Construit depuis 1998 après un contrat de bail passé entre le ministère de l’urbanisme et de l’habitat de l’époque le 24 novembre 1997 et la société de l'italien Santullo, la cité communément appelée ‘’ cité chemin de fer’’ fait l’objet d’un litige entre le gouvernement guinéen et la société de l’homme d’affaire italien.

Et ce n’est pas la direction générale du patrimoine bâti public qui dira le contraire. Cette direction s’est plusieurs fois soulevée pour dénoncer la main mise de la société sur ce patrimoine de l’État au détriment de la Guinée.

Et bien, l’épilogue est enfin tombée vendredi avec le décret du président Alpha Condé qui a réquisitionné tous les immeubles de la cité pour un an. Ainsi en a décidé l’État guineen, selon Alpha Condé.

Une histoire sans doute d'éponger les dettes et arriérés que la société doit à l'Etat guineen.

D’ici là, le même décret du président Alpha Condé a confié la gestion des immeubles à la direction générale du patrimoine bâti public qui a, la charge de gérer jusqu’à la fin de cette période.

Pour l’heure, il n y a pas de réaction de la société encore moins de l’homme d’affaire italien Santulo qui est tout de même absent du pays.

Peut être que ce n’est que partie remise pour éclairer la lanterne des citoyens sur cette affaire qui a tant défrayer la chronique.

Ousmane Cissé

Source : Guinéelive