Dans la matinée du  7 juillet , la Coordination des Organisations de Défense des Droits Humains CODDH a fait une déclaration à la Maison de la Presse à Conakry.
  
L'objectif de la dite déclaration, est d'exprimer les vives préoccupations de la CODDH vis à vis de l'arrestaion et de la détention illégale du Colonel Moussa Kéita ex- Secrétaire permanent du CNDD qui selon les responsables de la CODDH, se trouve dans un lieu secret et inaccessible à sa famille.
Actuellement, la CODDH se bat contre vents et marées pour que le Gouvernement remet en liberté purement et simplement du Colonel.
La CODDH estime que les propos tenus par le Colonel pourraient contribuer à la réactivation des sentiments en faveur de Moussa Dadis Camara et du Général Sékouba Konaté mais argumente le juriste M. Nouhou Traoré, Moussa Kéita a droit à un certain nombre de droits dont   la visite familiale.
Par ailleurs, le légaliste a reconnu que les allégations du Colonel sont sans preuves mais il tient à ce que les Droits de l'Homme soient respectés pour que la Démocratie triomphe pour le bonheur du peuple de Guinée qui a toujours souffert des arrestations arbitraires.
Au nombre de ces violations, M. Traoré a parlé de la détention illégale dans les lieux inappropriés et tenus sécrets, la privation des droits  de défense dès les 1ères heures d'interpellation, l'enlèvement suivi de disparution en  ce sens que jusqe là, aucun membre de la famille du Colonel ne connait ses nouvelles.
La CODDH invite le Gouvernement à respecter la déclaration universelle des droits de l'Homme, le protocole additionnel relatif aux droits civils et politiques, la charte africaine des droits de l'Homme et des peuples, la Constitution Guinéenne ainsi que le code pénal et du code de procédure pénale.
A noter que le CODDH entend poursuivre le combat jusqu'au bout due leur souffle.
Sannou Camara
Source :GuinéeLive