Le Gouvernement s'est donné six mois pour redresser le pays

Le gouvernement d’Alassane Ouattara a désormais une feuille de route. Le chef d’Etat ivoirien s’est donné six mois pour relever trois défis majeurs : la sécurité, la réconciliation et la reconstruction, au terme d’un séminaire gouvernemental de 48 heures, qui s’est achevé mercredi soir.

Le président ivoirien Alassane Ouattara et ses trente-six ministres se sont donnés six mois pour résoudre les principaux problèmes qui minent le pays au terme, mercredi soir, d’un séminaire de 48h, avant la tenue des élections législatives à la fin de l’année.

Rétablir la sécurité et oeuvrer pour la réconciliation nationale est l’une des principales priorités du gouvernement. Après cinq mois de crise post-électorale, après le second tour de la présidentielle du 28 novembre 2010, la tension est toujours vive. « Les deux principaux défis auxquels nous sommes confrontés, naturellement, ce sont la sécurité des gens et de leur biens, et la consolidation de la paix à travers la réconciliation », a affirmé le président Ouattara. Il a exhorté ses collaborateurs à la bonne gouvernance et à rompre avec les pratiques antérieures. Selon lui, « les populations fondent de grands espoirs » dans le nouveau gouvernement ivoirien.

45 milliards de F CFA pour la reconstruction

La reconstruction du pays est l’autre grand chantier auquel est confronté Alassane Ouattara. Pour mener à bien ce projet, un budget de 45 milliards de Francs CFA (68 millions d’euros) a été mis en place en mars dans le cadre du programme présidentiel d’urgence (PPU). Alassane Ouattara a précisé que « le PPU porte sur les cinq secteurs prioritaires que sont l’eau potable, la santé, l’éducation, l’électricité et la salubrité urbaine ». Il a notamment souligné que la modernisation des infrastructures et la création d’emplois pour les jeunes font partie « des grands chantiers auxquels s’attaquera le gouvernement ».

Le chef du gouvernement Guillaume Soro a expliqué, quant à lui, que la volonté du président est de s’appuyer sur un gouvernement d’excellence. Il estime que cela « commence par des efforts de planification des programmes et de suivi-évaluation ». Il a conseillé aux différents ministres d’effectuer « des visites de terrain en vue de s’imprégner des réalités des populations ». Il a aussi exigé « une harmonisation des coûts des infrastructures, des équipements et même du simple matériel de bureau dans tous les ministères ».

Les mesures annoncées seront en majorité financées par l’Etat. Le gouvernement compte aussi sur le soutien des bailleurs de fonds pour redresser l’économie ivoirienne en grande difficulté depuis de multiples années.

Source : Afrik.com