A propos de certains Bilans de la Révolution Guinéenne du grand Camarade, le Président Ahmed Sékou TOURE

INTRODUCTION : LA Vraie Dérive 
Moi, j’ai voté ‘’Arc-en-ciel’’ au deuxième tour de notre ‘’tout, sauf démocratique’’ présidentielle. Une sourde et aveugle présidentielle, acharnément, presque hystériquement amenée de force, avec le soutien d’un ‘’Groupe de Contact’’ aux positions sibyllines …. ambiguës  même parfois, par des ‘’Forces’’ qui s’étaient dites ‘’Forces Vives’’, malgré tous nos appels en faveur d’un ‘’Débat citoyen franc’’ comme préalable à toute joute électorale. 
Nos fameuses ‘’Forces Vives’’, avec la militante du ‘’Tour Peulh’’, Hadja Rabiatou Séra à la manœuvre, avaient prouvé qu’elles étaient prêtes à mettre notre pays à feu et à sang, juste pour ‘’piquer’’ le visa, y compris par la fraude, d’un séjour (ô combien éphémère et ingrat !) à Sékhoutouréya. Ces forces qu’on a dites ‘’Vives’’, ne les avait-on pas en effet vues alors ‘’viser’’, avec cynisme et ignominie, la date historique du choix de sa dignité et son rejet catégorique de l’esclavagisme colonial par notre Peuple héroïque et exemplaire, dans le sombre dessein de prostituer cette date phare? Alors, des Cellou en mal de ‘’blanchiment’’, des Sidya ‘’photocopie de Wade’’, (c'est-à-dire des ‘’sans repère et sans conviction’’ autres que leur ego incontenu), avec l’accord d’Alpha Condé lui-même, et la participation de tant d’autres ‘’Mouctar-Oury-Mariam-etc’’, tous avaient pris sur eux-mêmes la responsabilité lourde d’écrire ce jour-là la page la plus noire de notre Vécu de Nation souveraine. Une page que les générations futures ne manqueront pas de comparer à celle que d’autres avaient rédigée le 28 Septembre 1958. Une page qu’elles ne manqueront pas aussi d’estampiller au nom de tous les irresponsables du 28 Septembre 2009, comme ils le méritent : c’est l’Histoire de notre Nation. On ne décide pas de souiller un Symbole Fort et pur comme celui de la libération d’un Peuple, sans qu’au nom des Auteurs bénis de ce Symbole, Dieu ne sévisse pas à la mesure de cette forfaiture organisée exprès pour rechercher les grâces d’une France Coloniale que Sarkozy et compagnie voudraient à leur manière, restaurer chez nous les PAUV’ NEGRES ré-imbécilisés, comme avant les N’krumah, Nasser, Sékou Touré, Kenyatta et autres Nyerere. 
C’est de la malédiction. 
Des voix s’étaient pourtant élevées pour appeler à la raison. J’avais moi-même publié deux textes : 
1)- ‘’Les Guinéens connaissent-ils vraiment Dieu’’ ? 
2)- Une ‘’Lettre Ouverte …..à la présidente du CNT’’. 
Personne n’avait voulu écouter. Or, ce qu’on ne pouvait pas faire au temps de Dadis, on le pouvait, logiquement, avec la Transition adoubée par ‘tous’’ de Sékouba Konaté. Une ‘’Transition’’ dotée d’un CNT totalement noyauté, hélas! Nous pouvions accepter alors, tous, de lancer une dynamique pour l’établissement de la Vérité de notre Vécu sur tous les plans : politique, judiciaire, économique et financier, les vrais problèmes de la Guinée n’étant que de deux ordres : 
a)- Les Questions humaines sous la première République et sous la Deuxième République ; 
b)- Les Questions liées à la gestion économique et financière des deux Républiques. 
