Il faut que Cellou Dalein Diallo et ses alliés comprennent enfin que les guinéens ne sont pas des idiots. Ses appels faussement émus au calme ne trompent personne. Il a soigneusement attendu que ses partisans fassent le maximum de dégâts (allant jusqu’à égorger un guinéen d’une autre ethnie aux cris de « Allahou Akbar ») avant de lancer cet appel à l’apaisement. Savez-vous pourquoi ? parce que justement depuis hier les autorités ont décidé d’appuyer la FOSSEPEL débordée par l’armée. Ce n’est donc que parce que la répression sur ses militants a augmenté que l’Alliance CDP essaye hypocritement de calmer le jeu.

« Hypocritement » car ces appels au calme sont justes destinés à donner une fausse image à la communauté internationale et éviter d’avoir à répondre aux conséquences éventuelles de l’engrenage mis en place par cette bande d’irresponsables.

Pendant ce temps, une campagne de sms appelant au « jihad » est soigneusement orchestrée et des sites internet comme guineeactu appellent ouvertement à l’insurrection où à la partition. Ce double langage est dégoûtant et déroutant. Il est vrai que la duplicité de Cellou Dalein Diallo ne devrait plus étonner personne. Souvenez-vous, il est un des rares Premier ministres au monde à avoir été limogé pour faute lourde après avoir falsifié un décret présidentiel de formation de gouvernement. Celui qui n’a pas eu peur d’essayer de tromper son Président, le Gouvernement et tout un pays par un simple jeu de faux et usage de faux n’hésitera devant aucune fourberie pour parvenir à pourrir la transition démocratique en Guinée.

En 1993, bien que convaincu d’avoir gagné les élections, Alpha Condé avait appelé ses militants au calme. Les jeunes militants du RPG, décidés à en découdre, lui en avaient voulu, certains l’avaient même insulté mais le Professeur était resté ferme sur ses consignes et avait exigé qu’elles soient respectées. Il avait alors lancé sa fameuse phrase « je ne suis pas entré en politique pour gouverner des cimetières ».

Jusqu’aux derniers instants de cette transition, Cellou n’arrivera pas à atteindre le dixième de la dimension politique d’Alpha Condé. Son attitude rappelle étrangement ces paroles d’une chanson du groupe ivoirien Espoir 2000 « Coute que coute, vaille que vaille, je serais président ; j’y tiens tellement que je suis prêt à tuer ; schéma classique d’une comédie politique, aujourd’hui on tue des gens qu’on veut gouverner demain »

Cellou fera tout pour empêcher Alpha d’occuper le fauteuil présidentiel. TOUT. Sékouba Konaté et la communauté internationale auraient tort de compter sur sa bonne foi. Il n’en a pas et ceux qui l’entourent non plus.

Balakhissa Samoura

Source : Echosdeguinée.com