Pour faire avancer notre série sur les transports en Guinée

Introduction 

Je voudrais tout simplement rappeler, dans cette introduction, que c’est au Cabinet Ministériel des Transports que j’ai effectué la plus grande durée de ma carrière de fonctionnaire guinéen : Vingt ans là-bas ! Contre moins de Onze (11), à mes débuts dans l’Enseignement. Et c’est de là-bas qu’on m’a littéralement éjecté, parce que j’avais eu la franchise de militer, ouvertement, dans le Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG), que dirigeait le professeur Alpha Condé ! Un Parti et son Leader “ostracisés“ alors, moulinés même et leurs Militants persécutés et violentés sans pitié ! En Haute Guinée, et en Forêt. Oh ! pour les plus chanceux d’entre eux, car plusieurs en ont péri, au propre et au figuré. Aussi est-il impossible de concevoir, même en ‘’politique bananière’’ exempte de tous scrupules, que ceux qui tiraient hier les ficelles de ces exactions infernales et mortelles, fussent encore les plus ‘’puissants’’, les plus comblés et les plus grands dignitaires du Régime du même Professeur Alpha Condé !

 Heureusement qu’il y a DIEU le VOYANT…  QUI, si on a la chance d’avoir foi en Lui, vous permet de vous adapter et de vous accommoder à tout, sans souffrir de rien. Et puis, tout est tellement éphémère, et factice, pour qui en a conscience, que seul compte l’effort qu’on fait pour être dans le VRAI. Parce qu’il y a une limite et une suite à TOUT : tant Ici-Bas (regardez bien autour de vous, et vous le verrez !), que surtout dans l’Inéluctable Infini, où nul n’échappera à la Réalité de sa propre Rétribution.

 Billâhi, Wallâhil Azîme!

J’avais tout juste cinquante-six (56) ans quand on m’a mis à la retraite. En exploitant stricto sensu des ‘’textes réglementaires ‘’méchamment élaborés à l’initiative d’anarchistes féroces, avec la méprisante et cynique intention ‘’d’insulter’’ les fonctionnaires Guinéens ; voire, de les ‘’ clochardiser’’ !!! Moi je sortais à peine de deux cours de très haut niveau : le premier à l’Université Lumière de LYON II ; le deuxième à l’Université du MICHIGAN à ANN ARBOR (USA) ; aux frais sans complaisance de la Coopération Française pour le premier, et de la Banque Mondiale pour le deuxième. C’était, bien sûr dans le but, d’améliorer mon travail au service de notre Administration, que les bonnes gens voulaient qualifier malgré (on dirait bien), nos gouvernants d’alors ! En effet, ceux-ci prenaient prétexte, sournoisement, d’une disposition-alibi de ‘’30 ans de service’’, pour ‘’vider’’ tous les Cadres classés gênants. En même temps qu’ils bourraient notre Fonction Publique d’éminentes ‘’cloches’’ (Oh, pardon !), de tous âges et de tous sexes, affectées toutes, ou presque, de la Hiérarchie A, et pouvant atteindre des durées de service proches du demi-siècle, grâce à des ‘’Etats civils’’ variables à l’infini !

Je suis à cent lieues d’être un adepte de Narcisse, comme certains! Je ne cite ce qui m’est arrivé que pour mieux mettre en lumière la ‘’chose’’ qui nous avait si longtemps aplatis. Et si cruellement livrés à des Cartels diaboliques de la drogue, du faux monnayage et des trafics humains en tous genres. Mon cas n’en est qu’un, sur plusieurs centaines de milliers.

