A Propos de nos étho-régionalismes

Haineux et Abrutissants

INTRODUCTION

Jusqu’au 02 Octobre 1958, nous n’étions qu’une addition de populations colonisées, exploitées et pressurées. Sur un territoire délimité par des frontières découpées comme à la serpe, dans la  chair d’entités ethnoculturelles écartelées et chosifiées. Ce que j’en dis n’est qu’un euphémisme, et seuls de grands malades bien étranges parmi nous, des gens totalement anormaux en matière de mentalité citoyenne, seuls de tels malades sont capables de faire l’apologie de la chose coloniale de nos jours encore !

     En France par exemple, vous ne trouverez pas un citoyen sur les 70 millions du pays, qui fasse des poèmes flatteurs sur l’occupation allemande. Vous ne trouverez pas un Vietnamien qui en fasse sur l’occupation coloniale dans son pays. Etc…Etc… C’est chez nous ici que des gens se prétendant évolués, ou je ne sais quoi encore, n’éprouvent aucune honte à le faire.
 Entre 1954 et 1958, pendant cinq petites années seulement, une équipe de jeunes patriotes dignes, a mené une lutte pacifique, c’est-à-dire non-violente et uniquement fondée sur la force de l’argument, pour libérer nos populations de la pire humiliation de leur histoire multiséculaire : l’humiliation coloniale.
Au moment de cette lutte, seules deux forces étaient opposées :
v celle de l’impitoyable et ignoble exploitation de nos masses populaires par la France, aidée par une féroce petite féodalité bête et cruelle, et par un embryon de bourgeoisie compradore, toutes deux  gonflées à bloc par la séduction coloniale en quête de complices locaux. Une force qui avait souvent utilisé la violence pour compromettre la lutte de la seconde force, à savoir :
v celle du Peuple conscientisé par nos jeunes Patriotes qui s’appelaient : Diallo Saïfoulaye, Béavogui Louis Lansana, Bangoura Mafory, Camara Damantang, ou Diané Lansana…Avec le pilotage inimitable d’un surdoué : Touré Sékou ! (C’est comme ça que le Colon nous identifiait, en commençant par le patronyme, pour faire la différence avec lui-même ; Vous n’entendrez jamais par exemple : Chirac Jacques, ou Aubry Martine, ou Merkel Angéla ! Or, c’est encore des nôtres à nous qui, fièrement, se réappliquent cette forme d’identification dédaigneuse pour captif !)
Il n’y avait, il n’y a jamais eu, de la part de nos jeunes Patriotes ci-dessus, la moindre mentalité, la moindre attitude discriminatoire. Ni au plan ethnique, ni au plan régionaliste : sinon ils n’auraient jamais gagné leur combat ! C’est au contraire, l’équipe de campagne du candidat du B.A.G, Barry Diawadou, qui pour la première fois, avait publié une ‘’Déclaration à l’intention du Foutah en particulier…’’, en 1954, contre le candidat Touré Sékou diabolisé. Déjà ! Parce que ‘’Malinké’’. C’est pour Kéïta Koumandian que le mépris était le plus cinglant, puisque lui-aussi était un ‘’non-foutanien’’, et pourtant bien ‘’le’’ Président du BAG. C’est-à-dire qu’il n’était donc considéré que comme un simple pion ! C’est enfin le même particularisme peulh obscurantiste qui s’était violemment exprimé plus tard à Conakry, contre les succès et les avancées du PDG dans la presqu’île du Kaloum, et aussi dans les localités de la proche-Banlieue.
La mouvance BAG avait eu alors un recours excessif à un maraboutisme politico-mystique, très rapidement localisé dans ses repaires supposés les plus cachés ( !?!), et un recours aussi à des positionnements de ‘’Commandos d’esclaves’’ prêts à obéir (et c’était ‘’culturel’’), à tous les ordres que leurs maîtres et ‘’propriétaires’’ leur eussent donnés. C’est ainsi que certains meurtres inexpliqués d’habitants Soussous isolés, à Dixinn-Foulah notamment, avaient déclenché des représailles populaires de grande ampleur, que des esprits chagrins avaient voulu imputer au PDG. C’était en 1957, et le Colon Blanc, ouvertement anti-PDG, était encore là, tout-puissant. Mais, même lui n’avait pas pu franchir le pas d’une arbitraire incrimination du Parti de Touré Sékou, Diallo Saïfoulaye, Béavogui Lansana, de Bangoura Mafory, et de leurs Compagnons. Des gens mûs par un idéal de dignité et de souveraineté populaires, un idéal qui les soudait de plus en plus solidement aux populations de plus en plus conscientisées et déterminées.
