Il y a longtemps que nous fustigeons le comportement de l’Opposition, ne  serait-il pas venu le temps de balayer devant notre porte ?
Pourquoi la Coalition des Ministres périmés nous mène en bateaux ?
«Ils ne veulent pas aller aux Urnes, parce qu’ils ont peur de perdre les Elections».
Cette réponse  simple et simpliste est le petit arbre qui  cache la Forêt.
Dans un pays où il y a une Constitution et des textes de loi permettant au  Peuple d’aller aux Elections, de quel Droit se permet-on de perdre le temps des  citoyens à la recherche d’un Consensus dont l’Opposition n’a jamais demandé ?
Après une Election  Démocratique, Le Président élut n’a qu’une seule Responsabilité  Constitutionnelle : Défendre la Constitution et appliquée les lois de la  République :
«Article 35 :  Serment du Président de la République»
La Constitution guinéenne n’a jamais demandé au Président de la République d’aller chercher, OBLIGATOIREMENT, un consensus avant de  fixer la date des Elections à partir du moment où elle a doté le pays d’une loi  électorale. La CONSTITUTION  elle-même peut-être définie comme UN CONSENSUS  SUPRÊME ET SOUVERAIN, autrement dit  la volonté Souveraine du Peuple.
Si le Président de la République contourne cette Constitution, la volonté  Souveraine du Peuple, et impose un Consensus pour arranger un club de  politiciens, il violerait la Constitution.
Personne n’a le Droit, de remplacer un texte de loi ou de contourner la  Constitution pour faire plaisir à une Corporation syndicale ou politique. Tout  Consensus doit s’obtenir que dans le respect strict de la Constitution et des  Textes de lois. Vouloir coûte que coûte satisfaire des  Partis Politiques par Consensus, en contournant nos Textes de loi, serait un très dangereux précèdent pour notre jeune République.  L’Election est elle-même partisane ; c’est pourquoi nous avons une loi  Electorale pour départager les Partis  Politiques et pour qu’ils partent aux Urnes avec les mêmes chances.La Loi  électorale en vigueur a été  écrite et  approuvée par tous les  Partis Politiques  du pays qui existaient à l’époque et quand ceux qui se plaignent aujourd’hui étaient au Pouvoir.  Aucun d’eux ne remet cette loi en cause. Aucun Parti Politique ne dénonce la  Constitution. Où est donc le Problème ?
Quel est l’Article de la Constitution qui  dit «Que le Président de la République a l’obligation de  changer la composition de la CENI à chaque fois qu’un ou un nombre définis de  Partis Politiques s’ajoutent au paysage politique» ?
Si cet Article n’existe pas  clôturons ce débat.
Nous devons avoir à l’esprit qu’un Parti Politique n’est en aucun cas un  REPRESENTANT DU PEUPLE. Surtout pas ceux de la Guinée qui sont en réalité des  Entreprise Privées politiques lucratives,à responsabilité limitée, régionalistes et  ethnocentriques. Ils ne sont pas les Représentants du Peuple, dans lequel ils  ne voient que matière à exploiter.
Les Partis  Politiques de la Guinée sont des entreprises privées.
La Preuve : Dès que le  Propriétaire du PDN a ordonné à ses ministres de quitter le Gouvernement, ils  se sont immédiatement exécutés sans se poser la question si la «la base a été consultée ou si cette  décision provenait d’une Assemblée générale du Parti » Non les militants  et le Parti sont des propriétés privées du Président fondateur. Plus triste, le  départ de ces deux ministres n’affecte ni le fonctionnement du Gouvernement, ni  le fonctionnement d’un Parti Politique, ni d’aucune Institution partisane ou  républicaine, parce qu’ils ne sont rien d’autres que des marchandises publiques  en surplus sur le marché politique de Conakry.
Contourner la Constitution  pour satisfaire ces Entreprises, violerait la Mémoire de tous nos Martyrs qui  sont tombés pour la Démocratie et l’avènement d’un Etat de Droit.
Le Président de la République est élu  par la grande la Grande Majorité des guinéens pour protéger et appliquer les  Textes de la Constitution.
S’il faillit à ce devoir pour faire plaisir aux politiciens que le Peuple n’a pas élu, il  sera responsable de l’avènement  d’une République illégale et de la déliquescence de l’Etat. Élection c’est  pour garantir l’authenticité de l’expression de la volonté du Peuple.
Pour aller aux  Elections le Président de la République n’a rien à faire sinon que d ’appliquer  les Textes de Lois en vigueur dans  toutes leurs rigueurs.
Pour tout  passage mal interprété ou contesté, il appartiendra à la Cours Suprême de trancher.
Ce sont là les  règles de la République et de la Démocratie.
Ce sont pour ces règles que des  centaines de nos compatriotes sont morts dans les rues à travers la Nation. RESPECTONS LEUR MÉMOIRE.
La Constitution  ne doit pas être soumise aux humeurs des Partis Politiques et elle ne peut en aucun cas être subornée à un Consensus, c’est pourquoi  elle est dotée des procédures d’amendements pour toutes les éventualités.
Il faudrait aussi noter que l’Opposition n’a jamais demandé de Consensus ni au Président de la République, ni au CNT ou  à qui se soit.  Elle a posé ses conditions « C’est ça ou il n’y aura pas d’élections  Législatives ». Elle l’a dit et  elle reste égale à elle-même.
Elle le répète à chaque fois que l’occasion se présente «  Nous continuerons les manifestations  pacifiques, jusqu'à la satisfaction totale  de nos revendications»elle n’a jamais demandé de consensus et a toujours rejeté toutes les  propositions de sortie de crise d’où qu’elle vienne ; elle a saboté toutes les possibilités  de  dialogue.
