Quand Eva JOLY a mené ses enquêtes sur l'affaire Elf dans les années 90, elle a été placée face à la corruption des élites, aux méthodes et pratiques qui l'ont aidée à désapprendre. Elle finit par confesser ceci : <<  la france m'a dégrisée, dévoilé l'envers du décor. L'instruction fit mon instruction  >>. Sa foi dans la grandeur et la noblesse des institutions de son pays a vascillé.

afriqueCe pacte transférant les pouvoirs colonialistes aux Africains sans indépendance, car toutes les richesses d’Afrique demeuraient pour la France, a été préparé avant la décolonisation et signé par les futurs Chefs d’Etat désignés par l’Elysée comme les successeurs de Gouverneurs généraux des colonies. Les échappés à ce pacte sont Sékou Touré, Modibo Keita et Sylvanius Olympio. Voilà comment des droits de l’homme de l’Elysée et les autres colonialistes ont érigé le néocolonialisme en Afrique
Tout signataire savait s’il renonçait à ce pacte après l’indépendance, sera destitué ou tué. Le Président Youlou du Congo Brazza, signataire de ce pacte et joua un rôle capital contre Lumumba dès le 30 juin 1960 jusqu’à son assassinat le 17 janvier 1961 et contre les vrais patriotes africains durant son règne, avait été chassé du pouvoir en août 1963 par un complot de l’Elysée parce qu’il avait dénoncé ce pacte à l’Assemblée générale de l’ONU, le 18 novembre 1960. Dans son discours, Youlou insista sur l’expropriation française des richesses des ex-colonies par des accords de défense entre la France et l’Afrique, dont le maintien de l’armée française au Cameroun, Gabon, Sénégal, Côte d’Ivoire et la guerre en Algérie. Il ne cacha pas son désir d’arrêter ce pacte, car il était impossible aux Africains de jouir de leurs richesses. Youlou, pour ceux qui l’ont rencontré après août 1963 et avant sa mort, il regrettait avoir soutenu le néocolonialisme contre Patrice Lumumba, Kwame Nkrumah, Sékou Touré, Félix Moumié, Sylvanius Olympio, Modibo Keita, Abdel Nasser, Habib Bourguiba, etc…car leur plus grand désir après les indépendances, était celui de partager équitablement nos richesses avec les ex-colonisateurs qui, par la volonté individuelle, pouvaient jouir de la nationalité africaine dans les Etats-Unis d’Afrique et devenir aussi loyaux patriotes africains. Celui qui sous-estime l’origine de son désastre, est obligé de le revivre continuellement.
Quand François Mitterrand fut élu à l’Elysée en mai 1981, les Africains ont fêté son arrivée au pouvoir plus que les Français, croyant que le néocolonialisme était vaincu par la gauche française. Mais, peu de temps après, l’expropriation des richesses africaines en soutenant les pouvoirs placés par la Françafrique, s’était renforcée plus qu’avant 1981. Avant la fin de son deuxième mandat après ses 14 ans à l’Elysée au début de 1995, Mitterrand déclara ouvertement : Les pays riches vivent aux dépens des pays pauvres qu'ils pillent. Ce sont les pays pauvres qui financent les riches. Si les pays développés sont riches, c'est parce qu'ils exploitent les pays pauvres. L'argent se gagne et chaque pays a besoin d'argent pour assurer son développement et lutter contre le chômage. Donc, aucun pays ne fait des dons à un autre pays. Les pays riches investissent à l'étranger parfois sous couvert des termes tronqués comme "aide" ou "don" pour soumettre les pays pauvres à leur volonté. Le don n'existe pas.
Manlio Dinucci del Comitato Africano Per l'Integrazione (Comité Africain pour l’Intégration) en Italie, avait déclaré dès le début de la guerre en Libye : La rapine du siècle. Les puissances coloniales se sont appropriées les colossaux investissements de l’Etat Libyen à l’étranger. L’argent gelé dans des banques occidentales menaçait le monopole de la Banque mondiale et du FMI en finançant des projets de développement dans le tiers-monde. Il continue à « travailler » non plus sous forme d’investissements, mais de garanties bancaires, cette fois au profit des Occidentaux.
Jean-Paul Pougala soulève ce que doit fortifier la mémoire africaine : Lorsqu’en 2006, Kadhafi réunit les Ministres Africains de l’Intérieur pour leur proposer une carte d’identité commune pour toute l’Afrique afin de faciliter le déplacement des Africains sur tout le continent sans formalité excessive, tous étaient contents du projet. Mais à leur retour, un coup de fil à Paris, un autre à Londres et l’idée n’était plus bonne selon laquelle si elle entrait en application, la Libye coloniserait les autres pays africains. Alors que les clandestins en Libye proviennent à 99 % des pays africains qui refusent la proposition libyenne. Pour tous les Africains dotés d’un sens de discernement, le destin de la jeunesse africaine n’est pas celui de se mettre en marche vers l’illusion d’un hypothétique paradis européen pour occuper le bas de l’échelle des classes sociales en occident. L’objectif pour lequel il vaut la peine se battre est celui de faire rêver l’Afrique. L’Afrique doit faire rêver les Africains, afin qu’ils aient la sérénité et l’enthousiasme nécessaire pour surmonter les défis qui les attendent.