 Pourquoi nos historiens, humanitaires et défenseurs divers des droits humains (locaux, africains et internationaux), ne scrutent-ils pas ces réalités d’un passé pourtant si récent encore, avec des dizaines de témoins  toujours vivants et lucides ? Au lieu d’entretenir une confusion effrontément portée par des menteurs sans scrupules ? Notre Peuple va en être fatigué, et cela n’est bon pour personne !
A-          Les Péchés de notre société vis-à-vis des Malinkés
Comme l’atteste tout notre vécu de 1954 à 1984, la première République n’a jamais été un Régime malinké. Tous ceux qui l’ont prétendu, affirmé et soutenu sont des menteurs et des ennemis de notre pays, quels que soient leurs mobiles : et je vais le démontrer ici.
A-1. AST et ses compagnons étaient, sans calcul aucun, de toutes les origines ethniques et régionales de notre pays.
Ils étaient des Nationalistes sincères, dévoués et intègres. Et ils sont restés fidèles à leurs engagements vis-à-vis du Peuple de Guinée, et du Pays tout entier, leurs vies durant.
A-2. Seuls quelques ‘’Racistes Peulhs’’, de 1954 à nos jours, n’ont eu de cesse à vouloir présenter leur régime, (entendez : le Régime de AST et de ses fidèles Compagnons), comme un Régime malinké. Parce que, simplement, AST avait eu le ‘’malheur’’ d’être  né Malinké. Du coup, les particularistes peulhs avaient fait, et font encore de ce mensonge éhonté, un principe de ralliement, en vue d’un hégémonisme implacable. Il faut être incurablement naïf pour en être dupe !
A-3.  Des personnes d’autres ‘’origines’’, n’ayant pour argument autre qu’une haine ethnique totalement injustifiée, s’étaient individuellement braquées aussi. Mais c’est bien à partir de 1984 que certaines ‘’élites’’ soussous, djâkankés mêmes ( ?!?), forestières et autres, s’étaient toutes investies, méchamment, à construire un ‘’anti-malinkisme’’  réellement aberrant. Moi, je vois mal encore pour quel intérêt, puisque j’ai conscience de l’insignifiance et de la fugacité de la vie humaine… et de l’Eternité de sa Rétribution, en Bien ou en Mal !
Or, c’est bien tout cela qui avait abouti, très logiquement, à des pogroms et autres massacres génocidaires anti-malinkés : à Conakry et à Kindia en 1984 et 1985, et en Guinée Forestière en 1991 ; Ainsi qu’à une bantoustanisation flagrante de la Haute Guinée. Puis (à la faveur d’une pseudo- démocratie qui n’a été qu’une mortelle pulvérulence pour notre Société), à des tueries à répétition de ‘’militants’’ malinkés, au cours d’interventions répressives de ‘’militaires-militants’’ du pouvoir ‘’Conté’’ ! A Siguiri, Kankan, Mandiana, Kérouané, Kouroussa, Kissidougou, N’Zérékoré, Faranah, Dabola, etc. Je sais que le RPG tenait régulièrement à jour une liste complète des victimes de ces tueries, et je suis étonné maintenant que ce Parti, en accédant au pouvoir, ne la publie pas, cette liste. Et que ses Responsables à des niveaux très élevés commencent plutôt à être les laudateurs de Lansana Conté ! Ce destructeur de longue durée de tous les acquis de notre Indépendance, à commencer par l’unité et la concorde nationales que le Régime du PDG  avait défendues bec et ongles. Sans oublier notre probité et notre morale publiques. C’est notre histoire, et Dieu en Est l’Incorruptible JUGE.
