Derniers jours du mois saint

 

Des troubles projetés depuis Paris


A Dakar et à Paris où l’opposition guinéenne a désormais établi ses quartiers généraux, des actes de subversion sont planifiés pour remettre en cause la relative quiétude sociale qui prévaut actuellement en Guinée. De sources bien informées, l’opposition envisage des mouvements sociaux tout azimut durant les 10 derniers jours du mois de ramadan. Alors que l’attentat dirigé contre la vie du chef de l’Etat n’a pas encore livré tous ses secrets, des opposants réunis la semaine dernière à Paris ont adopté comme stratégie politique, une série de troubles sociaux avec des prétextes fallacieux pour semer la graine de la discorde en Guinée. Depuis la grâce accordée aux militants de l’Union des forces démocratiques (UFDG) par le chef de l’Etat, l’opposition s’est vue privée d’une arme qu’elle entendait utiliser comme justification d’une marche qu’elle comptait organiser pendant les 10 derniers jours du mois de ramadan. L’objectif était d’organiser une marche pour réclamer la libération des condamnés, exposer les populations aux balles (si on ne les tire pas dessus soi-même) des militaires, obtenant ainsi un remake du 28 septembre. Exit donc cette stratégie avec la dernière mesure présidentielle, la réunion qui s’est tenue à Paris a décidé d’utiliser tous les prétextes possibles (vie chère, eau, électricité, etc.), en créer éventuellement, pour justifier des mouvements de rue. Las d’attendre cinq ans pour tenter à nouveau sa chance lors d’élections libres et démocratiques, une certaine opposition a décidé de prendre un raccourci et obtenir un scrutin présidentiel le plus vite possible. L’on comprend mieux la tentative d’assassinat contre le Président de la République. La réunion de Paris qui a regroupé une quinzaine de personnes bien connues dans l’environnement politique guinéen, se donne pour délai pour parvenir à ses fins les 10 derniers jours du mois de ramadan. Dix derniers jours vus par le musulman comme sacrés. Le Coran rapporte en effet ceci sur les dix derniers jours du mois saint : « O Musulmans ! Craignez Allah, et sachez que vous vous trouvez au début de dix jours bénis ; dix jours dans lesquels se trouvent le bien et la bénédiction qui ne se trouvent pas dans les autres jours ; dans ces dix jours, se trouve une nuit qui est meilleure que mille mois, celui qui sera privé de son bien, sera véritablement privé ; c’est une nuit bénie durant laquelle est décidé tout ordre sage [ Sourate La Fumée - verset 4]

Pendant cette nuit, les actions sont meilleures que les actions accomplies durant quatre-vingt trois ans ; quiconque prie durant cette nuit en étant croyant et en espérant recevoir la récompense, ses péchés commis dans le passé seront pardonnés ».

C’est pendant ces dix derniers jours sacrés que l’opposition compte jeter le trouble et la discorde dans ce pays. Et selon nos informations, des jeunes des banlieues chaudes de Conakry ont déjà perçu des espèces sonnantes et trébuchantes pour leur motivation. Une importante somme d’argent venant de Dakar, la capitale sénégalaise, a été répartie entre les communes de Conakry et de l’intérieur du pays. Mais un tel événement nécessitant beaucoup de personnes, il était fort à parier qu’il y ait des fuites. En attendant et toujours selon nos informations, les services spéciaux sont à pied d’œuvre pour étouffer le mouvement dans l’œuf et la police et les forces de défense sont déjà en alerte, en tout cas pour ces dix derniers jours du mois saint. Nous y reviendrons.

 

MISSIVE CONFIDENTIELLE