Avocats DSKAlors qu'un avocat de Dominique Strauss-Kahn remet au goût du jour la théorie du complot, un article que publie le magazine New York Review of Books pose plusieurs questions intrigantes sur l'affaire du Sofitel de New York.

Le Blackberry Piraté et disparu de DSK

Selon l'auteur de l'enquête, Edward Epstein, Dominique Strauss-Kahnest informé dans la matinée du 14 mai par une amie travaillant temporairement au siège de l'UMP qu'au moins un des e-mails envoyés depuis son téléphone BlackBerry a été consulté à l'UMP. DSKen informe alors sa femme Anne Sinclair et lui demande d'alerter Stéphane Fouks, d'Euro RSCG, pour faire examiner l'appareil à son retour à Paris. Après avoir déjeuné avec sa fille, alors qu'il se dirige vers l'aéroport, DSK tente de retrouver ce BlackBerry, qu'il a égaré.

Depuis, le portable en question n'a jamais été retrouvé. Dès 12h51 en fait, avant même que DSK ne retrouve sa fille, le BlackBerry est même mystérieusement désactivé, selon Edward Epstein. Son système GPS, qui permet de localiser l'appareil, est lui aussi désactivé, ce qui, à moins d'un accident, suppose l'intervention d'une personne très au fait de la technique, souligne le journaliste. Toujours d'après lui, les dernières données transmises par le GPS de l'appareil suggèrent que l'appareil n'a jamais quitté le Sofitel.

Une étrange célébration

Edward Epstein, qui a eu accès à des vidéos de surveillance du Sofitel new-yorkais, s'interroge également sur l'étrange danse de célébration qu'exécutent le chef des services techniques de l'hôtel, qui vient d'entendre le témoignage de Nafissatou Diallo accusant DSK, et un autre homme non identifié. Ce dernier a auparavant accompagné la femme de chambre auprès des services de sécurité de l'hôtel.

Les deux hommes, quelques instants à peine après avoir appelé la police - une heure après les faits, rappelle Epstein - se tapent dans les mains et se congratulent pendant 3 minutes, avant d'aller "apparemment" attendre l'arrivée de la police à l'entrée de service de l'hôtel, écrit Epstein. Ce dernier rappelle par ailleurs que René-Georges Querry, directeur de la sécurité du groupe Accor, à qui appartiennent les Sofitel, est un proche de Ange Mancini, coordinateur du renseignement à l'Elysée.

Qui résidait dans la chambre 2820 ?

Le journaliste affirme que selon les relevés d'utilisation des clés électroniques, Mme Diallo est entrée à plusieurs reprises dans la chambre 2820, située sur le même étage que la chambre de Dominique Strauss-Kahn, avant et après sa relation sexuelle avec le patron du FMI. Nafissatou Diallo avait dans un premier temps caché aux enquêteurs sa présence dans cette chambre. "D'autres personnes que Diallo se trouvaient-elles dans la chambre 2820 pendant et après sa rencontre avec DSK ?", s'interroge Edward Epstein : "Si c'est le cas, qui étaient ces personnes et qu'y faisaient-elles ? Et pourquoi Diallo a-t-elle démenti être entrée dans cette chambre ?".

Source : Tf1News