2011 Inaugure l'ére de la Renaissance Guinéenne

1er Janvier 2011- 19 heures GMT.

Bma2010 s’est refermée sur nos états d’âme fugaces,  sans nos peines qui sont éternelles (et l’éternité, c’est long, surtout vers la fin) !

Tant que duraient les flonflons et les feux d’artifice du basculement progressif de l’Humanité dans l’année et l’ère nouvelles (au fil des fuseaux horaires), j’ai sans discontinuer adressé des supplications au Seigneur afin QU’IL relègue en enfer, toutes les forces du mal !

J’ai prié aussi, afin que Dieu élève globalement, et suffisamment, tous les niveaux de conscience de l’humanité car, par exemple, il n’est plus tolérable que certain soudard-veule, friand de commandements armés, instrumentalise des troupes d’ ‘’ivrognes-assassins-violeurs’’,  et pille des budgets, en se moquant d’exfiltrer cavalièrement, et sans vergogne, de ‘’petit’’ malfrat ‘’magouilleur-véreux’’, qu’on fait escorter par des ‘’zombis’’ surarmés et inconscients, incapables de discerner entre des torchons et des fanions nationaux sur lesquels ils s’essuieraient les godasses, quant ils ne se t… pas avec !

Bref, le changement (de mentalités et d’habitudes), sera rude en Guinée, particulièrement au niveau de notre jeunesse sciemment fourvoyée par des ascendants trop partisans,  qui ne leur ont jamais expliqué, hélas, que Sous le premier régime (58-84), les militaires guinéens avaient fait honneur en bataillant aux quatre coins de l’Afrique pour décoloniser le continent :

-d’Algérie au Cap ; -de la Guinée dite portugaise au Mozambique et en Angola etc. ! Et dans le même temps, sur le territoire national, ce sont d’autres militaires qui exerçaient leurs génies dans des usines nombreuses, lorsqu’ils ne bitumaient pas nos routes.

L’axe Conakry-Labé avait été le tout premier goudronné en République de Guinée après l’indépendance, désenclavant la desserte par le barrage de Kinkon de plusieurs villes prestigieuses de notre pays en énergie électrique.

Ces militaires  d’antan, étaient infiniment plus proches de l’idéal dont notre Humanité a impérieusement besoin de nos jours pour la sécurisation dans les siècles futurs ; Ainsi, les armées du monde entier, devraient assurer dès à présent, la défense de la NATURE sur l’ensemble des continents dégradés par l’activité ‘’décivilisatrice’’ (sorry) d’exploitations sauvages des ressources de la Planète, aux seuls profits de groupes de prédateurs égoïstes.

J’ai également supplié QU’IL (Dieu) EXHAUSSE la vraie foi (avec tout ce qu’on voit de nos jours), et EXAUCE les demandes des éternels floués, qui redoutent de laisser accéder, au SAS spatio-temporel qui mène de 2010 à 2011, tout le cortège du mal, de la méchanceté, des mensonges, des crimes et des secrets d’Etats, etc. Et, à ce propos, la divulgation massive de documents secrets par Wikileaks, embarrasse des responsables mafieux à la tête de plusieurs pays du  monde ! Cette divulgation constitue, à cet égard, un point d'inflexion dans la décomposition de l'ordre international des dernières décennies.
C’est Un des bons aspects de l’Internet et des nouvelles technologies, qui constituent maintenant, une vraie épée de Damoclès  contraignant nos clubs de décideurs, à plus de justice et de transparence pour le bien des peuples car, un magicien dont le secret des tours est révélé, n'a tout simplement plus les moyens ‘’d’enchanter’’ son auditoire…

Les guinéens doivent donc reconstruire ensemble, ce qui a été déconstruit pendant un quart de siècle par les gouvernements militaires qui ont bafoué notre Culture, dévoyé nos Valeurs par la dépravation des Mœurs et les trafics de drogue et d’Insécurités.

Faisons un point très partiel des réalisations et  acquis du premier régime depuis l’dépendance jusqu’en 1984 (RENDONS à César ce qui appartient à César) :

- La SOGETRAG était probablement, la dernière d’un ensemble d’entreprises et de sociétés d’Etat, créés en grand nombre sous le premier régime, et qui n’existent plus de nos jours, broyés, bradés, ou sabotés par le CRMN et ses complices mafieux sous la 2ème République.  Laissons de côté les 5000 tracteurs (importés de Roumanie pour le développement rural, sciemment abandonnés dans les campagnes, aux quatre coins de tout le territoire guinéen), ainsi que l’usine de chaussures du camp Alpha Yaya ;

- Notre première République avait construit plusieurs dizaines d’unités industrielles, petites et moyennes, dans toutes les régions du pays (espérons que les archives existent encore car, la fâcheuse habitude chez nous est de balancer les dossiers gênants à la mer) :

- 1- USOA : usine d’outillages agricoles de Mamou où l’on fabriquait des houes, des charrues, des herses, des pelles, des brouettes, des chariots, des haches etc. (80% des guinéens vivaient du travail de la terre) ;

- 2 - L’Usine Textile de Sanoya ;

- 3- L’Huilerie de Dabola ;

- 4- Les briqueteries de Kankan et de Kobaya ;

-5- L’usine de sucre de Koba ; -6- La cimenterie de Mali ; -7- L’imprimerie Nationale Patrice Lumumba ;

