afrik-chaine briséeUNE AUTRE INTRODUCTION ICI 

En ce qui concerne la relation des Aventures Extraordinaires survenues dans la vie du Président Ahmed Sékou Touré, je souhaiterais m’en tenir à celles que j’ai livrées jusqu’à mon dernier papier. Et ce n’est pas parce qu’il n’y en aurait plus, loin s’en faut ! C’est pour passer à autre chose. Notamment à une petite série d’articles consacrés à l’homme public, le  Grand Héros Africain de Guinée, et aux principales missions qu’il s’était assignées avec l’aide de Dieu.

Je vais le faire malgré que mes écrits semblent reçus dans certains milieux avec une rage froide, suscitée par une haine vraisemblablement inextinguible; une haine vaine et inassouvie, hélas! Car, il est impossible à l’homme de défaire ce que Dieu a fait. Moi, je ne fais que témoigner de la Vérité des surprenantes et exceptionnelles qualités d’Homme d’Etat d’Ahmed Sékou Touré. Je mène un combat qui est forcément Gagnant, puisqu’il est conforme aux prescriptions divines. 

Je dis toujours que des gens, et pas des moindres, s’évertuent à imposer une histoire imaginaire de notre pays, une histoire à la marge de toute Réalité, au moyen de raccourcis tels que les Concerts, Mamayas et autres ’’Forums’’ politico-ethno-régionalistes. Avec un slogan-fétiche : la Réconciliation’’. En essayant d’occulter ainsi notre besoin fondamental d’un DEBAT NATIONAL FRANC, pour REFONDER notre Nation autour de VALEURS partagées, grâce à la VERITE de notre VECU.

Or, rien qui tienne ne sera possible en Guinée sans cela : c’est DIEU Lui-Même qui y veille !

Vous savez, Camarades, on a profité ici du terme normal de la vie terrestre d’Ahmed Sékou TOURE, à la seule Volonté et à la seule Façon voulue par son Créateur, Qui a décidé ainsi de lui accorder un repos, on ne peut plus mérité, au Royaume du Silence et de la Paix divine, pour déclencher contre lui une guerre sordide (un BAROUD…désespéré!), avec des torrents de mensonges purs, et avec des déformations éhontées de faits réels recupérés, anecdotisés et charcutés en demi-vérités assaisonnées de fables et de légendes truculentes, funambulesques ou macabres. Des mensonges et des demi-vérités diffusés, propagés et communiqués dans un Vacarme, un Tapage, un Tintamarre (du BAROUF !), artistiquement mis au point et soutenus suivant des politiques délibérées de la France. D’une petite France amorale, cyniquement blottie chez elle, d’où elle chasse nos enfants à nous comme des animaux porteurs de la rage canine !

Une petite France, blottie, lovée, avec égoïsme, dans un BIEN-ETRE DOUILLET. Une France juchée aussi, avec arrogance et méchanceté, avec une agressivité et un cynisme satanique, sur une Toute-Puissance occidentalo-judéo-chrétienne mondialisée, provocatrice à outrance de plus faibles. Un Bien-être et une Toute-puissance dont ladite France est grandement redevable à nos pays exsangues et à nos Peuples Exténués, du fait qu’elle nous avait soumis à des siècles d’exploitation, tour à tour négrière et esclavagiste avant-hier, coloniale hier. Et néocoloniale. Toutes choses relevant d’une criminalité irrémissible et imprescriptible, dont la facture ne restera pas impayée, quelques décennies ou siècles que cela prenne ! 

La France a organisé elle-même, directement, depuis 1958, maints et maints complots contre notre indépendance, et maintes tentatives de déstabilisation, puis de meurtre ou d’assassinat contre notre Président-libérateur. Elle en a parrainé aussi, en a cautionné et suscité, en recrutant et en s’appuyant sur des générations de Guinéens TRAITRES, avec lesquels elle a bloqué, saboté et détruit, ou tenté de le faire, tout ce que notre fragile petit pays, après s’être affranchi de façon responsable et ferme, du viol colonial indécent et nauséabond de la même France, je dis bien : ‘’TOUT’’ ce que notre fragile petit pays avait entrepris de faire, ou qu’il avait effectivement réalisé pour son développement. Et pour le BIEN-ETRE, lui aussi, de ses populations. Pour nous torturer. Je ne sais de quel droit.