A/ Sur les questions humaines, le bilan cumulé des deux Républiques, au point de vue pertes en vies humaines pour des raisons qu’on peut dire ‘’politiques’’, n’excède pas le millier de personnes. Je n’inclus pas dans ce bilan les quelques 500 victimes reconnues par Calvao Alpoim dans son Livre qu’il a publié sur l’Agression du 22 Novembre 1970, dont il fût le 
principal organisateur. Je n’y inclus pas non plus les milliers de tués dans nos villes frontalières du Libéria et de la Siérra Léonne (Madina Oulah, Pamelape, Guéckédou, Macenta, etc), parce que Houphouët avait allumé la guerre civile du Libéria à Noël 1989, en y envoyant Charles Taylor pour tuer Samuel Doe ; et parce que Lansana Conté avait ‘’flirté’’ avec les ‘’rébellions’’ enfantées par cette guerre pendant la grande décennie qui avait suivi, (ULIMO, etc). 
Celui qui s’épanouit en parlant, par exemple, de ‘’50 000 victimes tuées par Sékou Touré au Camp Boiro’’, sans plus, et en mentant sur Amnesty International qui serait la source d’un tel Bilan, celui-là n’est qu’un piètre marchand de haine. Or, toute la complexité de notre Guinée, c’est l’existence de ce genre de démons, trouvés, financés et utilisés à mort par la France ; ce n’est même pas caché! Il suffit d’écouter régulièrement RFI, avec ses spécialistes en déformation, en interprétations tendancieuses et en partis pris manichéens destinés à diaboliser notamment tout ce qui est mandingue en Guinée : les faits, les gestes, la culture, la civilisation, l’histoire, et/ou toute individualité marquante. C’est à un point tel que même notre nouveau Président en est influencé. Il faut lire attentivement sa réponse à François Soudan sur l’Arc-en-ciel et sur Lansana Kouyaté : il y a dedans un éclairage sur ses positions ‘’ethniques’’, qu’il évoque lui-même sans que l’interrogation du journaliste n’appelle une telle allusion. Puisqu’il est notre Chef d’Etat, les citoyens, ‘’lambda’’ de ma catégorie surtout, devraient être attentifs à ses positions. 
Pour conclure sur la question des quelques mille personnes mortes pour des raisons politiques sous la 1ère et la 2ème République, tout le monde sait qu’il y a suffisamment d’archives, de témoignages écrits difficiles à contester ou à rejeter, de témoins même, et qu’il ne faut plus qu’une volonté et un courage, je ne dirais même pas ‘’mandéléens’’ (pour Mandéla), mais simplement ‘’hélénéens’’ comme au Libéria à côté. Mais j’estime qu’il faut être clair, en toute citoyenneté : 
* Le danger serait grand d’éluder, d’empêcher ou de continuer à retarder inutilement l’examen exhaustif de cette situation, qui nous discrédite, et que nous traînons au pied comme un boulet. Et je suis convaincu que ce danger serait encore plus grand si on engageait cet examen en tentant de l’escamoter ou de le verrouiller. La survie de notre Nation dépend de l’incontournable établissement de la Vérité de notre Histoire. Même si ma façon de le lire pourrait ne pas plaire à tout le monde. Ce n’est pas mon objectif, loin s’en faut. 
B/ Quant à ce qu’on pourrait appeler les ‘’crimes économiques et financiers’’ depuis 1958, je serais étonné qu’ils portent sur beaucoup plus que la dizaine de milliards de dollars US. Mais, pour notre pays c’est énorme. 
