ALPHA CONDE S'IL ETAIT ELU DEMAIN...

Dans l’attente des résultats provisoires du second tour, le professeur Alpha Condé, comme il l’a toujours réitéré, tend la main à tout le monde. D’abord, au camp adverse, ensuite à l’ensemble du peuple de Guinée y compris les forces de défense et de sécurité.

Le professeur Alpha Condé, fermement et résolument opposé à la violence politique, à l’injustice et à l’impunité, reste plus que jamais convaincu que le sens de notre combat à tous doit demeurer la consolidation de la démocratie et de l’unité dans notre pays. Il est d’avis que nous devons nous prémunir du syndrome de la division et de la déstabilisation de notre pays. Car, ce serait dommage et un grand retour en arrière pour notre pays. C’est pourquoi, il lance un appel à l’apaisement et au calme en direction de toute la population de l’Intérieur comme de l’Extérieur. Nous devons en effet bannir à jamais la violence, la haine et le rejet systématique de l’autre. Nous devons continuer ensemble le combat de la démocratie par des voies pacifiques. Nous devons faire le choix d’aller de l’avant et défendre sans relâche la démocratie et les valeurs républicaines pour le renouveau de la classe politique guinéenne qui doit prendre l’engagement de reconstruire une Guinée où il fera bon vivre. Nous devons cultiver la paix, la non violence et l’unité nationale.

Il ne faut surtout pas perdre de vue que le Pr Alpha Condé a pour modèle, le président Nelson Mandela. Il a non seulement pardonné, mais aussi il exhorte tous à la culture de cette vertu qui constitue la clé du développement en Guinée et sans laquelle aucune réconciliation nationale n’est possible.

Un homme d’Etat est celui qui, non seulement observe scrupuleusement les lois de son pays, mais aussi et surtout, celui qui est esclave de sa propre parole. C’est pourquoi, le professeur Alpha Condé, s’il est élu, respectera sa parole d’associer tous les fils valides du pays à la gestion des affaires de l’Etat.

L’élection présidentielle n’est ni une épreuve mortelle ni une occasion d’affrontement physique ou ethnique ; elle ne doit pas être un terreau de violence insensée et d’actes de vandalisme. Il faut plutôt la percevoir, la vivre et la mener comme un moment de délibération démocratique, honnête et responsable dans le respect des lois et de l’esprit républicain. Se mettant au dessus des considérations ethniques et régionalistes, le professeur Alpha Condé veut construire et développer ce pays avec le concours de tous, soussous, Peuls, Malinkés, Forestiers. Il le fera avec eux tous ou il ne le fera pas. C’est pourquoi, s’il était élu, il travaillera de concert avec l’UFDG, le parti de son adversaire qui reste pour lui un frère avec qui il compte bâtir la Guinée de demain.

Quant aux forces de défense et de sécurité qui ont pleinement joué leur rôle de sentinelles et de défenseurs de la paix au cours du scrutin, le professeur Alpha Condé qui a fait des problèmes de l’armée son cheval de bataille continuera l’œuvre de sa reforme. Cette reforme apparait pour le professeur comme une priorité indispensable à toute restauration de l’ordre républicain et de la démocratie. Aussi veut-il intégrer les forces militaires et para militaires dans l’édification de l’Etat de droit, construire une armée républicaine et citoyenne, qualifier techniquement les forces armées pour en faire un instrument de paix et de développement durable. Le soldat sera mis dans des conditions qui l’empêcheront désormais de se mutiner. Si Alpha Condé était élu, le militaire guinéen sera mis dans toutes les conditions (eau et électricité gratuites), l’armée sera désormais une armée professionnelle au service du peuple et qui va accompagner le développement économique. Aussi a-t-il annoncé, que s’il était élu, il augmentera le salaire des militaires de l’ordre de 200%.

A la communauté internationale, le professeur Alpha Condé, tout au long de la campagne, a réaffirmé sa volonté d’asseoir une véritable coopération au profit des deux parties dans le respect de la souveraineté guinéenne. Un pays ne peut se développer en vase clos, c’est pourquoi le professeur Alpha Condé appelle les investisseurs étrangers à s’impliquer dans la Guinée nouvelle où les investissements, le respect des droits de l’homme seront assurés et protégés par la loi.

Demain, Alpha Condé sera peut-être le président de la Guinée. Il mesure l’étendue de sa mission et invite les Guinéens à l’accompagner dans cette œuvre difficile. Il sera le président de la Guinée au service de tous les Guinéens sans exclusive, d’où son appel à l’unité et à la réconciliation nationales. Son action sera au service exclusif de son pays. Que cela soit écrit et accompli.

Martine I Condé

Directrice de la communication Alliance Arc-en-ciel/RPG