<< Alliance Celloun Dalein Président >> Ou l'Axe du Mal

La souffrance du peuple de Guinée ne connaît toujours pas de rémittence. Comme si la pauvreté, la famine, …Bref les contingences du quotidien de la vie qu’endure le peuple de Guinée ne suffisaient pas à démontrer l’irresponsabilité pour ne pas dire la malhonnêteté de certains intellectuels qui continuent toujours d’enfoncer ce pays dans l’abîme.

Voilà que ceux qui l’ont mis à genou en dilapidant son économie par des détournements des deniers publics, par des bradages de ses ressources minières, veulent faire un hold up électoral pour mettre leur mentor, Cellou « Malein » Diallo, à la tête de l’Etat. Curieusement, les deux anciens premiers ministres, les plus grands prédateurs de notre économie, les anciens fraudeurs de la machine électorale du régime de Lansana Conté et tous ceux qui ont pris ce pays en otage durant les 10 dernières années se sont retrouvés dans l’Alliance Cellou Dalein président ou l’axe du mal. Abe Sylla qui avait commencé à bénéficier d’une grande estime des populations de la Guinée a cédé à la naïveté en feignant d’ignorer son programme et en rejoignant l’axe du mal sans consulter sa base. Malheureusement, comme dit l’autre, tous ceux qui s’assemblent se ressemblent.

Derrière cette alliance, il y a deux catégories de supporteurs :
Ceux qui estiment que l’heure est venue pour un membre de leur communauté de prendre les rênes du pays déjà tenues par un Malinké (Ahmed Sékou Touré), un Soussou (Lansana Conté), un forestier (Moussa Dadis Camara) et aujourd’hui le Général Sékouba Konaté ;
Et ces commerçants et narcotrafiquants qui sont obligés de renvoyer l’ascenseur à Cellou pour des services rendus quand il était à la primature.
Aujourd’hui, même le Guinéen lambda sait que tous les nouveaux riches de la Guinée, notamment les commerçants peulhs ont emprunté l’argent de l’Etat pour constituer leurs fonds de commerce avec la bénédiction de Cellou Dalein Diallo.
Inutile alors de vous dire comment celui qui a servi les autres s’est enrichi. Celui qui fut ministre de 1996 à 2004 (Equipement, Transport, Télécommunications, Travaux publics et Environnement) et premier ministre de 2004 à avril 2006 est aujourd’hui l’un des hommes les plus riches de la Guinée.
D’abord, voici dans quel état l’ex premier ministre prédateur a laissé l’économie guinéenne avant d’être limogé en 2006 pour faute lourde et trahison par le Général Lansana Conté qui était à l’époque grabataire et absent du jeu politique.
Pour une bonne compréhension, il sera nécessaire de signaler qu’en 1990 tous les indicateurs économiques étaient au vert. Le taux de croissance du PIB a été en moyenne de 4,5%, le taux d’inflation était stabilisé à 5% et les déficits budgétaires et de la balance de paiement ont été considérablement réduits.
Mais déjà, à partir de 2000, sous l’effet conjugué de l’instabilité sous régionale, du poids de la dette, d’une baisse considérable de l’aide extérieure et surtout de la mauvaise gouvernance, l’économie du pays est rentrée dans une période de récession profonde. C’est dans cette situation déjà difficile à vivre pour le peuple que Cellou Dalein Diallo sera nommé à la primature en 2004 pour relever les défis de l’époque. Mais rien n’en sera. Au contraire, la Guinée s’enfoncera davantage au sous-sol de l’indigence. Tous les indicateurs resteront au rouge.
Par exemple :
- Le taux de croissance déclinera pour n’être que de 1,2% soit en dessous du taux de croissance de la population ;
-l’inflation s’envolera pour atteindre 28% en 2005 et à 34% en 2006 ;
-l’ endettement de l’Etat auprès du système bancaire qui n’était que 174 milliards de GNF en 1999 va successivement atteindre 1.129 milliards en 2005 et 1.629 milliards en 2006 ;
-enfin, le seuil de pauvreté qui était de 40% en 1996 va s’accroître à 49% en 2004 et à 53% en 2006.