Aussi devrait-on, à mon avis, cesser d’agiter comme un épouvantail politique (ou politicien), la nécessaire clarification de cette situation, sans peur là-aussi, et sans complaisance! Ce ne sont pas les compétences et les capacités respectueuses de leur déontologie en matière de neutralité, d’objectivité et de moralité qui manqueraient de par le Monde, et on peut tout de même les payer, pour venir indiquer à notre Peuple patient et endurant ce que sont devenus: ses Usines (plus que 50), son demi-millier (au moins) d’Entreprises Nationales et communautaires qui avaient permis le plein-emploi dans le pays, leurs  patrimoines et fonds de commerce ; ses Avions (plus de sept en Avril 1984) ; son chemin de fer National en activité optimum jusqu’en 1985……De même que les énormes ressources financières de l’Etat au 3 Avril 1984, et celles tirées plus tard de l’exploitation forcenée de nos richesses minières et halieutiques ; etc. 
Je pense, sincèrement que nous devrions mettre un terme maintenant à nos discours prométhéens d’inventeurs de l’homme et du Feu, et à nos slogans de ‘’52 ans de misère….et de ….’’. 
Tout ça n’est pas honnête intellectuellement. Et plus personne n’est dupe. Le patriotisme vrai, à mon avis, serait non pas de ‘’dénoncer’’ de façon sempiternelle nos maux, mais de veiller à en situer toutes les responsabilités individuelles, par un processus d’audits, d’enquêtes et d’études approfondies et objectives, et d’en punir les responsables par des actes forts, que notre Histoire enseignera pour toujours. Afin que ce genre de maux ne survinssent plus. Le peut-on ? 
J’insiste que tout ceci eût pu être réalisé sous une transition militaire honnête, à l’ATT, ou à la Jerry Rawlings, c’est-à-dire, sans les manœuvres partisanes et humiliantes de gens comme Tibou Camara, que le Général Konaté avait présenté comme étant son ‘’cerveau politique’’, et qui en avait profité, lui, pour rédiger les discours les plus ineptes qu’il m’ait jamais été donné d’entendre ; et de gens aussi comme Hadja Rabiatou, totalement déchaînée en faveur de son UFDG, et sans plus aucun ‘’empêcheur’’ de dériver, après la mort si peu compréhensible de Elhadj Ibrahima Fofana, dans une conjoncture si sensible alors. 
Nous avons donc voté : en Juin, chacun pour son champion, avec un fichier totalement manipulé ; puis en Novembre, dans un vote citoyen pour bloquer un projet de société ethno-fasciste explicite, animé par d’arrogants conquérants totalement enragés.
Pour tout cela, moi je ne regrette pas, mais pas du tout, mon vote du 07 novembre 2010, car, c’est tout ce qu’alors je pouvais donner comme contribution pratique en vue de l’accomplissement indispensable du vœu ardent de notre peuple pour le blocage ferme et définitif du typhon de la bêtise et de la destruction, dont on avait déjà mesuré la furie rien qu’à ses prémisses ! 
Non ! Je ne regrette pas mon vote. Même si les nouvelles autorités de notre pays me font maintenant la pénible surprise de s’inscrire chaque jour davantage dans une stérile, ridicule et insultante apologie d’une époque coloniale, dont les réminiscences douloureuses ne s’estomperont jamais dans notre mémoire, quelques évolutions des relations humaines qui survinssent jamais entre notre pays, entre notre peuple, et quiconque en France ! C’est l’histoire. Et non pas la fantaisie de nos dits… . et on ne devrait y toucher qu’en toute Vérité . Qu’en Dieu. C’est trop sérieux : même Mr Juppé vient de manifester une forme de gène honteuse, en souhaitant, en Algérie, que l’on cessât d’en parler… c’était le 16 juin-là! 
Hélas ! Pourtant dans une réflexion irresponsable du tenant d’une aristocratie qu’on pourrait nommer “ M’Bembakroh“, le sieur Kaba Mansour, bien connu depuis les présidentielles de 1993, lorsqu’il avait très tranquillement aidé Lansana Conté à tricher Alpha Condé, on a donc pu voir dans un ouvrage de ce monsieur, la ‘’révélation’’ selon laquelle l’unique planification rationnelle dont notre territoire ait jamais bénéficié remonterait aux années 50, par le colon blanc. On cite même un certain Rolland Pré (Carré, sans doute !), comme le grand et seul samaritain qui se fût encore soucié du véritable développement de la Guinée (française, bien entendu !). Ce fut tout simplement le“trou noir“ après ce généreux blanc, peut-on aisément deviner en lisant ce honteux exercice. Quelle haine déshumanisante : c’est débile ! 