Ceci dit, je vais poursuivre la livraison de cette page d’histoire du Ministère guinéen des Transports, dont j’ai partagé la maîtrise avec une extraordinaire Equipe de Collègues qui (chacun dans son domaine de compétence), avaient pu faire de ce Département un pôle d’excellence, avant, hélas, que des Prédateurs nets et sans scrupules ne vinssent l’anéantir. Sous la supervision consciente du Général-Président Lansana Conté, dont je regrette d’entendre des gens dire aujourd’hui que c’est son entourage qui l’a trahi. Ce qui est totalement faux : c’est bien lui au contraire, qui s’était environné uniquement de ceux qui lui convenaient. On ne va tout de même pas nous dire que c’est, par exemple, Edouard Benjamen qui avait choisi la simple Idée de Projet de Barrage de GARAFIRI, (un fiasco !), contre le Projet, déjà Bancable à l’époque, de FOMI, et que les Canadiens s’offraient de financer, de réaliser et, éventuellement, de nous aider à gérer. (Le Professeur Alpha Condé lui, a préféré KALETA aujourd’hui au même FOMI : on ne dira pas demain que c’était le choix de son entourage ? Voyons !). C’est le Président Conté qui ‘’faisait ici ce qu’il voulait’’ ! Et, en toute vérité, n’est ce pas après l’avoir proclamé, combien de fois, lui-même ? Peut-on l’oublier ? N’est-ce pas lui qui allait directement et personnellement prendre des sommes d’argent faramineuses à la BCRG ou à la Douane ? Ne disait-il pas à son entourage ‘’de ne pas tout prendre’’ ? Enfin, comment peut-on être l’intraitable, l’implacable et tout-puissant Président d’un pays, et s’y accrocher, même au prix de milliers de vies humaines (n’est-ce pas ?) :

  • Oui, comment le peut-on, si on ne sait même pas que la destruction complète de dizaines d’Unités industrielles d’un pays, par une politique délibérée, constitue un crime imprescriptible ? Oui : comment le peut-on ?
  • Comment le peut-on, si on ne sait pas que, livrer toute l’Economie de son pays à des champions internationaux de la spéculation, des gens aux pseudonymes évocateurs de ‘’Sans-Loi’’, ‘’Super Bobo’’ et autres ‘’ Sadakkâdji’’, avec lesquels on développe des relations personnalisées, peut constituer un danger grave pour une Nation ? Le Président Conté ne les a-t-il pas réunis lui-même, directement, et proclamé à leur face, sous le témoignage audio-visuel de notre Peuple, que c’est lui qui a fait d’eux des milliardaires ? Au fond, qui manipulait qui, lorsqu’on sait que c’est ceux qui se ressemblent qui s’assemblent ?
  • Comment le peut-on enfin, voyons, si on ignore l’extrême gravité du trafic des armes, de la drogue et des êtres humains, en passant par la pornographie pédophile, et par tous les autres systèmes flagrants de corruption , de détournements, de chantages et d’intimidations, de violences même et d’assassinats, par les cercles les plus restreints du Pouvoir d’Etat, dont on est soi-même le détenteur absolu, et des siens propres ? Et on veut dédouaner ça ?!? Tout en continuant à mentir au Peuple, et à notre Jeunesse surtout, en continuant à entretenir méchamment, cyniquement, une réputation de MONSTRE fabriquée par la FRANCAFRIQUE contre le Libérateur, le Fondateur et l’Unificateur de notre Nation ? Contre le Bâtisseur, l’Edificateur, le Promoteur incontesté de la Guinée moderne. Celui qui avait jeté les bases d’un développement économique décentralisé et équilibré, sur tout le territoire guinéen, sans discrimination aucune ?

‘’LES GUINEENS CONNAISSENT-ILS VRAIMENT DIEU’’ ? Tel fut le titre d’un de mes articles en 2009, lorsque le Capitaine Moussa Daddis Camara continuait à mettre côte à côte dans ses discours les images ‘’Sékou Touré’’ et ‘’Camp Boiro’’ : un cliché, un stéréotype tellement malhonnête, que notre pays risque d’en souffrir pour longtemps encore. En tout cas, tant que nous refuserons de renoncer à nos mensonges folkloriques et de rétablir la Vérité de notre Vécu ! En détail et sans zones d’ombre ! C’est sûr et certain, cela !

Notre Vérité ? En voici un petit bout, lié à mon expérience en matière de transports:

II- LA PREMIERE DECENNIE DES NATIONS-UNIES SUR LES TRANSPORTS

ET COMMUNICATIONS EN AFRIQUE.

Il s’agit d’un vaste programme de développement coordonné et intégré des Systèmes africains de Transports et de Communications, à l’initiative de l’ONU, et sous la supervision de la CEA, la Commission Economique des Nations-Unies pour l’Afrique, dont le Siège est à Addis-Abeba en Ethiopie. La première décennie de ce programme est allée de 1979 à 1988. Les Experts et Plénipotentiaires des cinquante Etats indépendants d’Afrique étaient associés à la définition des objectifs sectoriels les plus pertinents, à leur étude optimale et à la prise de toutes les décisions utiles, ce, au cours de Sessions bisannuelles, pouvant être ponctuées de Réunions Techniques spécifiques, de Séminaires ou de Tables Rondes.