‘’On’’ fait toujours un grand saut en arrière, pour enjamber haut les laideurs de cette gouvernance brutale, anarchique et totalement amorale, pour mieux continuer à mentir sur la première République. Celle-là même : qui nous avait pourtant bâti toutes nos infrastructures publiques, nos Cités d’habitation, nos Usines, nos Entreprises, Commerces et Banques, au service exclusif de notre Peuple. Qui nous avait légué trois (03) Boeings : Un 707, un 727 et un 737 (à  peine sorti d’usine) ; un Illiouchine 18, deux Cargos AN 12, et un Dash 7 Canadien tout neuf ; sans compter nos deux Hélicoptères présidentiels. Notre première République : qui avait exigé et obtenu du Vatican que l’Archevêque de Conakry soit tour à tour un Africain en la personne de Raymond-Marie Tchidimbo, qui avait fini, lui, par entrer en traîtrise contre son bienfaiteur, A.S.T. , puis un Guinéen, en la personne de Robert Sarah, aujourd’hui Cardinal à cause de cela, mais qui est si loin de le reconnaître ! Notre première République : qui a formé, aux frais de l’Etat, des dizaines de milliers de Cadres,  surtout dans nos Universités nationales, créées par elle, mais aussi partout à l’Etranger où, sans faute, nos avions les déposaient et les reprenaient à chaque entrée académique et à chaque fin d’année. Notre première République : qui nous avait donné une identité culturelle, sportive, diplomatique et une honorabilité, enviables et enviées, toutes, par tous les gens normaux du Monde ! Sauf par des Guinéens étranges ! Notre première République : qui nous avait légué des bateaux ! Des minéraliers, des vraquiers et des caboteurs en propre. Des trains. Des centaines de camions. Des tracteurs et des bœufs de labour par milliers. Des fermes-pilotes et des périmètres d’expérimentations agro-maraîchères. Tout cela dans le but d’impulser les rendements dans notre monde rural. Je jure au Nom de Dieu que tout ce que j’en dis est la stricte Vérité, et que ceux qui le nient, et ceux qui refusent d’en témoigner, sont tous des menteurs et des méchants.
J’arrête là cette énumération, qui est loin d’être exhaustive, tout le monde le sait. Or, ce sont les plus grands  bénéficiaires, directs et indirects, de ce Régime, qui n’éprouvent aucune gêne à parler sans cesse de ‘’50 ans de misère et de pauvreté’’ ! Petitement ! Et c’est parce qu’ils sont tout petits en vérité, qu’ils mentent avec une ingratitude et une malhonnêteté dégoûtantes, sur un homme rendu définitivement muet par la mort.
 Les Incroyants ne savent pas que c’est Dieu qui répond pour les torts faits à autrui. Même si, dans leur ignorance, ceux qui s’éblouissent des brillances éphémères de ce Monde, et qui se laissent égarer par ses flonflons, pensent qu’ils peuvent mentir, tricher et professer la méchanceté du Diable et, par la suite, réunir des Sages, Mollahs et Gourous en tous genres, et dépenser des fortunes sales, pour éblouir Dieu ! Et se faire absoudre ainsi de leurs paroles et de leurs actions volontairement blessantes ! Or, les gens comme ça constituent de plus en plus les majorités écrasantes de notre Monde, et ils sont de plus en plus puissants. Mais il s’agit des majorités et des puissances du Mal.  C’est-à-dire, un des deux Eléments qui définissent  incontestablement cette dimension de l’Existence qui, avec les trois dimensions de l’Espace et la quatrième qui est temporelle, en constitue la cinquième : le BIEN et le MAL. Une dimension qui serait plus petite que le noyau de l’atome, mais qui nous contiendrait tous, nous-mêmes et tout l’univers. Et la distance entre les deux Eléments de cette dimension que sont le BIEN et le MAL, et entre leurs expressions : le VRAI et le FAUX, cette distance est la plus grande dans l’absolu. Elle est infinie.
Jamais un Guinéen n’est mort ici de faim ou de soif, ou de crasse. Nous avons été ‘’grands’’, et ‘’honorés’’, et ‘’célébrés’’ par tout le Monde du BIEN jusqu’en 1984. Puis le MAL a vaincu. Jusqu’à présent ! Nous n’avions jamais été plus pauvres que les autres. Jamais nous n’avons été misérables. Aussi devons-nous savoir que la Misère et la Pauvreté que nous nous attribuons à longueur de discours, cette Misère et cette Pauvreté qui nous frappent de plein fouet ne sont que Morales  et Intellectuelles. Sans plus !
Et celles-là me semblent quasiment invincibles. Et c’est pourquoi, pour ma part, une part qui pourrait sembler infime, je les combats sans trêve ni répit. C’est pour être du Bon Côté : celui du BIEN et du VRAI, qui n’ont pas de prix.
B-          ADVERSAIRES ET ENNEMIS D’AST !
 
CLASSIFICATION.
B-1. Les premiers, les Adversaires : ça, c’est la tradition pour toute conquête ; en particulier celle du pouvoir politique, et ce, dans tous les pays du Monde. Cette adversité toute normale, est toujours basée sur des modèles, des projets et programmes sérieux, à la mesure du respect et de la considération que l’on a pour un Peuple. A la mesure aussi du sérieux et de la crédibilité de chaque acteur politique, de chaque leader d’opinion qui concourt à obtenir les suffrages d’un pays, d’une Région, d’une Ville ou d’une Commune (rurale ou urbaine).