Vous savez, l’auteur de cette sorte de pamphlet, comme des dizaines d’autres de son acabit, c’est toute une génération de ressortissants de notre pays, qui avaient été ‘’récupérés’’ et ‘’conditionnés’’, ‘’pathologiquement’’, avec des procédés pavloviens infantilisants, dont ils ont été victimes à leur propre insu, naïvement (Oh ! Mon Dieu : quelles cancreries négro-Houphouéto-Senghoriennes !). Ils ont été totalement possédés par la Françafrique dans son baroud luciférien contre la Guinée de Sékou Touré. 
Ces gens, par centaines, ont été ‘’entraînés’’ à mépriser et à déconsidérer notre Peuple. A nous déconsidérer, à nous mépriser, nous tous! Nous autres qui avions résisté ici, et qui avions enduré les foutaises et les privations artificiellement créées et entretenues contre nous. Nous qui avions quand-même bâti, pierre par pierre tous les édifices, toutes les places, tous les espaces, ‘’même les fameuses cases de Bellevue, propriétés personnelles d’Ahmed Sékou Touré. Propriétés arbitrairement et méchamment occupées par tous ses successeurs, sans état d’âme !’’ Et c’est confortablement assis sur ces structures, aussi bien à Conakry qu’à l’intérieur du pays, qu’on en insulte les bâtisseurs. Ces Contingents de Guinéens ‘’Retournés’’, très assurés, ‘’trop même peut-être’’, d’avoir acquis ‘’LE SAVOIR TOTAL’’ dans les universités étrangères (françaises notamment), ne comprennent pas du tout le fait que notre premier Président n’ait été, selon leur formule ‘’dévalorisante’’, qu’un ‘’simple autodidacte’’, et qu’il ait pourtant dominé, et totalement surclassé tous les médiocres petits Chefs d’Etats fantoches de leur Françafrique! Tous ces ‘’Naufragés’’ de l’Histoire d’Afrique, à 
son Embouchure sur l’Histoire Universelle. Ces ‘’Naufragés’’ dont les dépouilles aux senteurs suffocantes malgré les encens des Médias les plus puissants du Monde, embarrassent maintenant ce qui aurait pu être l’une des plus belles Estuaires des rencontres humaines. Des ‘’naufragés’’ dont les descendants et les suppôts, de tous étages, sont couverts d’une honte qu’aucune forme d’effronterie ne saurait atténuer. 
Il faut donc qu’on en parle, de ces ‘’intellectuels’’ singuliers, qui ne pardonnent pas à AST ses inégalables qualités de Révolutionnaire intègre, de Patriote n’ayant jamais craint que Dieu, c’est connu! Ses qualités d’Orateur, de Tribun et de Visionnaire au charisme unique, dont les thèses, les opinions et positions orientent et guident encore la marche des Hommes vers la Vérité, vers l’Honneur et la Dignité. Ahmed Sékou Touré était un surdoué connu, une espèce de Génie des Peuples, offert et inspiré par Dieu et, surtout, protégé par Lui Seul contre toutes les hordes des terroristes que la France, et ses pareils en criminalité, avaient mobilisées contre lui. Et contre la valeur et l’exemplarité: tant de notre accession à l’indépendance, dans les urnes, donc démocratiquement, (on a été les seuls à avoir une telle maturité alors n’est-ce pas ?) ; que de la compétence et de la maîtrise avec lesquelles nous avions également prouvé notre exemplarité dans la gestion de notre souveraineté nationale, à la seule façon qu’il fallait pour l’Afrique. Et il faut nos Guinéens robotisés, déshumanisés en tout cas, pour vouloir déplacer de son socle cet apport historique de notre Peuple au Monde. Un apport de même masse et de même poids que le Kilimandjaro! Et, bien qu’ils tentent de le plagier souvent, avec une platitude désarmante, ces contingents ‘’d’intellectuels’’ nostalgiques de l’époque coloniale, ceux-là mêmes dont le diabolique néocolonialisme, à l’époque de la Guerre Froide, avait fait sa ‘’soldatesque-couleur locale’’ chargée de faire obstacle à l’émergence d’une Afrique libre et souveraine, ces intellectuels complexés, impuissamment jaloux de lui, ne peuvent toujours pas digérer qu’Ahmed Sékou Touré ait été un des plus grands hommes du XXème siècle. Un grand Homme dont la mort et les funérailles grandioses leur restent en travers de la gorge ! Dans un article en ligne intitulé : ‘’Essai de Psychanalyses comportementales…’’, j’ai tenté d’expliquer cette bizarrerie effarante. Je crois qu’il est tout à fait possible que certains afficheurs n’aient pas encore décroché cet article. 