LA PARTICIPATION GUINEENNE

Elle a été effective dès 1979, au démarrage du Programme, dont chacune des Sessions s’articulait en deux Séances :

A - Une Réunion Intergouvernementale Préparatoire d’Experts Africains des Secteurs concernés, Réunion dont les Travaux étaient organisés aux normes Onusiennes par une équipe de spécialistes hors pair du Secrétariat Exécutif de la Commission ;

B- Une Conférence des Ministres Africains des Transports, Communications et Planification, Instance de décision du Programme.

Pendant cette Première Décennie, le Secrétaire Exécutif de la CEA était un éminent économiste Nigérian, Monsieur Adedeji Adebayo, tandis que le staff organisateur des travaux était piloté par un ‘’Sénior’’ : Monsieur Tchouta Moussa du Cameroun.

J’ai eu l’honneur de diriger les Groupes d’Experts Guinéens à tous les Travaux de cette Décennie, de Mars 1981 à Mars 1988, successivement :

  • A ADDIS ABEBA : en Mars 1981; en Janvier 1983; et en Mai 1984 pour une Réunion Extraordinaire sur la ‘’Faisabilité d’un Satellite Africain de Communication’’, Réunion que j’avais présidée moi-même, au nom de la Guinée, à Africa Hall (la Maison de l’Afrique) ! (Le fameux Satellite émancipateur des pays africains du vampirisme exploiteur de l’Europe, que Kaddafi a financé à 80%, et qui est donc un des motifs de son assassinat par les Occidentaux Blancs, sous le ‘’regard terrifié’’ de la nouvelle génération de nos Chefs d’Etat fantoches, dont le plus vieux, Monsieur Wade, se sera surpassé dans la fomentation de cet ignoble assassinat !). Vous voyez un peu le sens actuel de la marche de notre Monde ?
  • AU CAIRE, où s’était tenue la 3ème Conférence des Ministres de la Décennie, en Mars 1983 : C’est à cette Conférence qu’après un débat franc, il avait été décidé la tenue à Paris, en Juin de la même année, d’une Table Ronde sur les Infrastructures de transport en Afrique. C’est également là, au Caire, que Conakry avait été choisie pour recevoir la 4ème Conférence des Ministres de la décennie, précédée de sa Réunion d’Experts ;
  • A PARIS donc : au Centre International de Conférences de l’Avenue Klébert, en Juin 1983. Le lecteur se souviendra que j’y étais, aux côtés de mon Ministre, le Commandant Siaka Touré, en lieu et place duquel j’avais pris la parole à cette occasion, (voir la ‘’Suite 12’’ de mes ‘’Nouvelles et Bilans’’) ;
  • A CONAKRY, en Janvier et Février 1984, dans le somptueux décor de notre Palais des Nations flambant neuf, qui accueillait ainsi la première Rencontre Internationale de sa brève vocation en la matière. En tant qu’organisateur en titre à cette occasion, et Chef de la Délégation d’Experts du Pays-hôte, le nôtre, j’avais alors eu le terrible privilège de présider la quatrième Réunion Intergouvernementale Préparatoire de la Conférence des Ministres du même rang.

Avant de rapporter ici deux anecdotes qui ont marqué cette Conférence, je voudrais d’abord exprimer ma perception du sort dramatique que les ‘’Militaires’’ Guinéens de Lansana Conté ont réservé à notre ‘’Palais des Nations’’. Conçu et réalisé pour accueillir, avec la plus grande dignité, le sommet 1984 de l’OUA, notre Palais était un des plus modernes, des plus luxueux, des plus prestigieux d’Afrique. Croyez-m’en, car, j’en ai pratiqué un certain nombre, tant en espace francophone et anglophone d’Afrique noire et blanche, que même d’ailleurs à travers le Monde. Tout Guinéen normal aurait dû en être fier : il était à nous.