Cette adversité est citoyenne et doit demeurer telle. Elle est forcément constructive.
Dans le cas de la Guinée de 1954 à 1958, certains Partis Politiques avaient parfaitement joué ce jeu citoyen. Les anciens de notre pays se souviennent encore de l’argument de campagne d’un candidat de l’époque qui proclamait : ‘’Votez pour moi, je suis le premier Licencié en droit du pays ‘’ ! Le digne homme était honnête, et il aimait le Guinée. Car, bien que concurrent du PDG, lorsque ce Parti avait remporté ses immenses succès populaires,  fondés en réalité uniquement sur la pertinence de ses programmes, surtout dans le contexte du sursaut patriotique pour la décolonisation que portait alors le PDG, on avait vu ce leader adhérer sincèrement à cet idéal, et se mettre conséquemment au service de son Peuple. Il a ainsi été un Ministre à la compétence jamais démentie dans tous les Gouvernements guinéens de 1958 à 1984 ! Il s’appelait Elhadj Fodé Mamoudou Touré, un Soussou bon teint de Forécariah. Le Régime du PDG brassait, embrassait et fusionnait toutes les ethnies du pays en son creuset fondateur d’une Nation unitaire, égalitaire, respectable et respectée dans le Monde entier. Même en France ! Ce n’était pas un Régime malinké.
B-2. Les Ennemis du PDG et d’AST : Ce sont trois groupes, en fonction de mobiles très clairs.
a)- Le premier, c’est celui des tenants et bénéficiaires du Pouvoir Colonial. Blancs et Noirs.
a-a)- Sauf exception rare, il s’agit de tous les Esclavagistes Blancs de France et d’Europe, qui n‘ont jamais considéré le ‘’Nègre’’ qu’avec mépris ; que comme une bête de somme. Ce sont les gens de cette catégorie qui, frustrés de ne plus venir vivre leurs phantasmes d’ogres insatiables de sangs, de sueurs et de chairs des Nègres et des Négresses, ici, directement chez nous ici, qui fondent maintenant chez eux des ‘’Etats ‘’ racistes, pour faire la chasse à tout ce qui ne leur ressemble pas, physiquement et culturellement. Qui organisent même, de plus en plus, une espèce de chasse à courre dont le gibier est toute personnalité incarnant ou symbolisant la différence par rapport à eux : Saddam, avant-hier ; Kaddafi, hier ; Bachar, contre qui ils veulent faire sonner l’hallali maintenant ! Ces Blancs qui avaient déjà fait mettre à mort nos Lumumba, Tafawa Balewa, Olympio, Um Nyobé, Eduardo Mondlane, N’Gouabi, Modibo Kéïta, Thomas Sankara : n’est-ce pas ? Ces méchants Blancs qui ne décolèrent pas d’avoir ‘’raté’’ AST pendant un grand quart de siècle, malgré les grands moyens matériels et humains qu’ils avaient mobilisés pour…l’écrabouiller ! Et qui n’éprouvent nulle gêne, nulle honte de nous regarder dans les yeux, pour nous parler de ‘’Droits humains’’, après tout ce qu’ils savent, et que nous savons, qu’ils nous ont toujours fait. C’est eux le premier sous-groupe du premier groupe des ennemis irréductibles de notre Indépendance, de notre singularité de 1958, et d’AST.
a-b)- Le deuxième sous-groupe c’est, sauf quelques exceptions survenues ici et là, c’est donc les Alliés locaux du colonialisme : les ‘’Chefs’’ des Cantons et des Villages.  Avec leurs nombreuses Cours d’Escrocs  faits de  courtisans, de flatteurs, de marabouts et de féticheurs, vrais et faux. Capables, tous, de délations, de  diffamations et d’assassinats sordides. Ces gens avaient été les auteurs des mensonges les plus extravagants sur le PDG ; les auteurs des tentatives d’élimination physique les plus acharnées contre Sékou Touré, les plus osées, les plus déterminées, les plus bizarres parfois. Ce sous-groupe, éminemment organisé en lobbies et en confréries criminelles, avec des prises en charge occultes par le premier sous-groupe très riche, avait réussi à mystifier, à hypnotiser même, des contingents entiers de Guinéens naïfs, y compris des ‘’Cadres’’, pour monter des complots incessants contre la République Populaire dont les Guinéens s’étaient dotés. Dans ce sous-groupe-là, les gens étaient tellement fascinés, tellement dépendants du Colon Blanc, qu’ils le prenaient pour Dieu ! Et qu’ils étaient prêts à lui livrer notre pays, même au prix des pires hécatombes. Même au prix de famines et d’agressions terroristes. Dont ils ne s’étaient guère privés : n’est-ce pas, citoyen défunt, M. Siradiou Diallo, toi qui es désormais confronté à l’implacable réalité de la Vérité Absolue ? N’est-ce pas, M. Bah Lamine ‘’grenades’’ ?
