strauss_kahn_dominiqueCelui qui est accusé de tentative de viol avait imaginé en avril dernier être victime d'une affaire de moeurs pendant la campagne présidentielle.

Dominique Strauss-Kahn, accusé de tentative de viol par une femme de ménage d'un hôtel de New York, avait imaginé le 28 avril dernier être victime d'une affaire de moeurs pendant la campagne présidentielle.

Au cours d'un déjeuner avec des journalistes de Libération -dont un rapporte la teneur de la discussion dans le quotidien- le socialiste se posait en victime en imaginant un coup monté par ses adversaires politiques.

DSK craignait d'être accusé par une femme, qui affirmerait qu'il l'aurait "violée dans un parking et à qui on promettrait 500.000 ou un million d'euros pour inventer une telle histoire…"

Celui qui se préparait pour être le candidat du PS à la présidentielle affirmait alors redouter "les mauvais coups" de Claude Guéant, ministre de l'Intérieur et bras-droit de Nicolas Sarkozy, écrit le journal.

Il se disait aussi sur ses gardes après avoir eu de fortes présomptions d'être surveillé, selon Libération.

Interrogé sur ses points faibles, le patron du FMI en voyait trois principaux : "le fric, les femmes et ma judéité" avant de lancer : "Oui, j'aime les femmes… Et alors ? […] Depuis des années on parle de photos de partouzes géantes, mais je n'ai jamais rien vu sortir… Alors qu'ils les montrent !"

Source : Le Post.fr