Le Problème, c’est que de singulières hordes de Guinéens complètement anormaux existaient, (et existent encore, hélas !), pour qui notre pays ne devrait être qu’un ‘’enfer’’ et un ‘’bidonville’’, pour que leurs pulsions perverses à eux fussent assouvies !... Et la France, dite ‘’Patrie des Droits de l’Homme’’, était bien le seul pays au Monde à ‘’soutenir’’ de telles dérives et déviances autodestructrices, qui avaient même été érigées, par ladite France en un modèle françafricain de fanatisme politico-culturel dément : au nom d’un Antisékoutourisme pathologique, bigot, presque sacerdotal… Nous en vivons maintenant des séquelles et des conséquences dramatiquement abêtissantes. Au point que nous ne distinguons même plus la vraie Réalité de nos constructions verbeuses, fantasmagoriques et hallucinatoires, que nous nous évertuons à substituer coûte que coûte à cette Réalité. En abusant, sans honte aucune, de postulats et de déclamations péremptoires et mensongers, portés par des canaux de communication on ne peut plus félons ! Et par des spécialistes d’un unilatéralisme déséquilibré et déséquilibrant. Toutes choses qui portent de plus en plus le témoignage du Règne de Satan la Bête. Un ‘’Règne’’ précurseur lui-même du ‘’Sâati’’, le terme de l’Existence Libre !

Les 02 et 03 Février 1996, poursuivant leur ‘’œuvre’’ de Destruction des ACQUIS  de notre INDEPENDENCE, les forces au pouvoir, après nos Avions, notre Chemin de Fer National, nos Bateaux, nos Fermes Bovines et Agricoles ; après nos cinq à sept dizaines d’Unités Industrielles ; notre excellent Système d’Education Populaire ; nos Troupes Théâtrales Populaires ; nos Ensembles Provinciaux et Nationaux de Musique Populaire, modernisée et traditionnelle. Nos équipes Sportives féminines et masculines aux énormes succès ; bref Tout ce que nous avions réalisé grâce au Génie libéré et judicieusement valorisé de notre Peuple, qui en était devenu le modèle africain le plus admiré ; après tout cela, nos géniaux stratèges du CMRN/PUP, avaient fini par trouver le prétexte idéal pour fracasser notre Palais ! Un Joyau et un Symbole on ne peut ni plus expressif, ni plus parlant, de l’Ouverture et de l’Universalité de notre Première République ! En effet, notre ‘’Palais des Nations’’ avait été construit et offert à la Guinée par la Corée du Nord, tandis que ses finition-décoration et ameublement avaient été l’œuvre de l’Allemagne Fédérale ! C’était encore du temps de la Guerre Froide, (que moi je considère comme la Troisième Guerre Mondiale, Infiniment plus mortelle que les deux premières !). ‘’On’’ avait fait entrer alors en mutinerie, les fameux 02 et 03 Février 1996, les ‘’Troupes’’ de notre Armée au pouvoir, qui avaient ainsi soigneusement ‘’Obusé’’ notre Palais, où leur Général-Président s’était retranché. Au sous-sol, où aucune arme ne pouvait l’atteindre, et d’où on avait pu l’entendre causer avec les journalistes de RFI. Pendant qu’il faisait effacer cette autre ‘’trace’’ de celui qui nous avait construit tous les attributs patrimoniaux de notre République, partout : de Conakry à Yomou et Lola ; de Siguiri à Gaoual et Koundara ; de Lélouma à Dabola. Et puis, qu’on se tienne bien tranquille : en2006 et 2007, grâce à une parfaite assimilation ‘’populaire’’ de cette furieuse tradition de la dévastation, ‘’on’’ avait cassé tout le reste ! dans tout le pays ! Sauf où ? Hein ?

Vous savez, la destruction du Palais des Nations, bombardé par des Artilleurs d’élite depuis le Camp Alpha Yaya, donc à 15 km de dist ance au moins, avec une précision mathématique, cette destruction n’aura nullement déplu à nos fameuses hordes de Guinéens anormaux déjà évoqués, et qui s’étaient déjà bien intégrés à la Pétaudière ambiante, que le CMRN avait substituée à la bonne tenue de notre Société Révolutionnaire. Au nom d’une Liberté grave! Ô combien grave!

Déjà en 1983-1984, des contingents entiers de ces Guinéens-là s’étaient mis en préparation terroriste au Burkina Faso, dans le but d’envahir notre pays (comme d’autres l’avaient fait le 22 Novembre 1970 !).