b)- Le deuxième groupe, c’est tous les gens hautains et suffisants, qui estimaient que c’étaient eux, et pas du tout AST, qui méritaient d’être les Acteurs du tournant historique de la Guinée en 1958. D’une attitude de mépris, de banalisation et de sous-estimation qu’ils avaient envers lui dès le début, une attitude justifiée dans leur imaginaire par ‘’son manque d’instruction’’, ils s’étaient progressivement rendus à la réalité, puis, monstrueusement gonflés d’une haine mortelle à son endroit au fur et à mesure que ses succès et son audience internationale grandissaient, et mettaient en évidence ses immenses qualités humaines, intellectuelles, morales, et religieuses. Des qualités mondialement révérées. Ils trépignaient ainsi, tous, d’une jalousie électrique, chaque fois que le puissant, l’imperturbable et imbattable tribun prenait la parole, partout dans le Monde, pour faire valoir et imposer la pertinence de ses choix, thèses et convictions. Comme il l’avait fait à l’ONU en 1959. A la création de l’OUA en 1963. Aux 77 pendant longtemps. A Monrovia en 1978. A l’Hôtel de Ville de Paris, ou lors de sa Conférence de Presse plus tard là-bas en 1982. A Vittel en 1983 ou encore à l’historique Sommet de l’OCI, en Janvier 1984 à Casablanca…deux mois avant sa mort ! Sa belle mort, et ses grandioses et  inégalées funérailles de dimension mondiale, que ces gens lui pardonnent encore moins que le reste.
Nota Bene : Dans ces deux premiers groupes, il y avait des Eléments connus, internationalement connus, de toutes les  Ethnies, de toutes les Croyances et de toutes les Régions de Guinée. Or, il n’est un secret pour personne que les plus virulents de ses détracteurs, ses dénigreurs les plus pernicieux et les plus fertiles en invention d’anecdotes fabuleuses et mensongères sur lui et  sur son Régime, ont été des Malinkés authentiques. Je n’ai pas besoin de les nommer ici, puisqu’ils sont tous connus, qu’ils soient de l’Intérieur du pays, ou de l’Extérieur. Ils ont participé à des dizaines de complots et de sabotages, ont exulté chaque fois que leurs actions avaient empêché un bateau de riz d’arriver en Guinée, empêché la réalisation,  ou provoqué l’échec d’un projet important pour notre Peuple. Nombre d’entre eux, totalement satanisés, avaient même sauté de joie à l’annonce de sa mort ! A Kankan et à Banankoro, leurs partisans, par milliers, avaient dansé le ‘’Marbadjâssa’’ lorsque les Militaires procoloniaux de notre Armée Populaire avaient repris son Pouvoir à notre Peuple. Ils étaient alors, nos Gros Malinkés, à mille lieues de savoir qu’un programme de Génocide les visaient très vite !
Nombre d’entre eux avaient subi aussi des sanctions extrêmement dures de Dieu, dans nombre de pays extérieurs, en  réponse à leurs méchancetés gratuites et démoniaques vis-à-vis de l’élu et de l’ami des Masses Populaires de leur propre pays. Il y en a que Dieu a tués ou ruinés, de façon mystérieuse. Les gens savent que ce que je dis est rigoureusement vrai !
  Or, ce Régime-là, des intellectuels malhonnêtes, donc de faux intellectuels en réalité, s’étaient longuement et misérablement employés, consacrés, à le présenter comme un ‘’Pouvoir Malinké’’, comme le pouvoir d’un ‘’clan’’ ! Si ce n’est pas une honte, cela ! Non ?
Ces ‘’Malinkés’’ ont apporté ainsi (avec l’aide aussi de quelques Soussous, diaspos ou dissidents), de l’eau au moulin du Troisième Groupe d’ennemis, (d’AST bien sûr), mais des ennemis aussi de tous ceux qui sont différents d’eux : les Racistes Peulhs !