Et Il y a des Guinéens qui ont le courage après, avec une malhonnêteté intellectuelle dramatique, de déformer cela ! Le vrai patriote guinéen est pris de nausée, quand ‘’on’’ tente maintenant de convertir nos TRAITRES en Héros, sur le lit de nos souffrances, de nos frustrations, de nos larmes. Parce que la France et ses ‘’Pions’’ en notre sein, se fichent de notre Peuple. N’a-t-on pas vu Jacques Chirac venir décorer des TRAITRES-GUINEENS ici, en 1999, pour service rendu à la France. Mais, contre qui donc? Une Injure Suprême! Et pas seulement à ‘’NOUS’’, mais aussi à l’honneur, à la dignité et à la mémoire de TOUT PATRIOTE de PARTOUT : qu’ils soient Blancs ou Noirs, et qu’ils s’appelassent JEAN MOULIN, MAMADOU BOIRO ou EDUARDO MONDLANE ! La dignité humaine n’ayant pas de frontière, celle de nos Etats et de nos Nations devrait nous inciter au respect réciproque de nos Valeurs, et de nos VECUS respectifs. La France ne devrait pas, mais puisqu’elle l’a fait jusqu’à présent, contre son honneur à elle-même, elle devrait cesser ‘’d’utiliser’’ des Guinéens,’’d’exploiter  leurs faiblesses et leurs complexes contre leur propre pays.

La France sait que ce genre d’individus existe sous tous les cieux : ici, là-bas-même et ailleurs. Mais elle sait que les Etats et les Nations dignes ne les ‘’organisent’’ pas, et ne les financent pas contre leurs propres pays et nations. C’est seulement ici, en Afrique, (regardez en Lybie !), et chez nous en Guinée que la France se permet de le faire. C’est pas vrai ?

Aujourd’hui encore, ce sont ces Guinéens indignes qui, avec le concours de Maisons d’Edition et de Médias-parias spécialisés en diffusion de puanteurs et de sanies en tous genres, sont encouragés à coups de ‘’publi-reportages’’ et ‘’d’interviews’’ truqués, avec un recours  abondant à une Littérature d’égoût débridée,  ce sont donc des Guinéens comme ça qui sont encouragés à faire ‘’Tout’’ pour substituer leurs phantasmes à la Vérité du Vécu de notre héroïque Nation, qui a restauré la Dignité Noire durablement piétinée. Des Guinéens qui ont constitué une Soldatesque Noire désespérément dépourvue de répères et d’honneur. 

A-  STRATEGIES ET ARGUMENTS DE CETTE SOLDATESQUE DU FAUX EN HISTOIRE

Il s’agit de gens qui s’étaient enfermés, cloîtrés dans de petits cercles mesquins, où la Rumeur, l’Affabulation  et la Calomnie battaient leur plein, tant en Guinée ici, que dans certains pays limitrophes, dont la spécialité était d’accueillir le ‘’tout-venant’’ de l’antisékoutourisme, et de tous les Agents du Faux. De tous les Fabricateurs et Colporteurs des Ragots les plus idiots. Ce ‘’Monde-là’’ n’était même plus capable de voir ce qui se passait en Réalité. Avec l’aide malicieuse de quelques barbouzes et autres petits professionnels de la manipulation bien postés par la Françafrique, les gens de ce ‘’Monde-là’’ avaient fini par se convaincre que leur Microcosme houphouéto-senghorien de la calomnie antiguinéenne était bien réel.