C’est cette accentuation de la pauvreté et de la misère et surtout l’absence de perspectives pour une jeunesse nombreuse et désœuvrée qui ont fini par créer des frustrations et susciter de fortes tensions sociales ponctuées de violentes grèves générales.
Cette crise était loin d’être une fatalité. Elle était essentiellement le fait de la mauvaise gouvernance incarnée par l’axe du mal, et marquée entre autre par le manque de rigueur et de transparence dans la gestion des affaires publiques, caractérisée par une corruption généralisée et des détournements des deniers publics. C’est justement à ce niveau que Cellou Dalein Diallo et ses aigrefins feront parler d’eux. Ils videront les caisses de l’Etat et vendront les patrimoines de l’Etat pour remplir leurs poches. Les avions s’envoleront pour toujours à cause de la cession d’Air Guinée. Les 12 bateaux de pêche de la Guinée seront vendus. Les rails du chemin de fer reliant Conakry-Kankan seront bazardés. L’usine d’alumine de Fria sera vendue à 10% de sa vraie valeur réelle, du moins officiellement. Le projet hydro-électrique de Garafiri sera saboté et plusieurs patrimoines bâtis de l’Etat seront vendus à vil prix. C’est ce qui explique d’ailleurs l’acquisition à 25 millions de GNF d’une villa de fonction sise Dixinn port, qu’occupe aujourd’hui le président de l’UFDG. Allez comprendre !
Certes, cette liste n’est pas exhaustive, vous vous en doutez bien. Mais déjà les forfaits cités donnent une idée de l’ampleur des dégâts causés par la bande à Cellou. Rien qu’à travers ce grand manque à gagner de l’Etat, on peut se faire une idée sur la fortune de Cellou Dalein Diallo. En effet, l’homme est accusé par les rapports des audits qui sont dans les tiroirs de l’administration d’avoir détourné à l’Etat guinéen plusieurs dizaines de milliards de francs guinéens.
Coincé et épinglé par l’ancien ministre du contrôle d’Etat du gouvernement Komara, Cellou Dalein Diallo n’aura son salut que dans la volonté du Capitaine Moussa Dadis Camara et du Général Sékouba Konaté à sauvegarder la paix et l’unité nationale.
Aujourd’hui, le président de l’UFDG est propriétaire d’une compagnie de taxi en Côte D’Ivoire dont le Park compte 695 voitures. Il dispose près de 30 villas, des supermarchés et 87 gros camions au Sénégal, des maisons en France et aux Etats-Unis. Aussi certains commerçants de la place ne paient-ils pas des dividendes à celui qui a une main basse sur la mafia des narcotrafiquants et des commerçants véreux et rétifs qui ne respectent ni droits des consommateurs ni réglementations du commerce.
Celui qui a enfoncé ce pays dans la pauvreté en volant les deniers publics pour s’enrichir, a tenté encore une fois de voler les voix du peuple de Guinée en corrompant quelques commissaires malhonnêtes de la CENI qui ont organisé des fraudes massives afin de faire élire ce budgétivore dès le premier tour. N’eut été la vigilance des patriotes qui nous restent encore, la CENI était prête à fixer la date du deuxième tour dans la confusion sachant bien qu’il y a des dysfonctionnements qui ne pouvaient pas permettre une élection libre et transparente. Pour cause, plus de trois mois après le 27 juin, la CENI n’est toujours pas totalement prête pour le scrutin du 24 octobre 2010. Une date qui a été fixée dans l’espoir que d’ici là les problèmes qui restent seront résolus.
Au moment où le peuple de Guinée et tous les observateurs félicitent et encouragent le Président de la transition, le Général Sékouba Konaté pour ses efforts prométhéens dans l’instauration de la démocratie en Guinée, pour sa transparence dans ce processus, et son aversion pour le pouvoir, certains ethnocentristes continuent de déverser leur venin sur lui comme quoi c’est lui qui retarderait le second tour.
