Paille___UMPPour Dominique Paillé, DSK pourrait être tombé dans un piège

L'ancien porte-parole de l'UMP appelle au respect de la présomption d'innocence.

Dominique Paillé, membre du Parti radical et ancien porte-parole de l'UMP, a fait part de sa surprise après la mise en cause de Dominique Strauss-Kahn pour agression sexuelle.

"C'est pour moi totalement hallucinant. Si cela était avéré, ça serait un moment historique, mais dans le sens négatif du terme, pour la vie politique française, parce que ça voudrait dire que des candidats potentiels à la magistrature suprême ne pourraient en aucune circonstance tenir leurs pulsions. Vous imaginez bien les dégâts que cela pourrait provoquer. Je n'ai d'autres informations que celles que vous diffusez, je suis donc extrêmement prudent ; je souhaite que tout le monde respecte la présomption d'innocence. Je n'arrive pas à croire à cette affaire-là !" a-t-il réagi sur BFM TV dimanche matin. "Dominique Strauss-Kahn est un de mes adversaires, mais il est tout à fait envisageable qu'il puisse être tombé sur une peau de banane qu'on lui aurait mise sous la chaussure. S'il est tombé sur cette peau de banane, c'est qu'on savait qu'il avait une vulnérabilité. Et quand on s'apprête à être candidat à la candidature à la présidence de la République française, on se met à l'abri de telles vulnérabilités" a-t-il remarqué.

"Tout est possible" (Royal)

Ce n'est pas le seul responsable politique à avoir évoqué la possibilité d'un piège. Christine Boutin, ancienne ministre du Logement, a été encore plus explicite. "Je pense que vraisemblablement on a tendu un piège à Dominique Strauss-Kahn et qu'il y est tombé." Pour la présidente du Parti chrétien-démocrate, "le piège était tendu mais il ne fallait pas tomber dedans". Interrogée sur l'origine d'une telle manipulation, Christine Boutin estime que "ça peut venir du FMI, ça peut venir de la droite française, ça peut venir de la gauche française... "Ça me semble tellement énorme, cette affaire ! On sait qu'il est assez vigoureux, si je puis m'exprimer ainsi, mais qu'il se fasse prendre comme ça me semble ahurissant, donc je pense qu'il est tombé dans un piège."

Côté socialiste, "tout est possible" a estimé Ségolène Royal, candidate déclarée à la primaire socialiste, avant d'appeler au calme : "Attendez que la justice se prononce", a-t-elle demandé à plusieurs reprises. "Personne ne peut profiter de ses difficultés", a-t-elle estimé. Dominique Strauss-Kahn et Ségolène Royal devaient se rencontrer "mardi prochain", a-t-elle révélé.

Marine_Le_PenMarine Le Pen : DSK "définitivement discrédité comme candidat" à la présidentielle

La patronne du Front national ne se dit "pas surprise" par la mise en cause de Dominique Strauss-Kahn à New York.

La patronne du Front national a estimé dimanche sur RTL que Dominique Strauss-Kahn est "définitivement discrédité comme candidat" à la présidentielle après son arrestation à New York. 

"Les faits qui sont reprochés à Dominique Strauss-Kahn, s'ils sont avérés, sont d'une très grande gravité. Il est définitivement discrédité comme candidat à la plus haute fonction de l'Etat", a déclaré la responsable du parti d'extrême droite.

Le directeur général du Fonds monétaire international (FMI) a été formellement inculpé dimanche d'agression sexuelle et de tentative de viol quelques heures après avoir été arrêté à l'aéroport de New York. M. Strauss-Kahn, 62 ans, était toujours détenu au commissariat de Harlem où il avait été amené dans l'après-midi de samedi. Il a été interpellé à bord d'un avion d'Air France qui s'apprêtait à décoller pour Paris.

melenchon_Jean_LucJean-Luc Mélenchon, "consterné", appelle "à la retenue"

Le coprésident du Parti de gauche demande de ne pas juger avant de "savoir."

Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de gauche, s'est dit auprès de l'AFP "consterné" après l'inculpation de Dominique Strauss-Kahn aux États-Unis pour agression sexuelle et tentative de viol, appelant "à la retenue" et à ne "pas juger avant de savoir".

"Je suis consterné", a-t-il dit. "Je souhaite que ce soit faux car le viol est un crime. Il y aurait alors une victime", a-t-il poursuivi, estimant que "c'est déjà assez de l'humiliation que cette information provoque parmi les siens". "J'appelle à la retenue. Ne jugeons pas avant de savoir", a-t-il conclu.

Aubry___PSPS : Martine Aubry "totalement stupéfaite" par l'inculpation de Dominique Strauss-Kahn

La première secrétaire du Parti socialiste estime que l'arrestation de DSK pour agression sexuelle est un "coup de tonnerre".

La première secrétaire du PS Martine Aubry s'est déclarée dimanche, lors d'un point presse, "stupéfaite" de l'inculpation aux États-Unis du patron du FMI Dominique Strauss-Kahn pour agression sexuelle et tentative de viol, évoquant un "coup de tonnerre".

"Les nouvelles qui nous parviennent de New York depuis cette nuit sonnent à l'évidence comme un coup de tonnerre. Je suis moi-même, comme tout le monde, totalement stupéfaite", a déclaré Martine Aubry, lors d'une courte déclaration devant quelques journalistes en mairie de Lille.

"J'en appelle à chacun à attendre la réalité des faits et à respecter la présomption d'innocence, à tous à garder la décence nécessaire", a-t-elle ajouté, visiblement émue. "Je demande bien sûr aux socialistes de rester unis et responsables", a souligné la première secrétaire du PS.

Dominique Strauss-Kahn, directeur général du FMI et personnalité socialiste en tête dans les sondages pour la présidentielle française, a été inculpé dimanche d'agression sexuelle et de tentative de viol, quelques heures après son arrestation à l'aéroport JFK de New York.

PS_HollandeFrançois Hollande : "C'est un choc"

Le candidat déclaré à la primaire fait profil bas alors que DSK, favori des sondages pour 2012, a été arrêté aux États-Unis.

Sa réaction était attendue, elle est intervenue un peu avant 13 heures, sur le plateau de Dimanche +. À l'instar de l'ensemble des responsables socialistes, François Hollande appelle à la prudence alors que Dominique Strauss-Kahn a été arrêté à l'aéroport de New York et inculpé pour agression sexuelle. "Il faut faire attention, réagir avec émotion mais aussi avec réserve, avec le souci de la justice", a dit le candidat déclaré à la primaire, jusqu'ici plus sérieux rival de DSK dans la course à l'investiture socialiste pour 2012.

Hollande fait profil bas, même si l'absence de DSK dans la bataille de la primaire lui serait largement favorable. Il rappelle que "la justice américaine fonctionne avec la présomption d'innocence". De fait, "il faut se garder, au-delà du choc lié à l'émotion, de tirer toute conclusion prématurée". 

"Il va plaider non coupable"

DSK est-il contraint de renoncer à son ambition présidentielle ?, l'interroge-t-on. "C'est trop tôt pour le dire", rétorque Hollande. "Peut-être que cette affaire peut se dénouer très vite si on apprend qu'il n'y a aucune charge sérieuse, si ce qui a été dit par cette femme n'est pas vrai, ce que nous souhaitons tous." 

Pour l'heure, Dominique Strauss-Kahn est inculpé d'agression sexuelle, de séquestration de personne et de tentative de viol sur une jeune femme de 32 ans. "Je suis comme vous tous, comme nous tous, devant cette information qui est un choc", conclut Hollande, qui appelle à attendre les résultats de l'enquête. "J'imagine que DSK plus qu'aucun autre la demande, puisqu'il va plaider non coupable."

Ps_MoscoviciMoscovici : "Faisons preuve de retenue, de prudence et de décence"

Le député strauss-kahnien attend "la version des faits de DSK".

