plus.

Leur  départ est une exigence d’Haal Puular qui gère l’UFDG et de la faction des extrémistes  qui soutiennent Bah Oury, qui ont peur de payer les frais de saturation d’une probable liste commune, comme ce fut le cas lors de la représentation de l’Opposition à la CENI.

En effet Haal Puular par la voie de Bah Oury n’a pas digéré la répartition des Représentants de l’Opposition pour la CENI entre les autres Partis Politiques de la Coalition et l’UFDG :

«En acceptant le schéma de répartition des postes ( 2 ) sacrifiant ainsi à l'autel du nécessaire consensus avec les autres partis de l'opposition les 5 postes que le poids électoral de l'UFDG pourrait lui accorder, la Direction actuelle du parti a dévalué la représentativité du parti. Pis encore, le choix du seul réel représentant de l'UFDG s'est fait sans concertation et sur des bases plus en relation avec le lien de parenté avec le Président de l'UFDG que sur une volonté farouche de promouvoir l'intérêt bien compris de l'UFDG. » Bah Oury (20 Oct.2012)

N’ayant pas encore trouvé un compromis entre les factions de l’UFDG  sur le choix des candidats  aux Elections Législatives prochaines, il n’est pas question pour Haal Puular de céder une seule place aux « amis des Petits Partis » qui ne représentent rien en Guinée, pour faire plaisir à Cellou Dallein.

Nous donnons raison à  Haal Puular pour deux raisons :

Premièrement elle reste égale à elle même. Elle ne veut dans ces rangs que « ceux d’en Haut  et d’ailleurs ».  Elle se bat pour une suprématie Régionale Ethnique et  en reste fidèle.

Deuxièmement, l’Espace Politique guinéen est saturé par des « Partis Politiques » inutiles qui n’ont pas d’identité, pas de siège,  pire  personne ne fait attention à leur existence, par ce qu’ils n’ont aucun effet sur la vie politique et  sociale guinéenne sauf la pollution. Exemple :

1.        Union des Forces du Changement (UFC), 2.      Parti du Peuple de Guinée (PPG), 3.     Mouvement  Pour la République (MPR) ,4.      Alliance pour le Développement National (ADN), 5.      Parti pour le Progrès et le Changement (PPC), 6.      Alliance des Patriotes de Guinée (APG), 7.      Mouvement Démocratique Guinéen (MODEM-GUI), 8.      Parti de l’Unité et de la Liberté (PUL), 9.      Parti Libéral de Guinée (PLG), 10.   Parti Guinéen pour le Développement et la Prospérité (PGDP)

Vous les connaissez ? Quelle incidence ces « Partis Politiques » ont sur la vie politique et sociale de la Guinée, mise à part la pollution ? Ils ont pollué tous les media privés et le débat politique.

Pourtant le départ ces particules ne résout pas les problèmes des Premiers des Ministres périmés de Lansana Conte et des coquilles vides qui gravitent autour de L’UFDG.

Voici un extrait de ce que nous avions publié le 10 Septembre 2012.

Quel est donc le véritable enjeu de cette lutte sans fin?

1)      Le Poids individuel de chaque Parti Politique au sein de l’Opposition

2)      La chance individuelle de chaque Leader d’être à l’Hémicycle

3)      Le «deuxième» Parti Politique de l’Opposition, après l’UFDG

4)       La Bataille de Boké.

5)      Le Poids de l’Opposition sur le territoire national

6)      La Présidence de l’Assemblée Nationale

Toutes les revendications d’hier et de maintenant n’ont d’autre raison principale pour chaque leader  de l’Opposition que la peur de répondre à ces questions…. C’est cette lutte de positionnement ou disons de conquête de marché que la présence de Louceny Camara alimentait.  Et voilà qu’il démissionne avant la répartition effective du marché entre ces entreprises politiques privées….

Voilà en peu de mots pourquoi des Gangs politiques ont pris nos Elections en otage »

Extraits de : «Tsunami dans un verre d’eau » Septembre 2012, BDT. 

Haal Puular a mis les Partis Politiques fictifs à la porte, mais elle n’accepte toujours par la présence de certaines coquilles vides autour de l’UFDG. : PND, UFR, RDIG, GPT, GCIE, PUP et autres. C’est le deuxième front de bataille de Bah Oury et de ses extrémistes.

C’est pour se faire valoir auprès d’HAAL PUULAR que les coquilles vides ont planifié cette marche du 7 Fevrier maintenant avortée. L’Objectif n’est pas de faire accepter le Gouvernement un quelconque compromis, mais au contraire de pousser celui-ci à la faute, pour qu’ils se trouvent une porte de sortie.

Les plumes maudites comme Thierno Monembo sont déjà à l’œuvre pour préparer les Esprits. Les ethno ont envahi les sites web, espérant des répliques pour  nous distraire.

Haal Puular ne veut pas aller aux Elections, les coquilles vides non plus !

En effet après deux ans de mensonges, de désinformation, de vandalisme, comment expliquer aux extrémistes de Bah Oury, aux enfants dressés pour casser les gendarmes à Bambeto, aux analphabètes auxquels ils font croire qu’ils sont les plus beaux, les plus intelligents, les plus riches et les plus nombreux, aux impairs auxquels ils disent que « l’Opposition représente 75% de l’électorat », comment  expliquer à tout ce beau monde que :

-          El Hadj Mamadou Cellou Dallein Diallo a perdu Dalaba, Pita, Koundara, Fria, Kindia, Dixin où il habite, la Haute Guinée et la Guinée Forestière ?

-          Que Kassory  Fofana perdu à Forécariah et que ni Sydia, ni Cellou n’ont pu l’aider ?

-          Qu’El hadj Lansana Kouyaté n’a pas conquis Kouroussa et Boffa ?

-          Que Sydia Diakhaby Toure a perdu la bataille de Boké, de Kaloum, de Matam et de Forécariah et n’est présent nulle part ailleurs sur le territoire national ?

-          Que Jean Marc Telliano est beaucoup plus occupé à fuir ses créanciers qu’à s’investir dans une campagne électorale?

-          En fin comment expliquer à tout ce monde que l’Opposition n’a pas trouvé un terrain de chute pour la candidature de Mouctar Diallo, Moussa Solano, Fodé Soumah de GEI, et le départ du fictif Aboubacar Sylla ?

Pour fuir ce spectre qui se dessine HAAL PUULAR a conseillé à l’Opposition sous la conduite de l’UFDG de boycotter les Elections mais « de FAÇON HONORABLE ».

Voilà pourquoi cette marche du 7 Février avait été planifiée.

Quelque soit l’issue de la rencontre entre l’Opposition et le Président de la République le 12 Février prochain ou ultérieurement, Haal Puular ne souhaite pas allée aux Elections. Elle cherche simplement à pousser le Gouvernement à la faute pour se donner une raison de boycotter les URNES. C’est pourquoi à défaut du dramaturge Mandjou Sow qui a fabriqué les 350 femmes violées au State du 28 Septembre, pendant que des balles réelles sifflaient au dessus de nos têtes, l’Opposition s’est achetée la plume maudite de Thierno Monembo, pour préparer nos esprits, « AU BOYCOTT HONORABLE HAAL PUULAR ! »

L’OPPOSITION EST LA RECHERHE D’UN BOYCOTT HONORABLE !

 

Ben Daouda Toure


aframglobal@aol.com
This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

www.zaley.info