Alors de quel Consensus National  parle-t-on ? Ou alors voulez-vous soumettre la Constitution à la volonté  des Premiers des ministres périmés ? N’ont-ils pas gouverné ce pays ?
Pour mettre fin à cette recréation qui menace sérieusement l’Unité  Nationale, le Président de la République doit prendre ses Responsabilités et  fixer les dates des Élections, selon  le  code électoral dans le strict respect  de  la Constitution, expression de la Volonté du Peuple.
Tant pis pour ceux qui choisiront le boycott comme un moyen d’expression.
On ne construit pas  une Nation avec des gants de velours.
L’Opposition est intransigeante par ce que le RPG-Arc-en-ciel a disparu de  la circulation, laissant le Président seul face à ces Entreprises Lucratives à Responsabilité  limitée.
Le RPG a perdu la bataille de la Communication et a fui le combat. C’est  pourquoi l’Opposition s’est accaparée de l’espace médiatique et fait ce qu’elle  veut.
Le RPG doit savoir que les Elections Législatives et Communales ne sont et  ne doivent être pilotées que par les Partis Politiques et non pas par le  Gouvernement. Les Ministres sont des Ministres de la République au service de  tous les guinéens. Ils se doivent un devoir de réserve dans des querelles  partisanes. Mais la faiblesse et l’effacement du RPG poussent le Gouvernement à  prendre les devants dans des querelles électorales. Or la CENI dans son Esprit  a été créée pour éloigner le Gouvernement et l’administration du processus  électoral. Les Débats en cours ne devraient donc pas être ceux des Ministres et  moins encore du Président de la République.
Le Président de la République est le dernier recours. Parallèlement à la  Constitution il devrait être protégé des querelles partisanes par une Coalition  ou le Parti Politique dont il se réclame.
Le RPG doit savoir que le Prof. Alpha Conde n’est plus le Président du RPG,  mais le Président de tous les guinéens, c'est-à-dire le Président aussi de ceux qui n’ont pas voté  pour lui.
Malgré tous les moyens de l’Etat et   les 10101 comités de soutien, le RPG s’est tellement embourbé dans la Communication,  qu’il a réussi à museler ses propres Alliés. On ne sait plus qui est Mouvance Présidentielle et qui est Arc-en-ciel. Ils ont tous choisis le silence pour mieux s’exprimer. Parce  que ceux qui se disent «militants de première heure» ont envahi le l’espace médiatique  qu’ils ne maitrisent pas. Et cela se répercute sur tout le monde.
Le Gouvernement est victime d’un système de Communication inadéquat. Sinon  au regard de ce qui a été déjà accompli   en moins de deux ans et de ce qui se dessine, les réalisations auraient  fait la Campagne pour la Mouvance Présidentielle et le RPG n’aurait pas  disparu.
Mais ici on souffre du silence et là de  l’improvisation.
Le déficit en Communication a fait disparaitre le Ministère des Affaires  Etrangères, enterrer celui de l’Agriculture, rendu quasi inexistant le  Ministère de l’Industrie et des PME, malgré l’afflux des investisseurs dans la  capitale et c’est à peine si on rencontre 20 guinéens sur 100 qui se rappellent  du nom de notre Ministre du Tourisme malgré le dynamisme de cette brave dame,  et le nombre d’hôtels qui poussent dans la ville. Personne ne note les progrès  de L’EDG.
Alors que ces départements plus les trois Ministères de l’Enseignement, des  Travaux Publiques et de l’emploi Jeunes  sont à la pointe du combat avec des résultats probants et mesurables.
Les rôles ne sont pas définis entre le Gouvernement et les Partis  Politiques qui soutiennent son action. Le RPG-Arc-en-Ciel doit se donner une  Personnalité, une Identité et se présenter à l’opinion publique comme un Parti  Politique au Pouvoir et laisser la Mamaya aux «Cérès  kounty». Les campagnes d’explications sur les  questions brulantes (CENI, LOI ELECTORALE) ne doivent pas se transformer en de  gigantesques mamaya, tous identiques les uns aux autres. Cela expose le  Gouvernement dont les membres ont une obligation de réserve sur les  questions  politiques partisanes. Ils  sont Ministres de la République. Mais le RPG les met dans l’Obligation de parler  à sa place et de répondre aux Partis Politiques.
La Communication du RPG-Arc- en-Ciel, si elle  existe, n’est   ni  active ni agressive pire elle  ne sait même plus réagir aux coups de l’Opposition.  Son amateurisme a fini par convaincre les  chefs de Partis Politiques de se croire l’égal du Président de la République.  C’est pourquoi des « Enfants politiques » comme les Forces Nouvelles  ont le courage d’aborder les questions électorales avec le Président, et de le  défier 3 secondes après l’Audience.
Même des Partis  fictifs qui n’existent qu’à Ratoma, comme l’UFC d’Aboubacar Sylla sont plus  visibles que le RPG.
Nous conseillons au RPG-EN-CIEL de confier la Communication aux Professionnels.
«La Communication»  n’est pas de « l’information» et ne veut pas dire être 100% présents sur les chaines  de Télévisions ou faire le tour des Radios Privées 24 /24heures, 7/7 jours.
C’est une technique qui n’aime pas l’amateurisme; il faut que ceux qui sont  en charge abandonnent leur orgueil pour solliciter de l’aide.
Le Débat en cours devrait être celui des Partis Politiques et non du  Président de la République. Nous rappelons encore au RPG et à ses Alliés que  les Elections Législatives et Communales sont du ressort des Partis Politiques.  La CENI a été créée pour nous assurer de l’impartialité du Gouvernement et de  l’Administration.
Le PRÉSIDENT DE  LA  RÉPUBLIQUE EST LE DERNIER RECOURS, il doit être au-dessus de la mêlée.
Ben Daouda Toure