Tenez ! M’Mansour Kaba nous dit par exemple dans sa ‘’Réflexion’’, que Rolland Pré avait préconisé: 
‘’La mise en valeur des vastes plaines côtières dont les rizières devraient déjà remplacer celles du delta du Tonkin dont la perte était prévisible à cause de la guerre d’Indochine’’… La ‘’perte’’ pour le colonialisme français, bien sûr! 
Ce Monsieur avait-il conscience que l’Indochine faisait sa ‘’Guerre d’Indépendance’’ ? 
Même si elle devrait incendier tout son delta pour être délivré de la poisse et de la pourriture coloniales françaises….dont lui il dit pour ‘’son’’ pays : ‘’Bref, le développement de la Guinée aurait suivi son cours…’’. Moi, j’ai honte pour lui. Et je me demande comment l’Etranger peut amener des Guinéens à plonger aussi profondément leurs têtes dans une fange haineuse aussi aveuglante envers un homme qui ne les connaissait même pas ; qui avait, peut-être, à peine entendu parler d’eux à travers des rapports de Services Secrets, comprenant ceux-mêmes de leurs pays d’accueil. M.Kaba Mansour a-t-il analysé ce que les USA en avaient fait plus tard, de ce ‘’delta’’ tonquinois? 
Bon, moi je dis maintenant qu’en attendant que quelqu’un ait le courage, un jour, de créer les conditions objectives pour l’établissement de la Vérité de notre Vécu, en attendant donc les preuves et le Verdict de l’Histoire de notre pays depuis 1958, dans l’attente de ces Preuves et de ce Verdict, qui ne sont que réservés à terme, je peux parfaitement comprendre, qu’à la faveur d’une confusion entretenue à dessein, des parents (tes), conjoints (tes) et enfants de traîtres notoires (comme Diallo Telly, dont la France refuse d’ouvrir les dossiers), tiennent des propos diffamatoires, vipérins et injurieux à l’endroit du Président Ahmed Sékou Touré. 
Il n’y a, là, que des redites et déclamations incantatoires recommandées et financées sur des fonds pourris, et diffusées, avec une périodicité diaboliquement mesurée sur nos grandes dates, par RFI, BBC, et autres Radios locales de la même obédience. C’est tellement usé, vraiment, que ça n’émeut plus ! 