Oui, j’ai bien dit aussi : des Soussous, même si cela ne plaît pas ! Des Soussous que Dieu connaît bien, et qui se connaissent eux-mêmes. Seulement voilà : on a développé depuis 1984, à l’initiative du CMRN, une forme d’épouvantable ethno-terrorisme qu’on a substitué à nos Lois, et à l’abri duquel n’importe quel délinquant peut commettre les pires bêtises, dans la plus parfaite impunité. Quand vous en touchez un, son ‘’Ethnie’’ réagit !
Les racistes Blancs auront ainsi réussi leur plan de domination vraisemblablement infinie sur nous. D’abord en faisant assassiner les plus grands Nationalistes de chez nous ! En organisant ensuite les plus formidables campagnes médiatiques de diabolisation contre tous ceux d’entre eux qui, comme Ahmed Sékou Touré, avaient pu échapper à ces vagues d’assassinat. Et maintenant en s’appuyant sur des fils robotisés de nos pays, ils créent partout une cacophonie mortelle pour nos NATIONS, sur fond de mensonges internationaux jusqu’à l’ONU, de divisions ethniques officialisées au moyen de pseudo-formations politiques, et même, comme en Guinée ici, au moyen de concepts ‘’démocraticides’’ de TOUR  ETHNIQUE, portés par d’allègres anarchistes … qu’aucune Loi ne met en prison. Hélas
   On a tenté d’expliquer de plusieurs façons l’antisémitisme, longtemps porté par l’Europe et finalement instrumentalisé par les Nazis aux fins d’un Génocide, dont le contexte et l’ampleur ont déterminé l’imprescriptibilité en tant que crime forcément délibéré. De la même façon, ici en Guinée, un Anti-malinkisme rampant avait couvé dans les cœurs de gens, généralement influents dans toutes les autres communautés du pays ! Sans que quelqu’un puisse en donner une justification valable au plan ethnique. Mais le plus surprenant a été l’anti-malinkisme soussou, insoupçonné jusqu’en fin d’année 1984 ! Et son explosion extrêmement violente à partir de Juillet 1985 n’a pas encore fini d’effarer les gens raisonnables de ce pays ! N’est-ce pas en effet des Officiers Soussous en tant que tels qui avaient fait torturer leurs collègues et tous les Cadres Malinkés aux ‘’32 Escaliers’’ du Camp Alpha Yaya ? Qui faisaient ensevelir les dépouilles de ceux qui n’y résistaient pas, là-bas, au Champ de Tir ? Qui avaient fait mettre à mort le Colonel Idrissa Condé en lui faisant éclater les mâchoires et le crâne à coups de crosse, par des Soldats surexcités, au lieu du Rassemblement à l’entrée du Camp Alpha Yaya ? N’est ce pas un de ces Officiers qui avait proclamé : ‘’Nous allons finir les Malinkés de Guinée et, en cas de besoin, nous irons en chercher la semence au Mali !’’ ? Cela n’est pas vrai, peut-être ? Alors que, quelques jours auparavant, devant les immenses dégâts causés aux commerces, aux habitations et aux véhicules d’autres Malinkés dans la journée du 05 Juillet 1985, ‘’leur’’ Président avait loué les populations coupables de ces pogromes en leur criant à pleine gorge: ‘’Wo Fatâra !’’ (Vous avez bien fait !). Dans le cadre d’un diabolique coup monté : tout le monde le sait maintenant !
C’est de ne pas parler de ce genre de Vécu qui serait donc, qui est criminel, à vrai dire !
    Il y a eu ici la perpétration concertée, préparée, exécutée, sous assistance même de Chancelleries voyous, la perpétration, dis-je, d’un GENOCIDE flagrant, avec une haine dont il faut bien expliquer l’origine !
En dehors, bien sûr, de toutes les calomnies contre le Régime Révolutionnaire et Populaire du PDG. Qui n’était nullement ‘’malinké’’ : tout le monde le sait. N’est-ce pas ?  Même si on ne prend en compte seulement que les violents propos, haineux et injurieux du Colonel Diarra Traoré, le 07 Avril 1984, dans la Salle des Spectacles du Palais du Peuple, à l’adresse d’Ahmed Sékou Touré, dont il avait dit ce jour-là que même s’il le croisait dans  l’Au-Delà, il se jetterait sur lui ! On ne me l’a pas conté : j’étais là ! Diarra, 100% Malinké, était entouré alors, sur la grande scène de notre Palais  (d’où on avait arraché le portrait d’AST), de dizaines d’autres Officiers coloniaux Malinkés, qui en riaient en se tapant les cuisses ! Ils ne savaient pas qu’un génocide devait les faire disparaître très rapidement ! Et dans les plus douloureuses souffrances physiques ! C’est notre Histoire ! Notre Vécu ! Dont seule l’expression responsable, véridique et acceptée comme telle, sera de nature à en guérir les blessures, trop profondes. Et ce n’est pas du tout un problème d’équilibre ethnique dans les déclarations calamiteuses, pour faire plaisir à un groupe ou à un autre. Il s’agit de notre Vérité Historique ! Même si la bêtise et les mensonges sont imputables à un, à deux, ou à dix groupes en tant que tels. Evidemment, tout cela, dans la mesure où ces groupes revendiqueraient, ou endosseraient les crimes d’individus précis parce qu’ils seraient ‘’des leurs’’. Ce serait tant pis ! Sinon, dans toutes les législations du Monde, le crime est individuel.
