QUI VEUT VOYAGER LOIN, PREPARE SA MONTURE»

 La Guinée vit  depuis quelques mois de bavardages et de verbiages politiques, dans lesquels beaucoup ne voient qu’un affrontement entre le Gouvernement et l’Opposition, alors qu’en « réalité cette surenchère en cours  est une bataille de repositionnement dans le paysage politique national, après les Elections présidentielles  pendant les quelles chaque Leader avait choisit un camp contre un autre.

Ce repositionnement définira immédiatement les rôles de chaque Parti Politique à l’Assemblée nationale, et  le profile du candidat qui affrontera le Professeur Alpha Conde en 2015 en tant que véritable leader de l’Opposition, ou si Dieu le veut, celui qui le remplacera immédiatement par défaut (Que Dieu nous évite ce 2ème scenario ; Amen !).

Ce sont ces enjeux qui font courir la classe politique.

Qui affrontera le Professeur Alpha Conde en 2015 ?

Qui pourrait le remplacer par défaut  avant 2015 ou pendant le mandat de 2015 ?

Pour repondre à ces questions il faudrait procéder par élimination comme dans un jeu d’échec. Nous sommes à  cette  phase des grandes manœuvres éliminatoires dans l’arène politique. Nous avons une Opposition mais nous n’avons pas d’Opposant.

Qui sera le prochain Opposant guinéen ?

L’OPPOSITION est un mouvement qui peut être apolitique comme politique.

L’Opposant est une ambition doublée d’un Leadership politique ou apolitique, mais d’abord et avant tout, un leadership et une ambition. Sans un Leadership ambitieux, l’Opposition est une banalité ridicule et confuse pour le pays quelque soit sa nature.

Pris en étau entre ses ambitions personnelles, les grands commerçants qui commencent à douter de ses capacités politiques, la pression de ses militants de base et la cacophonie  des Partis Politiques sans militants qui l’entourent, Cellou Dalein a prit le taureau par les cornes pour définir les rôles de chaque leader et Parti Politique et affirmer haut et fort à qui veut l’entendre : «JE SUIS L’OPPOSANT. »

Cellou Dalein VEUT ÊTRE «L’OPPOSANT » ; un Opposant réaliste comparativement Aux flips- flops de Sydia Toure. Il sait qu’il ne peut pas empêcher la tenue des Elections ; il ne veut plus de l’étiquette de politiciens vandales collée à la peau de ses militants; il ne veut pas être mêlé à une tentative de coup d’Etat avorté d’avance ; Il a reçu à s’éloigner et éloigner de lui le coléreux Bah Oury  en lui garantissant une place suicidaire politique auprès de ses amis de France; Il n’est pas prêt à chanter avec le poète de la haine ; il est maintenant conscient que la Responsabilité et la voie démocratique sont les seules conditions pour avoir une chance de remplacer le Prof Alpha Conde par Défaut ou par Election. C’est pourquoi il veut aller aux URNES contrairement à Sydia Toure qui a déjà perdu les Elections, même s’il entre éventuellement à l’Assemblée Nationale.

Maîtrisant un langage codifié qui lui est propre lors de ses discours, entre  défi pour sa base et responsabilité pour la Communauté Internationale, Cellou Dalein a des fois manifesté son respect au Président de la République qu’il a plus d’une fois qualifié d’Institution, tout en laissant le soin au naïf Mouctar Diallo, au verbeux Faya Minimono et au pimenté Sydia Toure sur le flanc droit, les sales besognes de satisfaire ses extrémistes.  Il savait plus que tout le monde et longtemps d’avance que son Parti Politique ira aux Elections ; théoriquement il est sure d’avoir la même représentation que le RPG moins ses affiliés à l’Assemblée Nationale.

Il a une base électorale stable, vu le caractère ethnique de l’électorat guinéen.

Cellou Dalein  prépare sa monture avec intelligence pour arriver à ses fins.

Et justement pour être « L’OPPOSANT  INCONTESTABLE», Lansana Kouyaté était le seul problème de Cellou Dalein. Dans la perspective des Législatives, quel bénéfice sera pour lui et son Parti Politique dans le paysage politique général au delà de l’Opposition, pour impressionner la Communauté Internationale et rassurer ses bailleurs de fonds?

Comment se débarrasser de ses adversaires éventuels qui l’attendraient dans l’Hémicycle et assurer la Suprématie incontestable de l’UFDG sur les bancs de l’Opposition ?

Quel poids représenterait-il devant le RPG-ARC-EN-CIEL ?

C’est parce que Cellou ne pouvait pas repondre positivement à ces questions, qu’il a retardé les élections avec des revendications farfelues et irréalistes  voire contradictoires. Il ne pouvait en aucun cas écarter le facteur « Kouyaté », vu le poids de l’Arc-en-ciel et le caractère ethnique de notre électorat. Très intelligemment il a donné le temps au temps.

Il n’était pas allé au Palais du Peuple pour remplacer les membres de la CENI, mais pour s’assurer du Leadership de l’Opposition afin de satisfaire ses ambitions.

 « On ne remplace pas un arbitre pendant la mi-temps ». Dixit Cellou Dalein.

Cet arbitre c’est la CENI, elle n’a jamais été remplacée.