Mais lorsque des gens qu’on estime d’une certaine hauteur, et d’autres qui ont une hauteur réellement avérée, s’inscrivent dans ce genre de "religion"  vaine et sans lendemain, moi en tant que M. Quiconque, je n’en ressens que de la déception, même si celle-ci est impuissante. J’en suis profondément déçu. Et ce, parce que je sais ceci, et m’étonne qu’on puisse l’ignorer à certains niveaux : 
- Le premier lustre des années 50, (c’est de 1951 à1955 !), le colon français était déjà le maître absolu de notre territoire, dont il avait fixé lui-même les limites, ainsi que de ses populations, depuis plus de 50 ans, (57 ans exactement en 1955) ! C’est-à-dire que notre independance, qui autorise désormais qu’on s’en vienne battre campagne ici pour être Président, Député, Ministre, Gouverneur ou Maire, notre Indépendance que des gens s’autorisent à injurier à pleine bouche, à minimiser, voire à négativiser carrément, notre Indépendance n’a pas encore duré autant que le règne absolu des Blancs, de leurs suppôts et valets: les Chefs de Canton, sur le modèle de David Tondon Sylla, l’assassin de la militante de notre liberté : l’héroïne historiquement irremplaçable de notre Nation, M’Ballia Camara, (David Tondon que des journalistes de notre radio d’Etat, tentent de grandir et d’encenser dans des reportages insultants pour notre vécu), notre Indépendance, même en cette année 2011, n’a pas encore atteint l’âge du règne colonial de 1898 à 1958 ! 
Et puisqu’on a vu avec quelle minutie M. Mansour Kaba a dressé un bilan si élogieux du colonialisme chez nous : Route, Ecole, Chemin de fer, et Bla-Bla, et Bla-Bla…, peut-on lui demander un bilan, un vrai, moins sa haine pour ‘’Sékou Touré’’, et pour le Peuple Guinéen local de 1958 à 1984, pourrait-il avoir l’honnêteté de dresser un bilan exhaustif des réalisations de notre indépendance pendant ses 26 premières années ? Puisque, et lui, et les autres, sont tous unanimes à reconnaître qu’on a détruit des acquis ici de 1984 à nos jours, même si de grandes voix commencent à dire :’’…Lansana Conté n’était pas mauvais, c’est son entourage qui l’était !’’. Au point qu’on se retrouve difficilement maintenant dans les grandes déclarations de certains. 
Ceux qui parlent maintenant avec nostalgie de l’Etat colonial chez nous, en des termes destinés à multiplier notre Indépendance par zéro, avec les sacrifices consentis pour l’obtenir, et ceux qui ont été consentis pour créer les structures d’un Etat souverain fort et respecté, pour fonder une Nation unitaire et dynamique, et pour donner à notre pays la place qui a été la sienne dans le Monde de 1958 à 1984, pour multiplier donc tout cela par zéro, dans le but d’inventer une nouvelle histoire imaginaire, mensongère, affabulatoire, ceux qui pensent cela, disent cela, et qui le font, sont écoutés, entendus et bien observés par Dieu, qui ne manquera pas de les juger. C’est Sa Promesse. Même si les grands Acteurs de l’Histoire actuelle du Monde croient de moins en moins en Dieu…et prient si peu! 
Les mânes de tous les martyrs du Colonialisme : ceux qui ont été tués pendant les guerres d’occupation coloniale, et les victimes des razzias, viols et humiliations que ces guerres avaient occasionnés ; ceux qui ont péri durant les travaux forcés, notamment les récoltes forcenées de caoutchouc ou de cire de miel ; les tours de fourniture d’œufs, de volailles et de petits bétails à la Chefferie instituée par le Colonialisme comme auxiliaire locale, et, à défaut, les hypothèques sur les filles pubères des gens pauvres, la torture par insolation de ces mêmes pauvres, à qui on exigeait de regarder le soleil à midi, couchés sur leurs dos, ou encore sur le crâne rasé desquels on plaçait une bague sous une grosse pierre pendant un temps indéterminé. 
Il faut être un véritable ‘’Nègre houphouéto-senghorien’’ et un Guinéen désespérément négatif pour avoir le courage d’exprimer un sentiment de nostalgie pour un tel système, déjà classé ‘’Crime contre l’Humanité’’, par ailleurs ! 