Solidement installés dans cette ‘’déraison’’, et grisés par une ‘’considération’’ et une ‘’admiration’’ dont les irréductibles racistes anti-nègres de France, des esclavagistes impénitents, les soûlaient, ces gens s’étaient tellement pris eux-même au sérieux que, un demi-siècle après, ils continuent à phantasmer, et diffusent encore d’incroyables légendes sur d’épiques empoignades qu’ils auraient eu avec Sékou Touré. Evidemment ‘’on’’ leur a appris à rêver, en France et ailleurs…Sinon, tout le monde sait qu’Ahmed Sékou Touré (AST) a eu affaire plutôt à des De Gaulle, Foccart, Messmer, à leur valets locaux, Houphouet et Senghor : ça, du côté français ; à Salazar, Caetano et Spinola, côté portugais ! Enfin, c’est à ce niveau-là que ‘’Sékou Touré’’ avait des Adversaires. Pour la Guinée et pour l’Afrique. Et il les a tous vaincus net. ‘’Même si on n’aime pas le chien, il faut reconnaître qu’il a des dents blanches’’ ! (C’est un adage africain).

     En fait, la France avait réussi à créer un Monde Parallèle de Fous, de Sourds et d’Aveugles historiques, tous doués d’une délirante Prolixité qui leur fait dire et écrire tout et n’importe quoi, aujourd’hui encore !

La preuve, une des nombreuses preuves de ce que j’en dis, aura tout de même été administrée, avec solennité, avec une légendaire gaucherie aussi, très vite après le décès d’AST, par le ‘’Porte-Parole’’ du fameux Comité Militaire (qui s’était dit) de Redressement National (le CMRN), jusqu’en Ethiopie. Ceux qui s’intéressent  vraiment à la Guinée savent que le ‘’Sommet de l’OUA’’ devait se réunir ici en 1984, en l’honneur de l’Artisan le plus déterminant de la création de notre Organisation continentale, le Président Ahmed Sékou Touré, dont le décès avait entraîné la tenue dudit Sommet à Addis Abeba. Là, sous la présidence du monumental Julius Nyerere, les Chefs d’Etats réunis n’ont pas été peu surpris d’entendre le preux représentant de la ‘’Guinée du CMRN’’ tenter de les convaincre :

1- Qu’ils ne connaissaient pas la Guinée, ce pays qu’ils n’avaient pourtant jamais cessé de visiter. Que la ‘’Guinée de Sékou Touré’’ n’était même pas ‘’visible’’ par les yeux des ‘’Etrangers’’ qu’étaient ces Chefs d’Etat africains. Et c’est  la ‘’vraie’’ Guinée, que le savant ‘’Porte-Parole’’ du CMRN avait tenté d’’’expliquer’’ aux gens! Etc, etc. C’était ahurissant ;

2- Que le ‘’Sékou Touré’’ que l’OUA connaissait, le Rescapé des nombreux Complots que tous les Services de Renseignement du Monde ont connu ; le Rescapé des agressions physiques personnelles, et des Agressions Armées que même le Conseil de Sécurité de l’ONU avait condamnées ; le Rescapé des attaques terroristes à l’explosif, en public même ; celui dont les projets de développement et l’économie entière (monétaire, commerciale et agricole), ont été systématiquement sabotés par des Messmer, Foccart et autres Maurice Robert, qui l’ont eux-mêmes reconnu dans des livres que tout le monde peut avoir ; que ce ‘’Sékou Touré-là’’ n’était pas le vrai. C’est l’autre, celui que la Soldatesque du Faux s’évertue et se tue à coller, à plaquer au revers du premier, c’est ‘’lui’’ qui serait le ‘’vrai’’ ! En somme, on a tenté, à Addis Abeba, d’utiliser la célèbre tribune de l’OUA pour en défigurer le principal Artisan aux yeux de ses Pairs et Compagnons de lutte, qui le vénéraient. Comme pour leur dire qu’ils étaient des naïfs, des démeurés et des ignorants incapables de reconnaître le Bien du Mal, le VRAI du FAUX.

