lansana kouyateIl est vrai que le retour de l’ancien Premier ministre, Lansana Kouyaté, au bercail était attendu, avec les dernières évolutions de la situation politique en Guinée. C’est désormais sûr, le leader du PEDN est rentré jeudi soir, comme d’habitude avec trompette et fanfare, dans un vol spécial.

Lansana Kouyaté arrive deux jours après la rencontre historique de Sèkhoutouréya entre le Chef de l’Etat et la classe politique. Rencontre au cours de la quelle l’ancien soutien du Pr Alpha Condé, était l’un des grands absents. Cet évènement a été doublé par l’annonce officielle du départ de Jean-Marie Doré (UPG) de l’ADP, leur Alliance commune. Deux actes politiques majeurs qui ont, sans doute, précipité le retour de Lansana Kouyaté au pays. Preuve que le président du PEDN n’avait aucune raison de justifier de façon concrète ce long séjour à l’étranger.

Pour les observateurs, cette technique de durer longtemps à l’étranger est une manière pour les présidents du PEDN et de l’UFDG d’imiter le Président Alpha Condé, quand il était opposant. On se souvient que le président du RPG passait plus de temps à l’étranger qu’à Conakry. S’il est vrai que le Pr Alpha Condé est désormais une source d’inspiration pour L.K et Cellou, on peut espérer que le second revienne à la raison pour en fin contribuer à la stabilité socio-politique du pays.

Lansana Kouyaté rentre donc avec deux dossiers sur la table. Questions sur les quelles ses avis sont attendus, non seulement pour la consolidation du dialogue politique, mais aussi pour l’avenir de l’ADP. Pour le second, il n’est un secret pour personne que le départ du PEDN de l’ADP, après celui de l’UPG, sonnera le glas de l’Alliance.

En tout cas, la recomposition du paysage politique guinéen se poursuit. Les grands partis absorbent peu à peu les petits, avec la formation des grands blocs politiques. On s’y attendait, car les ressources financières se raréfient, et les campagnes politiques sont de plus en plus chères. On voit pourquoi les petits s’accrochent actuellement aux grands pour pouvoir survivre.

Mais Kouyaté rentre juste après l’envol du Président de la République pour le Brésil. En attendant son retour, le leader du PEDN multipliera les contacts, notamment avec les militants et ses camarades politiciens afin de prendre le train en marche. La date du 29 décembre pour les législatives n’a pas encore changée, et la bataille risque d’être très rude pour le contrôle de la future Assemblée nationale.