C)- Le troisième groupe est constitué depuis toujours par les Hégémonistes et Racistes Peulhs. J’en ai parlé, au lendemain du deuxième tour de nos Présidentielles de Novembre 2010, dans un article que j’avais intitulé, en résumé :’La Vérité qui choque…’’.
Il s’agit d’une réalité constante de notre pays depuis les frémissements précurseurs d’un affaiblissement du pouvoir colonial, s’accompagnant de la naissance d’un combat pour la conquête d’un véritable pouvoir populaire. Pour la fameuse ‘’demos kratos’’, qui fait maintenant l’objet d’une récupération cacophonique, anarchique et aux objectifs de désintégration de nos Nations post-coloniales, de la part des Esclavagistes Blancs, rassemblés dans une coalition mondiale irréductible. Regardez notre Afrique, maintenant….
    La persistance du particularisme peulh de Guinée, avec le mépris affiché de ses acteurs envers tous, leurs actions concrètes d’exclusion de tous les autres Guinéens de tous les   secteurs porteurs de croissance, d’enrichissement et de promotion, telles qu’ils les ont pratiquées sous la  2è République, et l’exploitation politique qu’ils ont voulu en faire pour s’emparer ensuite du pouvoir d’Etat, ont fini par faire prendre conscience à tous les autres, d’un danger grave d’asservissement et d’étouffement total qui les menaçait.
Mon propos est véridique, vérifiable et dénué de toute haine, de toute rancœur et de toute méchanceté. Je me garde aussi de faire état, dans le détail, des positions méchamment (cette fois-ci !) occupées, en général : du planton au patron, dans le cadre de stratégies délibérées d’exclusion des ‘’autres’’.
Il faut dénoncer le phénomène de façon républicaine pour en faire abandonner la mentalité par ceux qui la portent. C’est pour normaliser notre vie citoyenne, et pour mettre un terme définitif à la contagion qui s’ensuit maintenant, dans une ambiance aberrante de laisser-aller ! Laisser-faire !
   En effet, tenez-vous bien : notre République est en train de regarder ailleurs, pendant que des gens s’occupent de réinventer le Moyen-Âge, avec des intronisations assistées par l’Etat d’Empereurs, avec la réapparition de concepts diviseurs et rétrogrades, comme le TRIBALISME. On voit ainsi fleurir de partout des : ‘’Kabalâbâ’’, ‘’Fakoly möö sî’’, ‘’Touramansi’’, ‘’Kâya des Djallonkés’’, ‘’M’Bemba Sâlimou-Soûwârî’’ des Djâkâs….Et bientôt certainement du ‘’Kâya-Maghan’’, du ‘’MBemba Adama ni Mmama Hawa’’, pour faire complet ! Plus complet ! On s’amuse à se bander les muscles, avec le ‘’Olé’’ des Ennemis de l’Afrique. Et, pis encore, des ‘’nôtres’’, et pas n’importe qui, tentent ouvertement de nous ramener sous le statut colonial d’avant le 31 Décembre 1957 : tout récemment les ‘’ressortissants’’ des ‘’Douze Cantons’’ de Siguiri ont lancé un très médiatique ‘’Avis de Réunion’’ de  trois Délégués par Canton ! Les pauvres victimes du Règne colonial classé ‘’Crime contre l’Humanité’’, ne manqueraient pas, si elles le pouvaient, de demander Justice ! Ce que de toutes les façons Dieu va faire, car le ‘’Canton’’ a bien été une création du seul Colonialisme français, et pour les seuls besoins d’exploitation de nos populations. Dieu en jugera sans aucun doute.
