<< Nous Demandons à Mr Alpha Conde de mettre son ministre des Elections dans les pendules >> dixit Bah Abdoulaye dans un écrit.

Depuis que le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation, Alhassane Condé, a annoncé sa volonté de reprendre intégralement le recensement des électeurs, une polémique virulente est née dans le débat politique.

Dans une émission interactive sur une radio privée de la place, le conseiller juridique des Nouvelles Forces démocratiques, Aboubacar Siddigue Diallo et aussi membre du Conseil national de transition, s’est montré hostile face à telle reprise :

« Nous refusons un compromis bafouant les lois de la République. C’est pourquoi nous demandons à Mr Alpha Condé, seulement à Mr Alpha Condé de remettre son ministre du MATAP dans les pendules, qu’il accepte de prendre la constitution pour la donner à son conseiller juridique, de faire lecture et bonne interprétation des textes et d’en faire application » a dit Mr Diallo.

Pour le conseiller juridique des Nouvelles Forces démocratiques, son parti refuse qu’on touche au fichier électoral pour la simple raison que la loi ne le permet pas, dit-il, en plus le pays est doté d’un Président qui est censé connaitre les lois, parce qu’étant un Professeur de droit.

Selon ce membre du Conseil national de transition, mieux vaut aujourd’hui réviser le fichier électoral et procéder à la dissolution de l’actuelle commission électorale :

« La Ceni doit être dissoute parce que ses membres ont été cooptés sur des bases d’appartenance politiques, une expérience qui a prouvé que c’est une grosse bourde que nous avons commise » a-t-il dit.

Autres raisons invoquées par Mr Diallo, c’est le fait que tous les membres de la CENI réfléchissent chacun  en ce qui le concerne en fonction de son obédience politique :

« Et mieux, la CENI a montré ses limites, en donnant à maintes fois des chronogrammes de manière légère et vulgaire, sans pouvoir les respecter. Or, une institution sérieuse qui détient le nerf de la paix, ne doit pas se comporter de la sorte » a-t-il dit.

Écrit par BAH Abdoulaye

Source :