Le député strauss-kahnien Pierre Moscovici a appelé dimanche à "la prudence et à la décence" après l'inculpation pour agression sexuelle et tentative de viol du patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn, arrêté samedi à New York.

"Cette nouvelle est un choc qui nous bouleverse. Je pense qu'il faut faire preuve de retenue, de prudence et de décence", a déclaré à l'AFP Pierre Moscovici.

"Attendons la version des faits de DSK. Je le connais depuis 30 ans, ça ne ressemble pas à ce que je connais de lui. J'ai une pensée pour sa famille et pour lui dans cette épreuve", a-t-il ajouté.

Strauss-Kahn, patron du FMI et personnalité socialiste en tête dans les sondages pour la présidentielle française, a été inculpé dimanche pour agression sexuelle, séquestration de personne et tentative de viol, quelques heures après avoir été arrêté à l'aéroport JFK de New York.

Ps_CambadelisCambadélis appelle à "ne pas tirer de conclusions hâtives"

Le député strauss-kahnien estime que cette histoire "ne ressemble pas" au patron du FMI.

Le député strauss-kahnien Jean-Christophe Cambadélis a estimé dimanche, quelques heures après l'inculptation du directeur du FMI, que "toute cette histoire" ne lui "ressemble pas". "À l'heure où nous sommes, je ne veux ni ne peux tirer de conclusions hâtives de l'inculpation de Dominique Strauss-Kahn", a indiqué ce lieutenant de DSK sur son blog dimanche matin.

"Je me souviens encore trop de l'affaire Patrice Alègre ou, dans un autre registre, de celle de l'espionnage de Renault où des innocents ont été accusés à tort", ajoute M. Cambadélis. "Toute cette histoire ne lui ressemble pas. Dominique Strauss-Kahn va bientôt pouvoir parler, se défendre", poursuit le député socialiste. "Nous pourrons à ce moment-là tirer des conclusions", selon M. Cambadélis.

drapeau_FRANCELe gouvernement appelle à respecter "la présomption d'innocence"

Le porte-parole du gouvernement, François Baroin, a appelé dimanche à la "prudence" et au respect de "la présomption d'innocence" après l'inculpation pour agression sexuelle, séquestration de personne et tentative de viol aux Etats-Unis du patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn.

"Le gouvernement français respecte deux principes simples : celui d'une procédure judiciaire en cours sous l'autorité de la justice américaine, selon les modalités du droit américain, et le respect de la présomption d'innocence", a déclaré M. Baroin sur France 2.

Il a précisé que le gouvernement français, dont il était le premier membre à réagir au coup de tonnerre de l'inculpation de M. Strauss-Kahn, "n'ira pas plus loin dans le commentaire de cette affaire" dans l'immédiat.

"Il faut être d'une extraordinaire prudence, dans l'expression, dans l'analyse, les commentaires, dans les conséquences", a ajouté M. Baroin, en soulignant que le patron du FMI, "qui va être entendu par un juge, qui aura la possibilité de s'exprimer", aura le loisir "de donner sa version".

DSK a été inculpé d'agression sexuelle, de séquestration de personne et de tentative de viol sur une jeune femme de 32 ans dans une chambre d'hôtel à New York. Il a été débarqué samedi d'un avion Air France à destination de Paris quelques minutes avant son décollage. Il nie tous les faits qui lui sont reprochés et va plaider non coupable, a annoncé à l'AFP son avocat à Washington, William Taylor.

strauss_kahn_dominiqueDominique Strauss-Kahn nie tous les faits qui lui sont reprochés

L'avocat américain du patron du FMI précise que DSK plaidera "non coupable".

Le directeur général du Fonds monétaire international, Dominique Strauss-Kahn, inculpé dimanche d'agression sexuelle et de tentative de viol aux États-Unis, nie tous les faits qui lui sont reprochés, a indiqué à l'AFP son avocat à Washington, William Taylor. "Il plaidera non coupable", a affirmé cet avocat joint par l'AFP. Interrogé pour savoir si cela signifiait qu'il niait toutes les accusations lancées contre lui, il a répondu : "Oui".