Evidemment la vaillant connaisseur et éloquent ‘’Porte-Parole’’ de notre CMRN adossé à la France, s’était fait renvoyer à sa place, sur les bancs d’Africa Hall, sans ménagement. 

B- QUI ETAIT AHMED SEKOU TOURE DANS LE MONDE, EN REALITE ? 

Le baromètre de référence pour la meilleure présentation de l’HOMME, c’est les Etats-Unis d’Amérique. Qui dit mieux ? Eh bien ! Voici dans quelle considération il y était tenu, là-bas, aux States.

1°)- On est en 1959. Un an exactement après l’accession de notre pays à l’indépendance nationale. Le Président Ahmed Sékou Touré effectue alors, en fin Octobre, sa première visite officielle aux Etats-Unis.

C’est à cette époque-là même que la France, pour sa part, avait engagé ce que ses propres Services Secrets avaient baptisé : le ‘’Plan Albi’’. Une tentative d’invasion armée de la Guinée, avec le Foutah Djallon comme point de départ, avec ses caches d’armes et ses centres d’entraînement animés par des‘’dissidents peulhs’’ recrutés et formés au Sénégal. Siradiou Diallo, alors simple étudiant, en était déjà. Des ‘’dissidents peulhs’’ que seule la France connaissait ‘’déjà’’ !

L’écrivain et militant africaniste Malien, le Doyen Seydou Badian, témoigne qu’à la même époque, la même France faisait déverser, ‘’déjà’’, des dizaines de milliers de tracts à la frontière guinéenne avec l’historique Fédération du Mali, pour traiter, encore ‘’déjà’’, notre jeune Nationaliste et Patriote, de ‘’dictateur’’. (C’est curieux que quelqu’un d’aussi cultivé que François Soudan verse encore, en 2011, dans le radotage de ce genre de ‘’logiciel périmé’’ !) 

C’est bien alors que, le 26 Octobre 1959, le Vice-Président des Etats-Unis, Richard Nixon, était allé accueillir à sa descente d’avion, notre Sékou Touré !

Deux jours plus tard, le Président Eisenhower le recevait à son tour, le 28 Octobre, dans le saint des saints, le Bureau Ovale, à la Maison Blanche (White House), le vénérable édifice qui date de 1792.

Et pendant que la lâche multitude de ‘’piranahs’’ de la boueuse ‘’Françafrique’’ se frétillaient dans un ballet stérile autour du majestueux et impérial ‘’cachalot’’ de la ‘’Baie de la Reviviscence-Noire’’, un phénomène anecdotique spécifiquement ‘’sékoutouréen’’ se déroulait au sommet de la hiérarchie politique, au pays de l’Uncle Sam. 

En effet, quelques temps avant l’arrivée de notre Syli à Washington, un certain John F. Kennedy, Sénateur à l’époque, avait vivement reproché au Président Eisenhover ce qu’il considérait comme un manque de vision : celui-ci avait pris huit (8) mois en effet pour nommer un Ambassadeur à Conakry. Alors que l’URSS (c’était la coépouse !) en avait déjà posté un dès le 02 Octobre 1958, jour de la proclamation de notre indépendance. 

Au cours de ce séjour américain, le Président Ahmed Sékou Touré avait effectué une tournée de trois (03) jours à travers l’Etat Fédéral avec l’accord plein du Président Eisenhover. Le Sénateur J.F. Kennedy qui était en campagne en Californie avait alors rencontré notre Président au Disney-Land, à Main Street Station, et les deux hommes avaient spontanément sympathisé.

C’est aussi à l’occasion de ce premier voyage officiel que notre Président avait lancé un appel pressant aux Noirs d’Amérique pour la radicalisation de leur lutte émancipatrice, et pour la conquête de leurs droits, et de tous leurs droits. D’attentives oreilles ne manquèrent pas d’entendre cet appel : Martin Luther- King, entre autres… C’est ici, en Guinée qu’on n’est pas fier de ça.

