Telly Diallo le Trésorier de la CENI : l’enseignant en sciences sociales qui gère près de 500 000 000 000 FG de budget de la CENI

Ces derniers temps, après avoir pointé plusieurs fois la partialité de la CENI lors du 1er tour, l’Alliance Arc-en-ciel traite l’institution électorale nationale de tous les noms d’oiseau.

Pour comprendre le pourquoi des nombreuses balourdises de la CENI dans cette élection, nous nous sommes intéressés à un point non moins important, à savoir la qualité de ses ressources humaines.

La 1re partie de cette enquête est tombée sur le Trésorier de la CENI, l’homme qui a la haute main sur des centaines de milliards de la CENI, Telly Diallo. Ainsi, on a découvert un véritable pot-aux-roses. On a découvert un homme qui ne possède aucune qualification académique pour diriger la grosse machine financière de la CENI.

En effet, il n’est ni comptable, ni financier. Il n’est même pas sociologue comme il le faisait passer avant qu’il ne se « transforme » en Inspecteur des services financiers et comptables (ISFC) à partir de la Fonction publique (qui est fou ?) pour se bombarder, avec la complicité de Ben Sékou Sylla, Trésorier de la CENI. Il a juste fait des études de sciences sociales a l’université, ce qui le destinait en principe a l’enseignement.

Pour preuve de cette incompétence, chaque fois qu’il affecte de l’argent dans une rubrique, à un poste, à une mission, il arrive que le montant est en excès ou insuffisant.

Malheureusement, l’ancien employé de l’Office national de la formation, professionnelle et du perfectionnement (ONFPP) est tellement nul en comptabilité qu’on a dû recruter un assistant, un certain Kouyate, qui assume aujourd’hui tout le boulot pendant que notre « expert » récolte les lauriers.

Ce qui est choquant dans cette affaire, c’est que non seulement notre Telly est royalement payé à la CENI contre un rendement dérisoire, mais il continue d’être le percepteur du Fonds national pour la qualification professionnelle à l’ONFPP. Il se fait payer donc deux fois dans les ressources du contribuable.

Ce qui est pire dans cette affaire, c’est que notre Telly n’est pas seul dans cette situation d’incompétence notoire. On peut citer aussi celui du Chargé des opérations Pathé Dieng dont la distribution spatiale des bureaux de vote a été piètre et révoltant. Il a éloigné la plupart des bureaux de vote des citoyens et des communautés, empêchant plus de 2 000 000 d’électeurs sur 4 000 000 de voter.

Aussi, la fois dernière, dans un débat contradictoire avec Mamady Mara du Cercle scientifique, animé par Kaba Conde, parlant des listes, il insistait toujours a parler de liste provisoire. Ce que l’autre a contredit, en lui disant que « nous avons déjà fait le 1er tour et on passe au second. Tu ne peux plus parler de liste provisoire ».

Quant à Thierno Saïdou Bayo, alors que ces dernières années le pays foisonne de spécialistes en communication et en journalisme de tout genre, sur la base critères que seule la CENI connaît, on a confié ce secteur stratégique à un beau parleur doublé d’un menteur de bas étage.

Aujourd’hui, comme un leitmotiv, on ne parle que d’audit de la CENI. Mais en Guinée, quand on parle d’audit, on ne pense qu’a l’audit financier. Il faut que l’on y intègre l’audit des ressources humaines, et ainsi, on espère, on saura jusqu’où le mal est profond.

Oumar Kaba
Source : Echodeguinée.com