* Dans son interview avec François Soudan de Jeune Afrique, une publication que nous ‘’Guinéens méprisés et sous-estimés’’ (ô combien à tort!) connaissons tant dans son rôle d’instrument de propagande de la Françafrique, et de dénigrement de l’indépendance et de la dignité réelles des peuples africains, dans cette interview donc, répondant à une question du journaliste sur le président Dadis, et sur les suites judiciaires des évènements du 28 Septembre 2009 au stade du même nom, notre actuel Président a évoqué cette situation sous un jour un peu spécial en disant, en substance (je n’ai pas l’interview sous les yeux, mais il est public et disponible) :…Il y a eu le 28 Septembre, il y a eu Sékou Touré, le Camp Boiro..etc. (ce n’est pas une citation textuelle). 
Moi, je pense qu’on ne devrait pas craindre de créer une Commission Vérité, Justice, et le reste, et continuer à parler de ‘’Sékou Touré’’ et du ‘’Camp Boiro’’, sans évoquer, par exemple, les COMPLOTS de 1958 à 1984, qui ont fatigué notre Peuple, uniquement parce qu’on a demandé notre indépendance, et parce que des gens haïssaient Ahmed Sékou Touré, qui en a été l’Artisan démocratiquement et très massivement désigné par notre Peuple pour assumer ce rôle ! On ne peut pas faire l’impasse, ou faire ‘’deviner’’ que: 
1- il y avait eu le complot dit ‘’Plan Albi’’ en 1959-1960, à partir des territoires sénégalais et ivoirien, avec la participation active, à l’époque déjà, d’un certain Siradiou Diallo, qui n’était alors qu’un étudiant, qui a été plus tard, en Novembre 1970, le principal acteur guinéen de l’Agression impérialo-portugaise contre notre pays ! Ce même Siradiou que le putschiste Dadis avait élevé en 2009 à la dignité de Héros de la Nation, sous l’impulsion d’autres putschistes de l’ex-CMRN de Lansana Conté, confortablement installés dans une certaine ‘’Chancellerie’’ pour copains; 
2- il y a eu l’agression physique de Tidiane Kéïta sur le Président Ahmed Sékou Touré, débout dans sa voiture de souveraineté, aux côtés du Président Keneth Kaunda en visite d’Etat, et de Kwamé N’Krumah, renversé par des soldats félons en 1966 avec l’appui de Houphouët Boigny, et co-Président de la Guinée en 1969, à l’époque de cette attaque; 
3- Des parachutistes ont tué le Commissaire Mamadou Boiro et jeté son cadavre de l’avion au-dessus de Banko à la même année (1969). Ces deux évènements ont été au nombre des facteurs révélateurs de l’énorme complot militaire dit ‘’Kaman-Fodéba’’, la même année; n’en déplaise à d’anciens ‘’PUPistes’’ en mal de repère historique ! 
4- Il y a eu la fameuse et très célèbre Agression armée du 22 Novembre 1970, aux conséquences lourdes. Une agression unanimement condamnée par l’OUA et les Nations Unies, entre autres, avec une Résolution sans aucun vote contradictoire du Conseil de Sécurité, organe exécutif de l’ONU, malgré le fait que la Guerre froide battait son plein alors; 
5- Il y a eu les grenades meurtrières balancées au Palais du Peuple le 14 Mai 1980, et dont un des auteurs au moins est publiquement connu, et vit au grand jour en Guinée. Il avait même été un des Conseillers du Général Lansana Conté ! Il n’a jamais été inquiété, malgré les morts dues à son acte terroriste. 
Les gens voudront-ils lire enfin M. Sidiki Kobélé Kéïta et M. André Levin ? 