Il s'est refusé à tout autre commentaire sur la procédure. M. Strauss-Kahn est accusé par une femme de chambre de 32 ans de l'hôtel Sofitel de New York d'avoir tenté de la violer samedi dans l'après-midi. Ayant quitté les lieux à l'arrivée de la police, M. Strauss-Kahn s'est dirigé vers l'aéroport JFK, où il a embarqué sur un avion dont il a été extrait peu avant le décollage.

Segol_neSégolène Royal "Sbouleversée" par l'inculpation de Dominique Strauss-Kahn

La candidate à la primaire socialiste estime que "tout reste à vérifier" dans cette affaire qui vise le patron du FMI.

L'inculpation aux États-Unis du patron du FMI Dominique Strauss-Kahn pour agression sexuelle et tentative de viol est "une nouvelle bouleversante à propos de laquelle tout reste à vérifier (...) C'est un choc", a déclaré dimanche la candidate à la primaire socialiste Ségolène Royal au Grand rendez-vous Europe 1/Le Parisien-Aujourd'hui en France, avant d'appeler au respect de la "présomption d'innocence".

"DSK a droit comme tout citoyen à la présomption d'innocence tant que les faits ne sont pas prouvés. Ma pensée en cet instant va à sa famille, à ses proches et aussi à l'homme qui traverse cette épreuve", a ajouté Mme Royal. Pressée de questions sur les conséquences de cette affaire sur la vie politique française, Mme Royal a "demandé à chacun de se maîtriser et de ne pas chercher à profiter de la situation". "Il serait indécent d'en faire un feuilleton (...) Le moment n'est pas venu de commenter les conséquences de cette affaire sur la politique intérieure", a souligné la présidente de la région Poitou-Charentes, en appelant à "ne pas s'acharner sur un homme tant qu'il n'a pas eu l'occasion de se défendre". "Les principes, c'est la présomption d'innocence, c'est le droit à la défense, c'est le fonctionnement de la justice et tous ceux qui vont au-delà de ces principes ne sont pas dignes des mandats qu'ils exercent", a ajouté Mme Royal.

La présidente du FN Marine Le Pen a déjà estimé que M. Strauss-Kahn s'était "définitivement discrédité" pour 2012. Interrogée sur l'hypothèse d'un "coup monté" contre le patron du FMI, Mme Royal a estimé que "tout est possible". "Attendez que la justice se prononce", a-t-elle demandé à plusieurs reprises. "Personne ne peut profiter de ses difficultés", a-t-elle estimé. M. Strauss-Kahn et Mme Royal devaient se rencontrer "mardi prochain", a-t-elle révélé. "Il m'a contactée après mon meeting de dimanche dernier, le discours que j'ai fait sur la République et la réappropriation du drapeau français, et nous devions nous voir mardi prochain" pour parler "du déroulement des échéances à venir", a précisé la candidate à la primaire socialiste. M. Strauss-Kahn, patron du FMI et personnalité socialiste en tête dans les sondages pour la présidentielle française, a été inculpé dimanche d'agression sexuelle et de tentative de viol, quelques heures après son arrestation à l'aéroport JFK de New York.

ump_Bernard_Debr_DSK est "un homme peu recommandable", selon l'UMP Bernard Debré

L'inculpation pour "agression sexuelle" du patron du FMI est largement commentée par la classe politique française.

Le député UMP de Paris Bernard Debré a qualifié dimanche sur Europe 1 Dominique Strauss-Kahn, inculpé d'agression sexuelle et tentative de viol, d'"homme peu recommandable", estimant que cette affaire était "humiliante pour la France". S'exprimant "à titre personnel", le député a déclaré : "C'est terrible (...) C'est humilier la France qu'avoir un homme, comme lui, qui se vautre dans le sexe", a-t-il ajouté.

