LA GUINEE UNE ET INDIVISIBLE

carte_guineeLa Guinée est une et indivisible, elle doit le rester, c’est là une donnée d’évidence, qui me semble incontournable.

Habituellement sur le net, on lit des écrits plus ou moins bien argumentés, écrits qui mettent parfois à mal cette donnée d’une Guinée indivisible.

Depuis l’élection présidentielle, avec ce qu’elle a pu générer comme insuffisances dans l’organisation et les réclamations qui sont actuellement sur le Bureau de la Cour Suprême, ces écrits sur le net ont pris une tournure effarante, indigne de ce qu’est la spécificité guinéenne. A savoir un pays aux ethnies fortement imbriquées, imbrication qui est un gage d’équilibre social que tout patriote conscient se doit de sauvegarder et consolider, particulièrement dans des périodes où cet équilibre semble se fragiliser. A cet effet les intellectuels, les cadres et les hommes de cultures, ont un grand rôle à jouer et c’est même un devoir, tout comme les politiques et autres décideurs.

Tout guinéen doit intégrer, qu’en ces temps de mondialisation et de globalisation rien de parcellaire n’est vraiment positif pour le développement du pays. On peut le prendre sous tous les aspects possibles, depuis la cellule familiale jusqu’au tissu national tout entier en passant par les structures communautaires rurales et régionales, c’est toujours l’adage « l’union fait la force » qui prévaut.

L’intelligence de chacun d’entre nous, doit lui permettre de voir que cette force conjuguée à petite échelle est toujours à associer à celles conjuguées ailleurs, pour plus d’efficacité dans la recherche du bonheur pour tous et de quelque chose de grand et noble pour le pays.

Poussant un peu plus loin la notion de globalisation et de mondialisation, on aboutit à l’idée hautement politique de mise en commun des forces et énergies au niveau des Etats, pour mieux faire face aux problèmes de tous ordres, des Etats qui au préalable auront su regrouper individuellement toutes les forces internes disponibles. On sait combien cela n’est pas évident à réaliser et combien il faut de persévérance, de hauteur de vue et de vision noble, pour aboutir à quelque chose de concret, solide et pérenne.

Dès lors, s’agissant de notre pays, il est difficile de comprendre que des écrits sur le net prônent haine et division ethnique, avec une incitation dangereuse au repli identitaire, comme semble le recommander S. N. Bokoum aux hal pular de Guinée, sortant délibérément du cadre social et culturel des Associations et Organisations de ce type.

Tout cela étant en net déphasage avec l’utile conjugaison des forces pour un meilleur vivre ensemble, dans un Etat qui soit à même de collaborer dignement avec d’autres Etats, dans la recherche du fameux poids critique tant économique que politique, nécessaire pour bien exister dans le concert des Nations, avoir son mot à dire et être écouté.

Utiliser dans ces conditions sa position sociale, politique et/ou intellectuelle, pour aller à contre courant de tels objectifs d’unité et de grandeur de la Nation, est proprement criminel et indécent.

Nous devons tous travailler à détruire en nous, le démon et la barbarie qui sont sous jacents en chaque être humain, en ayant bien présent à l’esprit que s’agissant des forces, politiques, économiques ou purement physiques, elles sont plus faciles à utiliser pour détruire que pour construire et organiser, surtout si l’on manque d’intelligence, de bon sens et de discernement.

Evitons donc de remettre ce pays dans le cycle aberrant du sous-développement et de la haine inter ethnique, sachons que les bras de tous ses fils et filles ne suffiront pas à effectuer tous les travaux nécessaires au bon développement de notre pays. C’est dire que, tout égoïsme bu, nous n’avons aucun besoin de nous écharper pour y occuper la place qui peut nous revenir. Il nous faut surtout travailler à bien intégrer le système de gestion démocratique et de bonne gouvernance de ce développement que nous souhaitons tous, cela dans un rythme soutenu, avec très probablement des corrections et des ajustements inévitables.

Refoulons toute idée d’ethnocentrisme et d’égocentrisme, mettons au plus haut point l’amour que nous avons pour notre pays ainsi que l’intérêt général et non particulier, nous serons alors plus à même de bien conjuguer nos forces, les mettre au service du développement général de ce pays, qui mérite tant de retrouver la place qui lui revient dans la sous-région et dans le monde.

Que le Tout Puissant sauve et protège la Guinée, donne à chacun assez de sagesse et élimine en nous, toute forme de violence et exacerbation des relations inter ethniques, attitudes qui ne sauraient en aucun cas garantir un futur apaisé pour notre cher pays.

Abou KATTY

Chercheur retraitéCNRS - Paris