CONCLUSION DE L’INTRODUCTION 
J’ai récemment entendu l’ex-ministre Faciné Touré, cerveau incontestable du putsch du 03 Avril et Baron du C.M.R.N, pendant plus de cinq ans après, acteur alors, décideur ou, dans la moindre mesure, témoin très choyé de toutes les exactions, réellement, incontestablement et exclusivement anti malinkées, qu’on a tendance à éluder et à banaliser maintenant avec une légèreté insultante et arrogante. 
On continue par contre à radoter inlassablement sur le Camp Boiro, sans jamais en restituer le contexte historique réel, contexte caractérisé par un terrorisme occidentalo-français sordide, ignoble, méprisant, raciste, et totalement indigne de l’Humanité, terrorisme vil par lequel des hordes entières de traîtres guinéens, aux services largement ou très largement rétribués de la France, avaient harcelé notre Peuple. Tout le monde sait que ce que j’en dis est en deçà des foutaises qu’on nous avait faites. Heureusement que Dieu a été à la réplique ! 
J’ai donc entendu l’ex-ministre Faciné Touré dire ceci en substance, en répondant à la question d’un journaliste sur la 5ème colonne:…..’’Vous savez, on peut accepter que nos anciens colonisateurs aient organisé des choses contre la Guinée, mais, dire qu’ils avaient des complices à l’intérieur ici, je ne le crois pas. Ou bien il faut me le prouver’’ 
De la part d’un homme aussi intelligent, (je l’ai connu de très près !), d’un officier général de surcroît, (les services de renseignement sont une création des Armées), c’est sans commentaire, vraiment ! 
Vous voulez, chers lecteurs et chers concitoyens, que l’on vous dise la réalité des choses dans notre pays ? C’est que, depuis la mort du Président Ahmed Sékou Touré en 1984, le rapport des forces est toujours en faveur de ceux qui le haïssent de façon pathologique et irréversible. Or eux n’ont d’Ennemi que Dieu Lui-Même. Savez-vous pourquoi ? 
- Ahmed Sékou Touré, avec intelligence, noblesse et générosité, s’est saisi de l’histoire des populations exploitées et humiliées de notre pays pour nous faire accéder à une indépendance totale et complète, le plus démocratiquement du monde. Il a ainsi épargné à notre Peuple un héroïsme mortel, comme en Algérie ou au Vietnam, où la fameuse ‘’Patrie des Droits de l’Homme’’ n’a pas hésité à aller tuer les Patriotes, chez eux, par centaines de milliers, à violer leurs femmes et leurs enfants, puceaux et pucelles indifféremment, avec les méthodes les plus inhumaines qui soient. Or, aujourd’hui encore, on y professe, dans cette ‘’Patrie…’’, une vantardise nauséabonde, sans honte et sans regret par rapport à un tel passé. D’autant plus que des héritiers de ce passé, non satisfaits de l’assumer avec arrogance, en perpétuent-ils les élans, en s’appuyant sur tous ceux de chez nous qui ne croient qu’en ce bas-monde, qui ne prient pas, ou si peu, et qui n’ont que faire de la crainte de Dieu. Puisqu’ils n’y croient pas. C’est tant pis pour eux, vraiment. 
Pour ceux qui croient en Dieu, je vais publier à la suite de cette longue Introduction, que l’on veuille m’en excuser, je vais, dis-je, publier une série de ‘’Nouvelles’’ sur Ahmed Sékou Touré, et sur les Bilans de la Révolution qu’il a conduite au service de notre pays, de notre Peuple et de l’Afrique. 
A la prochaine donc, si Dieu le veut. 
Soub’hanallâhi wabihamdihî, astakh’firoullâhi wa atoûbou ilaïhi 
Wa Sallallâhou alâ Seyidinâ Muhammadin Nabiyil’oummyi 
Wa alâ âlihi, wa Sahabihî, wassalim ! 

Conakry, le 5 Juillet 2011

Aly Bocar Cissé, 
Professeur et Administrateur Civil  à la retraite 
Tel : 64-33-37-70/62-27-88-89 
Email : cissedebma@yahoo.fr