2°)- En 1962, le Président Ahmed Sékou Touré s’était rendu à New York pour prendre part à une Session de l’Assemblée Générale de l’ONU. John Fitzgerald Kennedy était alors le Président, compétent, dynamique et plein de charme, des Etats-Unis d’Amérique. Il invita notre Président à Washington, où il alla l’accueillir lui-même à sa descente d’avion. Il l’avait directement conduit à la Maison Blanche et, pendant une pleine heure d’horloge, avait parlé avec lui de notre pays, la Guinée. C’est à un point tel que de nos jours encore, tous ceux qui ont pu prendre conscience de l’estime et de la considération mutuelle de ces deux jeunes Hommes d’Etat, (en 1962, J.F.Kennedy avait 45 ans, et AST, 40), tous demeurent convaincus que la Guinée aurait bénéficié d’un soutien exceptionnel des USA.

Cet épisode avait été scellé par un déjeuner d’ami offert par la célébrissime Jacqueline Kennedy. C’était le 10 Octobre 1962. Ahmed Sékou Touré avait fait, lui aussi, cadeau à ses hôtes et amis d’une photo dédicacée. Des ‘’mémoires’’ spécialisées conservent tous ces évènements, qui ponctuent la marche de la Société américaine, et qui font la beauté et la grandeur de son Histoire. Il en va de même en Chine, au Pérou et au Liechtenstein! Sauf en Guinée où on ne se préoccupe que d’effacer  un homme pour mieux le déformer, et pour mieux mentir sur lui. A la suite d’une méchanceté mesquine qui nous ‘’lilliputise’’ de façon quasi- microbienne. Nous ne sommes même plus capables de reconnaître la grandeur de qui que ce  soit chez nous, parce que nous avons refusé de reconnaître le plus grand d’entre nous.

3°)- Au mois d’Août 1979, le Président Ahmed Sékou Touré était en ‘’visite privée’’ aux Etats-Unis, où il avait lancé la ‘’Grande Ouverture Diplomatique’’ de la Guinée. Il était accompagné entre autres, des Ministres des Mines et de la Géologie, de l’Energie et du Konkouré, de l’Industrie, du Commerce, et des Affaires Etrangères. Dans une tournée de marketing et de sensibilisation des Investisseurs d’Europe (Allemagne surtout) et des Etats-Unis d’Amérique, grâce à un climat rendu plus serein au plan sécuritaire, à la suite de l’échec de toutes les tentatives de déstabilisation fomentées durablement contre notre pays, le Président Ahmed Sékou Touré avait décidé de lancer le pari d’une coopération sans exclusive pour le développement de la Guinée.

Qu’à cela ne tienne ! Le Chef de l’Exécutif Fédéral à l’époque, le Président Jimmy Carter avait décidé alors d’inviter le camarade Responsable Suprême de la Révolution à la Maison Blanche. Ce qui fut fait le 08 Août 1979, un Mercredi. Et pendant très exactement une heure et dix minutes, les deux hommes avait parlé, de la Guinée pour l’essentiel, et des questions du Proche et du Moyen-Orient, sur lesquelles les avis du Vice-Président de l’OCI qu’était notre Président étaient prisés, et pour cause !

4°)- C’est enfin le Président Ronald Reagan qui a été le tout dernier à accueillir le Président Ahmed Sékou Touré à la Maison Blanche le 30 Juin 1982, un an et neuf mois juste avant sa mort survenue là-bas même aux USA. Et le Président Reagan n’a eu aucun besoin de consulter le Congrès américain pour envoyer son Vice-Président, George Bush (l’Ancien !), en moins de 48 heures, par ‘’Air Force One’’ à Conakry, pour représenter les States aux grandioses funérailles de l’un des plus grands hommes du XXe siècle. N’en déplaise à ceux qui sont fâchés contre Dieu Qui l’a fait tel.