-8- L’Usine de meubles de Sonfonia ;  -9- L’Usine de Thé de Macenta ; -10-  L’Usine de Quinine de Sérédou où il y’avait également une usine de panneaux ;

-11- L’Usine Scierie de N’Zérékoré ;

-12- L’Usine de jus de fruits de Kankan, dont le jus de mangues était particulièrement apprécié en Arabie Saoudite ;

-13-  La Scierie de Niandan;

-14- La Conserverie de Mamou ;

-15- La Parfumerie et l’usine de miel de Labé; 

16-SIPECO ; 17-SOGUIFAB ; 18-SOGUIREP ;

19-SOMCAG ; 20- L’Usine de Céramique ;

21- La SOMIGA ; 22- L’Usine de Bougies ;

23- L’Usine d’Acétylène ;

24- ENTA (tabacs et allumettes) ;

25- CMD ; 26- SOBRAGUI ; 27- AGRIMA ;

28- ALIMAG ; 29- Bâtiport ; 30- Boissogui ;

31- DIVERMA ; Confection ;

32- CYCLES DE GUINEE ;

33- DROGUERIE DE GUINEE ;34- ENIMOG ;

35- ENIPRA ; 36- IMPORTEX ; 37- LIBRAPORT ;

38- FRUITAGUINEE (chantée par le Bembeya) ;   39- GUINEXPORT ; 40- NAFAYA ; 41- OPEMA ;

42- PROSECO ; 43- QUINCAILLERIE DE GUINEE ; 44- SABOUYA ; 45- La SNAR ; 46- SOCOMER ;

47- SOCIPRA ; 48- SOGUILEC ;

49- SOMOVA ; 50- SONATEX…

etc., avec de nombreuses succursales de ces entités. 

Et n’oublions pas (non plus) les six cents kilos d’or, (600 kg), ‘’ abandonnés’’ en 1958 dans les caveaux de la BCRG par les autorités coloniales, et qui s’y trouvaient encore 26 ans après, en 1984.

Le 3 Avril 1984, toujours à la BCRG, il y’avait également un fonds de réserve qui s’élevait à trois milliards de Silys (monnaie que je n’ai jamais connue à cause de l’aventure) … ; Et aussi un stock de sécurité de 25 kg d’or en Suisse, pour les régulations budgétaires (stock qui aurait été très rapidement transféré à la Banque de France), bref !

Après les dix premiers mois de pouvoir, une trentaine d’officiers ont détourné près de deux cents millions de dollars US.

Mais personne ne nie non plus, tout ce qui s’était passé à cette époque-là! Il s’agit tout simplement de rétablir les vérités en précisant que les pertes humaines furent aussi lourdes ici que là.

Il n’y a pas de réconciliation possible, lorsque les uns complotent et agressent, pour crier ensuite à la culpabilité des autres face au monde désabusé (depuis peu) par la mythomanie confusionniste.

Le changement positif exige donc que  Nos requins mafieux rendent tous les comptes à notre peuple martyr, honteusement spolié de ses biens et de l’honneur du Père de la Nation par ceux qui oublient sciemment de dire aux jeunes que sur les quatre pendus du pont du 8 Novembre, il y’avait deux malinkés (un ministre et un haut fonctionnaire)...

Et toutes les  régions confirmeront aux jeunes,  la réalité sur les identités de ‘’leurs pendus’’.

Terminons cette mise au point (préalable à tout ‘’déballement’’ au cours de la conférence nationale), en précisant que nous possédions également sous le premier régime :

a)         Une compagnie aérienne nationale ‘’Air Guinée’’, avec plusieurs Boeings et des dash ;

b)         Quatre aéroports internationaux (Labé, Kankan, Faranah et Conakry), et une bonne quinzaine d’aéroports nationaux à travers tout le pays ;

c)         Une voie ferrée de 662 kms (j’avais voyagé par  trains en Juillet et Août 1984 entre Conakry et Kankan) entièrement démantelée et vendue aux chinois et aux indiens avec des milliers de tonnes de boulons ;

d)         De nombreux domaines de l’Etat, encore occupés ou bradés par nos IRRESPONSABLES toujours impunis ;

e)         Une merveille appelée Syliphone, qui était un des fleurons prouvant à la mauvaise foi que CULTURELLEMENT parlant, Sékou Touré avait vu juste avant tout le monde (Carmichael, la grande  Makéba, l’Orchestre Aragon et tant d’autres, évoluaient à leurs aises en Guinée qui était LE modèle de toute la sous-région. etc.) ;

f)         Notre tissu social était tellement épais que c’est depuis peu que je réalise que notre grand Kandia Diallo (le Zidane guinéen des années 60) porte le noble nom de famille de mes oncles maternels !

Excellente année à la Guinée et aux guinéens, dans un contexte sous régional compliqué où des problèmes sérieux se posent en Côte d’Ivoire,  mon deuxième pays ; Et Cela ne réjouirait que des demeurés !

Prions alors Que le Seigneur nous apporte très vite ses solutions lumineuses pour une paix durable dans un monde encore plus interdépendant que jamais auparavant.

Paris, le 1er Janvier 2011

Cissé Oumar de Bma ;  essikleduc@yahoo.fr

00 336 26 12 78 91.