C’était pour empêcher la tenue du Sommet de l’OUA en 1984. Pour que le rayonnement de notre pays, en Afrique et dans le Monde, ne connaisse pas la consécration, l’apothéose que notre Continent voulait lui réserver, avec le Monde Arabe et tous les autres Pays Progressistes du Monde.

Moi je suis convaincu, et cela n’engage que moi, que les pilonnages des 02 et 03 Février n’avaient d’autre objectif que la seule destruction de notre Palais. Sinon, comment peut-on faire usage de canons et d’obusiers contre quelqu’un, qui finit par sortir tout tranquillement des ruines en feu d’un tel édifice, sans être aussitôt criblé de balles ? Et, pis encore, ‘’on’’ l’emmène aussitôt dans une Garnison où il est, séance tenante, ovationné, plébiscité, par ceux-là mêmes qui étaient supposés d’avoir voulu le pulvériser avec des armes lourdes, juste quelques instants auparavant. Et qui, de surcroît, lui remettent immédiatement leur ‘’cahier de doléances’’, avec une seule exigence…’’Salaires’’ exponentiels ! Qu’on est parfaitement en droit de considérer, nous autres, comme des Primes à la casse….Une Armée ne peut pas faire plus de mal à son pays que la nôtre !

Mais, revenons à cette 4è Session de la Décennie. Elle a connu la participation la plus forte de tout ce premier programme sectoriel de l’ONU, avec quelques 46 à 48 pays représentés. Même le Ministre français des Transports du Gouvernement de large Union de la Gauche, sous le premier mandat mittérandien, le Stéphanois Charles Fitterman, avait été de la partie. C’est vous dire !

Pendant notre Réunion, de nombreux Experts Africains, admirateurs sincères de la Révolution Guinéenne, de son Guide, et surtout de la qualité et de la dimension du Panafricanisme qu’il portait, nombre de ces cadres Africains m’avaient prié de leur procurer certaines publications d’AST à propos des Etats-Unis d’Afrique.

Moi, je suis désolé aujourd’hui que notre classe politique à la troisième génération, celle, dont l’adolescence a coïncidé avec l’extraordinaire avènement des Nkrumah, Ahmed Sékou Touré, Julius Nyerere, Jomo Kenyatta, Patrice Lumumba, Kenneth Kaunda, Modibo Kéïta, Bakary Djibo, Tafawa Balewa, Um Nyobe, Moumié et autres Nasser et Ben Bella, ces libérateurs-fédérateurs de notre Continent-martyr, je suis désolé que la génération actuelle de politiciens et de dirigeants Africains et, plus particulièrement encore, Guinéens, ne réserve pas à ces Timoniers de la Reconquête de notre Dignité Humaine, TOUT LE RESPECT qu’elle leur, non pas : ‘’devrait’’, mais : ‘’doit’’ bel et bien !... Quand le Colon Blanc et ses Chefs locaux fouettaient en effet nos ancêtres aux Travaux Forcés, et dans la Domesticité la plus avilissante, ou qu’ils violaient nos pucelles, avec arrogance et suffisance, comme s’ils en devenaient des bienfaiteurs pour les géniteurs desdites pucelles paralysées de terreur, pendant les décennies et siècles que cela a duré, (60 ans pour la Guinée, c’est-à-dire, PLUS QUE : les 26 ans d’AST, les 25 ans de Conté, les 02 ans de Dadis et Konaté, et jusqu’au plein mandat d’Alpha Condé en 2015 ! Avec tout ça, on a encore des espèces de porte-parole de ces Colons qui ont le courage d’insulter notre LIBERATEUR, en nous parlant de 50 ans de Pauvreté et de Misère ! Les PAUVRES…), pendant donc cette interminable ère d’humiliation Infrahumaine, les Notions de : Président, Député, et autres Diplomate ou Plénipotentiaire n’étaient pas même du domaine du phantasme et de l’ornirisme les plus hardis chez nous ! Nous sommes des Ingrats Déterminés, qui ‘’cultivons’’ même l’Amnésie par la Déformation et par l’Occultation de toute Réalité Positive et Evolutive due à AST au profit et à l’honneur de notre pays. Et chaque fois que nous échouons à en prostituer une, nous nous ridiculisons à vouloir nous auto  attribuer les mérites de ce genre de Réalité têtue. Au pire, on préférerait même, à défaut, les attribuer, ces mérites, à n’importe qui d’autre qu’à AST. N’en fut-il pas ainsi de la Dynamique des Etats-Unis d’Afrique ? Les Guinéens savent bien que seul AST, longtemps avant son rappel à Dieu, avait écrit et publié un TOME complet de ses Œuvres sur cette Dynamique. Or, quand le Général Lansana Conté avait remisé notre pays dans les Granges de la Françafrique, et qu’on avait ainsi connu le naufrage diplomatique et politique le plus dégradant de notre Histoire, ce qui autorise certains à proclamer maintenant que ‘’La Guinée n’est pas connue !’’ (avec une sorte de ‘’fierté’’ renversante !), nos nouveaux Politiciens avaient mollement laissé le Guide Libyen, Kaddafi (dont je déplore l’humiliation et l’assassinat…devant notre ‘’nouvelle’’ Afrique muette !), oui, on avait laissé le Guide ‘’récupérer’’ pour lui-même la paternité de cette dynamique. A coups de RFI et consorts, pour faire ignorer AST ! Mais aussi, en sachant parfaitement qu’on lui ferait bien la peau après, au dit Kaddafi, pour l’empêcher d’utiliser les moyens financiers colossaux dont il disposait en toute souveraineté, en vue de donner à notre Continent une position digne dans le concert des Nations. Les Occidentaux n’ont besoin que d’une Afrique à la traîne, falote et sans personnalité. Avec des dirigeants houphouëto-senghoriens dont la seule ‘’compétence’’ consiste à être attentifs aux humeurs des Occidentaux, qui n’ont de Concurrent désormais que DIEU !