Une des raisons pour bombarder la Libye, le Guide Libyen a passé trop d’années au pouvoir. Le record des hommes politiques au pouvoir est détenu par les Occidentaux. Robert Byrd, qui a reconnu en 2005 avoir orchestré une manœuvre au Congrès américain en 1964 pour retarder la loi sur les droits civiques des Noirs, a siégé au Sénat et à la Chambre pendant 63 ans jusqu’ à sa mort le 28 juin 2010. Avant lui, Carl Hayden a été Sénateur pendant 56 ans et 319 jours. Lorsqu’on sait qu’un sénateur Américain est 10 fois plus puissant qu’un Chef d’Etat Africain. En Italie, Giulio Andreotti a été élu député en 1946, aujourd’hui (65 ans) il est sénateur à vie. Il fut 7 fois Président du Conseil Italien. Dans le Royaume Uni, Elizabeth II est reine de 16 pays indépendants depuis 1952. En 1942 à 16 ans, elle est déjà nommée chef de l’armée. Et si Kadhafi devait devenir le Roi de la Libye ? Que se serait-il passé s’il avait instauré un émirat avec sa famille, comme le Qatar qui participe aux bombardements ?
En Afrique, aucun politicien n’a battu ces records à n’importe quel niveau politique. Ailleurs, ce qu’on exige d’un politicien est son bilan, pourquoi ceci n’est-il pas valable pour le Président Libyen ? Pour avoir une idée de son bilan politique, il n’y a jamais un seul Libyen sur les embarcations de fortune qui échouent sur les côtes italiennes de Lampedusa. Pourquoi les Libyens ne fuient-ils pas leur pays ? Si Kadhafi est ce méchant dictateur, pourquoi c’est le pays Africain qui a le plus grand taux d’étrangers venus du monde entier ?
La manipulation des Africains par l’Occident est un coup très dur contre l’Afrique. Ne pas la subir est la garantie que les Africains feront la part des choses entre les dirigeants valeureux et médiocres. Mais pour le faire, il faut avant tout résoudre ce problème d’ignorance dans laquelle est trempée la majorité de nos frères et sœurs. Les pays africains sont encouragés à la division par les puissances étrangères pour asseoir leur domination. Il faut que l’Afrique s’unisse en un seul Etat, avec une seule armée, une seule économie, une seule monnaie. Mouammar Kadhafi est l’adepte convaincu du panafricanisme.
Voilà pourquoi, moi Yambuya Lotika Kibesi insiste toujours sur la déclaration de Dee Lee, cet américain blanc d’origine occidental qui avait dit clairement : Les Noirs ne lisent pas et ceux qui lisent ne comprennent pas ce qu’ils lisent, ils resteront toujours nos esclaves. Nous pouvons encore continuer à récolter des profits des Noirs sans effort physique de notre part. Regardez les méthodes actuelles de maintien dans l'esclavage qu'ils s'imposent eux-mêmes : Ignorance, Avidité et Egoïsme.
Concernant Congo-Kinshasa, les moyens actuels d’information nous rendent plus ignorants qu’à l’époque d’esclavage outre atlantique et mains coupées coloniales. Car voir certains Congolais chercher des appuis politiques et financiers des parrains du néocolonialisme en Afrique, et dire que c’est le moyen crédible d’accéder au pouvoir pour réaliser le bonheur de notre peuple appauvri par ce même néocolonialisme, c’est comme si François Mitterrand avait menti avant de quitter définitivement l’Elysée. Les marionnettes ne manipulent aucun objet, mais au Congo-Kinshasa, les Congolais sont dépouillés de leurs immenses richesses par les marionnettes fabriquées par les colonialistes dans l’usine de Charles de Gaule depuis les indépendances bâclées d’Afrique, dont tous ses successeurs à l’Elysée depuis 1969, fabriquent d’autres marionnettes africaines pour voler toutes les richesses de l’Afrique avec l’aide de tous les locataires de la Maison Blanche depuis 1960 et leur communauté des Néocolonialistes Unifiés (ONU) avec l’adhésion des nouveaux membres, les ex-communistes qui étaient jusqu’en 1988, les alliés des opprimés africains.
Les Africains en général et Congolais en particulier soyons sages, honnêtes et lisons pour comprendre ce que nous lisons depuis que nous savons écrire et lire. Les exemples des vérités certifiées ci-haut par François Mitterrand, Manlio Dinucci et Jean-Paul Pougala confirment ce que Patrice Lumumba avait dit à la fin août 1960 : Tous ont compris si le Congo meurt, toute l’Afrique bascule dans la nuit de la défaite et de la servitude. Voilà encore une fois la preuve vivante de l’unité africaine. Voilà la preuve concrète, que cette unité sans laquelle nous ne pourrions vivre face aux appétits monstrueux de l’impérialisme. Entre l’esclavage et la liberté, il n’y a pas de compromis. Africains !
Sortons dans l’ignorance.
Source : Infomali.net