Par Ben Daouda Toure

Au Président de la République et aux Partis Politiques.
Après  53 ans de lutte pour le Bien Etre Social et la Liberté d’Expression, qu’est ce qui  pourrait mieux récompenser, les Partis Politiques et le Peuple dans son ensemble que la dotation de notre chère Patrie d’une Assemblée Nationale démocratiquement élue, qui sera la voie  et la voix des Institutions Républicaines, le socle d’un Etat de Droit ?
 
Depuis  1984, c’est la première fois que nous avons un Président civil  dont  le processus électoral  a été arraché de haute lutte par tous les Partis Politiques y compris l’UFDG, parce qu’il a fallu la détermination de tout le Peuple dans toutes ses composantes pour arracher  notre Nation des mains de l’appareil  militaire. Quel sacrifice n’avions  nous pas collectivement consenti pendant  53 ans !
Aujourd’hui, il s’agit d’achever la Construction de cette Nation, par l’intégration régionale, la lutte contre la pauvreté, l’établissement d’un Etat de Droit, qui sont les seuls moyens de lutte contre l’ethnocentrisme qui empoisonne notre vie politique et sociale.
Qu’est-ce que le Collectif pour la Finalisation de la Transition et l’ADP gagneraient  en refusant de participer à cette œuvre historique ?
Qui gagnerait quoi dans la violence et la politique de la chaise vide ?
 
Le Gouvernement  a la Responsabilité et le Devoir de mettre tout en œuvre pour  faire revenir tous les partenaires politiques à la table du dialogue. Nous louons ses efforts  déjà consentis, mais  nous exigeons qu’il redouble son ardeur, sa détermination et son imagination afin que le dialogue inclusif ne laisse personne sur le trottoir. C’est tout à son honneur. Aucun sacrifice n’est trop couteux pour l’Intérêt  Supérieur de la Nation dont le Président  de la République en est le Garant.
 
Le Uns et les autres doivent comprendre que la politique de l’intimidation n’est pas productive.
Personne n’a le monopole de la violence ; le bras de fer  actuel ne profite à personne.
Nous nous sommes collectivement battus pour un Etat de Droit, la Construction de la Nation, pour une République prospère au bénéfice de tous les enfants de la Patrie sans distinction aucune.
Après cinquante ans de lutte attelée à cette tache où en sommes-nous?
Mise à part les incantations et les proses contre les anciens régimes, qu’avons-nous accomplis pour changer la donne et engager notre Peuple sur la voie des concerts des Nations ?
Que chacun revisite notre Histoire Politique à la lumière de sa Conscience, pour savoir si notre Nation mérite le blocage actuel. Notre Peuple mérite t-il d’être pris en otage par des intérêts partisans après 53 ans de sacrifices humains ? Mérite-il cette punition ?
 
Notre ultime ambition est l’établissement d’un Etat de Droit, pour un Developpement Durable.
Pourrons- nous atteindre cet objectif sans doter notre Nation d’un appareil Législatif ?
Pourrons-nous bâtir un Etat de Droit sans doter notre pays d’Institutions fiables ?
Gérer une Nation, gérer un pays est un partage de Responsabilité. Chacun doit obligatoirement jouer sa partition. Aujourd’hui tout le monde parle du Président de la République et de la fin de la Transition. Mais bon nombre oublie qu’un Gouvernement  de la République n’est  pas seulement le Président et ses Ministres, qui représentent l’Exécutif. Un Gouvernement ce sont :
L’exécutif, Le législatif et le Judicaire.  C’est pourquoi on parle de partage de Responsabilité. Pour le moment la Guinée a un Gouvernement bancal. Il lui manque deux jambes.
Pour qu’elle marche correctement elle a besoin de ses trois jambes. Voilà pourquoi ces Elections sont capitales pour le progrès de notre Peuple vers la Démocratie, l’Etat de Droit, le Developpement durable, la lutte contre la pauvreté et le chômage des jeunes.
Voilà aussi pourquoi chaque Parti Politique doit se surpasser au nom de l’Intérêt Supérieur de la Nation. Notre Peuple a trop souffert.
 
 On dit souvent qu’une Election ne garantit pas la Démocratie. Cela n’est vrai  qu’à condition que chacun refuse de jouer sa partition. Cela sera vrai en Guinee si une partie de la classe politique boude les Elections.  A cela il faudrait aussi ajouter que c’est chaque Peuple qui fabrique ses dictateurs.  Si la classe politique boude les Elections, le Gouvernement établira son hégémonie sur toutes les trois branches du Gouvernement. Parce que d’une façon ou d’une autre le pays sera gouverné. Quel plaisir avons-nous de participer la création d’une nouvelle dictature ?
Avant d’accuser le Président de la République de dictateur demain, pourquoi ne pas prendre nos responsabilités préventives pour exiger des Elections Libres Transparentes ouvertes à tous les Partis Politiques, par la participation au dialogue inclusif et la mise des garde-fous pour barrer la route à toute tentative dictatoriale ? Quel sacrifice serait de trop pour servir cette noble cause ?
 
Nous avons démocratiquement élu le Président de la République dans l’espoir qu’il mette fin à la lutte byzantine qui  déchire la classe politique, dans l’Opposition comme au sein de l’Arc-en ciel, pour  que dans un élan unitaire, nous puissions regarder dans la même direction, pour bâtir notre Nation dans le respect de nos différences d’opinion. L’œuvre n’est pas facile, c’est pourquoi nous  vous avons choisis, Prof. Alpha Conde. Nous estimons que vous avez le dos assez large pour unir les guinéens dans leur diversité culturelle et d’opinion. Vivre ensemble est une lutte éternelle.
Tant que vous resterez Président de la République démocratiquement élu par les guineens, vous lutterez éternellement pour nous faire vivre ensemble et de nous faire accepter mutuellement, malgré nos divergences politiques.
C’est pourquoi nous avons voté pour vous.
La Confiance du Peuple placée en vous, vous oblige Mr. Le Président de la République, de doubler d’effort et de consentir d’autres Sacrifices afin que tous les Partis Politiques de notre pays retrouvent le chemin du dialogue inclusif, dans la diversité et le Respect Mutuel.
Nous saluons tous les efforts accomplis par vous et par les médiateurs. Mais votre œuvre ne sera accomplie et couronnée de succès que quand l’ensemble des Partis Politiques légalement constitués se seront présentés devant les électeurs pour une Assemblée Nationale au service de la Paix et de l’Unité Nationale dont vous êtes garant.
Vivre ensemble est  une lutte. Tant que vous serez  à la tête de cette Nation vous lutterez pour nous
faire vivre ensemble.  C’est La Confiance que nous plaçons en vous et vous la méritez.
 
Mr. Le Président de la République, Partis Politiques de Guinée, si vous m’attendez, c’est un appel au dialogue national inclusif, au nom de l’Intérêt Superieur de notre Peuple.