BDTIL y a un adage qui dit : «qui a déjà volé un poulet volera un bœuf »
Que dira t-on donc de celui qui a déjà volé un bœuf ?
Telle est la question que nous nous posons en ce qui concerne l’exclusivité de l’organisation des Elections réservée à la CENI.
Quand on regarde ce qui s’est passé au premier tour, où les voix de 3.800.000(trois millions huit cent mille) électeurs ont été jetés à la poubelle sur 4,6 millions de votants, le débat sur cette « Exclusivité » de vient absurde. Les Electeurs n’ont plus confiance à ce club d’inconscients qui n’ont pas hésité à voler la victoire du Peuple.
Ces « Communautaires » sont venus dans l’arène électorale à dos de chameaux d’origine douteuse qu’ils appellent Constitution, poussant des éléments corrompus de la CENI, des bœufs volés à la Conscience nationale, avec l’intention de tromper le Peuple.
Se servant de l’Esprit d’une Mission dont seuls ils connaissent l’Ecriture, à coups de canons médiatiques, ils veulent empêcher les Partis Politiques de connaitre le fonds de leur feuille de route, les obligeant de se contenter de la forme. Parce qu’ils sont les seuls capables de réfléchir.
Ainsi les Partis Politiques n’ont pas le Droit :
De connaitre le fichier électoral ;
Participer au découpage électoral ;
D’aider le personnel de la CENI : Refus de la CENI de permettre aux Partis Politiques de participer au contrôle des Urnes, de participer au comptage et à la proclamation des résultats du scrutin bureaux par bureaux et à la Centralisation des résultats.
Pourtant elle ne compte que 25 membres pour plus de 8000 circonscriptions électorales.
Nous voyons clairement que même s’ils étaient tous déployés sur le terrain avec une bonne volonté ils ne pouvaient pas contrôler les 17 mille agents nécessaires au bon déroulement des Elections.
En plus forte raison avec des agents formés pour commettre des fraudes à l’échelle industrielle.
Malgré ce déficit en personnel, qualitativement et quantitativement, cette Organisation ne souhaite même pas l’apport du Gouvernement de Transition dont le rôle est de faciliter les Elections.
Pourtant le Gouvernement de Jean Marie Dore est un Gouvernement d’Union Nationale représentant les Partis Politiques, les syndicats et la Société Civile.
Donc partenaire naturel de la CENI. Ou définissez-nous leur rapport en la matière ???
Alors que sa crédibilité nous a fait frôler des troubles aux conséquences inimaginables au premier tour, la CENI continue de défier la logique. Composée à 97% du PUP et ses démembrements dont l’UFDG, elle nous dit que le MATAP du Gouvernement d’Union Nationale n’a pas le Droit :
1.) de vérifier le fichier électoral,
2.) D’Auditer le fichier informatique,
3.) D’aider à organiser les Elections à travers les Préfets et sous-préfets,
4.) De se poser des questions sur la crédibilité individuelle des membres de la CENI.
A t’elle peur du MATAP et pourquoi ?
N’a t’elle pas confiance aux capacités du MATAP et pourquoi ?
Sont-ils les seules intelligences à comprendre les enjeux de cette élection ?
De qui se moque t-on ?
Pourquoi ferrons-nous confiance aux membres d’une CENI qui n’ont pas hésité à voler la Victoire du Peuple au premier tour ? Qui les empêchera de récidiver ?
Tout musulman qui jure la main sur le Coran à propos d’une chose spécifique et qui ment en suite, mentira pendant tout le reste de sa vie à propos de cette chose.
Tout musulman qui jure la main sur le Coran et qui trahit en suite, trahira pendant tout le reste de sa vie et finira dans la honte.
La Bible vous dira la même chose. Ceux qui ont mis leurs mains sur des écritures Sacrées et qui ont ensuite trahi la Confiance d’un Peuple, trahiront ce Peuple pendant toute leur vie.
Nous ne vous apprenons rien. Les membres de la CENI ont mis leurs mains sur les Livres Sacrés pour jurer. Ils ont ensuite menti et trahi .Ils mentiront toute leur vie et ils trahiront le Peuple à chaque fois que l’occasion se présentera. Ils trahiront au 2ème tour.
Dans ces conditions dites nous comment évitera t-on la révolte après la proclamation des résultats ?
Pourquoi ne pas nous battre pour le meilleur, si nous pouvons éviter le pire ?
C’est pourquoi l’implication du MATAP devient un impératif pour le bon déroulement des Elections. Il est exclu de faire confiance aux membres de la CENI, ils doivent être surveillés.
Si l’on ne peut faire confiance à un voleur de poulet, peut-on faire confiance à un voleur de bœufs ? Absolument non ! Rien n’arrêtera ceux qui n’ont pas eu honte de voler le Peuple.
Entre la CENI et les Electeurs, la confiance est exclue. Il faut les mettre sous surveillance.
Et pour être efficace un contrôle préventif est nécessaire et obligatoire.
Il faudrait obligatoirement auditer le fichier informatique et la liste électorale en plus de l’augmentation qualitative et quantitative du personnel nécessaire à la surveillance des urnes et des bureaux de vote, avec la participation des membres de l’Arc-en-ciel et de l’UFDG et le fichier informatique cogérer par le MATAP.
On nous parle de Constitution. Qui a besoin d’une Constitution qui garantirait la fraude électorale ? Voler la Victoire du Peuple est-il Constitutionnel ? Soyons réalistes !
L’Arc –en ciel a peur de la CENI ; les Autres ont peur du MATAP.
Alors nous disons qu’il faudrait l’implication des deux pour établir l’équilibre de la « TERREUR » comme une force de dissuasion contre les fraudeurs, pour éviter des lendemains douloureux à notre pays.
Nous ne voulons ni le syndrome Kenyan, ni le syndrome ivoirien.
Nous voulons la Paix après les Elections.
Nous restons déterminés à ne pas accepter par un Président calamiteusement élu.
Sans transparence, nous rendrons la Guinée ingouvernable !
Que les « Communautaristes » soient certains d’une chose :
« Ma tribu ne sera pas l’esclave de ton Clan. »
Nous ne céderons que devant la République, émanation de la Volonté du Peuple.
Ce message est clair et limpide. Tant pis pour ceux qui refusent de comprendre.
Pour les générations à venir, nous nous battons plus pour une République Démocratique que pour un Président de la République. Et pour cela nous irons jusqu’au bout.
Vous avez les fichiers informatiques, nous avons la Rue !
A bon entendeur salut !

Ben Daouda Toure.

Source : Zaley.info