PETITE CONCLUSION

On dit que, de son vivant, tous les Présidents directement élus des Etats-Unis avaient accueilli Ahmed Sékou Touré à la Maison Blanche. C’est donc : moins Johnson Lyndonqui avait remplacé Kennedy après son assassinat, et Gérald Ford qui avait bouclé le second mandat de Nixon, suite à la démission de celui-ci, de 1974 à fin 1976.

Ainsi, le seul Président élu, hors influence directe de la Maison Blanche, qui n’a pas eu l’occasion de recevoir notre Président, c’est bien Richard Nixon, durant son mandant et demi de 1968 à 1972.

Et je dis bien que c’est parce qu’il n’en avait pas eu l’occasion, cette période correspondant à celle où, par principe, le Président Ahmed Sékou Touré s’était interdit tout voyage dans le monde, par solidarité avec l’Osagefo Kwamé N’Krumah, dont ledit ‘’Monde’’ avait cautionné, par son silence, le renversement par une clique de soldats félons manipulés par Houphouët-Boigny et la France.

Il faut, ceci dit, se rappeler que Nixon l’avait personnellement accueilli le 26 Octobre 1959, lorsqu’il était Vice-Président sous Eisenhower.

RECAPITULONS A PRESENT POUR LES AGENTS DU FAUX

1. En 1959, alors que ‘’la France du mépris pour les Nègres’’ entamait ses menées dégueulasses contre notre petit pays pauvre, à cause de son choix de la Dignité, la Maison Blanche, elle, accueillait notre AST. Le Président Eisenhower ignorait-il ce que la France tentait de faire ? Bien-sûr que non!

2. Il y avait déjà eu aussi le ‘’pétard mouillé’’ des ‘’Enseignants de Koumandian’’. Un monsieur qui s’estimait supérieur aux Cadres du PDG, et qui les méprisait, c’est connu ! C’était en 1961. Un monsieur qui s’opposait à la Réforme des programmes et méthodes d’enseignement colonial. Au 10 Octobre 1962, des réseaux entiers  de ‘’gueules pourries’’ tentaient de dénaturer les mesures prises contre ce désordre, par le pouvoir naissant de notre République naissante, en vue de sauvegarder notre Indépendance fraîche et fragile, une Indépendance que ‘’les Koumandian’’ voulaient, en toute vérité, aider la France à saboter : je jure par DIEU ! Et c’est pendant ce temps que la Maison Blanche dans sa grandeur, recevait en  1962, avec une amitié et un respect pieux et sans ambiguïté, notre Président, Ahmed Sékou Touré. ET ce n’est nullement parce que les gens de là-bas étaient des demeurés ou des démagogues. Ou encore parce qu’ils ignoraient que nos ‘’fauteurs de trouble’’ étaient en détention ferme ici ; ils appréciaient, bien au contraire, la qualité de la réponse à la foutaise! Des gens peuvent, bien-sûr, en parler comme ils veulent : c’est un choix…devant Dieu, le Juge Impartial.

3. Le 08 Août 1979, lorsque le Président Jimmy Carter avait reçu notre AST, on avait déjà jugé, toute la Nation Guinéenne, agressée et continuellement emmerdée par des terroristes et des comploteurs hostiles à sa survie même, toute notre Nation avait, dis-je, déjà jugé et pendu ou fusillé, tous les mercenaires et traitres qui le méritaient : il n’y avait pas d’impunité alors. C’est devant Dieu que tout s’est passé, et Lui, Il est pour la Vérité !

