Annuler les votes de Siguiri et Kouroussa

L’ultime combat de l’Alliance Cellou Président

Un riche candidat, sentant sa défaite prochaine, fit venir ses alliés et leur parla devant témoins : « Trichez, prenez de la peine : Ce ne sont pas les fonds qui manquent. Gardez-vous, leur dit-il, de laisser passer les préfectures de Siguiri et de Kouroussa. Je ne sais pas comment vous allez faire; mais un peu de courage et d’imagination vous fera trouver : vous en viendrez à bout. Creusez vos méninges, corrompez, intimidez, menacez ; ne laissez aucune chance à ces circonscriptions électorales d’être retenues par la CENI et la Cour suprême ». Imprégné de ces sages conseils, le tristement célèbre Faya Millimono interviendra sur RFI pour, comme à son habitude, vomir sa bile sur l’Alliance Arc-en-ciel et appeler à un soulèvement des militants de l’Alliance Cellou Président au cas où les deux circonscriptions électorales en question seront retenues dans les décomptes. Cet énergumène est un véritable danger pour la cohésion nationale et mériterait de se retrouver au bout d’une corde. Il voudrait brûler la Guinée qu’il ne s’y prendrait pas autrement.

Monsieur Faya Millimono, vous connaissez ? C’est ce pseudo intellectuel aux discours soporifiques et haineux qui veut mettre le feu à ce pays si son candidat, Cellou Dalein Diallo, n’accédait pas au pouvoir. Directeur de campagne de Abe Sylla, il a fait perdre ce dernier au premier tour avec un score lamentable. Impliqué aujourd’hui dans le directoire de campagne de Cellou Dalein Diallo, l’on se demande si la poisse qu’il traîne avec lui n’est pas à l’origine de la défaite annoncée du leader de l’UFDG à ce deuxième tour. Parfait crétin et d’un nanisme politique incroyablement absurde, c’est lui qui a été choisi par l’Alliance Cellou Président pour mener le combat médiatique contre l’acceptation des votes de Siguiri et Kouroussa. Il est vrai que la logique n’est pas le fort de Faya Millimono et de l’Alliance Cellou Président qui voudraient gouverner une nation en excluant une partie de celle-ci. Le principe d’égalité échappe à monsieur Millimono qui comprend que l’on puisse accepter des préfectures comme Tougué, Télimélé et rejeter d’autres comme Kouroussa et Siguiri. Les Athéniens, il y a 2.500 ans, avaient déjà réglé le problème en appliquant rigoureusement le principe d’égalité qu’ils plaçaient, eux, avant le principe de liberté, considérant très justement que l’une entraîne l’autre mais pas l’inverse. Un inculte comme le sieur Millimono n’y entend rien et le terme ‘’ la Guinée est une nation‘’ échappe à sa logique. Pour la gouverne de Millimono, il faudrait qu’il sache qu’on n’élimine pas une circonscription électorale. On ne peut arracher aux Guinéens leur suffrage. Et il est temps que la Guinée devienne une nation comme les autres. Ailleurs en cas de difficultés, on n’élimine pas la circonscription électorale mais on reprend le vote. Le cas s’est passé au Ghana et ailleurs. Il est absurde de penser que l’on peut prendre en otage le suffrage de localités aussi importantes que Siguiri et Kouroussa. De telles idées ne peuvent germer que dans l’esprit de sécessionnistes comme Faya Millimono. Surtout que les arguments retenus par l’Alliance Cellou Président fondent comme beurre au soleil à l’analyse des réalités prévalant avant leur plainte. D’abord la déclaration du Comité préfectoral de réconciliation et de dialogue local de Siguiri. Dans cette déclaration signée le 4 novembre par le représentant de l’Alliance Cellou Président, Sadou Bah, de l’alliance arc-en-ciel, Sékou Savané, du maire de Siguiri, Nanamoudou Magassouba, du doyen de Siguiri, le colonel Fodé Magassouba et du préfet, Elhadj Ibrahima Marena, il est indiqué clairement « que les militants et sympathisants de l’Alliance Cellou Dalein président, qui se sont déplacés par peur de violence post électorales, peuvent retourner librement à Siguiri et accomplir leur devoir civique dans la paix et la tolérance le 7 novembre 2010 » et « que les militants et sympathisants de l’Alliance Arc-en-ciel du professeur Alpha Condé tout en déplorant les événements des 22 et 23 octobre 2010 rassurent les partisans de l’Alliance Cellou Dalein Président que ses militants ne feront aucun obstacle au vote des militants de l’UFDG ». Mieux la déclaration insiste pour dire que « la communauté Peulh et celle du mandingue cohabitent à Siguiri depuis plus d’un siècle dans l’amitié et la fraternité. Cet esprit de paix et de tolérance sera préservé partout sur toute l’étendue de la circonscription de Siguiri ». Peut-on faire plus preuve de volonté d’apaisement ?

