J’apporte mon grain de sel sur le projet du recensement,  qu’une malhonnêteté intellectuelle certaine tente de galvauder ; les réponses d’un député de la majorité, ce 27 Mai 2011 chez   Monsieur Kaba Condé de la radio nationale, avaient peu de place vu la multitude de thèmes abordés dans un temps limité qui ne permet pas d’approfondir certains sujets. 

Bma_CISSEChers lecteurs,

D’après les recommandations des Nations Unies, chaque pays devrait organiser un recensement général de la population tous les dix ans,  de manière à disposer des données statistiques régulières sur l’état et la dynamique de sa population. 

A quand remonte une telle Opération Statistique d’envergure, en Guinée, pour le dénombrement de la population ? L’opposition au projet n’est donc ni crédible, ni sérieuse.
Tout le monde sait que de nos jours, les recensements sont (surtout) des outils d’aide à la PREVISION économique! Par conséquent, outre le nombre d’habitants, ils indiquent les âges (et les états civils en général), les professions, les conditions de logement, les modes de déplacements (domicile-travail ou domicile-études), les modes de transport et accessoirement d’autres données … parfois inutiles, voire dangereuses ! 
TOUS ceux qui protestent et s’agitent contre la décision du nouveau pouvoir de disposer de données sûres et fiables dans le pays sont des confusionnistes intellectuellement malhonnêtes, puisqu’ils n’ignorent pas que tous les pays civilisés procèdent périodiquement à de tels  recensements (TOUS LES DIX ANS), aux fins d’élaborer des politiques pour le suivi de la situation socio-économique de la population pour les objectifs de DEVELOPPEMENT. 
Conserver en l’état des fichiers et des données statistiques suspectes (largement trafiquées de 1984 à 2010), serait irresponsable car, ils n’étaient destinés qu’à truquer des élections dans le seul but de rester aux pouvoirs pour détourner nos ressources, et détruire au passage les acquis du premier régime pour mieux accuser le premier Président.
Et ce sont les mêmes qui amalgament les 52 ans sans aucune partition, puisque cette confusion leur est profitable. 
Le peuple réclame maintenant ces recensements, pour garantir aussi que ‘’nos mafieux mythomanes’’ ne puissent plus jamais recommencer en Guinée, leurs honteuses forfaitures consistant à gruger le peuple pour voler ses richesses et détourner tous les budgets du pays… ! Et j’attends de mes contradicteurs qu’ils me présentent,  sur toute l’étendue du territoire, des traces positives de nos truands, contrariés depuis l’élection présidentielle de Novembre 2010 ; Les audits, les audits, les audits et qu’on en sorte. Ils ne se sont jamais préoccupés, durant un quart de siècle, de donner aux populations de l’électricité ou de l’eau potable ; Ils n’ont laissé que des  routes défoncées, des villes envahies par des puanteurs, avec des moustiques féroces,  génétiquement modifiés par le contexte,  qui s’attaquent même aux cafards… ! Et ceux qui tiennent à manger, doivent éviter de voir sur les marchés crasseux et puants, le conditionnement des produits de consommation utilisés en cuisine. Que sont donc devenues toutes les taxes payées par les pauvres usagers ???
 Nos ‘’tordus’’ les ont détournées évidemment,  avec tout le reste, pour se rendre à l’étranger où ils bénéficient encore des meilleurs soins pendant que le choléra, la typhoïde, le paludisme et tout le reste, déciment nos travailleurs…,  et je vous passe le niveau intellectuel catastrophique de nos jeunes sortis d’écoles,  en quête du premier emploi…

Boooof ! Revenons au problème du recensement,  pour ajouter qu’il est essentiel de démarrer le processus de sensibilisation le plus tôt possible, afin de maintenir la participation du public à un haut niveau tout au long de l’opération, y compris jusqu’à la diffusion des résultats.

 

Par conséquent, les populations doivent être informées (par exemple), que le but du recensement n’est plus uniquement la répartition de l’impôt, la connaissance du nombre et des richesses de la population, et donc du ‘’SOUVERAIN’’ d’un temps révolu.

 

Ceux qui développent des argumentaires spécieux sur le projet de recensement voudraient continuer à se servir du pays, alors que le nouveau pouvoir ne souhaite que SERVIR ce même pays. Le peuple le sait depuis un certain temps ; fort heureusement, il fait la différence !

 

S’il ne tenait qu’à moi, je vous démontrerais en quelques lignes, que Notre Transition  est BEL et BIEN Terminée depuis que NOUS avons investi un Président légitime, qui peut dissoudre cette assemblée (et n’importe quelle autre en toute légalité), comme Chirac en 1997.

 

De vrais patriotes auraient plutôt recommandé de mettre plus de moyens pour recueillir des données biométriques de tous ceux qui ont plus de 15 ans en immatriculant chacun avec une carte et un numéro d’identité nationale… ;

 

Gouverner, c’est prévoir !

 

En France et dans les pays ‘’normaux’’, existe l’INSEE (Institut National des Statistiques et des Etudes Economiques) qui élaborent également des atlas démographiques (On y sait tout,  sur la natalité, la mortalité, les migrations… ; Où doit-on  ouvrir de nouvelles écoles ou maternités, des points d’eau bref, la réalisation d’une  cartographie (non censitaire), avec la prise des coordonnées géo-référenciées des villages pour leurs positionnements sur la carte où sont également  recensés les équipements socio- communautaires. Des innovations pourraient être apportées aux publications avec l’utilisation des NTIC, notamment la création des CD Rom, pour la vulgarisation des données.

 Certains  opposants bornés ne se soucieront donc jamais des conditions de vie de nos ménages, de l’analyse de la  pauvreté, de la santé des mères et des enfants…, etc.,  puisqu’ils ne prévoient pas comme nous, de mettre en place dans le pays, une structure pérenne à la Direction des Etudes Démographiques, avec une base de sondage fiable ?

 

Un recensement est donc une réponse aux besoins des programmes de développement (et à moindre coût).

 

Il ne faut pas faire des études longues pour tromper les populations. C’est un crime d’avoir autant de mauvaise foi pour nuire au bonheur du plus grand nombre en faisant croire qu’on fait de la politique. Wa Salam !

(j’y reviendrai, inch’Allah).

 

Vendredi, le 27 Mai 2011.

Cissé Oumar de Bma

 00 224 67 48 15 69