Il y avait déjà eu aussi l’épisode d’un premier ‘’Ras-le-bol’’ par rapport au particularisme et à l’ethnocentrisme peulhs, avec le coup du ‘’Solîdjö’’, l’incirconcis, qu’on avait entraîné, armé d’un pistolet, et installé dans un manguier sur le passage du Président Ahmed Sékou Touré. Des marabouts   avaient, semble-t-il, assuré que seul un incirconcis pouvait assassiner l’homme. C’était pour ‘’mettre Diallo Telli à sa place’’. Ce dernier aussi était déjà mort en détention depuis 1977, ce qui n’avait fait le bonheur de personne : pas plus Sékou Touré qu’un autre. Et c’est dommage qu’aujourd’hui encore ‘’on’’ ne fasse rien, positivement, pour élucider le mystère ‘’Telli Diallo’’, clairement, objectivement et sans passion. Nous tous: Guinéens et Français !  Puisque l’homme était un Haut Fonctionnaire colonial, avec la nationalité française, et un dossier en bonne et due forme. Un dossier plombé par des ‘’lois’’ de confidences et de secrets propres uniquement à entretenir des flous et des confusions. Criminellement ! Or, cela relève d’un cynisme ‘’culturel ‘’ qui remonte au Haut Moyen-Age d’une civilisation, qui l’a raffiné au fil du temps, et l’a inclus dans son arsenal législatif. Pour sans doute endormir sa propre conscience! Monsieur Jimmy Carter, Président du pays le plus informé du Monde, sachant la REALITE de tout cela, avait, on l’a vu, accueilli AST avec honneur, respect et fierté, le 08 Août 1979.

4. Le 30 juin 1982, date à laquelle le Président Ronald Reagan l’avait reçu , le Président Ahmed Sékou Touré , incontestablement , avait déjà gagné , bataille après bataille, la totalité de la guerre des Lâches, que la France et une partie de l’Europe coloniale ( Portugal et Allemagne , notamment ) avait engagée contre lui , et contre le Symbole de la Souveraineté , de la Dignité et de la Responsabilité Noires et Africaines qu’il incarnait. Quant à  nos Noirs et Guinéens par accident,  nos ‘’Houphouéto-Senghoriens ‘’ à la mentalité indécrottablement servile vis-à-vis des Colons Blancs, tous ces complexés incurables, étaient alors déjà tout confits ! Tous K.O!

Il y avait déjà eu aussi la médiation onusienne d’André Lewin, et les excuses publiques de l’Allemagne, de la France et du Portugal vis-à-vis du peuple du 28 septembre 1958 et vis-à-vis de son gouvernement révolutionnaire dirigé avec fermeté par les grands camarades : Ahmed Sékou Touré, Saifoulaye Diallo  , Lansana Béavogui , Mafory Bangoura, unis par et dans leur lutte anticoloniale , et dans la gestion digne et responsable de notre pays. Aidés en cela par leurs compagnons les plus fidèles,  jusqu’à leur séparation, et à leur fusion définitive par et dans la mort.

La mort que chacun goûtera , pour aller à la rencontre inéluctable avec ce qu’il a fait et dit : de bien ou de mal, de juste et de faux, d’honnête ou de malhonnête . La ‘’politique’’ ou la rouerie, la rhétorique et le verbe haut et pittoresque de nulle plaidoierie, nuls artifices n’aideront quelqu’un à l’instant ‘’T’’ du regret tardif et inutile au dernier souffle, et à l’entrée dans l’Infinissable’’ et Inélutable Rétribution que chacun se sera cherchée en parfaite connaissance de cause !...Billâhi le temps du Repentir ‘’acceptable’’ par DIEU, c’est ici, au moment où on est encore valide, fort et conscient. Cela n’est, hélas, donné qu’aux Elus du Créateur. Les Guinéens peuvent valablement en témoigner, n’est-ce pas ?

A la prochaine donc si Dieu le veut.

Soub’hanallahi, wa bihamdihi

Astakh’firoulahi wa atoubou ilaihi

Wassallahou ala Seydina Muhamadin’

Wa ala alihi, wa salabihi, wa salim

Aly Bocar CISSE / cissedebma@yahoo.fr

Professeur et administrateur civil à la retraite

Tél : 64 33 37 70/62 27 88 89