Wane, Cellou et Bah Oury ou le repentir de l’ethno-stratégie.
 
Par Ben Daouda Toure
 
Ceux qui suivent actuellement  les frasques du trio Cellou-Wane et Bah Oury, se demandent sur le fond de ce qui se passe au sein de l’UFDG, à un moment où se Parti s’affirme comme le seul Parti principal de l’Opposition et de loin, comparativement à un UFR froissé et un PDN confus entre ses « raisons » et la réalité politique. On aurait cru et parié que l’UFDG ne choisirait pas ce moment pour s’auto affaiblir devant  l’opinion publique. 
En première analyse on penserait que ce qui se passe au sein de ce Parti est simplement l’une de ces crises que traversent toutes les grandes organisations Sociales, Syndicales et Politiques quand les sacrifices engagés par les uns et les autres ne donnent pas des résultats escomptés. On pointe du doigt. La crise au sein de l’UFDG va plus loin que ça.
 
En toile de fond, c’est l’échec de l’ETNOSTRATEGIE qui se démontre.
 
Pourquoi cette remontrance de Bah Oury contre Cellou Dallein sur la place publique ?
Pourquoi Mr. Oury prend du plaisir à rappeler les succès et les sacrifices de L’UFDG, pendant que Cellou Dallein jaillissait des privilèges de l’ancien régime ?
 La réponse nous l’avons donné dans : « Le Fouta à la Lumière d’une lampe éteinte ».
Je suis sûre que vous détenez encore des copies.
Parce qu’il n’y avait aucune raison logique et idéologique qui rapprochait  à l’époque Mr. Bah Mamadou, opposant historique à Lansana Conte, et Cellou Dallein, Ministre et premier des Ministres de Lansana Conte, qui a affirmé partout où cela était nécessaire qu’il ne combattrait jamais Lansana Conte et ne serait jamais candidat à une élection  présidentielle si Lansana Conte se portait candidat.
Alors que la politique de l’UFDG, qui avait était trichée aux Elections présidentielles et législatives, était fondée sur la lutte contre le régime de Lansana Conte dont Cellou Dallein fut le plus fidèle des Ministres occupant tous les postes de responsabilités allant des Grands projets à la Primature sans oublier son passage à la banque  la centrale.
Mieux Mr. Bah Mamadou et son Partit Politique, l’UFDG ont passé près de vingt ans a dénoncé la lutte des clans de l’ancien régime, la corruption et le vol des deniers publiques, alors que Cellou Dallein, Mamadou Sylla futurec et Fodé Souma (Aldjana Fodé) étaient justement au cœur de toutes les luttes de clans et de tous les scandales financiers. (Il n’y avait pas que ces trois personnalités citées ; il y avait pire. Moussa Solano par exemple était le spécialiste des fraudes électorales et Fodé Bangoura le gardien du Temple des trafics d’influence.)
Mais Cellou Dallein est le seul leader politique à avoir affirmé publiquement et toujours qu’il ne s’attaquerait jamais au régime de Lansana Conte, pendant qu’il était à la recherche d’un Parti Politique, tandis que l’UFDG comme tous les Partis de l’Opposition prônait le départ de  du vieux General et le changement de régime.
Qu’est-ce qui rapprochait donc Cellou Dallein et L’UFDG ? Rien idéologiquement.
 
 La relation entre Cellou Dallein et la majorité des militants de L’UFDG est l’appartenance ethnique. C’est ce dominateur commun que les ethno stratégistes ont imposé au Fouta et au reste de la Nation. C’est l’échec de cette politique qui se paie aujourd’hui sur la place publique. Il n’y a jamais eu de communion idéologique entre l’UFDG et Cellou Dallein.
Leur seul dénominateur commun est l’Appartenance Communautaire.
Cette politique a échoué. Ceux qui se croyaient les plus nombreux se sont vus minoritaires face à un Peuple qui rejette le repli identitaire, imposé par les Partis Politiques toute tendance confondue.
Je peux d’ailleurs affirmer que cette philosophie identitaire a coûté très cher à Mr. Jean Marie Dore en Guinée Forestière et favorisé la montée de Sydia Toure dans cette région en son temps. Et ce rejet identitaire a aussi bénéficié à Mr. Abe Sylla presque partout en Guinée, malgré le sabotage des Elections au premier tour par une CENI à jeter en prison.
Vous pouvez sortir notre article, « le Fouta à la lumière d’une éteinte »  de votre closet et le relire. Tout au long nous avons dénoncé le remplacement de l’identité Idéologique par l’Identité Communautaire.  Nous l’avions dénoncé et aujourd’hui le temps nous donne raison.
 
Mr. Bah Oury, quelques soient ses visions politiques et ethnocentriques a évolué dans une structure politique orientée vers la prise et la gestion du Pouvoir National avec un langage de confrontation particulier.
Cellou Dallein a évolué toute sa vie dans des structures étatiques, fondées sur la lutte des Clans, l’affairisme et le clientélisme sans une réelle confrontation avec les organisations politiques.
Il a toujours été protégé dans ce domaine par les tentacules de l’Etat ou du moins par l’organisation mafieuse qu’ils appelaient, ETAT.
 
Ces deux hommes se sont rencontrés au cours de l’Histoire sur le terrain politique, parce que simplement ils appartiennent tous les deux à la même Communauté ethnique.
Mais cela ne suffit pas pour prendre le Pouvoir en Guinée et en Démocratie. C’est  la faille !
Nous sommes en un moment où tous les hommes politiques semblent être rattrapés par l’erreur du repli communautaire, qu’ils ont  entretenu pendant plus de vingt ans.
Chose que nous avons toujours dénoncée. Rappelez-vous «la Guinée et ses trois tannas».
 
Et nous répétons encore, la Démocratie guinéenne  sera toujours en péril si les « Trois-Tannas » ne font pas attention ;
Tanamouna-  Tanna-alla-  Tana ma tellé’n,  c’est le venin de ces trois vipères qui empoisonne notre vie politique et empêche la Démocratie de progresser.
Ce qui se dit ou se passe à l’UFDG, se manifestera ailleurs ; et qui sait si ce n’est pas le fond des dissensions entre le RPG et le PDN. (?)
Car nous avons le malheur d’aborder le problème de changement politique en Guinée sur des bases ethniques, régionalistes et communautaires.
Il y a un malaise manifeste entre Bah Oury et Cellou Dallein, sur le plan politique, parce que le seul dénominateur commun qui lie les deux hommes est l’IDENTITE COMMUNAUTAIRE.
 Entre L’UFDG qui s’est laissé acheter sous la pression et l’ingéniosité des Ethno Stratégistes, et l’ex-premier des Ministres de Lansana Conte, il n’y a jamais eu de Communion Idéologique.
Et puisque l’ethnocentrisme ne paie pas en Démocratie, c’est le temps des déballages.
 
Allumez les Lampes !