  Nul doute qu’après le faux pas électoral de Sydia Toure, Lansana Kouyaté restait sa plus grande menace politique tant nationale et qu’internationale et son plus sérieux rival à l’Assemblée Nationale. En aucun cas il ne pourrait assumer son rôle « d’OPPOSANT » à coté d’un Lansana Kouyaté fort. Il fallait l’éliminer politiquement.

Dans ce cas il ne pouvait pas faire mieux que d’aliéner le Président du PEDN de sa base.

Il vient de réussir ce coup de poker. Sa plus grande victoire aura donc été à la sortie du Palais du Peuple d’envoyer son plus sérieux adversaire, l’ex Premier Ministre Lansana Kouyaté, sur les champs des inconnus à la recherche d’une autre identité politique, au centre d’une figure géométrique politique aux dimensions inconnues.

 Et  il annonça la bonne nouvelle à ses amis.

Cellou a dit à ses militants qu’il contrôlait désormais l’Opposition, après le dialogue-monologue, et les a invités d’aller aux Elections législatives avec assurance.

Ils lui ont demandé une preuve. Il leur a offert Bonfin.

Vous comprendrez pourquoi le meeting de Bonfin a échoué sans clash et ni drame.

 Le meeting a échoué parce que les militants de Cellou n’ont pas répondu à l’appel. C’était pour prouver que sans Cellou, il n’y a pas «d’Opposant» dans la cacophonie de l’Opposition.

Sans Cellou Dalein, l’Opposition ne peut pas tenir un meeting à Conakry. Sans L’UFDG l’Opposition ne peut pas remplir un stade de football, c’est pourquoi elle a  choisit le plus petit d’entre eux à Conakry. Ce qu’il ne pouvait pas dire á ses compagnons, il l’a exprimé par les actes. «SANS MOI VOUS N’ÊTES RIEN!».

 L’Echec du meeting du Stade de Bonfin est une victoire personnelle de Cellou Dalein.

Et c’est l’expression de la réalité politique en Guinée.

Qu’on le veille oui ou non il vient d’assurer le respect politique qu’on espère et doit à un candidat arrivé au deuxième tour d’une Election Présidentielle, ici ou ailleurs.

    En Effet, tout candidat arrivé au deuxième tour d’une Election Présidentielle qui reste politiquement actif, assure sa propre survie en prenant le leadership de l’Opposition et en devenant « L’OPPOSANT». Celui qui est capable de compromis sans compromettre ses ambitions. S’il perd le leadership de l’Opposition, il perd toute crédibilité au sein de son propre Parti Politique, et toute chance d’éligibilité à l’Assemblée Nationale. Il sera isolé avant d’être écarté définitivement  comme certains candidats malheureux des élections présidentielles  d’ailleurs: Jospin, Ségolène Royal, en France ; Bob Dole, Al Gore, John Kerry aux Etats Unis par exemples.

C’est donc pour Cellou Dalein une obligation de prouver ce leadership.  Bonfin fait partir de cette  démonstration en ce moment. Il a dit qu’il y ira aux Elections, c’est pourquoi le «stade de Bonfin est né » et non pas parce que l’Opposition le voulait.

Celle-ci nous promettait l’enfer et son contraire dans une cacophonie à tympaniser le Peuple et  à faire parler les sourds muets. Cellou Dalein s’est éloigné du syndrome de Ben Aly que le poète illusionniste chante, et, le balais des sapeurs pompiers de Sydia Touré, l’homme qui a fabriqué les donzos Rpegistes de Conakry sans oublier son nouveau boulot d’inspecteur particulier des actions du gouvernement et défenseur des mines de Boké, contre l’Etat.

Pour le contrôle de l’Opposition, Cellou  vient de tirer royalement son épingle du Jeu.

Les revendications disparates impossibles à satisfaire qu’on a entretenu depuis un bon moment, n’étaient qu’un écran de fumée  de Cellou Dalein, pour pouvoir contrôler sa base et ses satellites. Il a ingénieusement récupéré l’Opposition nationale et fait de Sydia Toure son porte parole dans une confusion totale entre le « coordinateur, le brute et le rien », confusion dans laquelle l’ADP cherche ses marques.

Il ne lui fallait plus qu’une confrontation directe avec le Pouvoir en place pour déterminer sur la scène politique nationale « qui est qui » pour mettre fin à toute ambigüité.

C’est cette bataille qui nous a amené au Palais du Peuple.

C’est pourquoi du début à la fin, personne n’a rien compris de ce que voulait l’Opposition.

Maintenant c’est chose faite ;

Cellou Dalein ira aux Elections en tant que patron de l’Opposition.

C’est ce que BONFIN 1 nous  indique et que d’autres Bonfin confirmeront.

Tant  pis pour ceux qui ne savent  pas lire une feuille politique à temps.

Cellou  a gagné sa 2ème bataille.

«Qui veut voyager loin prépare sa monture». 

Et voilà très sincèrement ce qu’on espérait de Lansana Kouyaté…. Hélas !

On pensait qu’il était un bon Jockey ; on lui a donné un cheval appelé Arc-en-ciel, il n’a pas pu l’apprivoiser et la monture lui a échappé. C’est dommage !

La bonne nouvelle pour nous, est qu’il aura des Elections Législatives.

 

Ben Daouda Toure.

Aframglobal@aol.com

www.aframglobal.org