Et dans sa volonté de faciliter un scrutin apaisé, l’Alliance Arc-en-ciel est allée loin en facilitant et en s’impliquant pour la signature d’un Protocole d’Accord avec l’Alliance Cellou Président. Dans ce document signé le 06 novembre soit la veille du scrutin par les deux parties et portant le sceaux  du président de la CENI , le général Siaka Toumany Sangaré, « l’UFDG s’engage à assurer la présence de ses délégués et assesseurs dans les bureaux de vote des préfectures de Siguiri, Kouroussa et Kissidougou avant le 07 novembre 2010 » et le RPG pour sa part « s’engage à sensibiliser les populations afin qu’elles s’abstiennent de tout acte de provocation et de violence à l’égard des militants de l’UFDG dans lesdites localités ». In fine, « les deux parties s’engagent à tout mettre en œuvre pour préserver la paix et la quiétude sociale ». Si on sait qu’en plus, les deux candidats ont fait une déclaration commune allant dans le sens de l’apaisement, l’on se demande bien à quoi joue l’Alliance Cellou Président qui prétend n’avoir pas amené des délégués et assesseurs à Siguiri et Kouroussa alors qu’elle avait juré de le faire. Si elle ne l’a pas fait, tant pis pour elle. Elle l’a d’ailleurs fait puisqu’elle avait des assesseurs dans ces deux localités. Mais comme l’honnêteté n’est pas son fort, elle commence aujourd’hui à renier ses propres assesseurs. Cette alliance peut-elle alors nous dire qui est Hady Guissé ? Membre de l’UFDG et enseignant à l’université de Kankan, il a représenté le parti à Siguiri lors du vote du 07 novembre. Au demeurant si l’UFDG ne se rappelle pas du protocole d’accord qu’elle a librement signé, le président de la CENI , le général Siaka Toumany Sangaré qui a apposé son sceaux, lui, ne l’oubliera pas, ainsi que la Cour suprême qui en aura connaissance. En insistant aujourd’hui pour l’annulation des deux circonscriptions électorales de Siguiri et de Kouroussa, l’UFDG a renié sa parole, son engagement, et voudrait par des subterfuges s’emparer des voix de l’Alliance Arc-en-ciel, des biens qui ne lui appartiennent pas. Abou Oumama a rapporté : Nous étions chez le prophète (SAWS), il nous dit :"Celui qui s'empare des biens d'un homme musulman par un serment mensonger Dieu le précipitera dans l'Enfer et lui interdira l'accès au Paradis". Un homme s'interrogea alors et dit : "Même si ces biens ont peu de valeur?" Le prophète (SAWS) lui répondit, "même s'il s'agit d'un bâton d'arak".

Si monsieur Faya Millimono crie sur RFI que son alliance n’acceptera jamais que les voix de Siguiri et Kouroussa passent, qu’il se dise que l’Alliance Arc-en-ciel n’acceptera pas également que ses deux circonscriptions électorales soient annulées. Nul n’a le monopole de la violence. Dans la logique de la fable du début, le général Konaté sera sage de leur faire comprendre avant son départ que l’honnêteté est une vertu.

Le Rédempteur