Ceux qui sont libérés jusqu'à présent appartiennent à des mouvements politiques qui n’ont aucun respect pour l’Etat et moins encore pour le Chef de l’Etat.

Le Chef d’Etat, le Président de la République ne doit et ne devra faire valoir sa clémence qu’elle qu’en soient les raisons que si et seulement si les bénéficiaires reconnaissent et respectent son autorité  et la force de son Institution.

La Clémence ne doit pas exprimer la faiblesse de l’Etat et de son Chef.

La libération  inconditionnelle des guerriers de rue alors que nous ne sommes pas en négociation  de paix, est un passeport gratuit pour le vandalisme certifié par l’Etat. 

Chaque guinéen se bat quotidiennement pour l’instauration d’un Etat de Droit  et pour la défense des Droits de l’Homme. Ce n’est pas l’Etat qui se bat pour instaurer l’Etat de Droit, ce sont les citoyens qui l’imposent à l’Etat. Il faut que ces citoyens soient protégés ainsi que leurs biens. Le seul rôle historique et constitutionnel de l’Etat est la protection du Territoire national, du citoyen et de ses biens. S’il Faillit à ce devoir, il perd sa raison d’exister.

 Il nous semble actuellement que l’Etat a peur de son Histoire et de sa réputation précédente pour prendre des mesures draconiennes afin d’assurer l’Ordre Républicain. Si nous nous accrochons au passé par peur de je ne sais quoi, pourquoi avons nous voté  alors pour le changement ?  Le  temps est venu de faire face à notre Histoire et de la dépasser. Nos actes doivent être commandés par l’avenir.

Un Etat faible ne pourra jamais nous mener vers le changement voulu et exprimé par le Peuple à travers plusieurs manifestations contre les gouvernements précédents, dans le desordre et l’insécurité. L’ORDRE REPUBLICAIN EST UN IMPERATIF.

SANS ORDRE REPUBLICAIN IL N’Y AURA JAMAIS UN ETAT DE DROIT.

L’Établissement d’un Etat de Droit est fondamental dans notre lutte pour l’émergence d’une Nouvelle Guinee, juste et prospère.

Un Etat faible incapable d’instaurer et de maintenir l’Ordre n’atteindra jamais ces objectifs.

UN ETAT QUI N’EST PAS RESPECTÉ NE PEUT PAS PROTÉGER ET SERVIR.

La clémence chaque fois accordée aux vandales est un mauvais message de faiblesse.

Elle perpétue le vandalisme  et encourage les petits esprits qui se croient les seuls dépositaires des germes de la violence ; ils croient en avoir le monopole.

Il est impératif que le Gouvernement prenne toutes ses responsabilités ici et maintenant, en montrant toute la magnitude de ses forces légales,  pour établir l’Ordre Républicain et se faire respecter, si non dans sous peu de temps, nous passerons du vandalisme pure à la désobéissance civile simple, aux objectifs sombres pour notre Nation.

L’Etat doit et ne devra jamais se laisser influer par des loubards politiques.

L’Ordre Républicain garantit le Droit d’expression à chaque Parti Politique et chaque citoyen. Le Vandalisme n’est pas un Droit, ni un moyen d’expression reconnu par la Loi.

Dans son souci d’instaurer la Sécurité Publique chaque gouvernement commet des bavures et des erreurs qui sont inhérentes à toute action humaine.

 Nous préférons des dommages collatéraux relatifs à la Sécurité publique et individuelle, aux vandalismes gratuits qui entrainent des dégâts matériels et morts d’hommes, par des gens qui n’ont aucun respect pour l’Etat et la vie de leurs compatriotes.

« Je préfère l’Injustice au désordre » Félix Houphouët Boigny

Nous soutenons et saluons la prise de position du Président de la République contre la violence aveugle et inexplicable.

Il faut bien que les Uns et les Autres comprennent qu’il n’y aura jamais un Etat de Droit dans un pays de vandales. Dans l’Insécurité et le Desordre, il n’y a pas de Droit.

Il faudra que l’Etat refuse de se faire dicter sa politique au nom d’une « Réconciliation ? » par des gens qui ne reconnaissent pas son autorité et qui n’ont aucun respect pour la vie de leurs compatriotes.  La Clémence du Président de la République est privilège et non une obligation constitutionnelle.

Nous lui demandons solennellement de conditionner ce Privilège au Respect de l’Autorité de l’Etat et à l’Ordre Républicain. Sinon son geste n’aura aucun sens, sinon que d’affaiblir les Forces de l’Ordre et de les décourager.

Le Respect des Droits de l’Homme est une Responsabilité Commune de l’Etat et du Citoyen.

Ceux qui n’ont aucune considération pour l’Etat et la Vie de leur compatriote, ne peuvent pas donner des leçons en la matière.

Nous soutenons le Président de la République pour sa fermeté contre le vandalisme.

Le Premier Droit de l’Homme est la Sécurité. Dans le désordre il n’y a pas de Sécurité.

Ben Daouda Toure.

aframglobal@aol.com

www.aframglobal.org