Toutes ces monstrueuses reculades, nous les devons aux vingt-cinq  années d’émiettement social de notre pays par le Régime anarchiste de la deuxième République. Une République qui a  été le lit le plus moelleux pour une culture effrénée de l’Hégémonisme peulh, par un  lobby déterminé, et pleinement soutenu, à des niveaux insoupçonnés, en Afrique et ailleurs. Nous n’allons tout simplement pas faire, comme notre compatriote Mamadou Kaly Bah l’avait fait, au début des années 90. On se  souvient de ses ‘’Mémorandums’’ explosifs, dans lesquels il avait recouru à une forme de  comptabilité ethnique (très en cour alors avec le CMRN),  où il visait essentiellement la cascade de promotions et d’avancements, un peu trop circonscrits il est vrai, à un cercle exclusivement soussou. Il est vrai aussi que, coïncidence ou pas, ses ‘’Mémos’’ ont juste précédé l’avènement foudroyant d’une ‘’extraordinaire ère de prégnance’’ et d’une ‘’excellence’’ peulhes, totalement dominantes, et presque annihilantes pour les autres composantes de la Société guinéenne. Il n’est donc pas du tout étonnant, d’entendre souvent un singulier animateur d’une émission radio de grande écoute, reprendre sempiternellement une citation de Lansana Conté parlant d’unité nationale et de paix civile ; Le jeunot n’était sûrement pas là en 1984-1985 ! Il n’était pas là, lorsque le Colonel Conté devenait Général sous les doigts affectueux de ce Commandant qui, dans la nuit du 04 au 05 Juillet 1985, avant d’ordonner le bombardement de la RTG-Boulbinet, avait crié dans un porte-voix : ‘’Diarra ! Sors de là !...’’ ; Il savait bien que Diarra n’y était pas à ce moment-là : ce truc-là avait été vraiment bien monté ! Notre jeune journaliste n’a rien su des scènes de violence anti-malinkée de nature génocidaire flagrante, sous le haut patronage du Général Lansana Conté, dont il cite un discours rédigé par des spécialistes en manipulation ! Si le journaliste de ‘’Soleil FM’’ ne sait rien de cette Histoire de notre pays, il ferait mieux de ne pas en parler ! Et s’il le sait, c’est qu’il le dit par méchanceté, dans le but de choquer des gens. Et dans ce cas, c’est Dieu qui se réserve la réplique la plus appropriée.
CONCLUSION
Ce qui est dommage, c’est l’indifférence générale que le ‘’Monde’’ affiche envers nos réalités, comme pour mieux ‘’ignorer’’ les prémices incontestables d’un génocide (en actes et en paroles), que des membres du CMRN ont commis ici. Et il est dommage que des consciences nationales ne s’en émeuvent guère à sa juste mesure. Alors qu’en tous les cas, ce ne sont jamais que des Guinéens qui en ont péri, en Victimes réelles. Des Guinéens, c’est-à-dire des Hommes, des Personnes tout court : comme les Juifs, les Américains ou les Algonquins et autres Sioux…
         Et j’aurais été apaisé si, au lieu de cancaner sur des traîtres jugés et condamnés par notre 1ère République longtemps agressée à tort (j’aurais vraiment été heureux),  un Thierno Mâdiou Sow par exemple, avec ‘’son’’ OGDH, s’acharnait à faire reconnaître ce crime de génocide vrai et délibéré, survenu ici pendant que ‘’la France coloniale’’ était la conseillère de Lansana Conté, tant au plan monétaire et financier, qu’au plan militaire. Or, ‘’la France non coloniale’’ s’intéresse plutôt à supérioriser la Shoa et le génocide arménien. Au lieu du nôtre, ou, plus cynique encore, celui du Rwanda, dont elle était plus proche. Plus intimement proche. Mais Thierno Mâdiou sait sans doute que, s’il essayait jamais d’en parler, tous les micros se fermeraient à lui !
Je suis content cependant, réconforté et bien aise de savoir qu’il y a DIEU, et qu’Il tiendra Sa Promesse de rendre la Justice, sans aucun doute, et toujours au bon moment. Enfin, je prie mes lecteurs de chercher à vérifier toutes choses, et à cesser de se faire avoir par des menteurs financés et protégés par le Diable.
Sur ce, je vous dis comme d’habitude :
A la prochaine, si Dieu le veut
Soub’hânallahi, wa biham’dihî, wastakh’firoullâhi wa atoûbou ilaihi.
Wassallallâhou alâ Seyîdinâ Muhammadine, wa alâ âlihi, wassahabihî
Wassalim
 
Conakry, le 02 Juillet 2012.
Aly Bocar Cissé  Professeur et Administrateur Civil à la retraite
Tél : 64-33-37-70/62-27-88-89