"Vous imaginez ce que cela peut être, et pour le poste qu'il occupe au FMI et pour la France. Il est totalement déconsidéré. Déjà, il se vautrait dans le bling bling - on l'avait vu à travers les journaux et les photos -, maintenant c'est dans le sexe. C'est inacceptable", s'est indigné Bernard Debré. Comme on lui faisait remarquer que DSK devait aussi bénéficier de "la présomption d'innocence", il a répondu : "Mais enfin, vous croyez que la police américaine serait venue le chercher dans l'avion d'Air France, un homme comme lui (s'il n'y avait pas de fortes présomptions à son égard) ?"

"Je trouve cela misérable et très humiliant pour notre pays", a-t-il ajouté. Pour Bernard Debré, Strauss-Kahn est un "homme peu recommandable". "Cela va coûter très cher à la classe politique française également et j'ai peur que cela risque de donner des points à tous ceux qui sont contre les politiques : les extrêmes, l'extrême gauche et l'extrême droite."

"Il aura un bon bilan : il aura fait un tort considérable à la classe politique", a conclu le député.

bayrou_2François Bayrou : "Tout cela est confondant, navrant et infiniment troublant"

Le président du MoDem a souligné l'exigence de "responsabilité" d'un homme politique.

Le président du MoDem, François Bayrou, a qualifié "de confondant, navrant et infiniment troublant", dimanche auprès de l'AFP, l'inculpation de Dominique Strauss-Kahn pour agression sexuelle et tentative de viol, soulignant l'exigence de "responsabilité" d'un homme politique.

J_ATTALIAttali : "DSK ne pourra pas être candidat à la primaire socialiste"

'ancien conseiller de Mitterrand estime que l'arrestation du patron du FMI rebat les cartes en vue de la présidentielle de 2012.

Jacques Attali, ancien conseiller de François Mitterrand, a affirmé dimanche que Dominique Strauss-Kahn ne pourrait "pas être candidat à la primaire" PS, ni rester à la tête du FMI, après son inculpation pour agression sexuelle et tentative de viol. 

"Je ne pense pas qu'il soit candidat à la présidentielle. On va avoir une candidature de Martine Aubry contre François Hollande" à la primaire socialiste, a déclaré sur Europe 1 cet ancien conseiller de François Mitterrand, et président de Planet finances. "La présidentielle est loin, loin, loin d'être jouée. On a beaucoup de surprises (...) le président actuel est loin d'être vaincu", a-t-il ajouté.

Il a estimé que le directeur général du Fonds monétaire international allait "laisser la place à un directeur général intérimaire". "Il plaide non coupable et il peut parfaitement l'être" (...) "Mais il ne pourra pas être candidat à la primaire, ni même au FMI, qui va lever son immunité", a poursuivi M. Attali. Il a évoqué la possibilité d'une "manipulation" dont aurait été victime Dominique Strauss-Kahn, en soulignant que le patron du FMI était descendu dans un hôtel de la chaîne française Sofitel.

J_M_Le_Guen_PSJean-Marie Le Guen : "Cette affaire ne ressemble en rien à DSK"

Le député PS de Paris estime "qu'il faut se garder de toute conclusion avant que le patron du FMI ne se soit exprimé".

Le député PS de Paris, Jean-Marie Le Guen, a affirmé dimanche à l'AFP que l'accusation d'agression sexuelle contre le patron du FMI "ne ressembl(ait) en rien à DSK". "Il faut se garder de toute conclusion avant que Dominique Strauss-Kahn ne se soit exprimé", a déclaré ce proche du directeur général du Fonds monétaire international.

"Et puis, et surtout, cette affaire ne ressemble en rien à DSK, l'homme que nous connaissons tous", a-t-il insisté. Dominique Strauss-Kahn a été arrêté et placé en garde à vue samedi à New York, après avoir été accusé d'agression sexuelle par une employée d'un hôtel Sofitel de cette ville.

Toutes les Réactions ont pour source lePoint.fr