Ces intellectuels pervers oublient que c’est l’alliance Cellou Dalein président qui veut retarder cette élection parce que sa défaite est désormais inévitable. Ses derniers agissements ne sont-ils pas suffisants pour démontrer la mauvaise volonté de Sidya Touré et de Cellou Dalein Diallo d’aller au second tour ?
« Si Lounceny Camara n’est pas remplacé par un homme consensuel, l’Alliance Cellou Dalein président n’ira pas au deuxième tour et elle empêchera l’élection en faisant sortir les enfants dans la rue », disait Sidya Touré. Cela prouve à suffisance que le président de l’UFR ne veut pas du tout de cette élection parce que son avenir politique est plus que jamais entamé par le fait de monnayer son alliance à Cellou, mais aussi en faisant sortir dans les rues de Conakry les chemises rouges pour s’attaquer à la personne du Général Sékouba.
Ce refus catégorique de l’axe du mal d’accepter que le président de la CENI démocratiquement élu, dirige le processus électoral ne confirme-t-il pas que les deux ex premiers ministres savaient que cette institution était capable de faire élire un candidat au grand dam du peuple, comme elle a réussi à octroyer malhonnêtement 43,69% des suffrages à Cellou et de tenter d’envoyer Sidya au second tour en lieu et place du Prof. Alpha Condé.
Ainsi la conjugaison de la course effrénée aux gains illicites à la folle envie de conquérir le pouvoir a rendu le petit-fils de Karamoko Labé arrogant, enragé et haineux. Pourtant reconnu pour son calme olympien et sa courtoisie non désintéressée.
Depuis que l’axe du mal a su que tous ses plans ont échoué, il n’hésite plus à pousser les enfants dans la rue pour empêcher ce scrutin qui sera désormais, on ne peut plus transparent. Les extrémistes de l’UFDG sont-ils désœuvrés par cet épilogue heureux? Sans doute.
C’est cette oisiveté qui explique justement les manifestations du lundi 18 et mardi 19 octobre qui ont provoqué des échauffourées entre les pauvres militants et les forces de l’ordre.
Constatant que les deux candidats n’arriveront jamais à rétablir le dialogue entre eux pour résoudre cette crise artistique au sein de la CENI, entretenue par les artificiers de l’UFDG, le Général a décidé contre sa volonté d’intervenir dans l’organisation interne d’une institution indépendante -qui du reste est antidémocratique- en nommant un malien, le Général Siaka Toumany Sangaré expert en matière de vote, représentant de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) en Guinée à la tête de la CENI et deux vice-présidents Lounceny Camara et Hadja Aminata Mame Camara. Cela met ainsi fin à la cacophonie à la tête de la CENI. Désormais il n ya plus d’obstacles à l’organisation du scrutin le 24 octobre 2010.
Peuple de Guinée, dans quelque jours donc, tu retourneras encore dans les bureaux de vote pour choisir entre l’opposant historique Alpha Condé et le plus grand criminel économique que la Guinée n’ait jamais connu, Cellou Dalein Diallo. Désormais tu connais tout. Il n’appartiendra qu’à toi et à toi seul de faire librement ton choix entre la continuité de la mauvaise gouvernance incarnée par l’alliance Cellou Dalein président ou l’axe du mal et le changement prôné par les 80% des 24 candidats qui ont brigué la magistrature suprême le 27 juin dernier, à la tête desquels le Pr. Alpha Condé.
Rassure-toi peuple de Guinée. Rien au monde ne pourra empêcher ce scrutin. Car la détermination du Général Sékouba Konaté à faire renter notre pays dans le concert des grandes nations les plus démocratiques et civilisées ne pourra jamais être ébranlée par quelques manipulations que ce soit. Autant dire que le train de la démocratie piloté par le Général a démarré et rien ne pourra l’arrêter. Ceux qui ne sont pas encore à bord ont tout intérêt à le prendre en marche parce qu’il n’attendra pas. Et gare à ceux qui se mettront au travers de son chemin.

Bangaly Condé « Malbanga »
Pour radio-kankan.com