sarko_dsk_aubryVictime de son impopularité,le chef de l'Etat rassembleraient seulement 36% des voix au second tour contre 64% pour le patron du FMI selon l'Institut BVA. Marine LePen recueillerait 17% au premier tour.

Les chiffres sont implacables. À un peu plus d'un an de la présidentielle, s'il venait à se présenter, Nicolas Sarkozy serait très nettement battu par le candidat socialiste lors du second tour de l'élection. C'est l'un des enseignements du baromètre de l'institut d'études BVA pour Orange, L'Express et France Inter, publié mardi*.

À la question «Si le second tour de l'élection présidentielle avait lieu dimanche prochain» pour quel candidat «y aurait-il le plus de chance que vous votiez?», 64% des personnes exprimant des intentions de vote se prononcent en faveur de Dominique Strauss-Kahn s'il est candidat, contre 36% pour Nicolas Sarkozy. 21% n'ont pas exprimé d'intention de vote. En novembre 2010, rappelle BVA, une enquête TNS-Sofres accordait 62% des intentions de vote au directeur général du FMI, et 38% au président sortant. Dans l'hypothèse d'une candidature Aubry, 57% voteraient pour elle, au lieu de 55% dans le sondage TNS-Sofres de novembre. Nicolas Sarkozy recueillerait 43% (contre 45%). 19% des personnes interrogées n'ont pas exprimé d'intention de vote.

«Aucune réserve de voix»

Au premier tour, DSK serait en tête s'il était le candidat socialiste avec 31% des intentions de voix, suivi de Nicolas Sarkozy, 25%, et Marine Le Pen, 17%. Le score de la nouvelle patronne du FN est d'ailleurs l'un des faits marquants de ce sondage. Pour la première fois dans cette étude, Marine Le Pen, peut-être bénéficiaire de la couverture médiatique qui a accompagné sa prise de pouvoir du parti frontiste, rassemble un pourcentage d'intentions de vote supérieur au score de son père au second tour de la présidentielle 2002 (16,86%). Ce n'est cependant pas la première fois que la fille de Jean-Marie Le Pen atteint un tel score dans un sondage (18% dans la dernière étude CSA).

Tous les autres candidats testés auraient moins de 10% : Olivier Besancenot 7%, Eva Joly 6%, François Bayrou 5%, Jean-Luc Mélenchon 4%, Dominique de Villepin 3%, Jean-Louis Borloo 2%, Nathalie Arthaud 0%. Si Martine Aubry est la candidate PS, Nicolas Sarkozy (27%) arriverait au premier tour devant elle (23%) et Marine Le Pen (17%).

Pour BVA, Nicolas Sarkozy, qui serait «balayé» par Martine Aubry et «humilié» par Dominique Strauss-Kahn, au second tour, «ne dispose d'aucune réserve de voix. Le centre comme l'extrême droite lui préférant encore le candidat de gauche». Les chiffres sont parlants : le total des voix de droite au premier tour (MoDem exclu) est de 47% dans l'hypothèse DSK et même de 54% avec Aubry. Au second, il fond de 11 points dans les deux cas. Selon BVA, ces mauvais reports s'expliquent par le rejet que suscite le chef de l'Etat dans l'opinion. L'occasion pour l'institut de souligner que la cote de popularité du président stagne toujours à 34%, 16 points en-dessous de celle de son premier ministre.

* Ce sondage a été réalisé les 14 et 15 janvier par téléphone, auprès d'un échantillon national représentatif de 971 personnes âgées de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Notice détaillée disponible à la commission des sondages.

Jérôme BOUIN

Source : Lefigaro.fr