Je prie mes lecteurs de me permettre de réserver à la ‘’Suite 15’’ de mes Nouvelles et Bilans, les deux anecdotes de la 4ème Conférence de la première Décennie des Transports, et les derniers travaux de cette Décennie jusqu’en 1988.

Deux anecdotes, dont j’ai été acteur et témoin, et qui campent davantage encore la personnalité exceptionnelle, extraordinaire, d’AST. Bien loin des ‘’50 000 Intellectuels’’ qu’il aurait tués au ‘’Camp Boiro’’, selon une Association de chez nous, qui fait un usage robotique et niais de la propagande de type occidentalo-nazi, je ne sais pas si vous voyez ! Une propagande comme celle des ‘’300000’’ opposants politiques que Idi Amine aurait ‘’assassinés’’ en Ouganda pendant huit (08) petites années de présidence sans guerre civile, sans famine et sans aucune pandémie : comme ça, à la radio ! Comme celle des ‘’Armes de destruction massive’’ de Bush-fils en Iraq ! Ou comme les ‘’Civils de Benghazi’’ que Sarkozy et Juppé s’étaient tenus obligés de ‘’sauver’’ contre Kaddafi le ‘’Monstre’’ ! ‘’Dommage’’ que le coup n’ait pas encore marché cette fois en Syrie, et qu’au lieu d’abattre Bachar, comme Ben Laden et Kaddafi, les Occidentaux, cachés derrière des ‘’Arabes’’ pour cette fois-ci, n’aient encore réussi qu’à allumer une ‘’Guerre civile’’, dont ils se préparent à imputer les macabres bilans, non pas à des Rebelles, comme ceux qu’ ils étouffent eux-mêmes chez eux : en Corse, en Irlande ou au Pays Basque, mais à l’Etat Syrien !...Ôôôfff ! Ainsi va la vie ! Heureusement que DIEU en Est Le Témoin. Et tant pis pour les Incrédules. Pour les Mécréants donc ! Nous, on est Sereins, parce qu’on a la Foi.

Je vous dis donc: à la prochaine, si Dieu le veut.

Soub’hânallâhi, wa biham’dihi, wastakh’firoullâhi wa atoûbou ilaïhi.

Wassallallâhou alâ Seydinâ Muhammadin, wa alâ âlihi, wa Sahabihi

Wassalim

 

Conakry, le 17 Septembre 2012  

Aly Bocar Cissé Professeur et Administrateur Civil  à la retraite

Tél : 64-33-37-70/62-27-88-89

email : cissedebma@yahoo.fr