Ces questions, en parcourant les écrits de certains internautes dont les prises de position affichent clairement leur appartenance politique et ethnique, torturent les méninges. Ils proclament déjà avec une légèreté teintée d’imbécillité la victoire du leader et candidat du RPG, le professeur Alpha Condé. Se laissant aller dans des affirmations et accusations gratuites, ils insinuent, sans fournir le moindre commencement du début d’une preuve, des accointances imaginaires entre le président de la Transition, le général Sékouba Konaté, la France, son ministre des affaires étrangères, M. Bernard Kouchner et le professeur Condé. Même l’armée guinéenne dans cette folle et idiote avanie est traînée dans la boue pour son supposé soutien au candidat du RPG. Quand d’aucuns, comme les partisans de M. Cellou Dalein Diallo et M. Lansana Kouyaté, crient sur tous les toits que le général Konaté et M. Kouchner ont déjà monté la stratégie de fraude électorale en faveur du professeur Condé, d’autres, dont les adeptes de Sidya Touré, fabriquent ces rumeurs et les imputent au RPG. En réalité, tout comme Cellou Dalein Diallo, Lansana Kouyaté et autres, c’est bien le général Sékouba Konaté que le nain politique Sidya Touré met en cause. Mais la lâcheté et le manque de courage qui le caractérise l’empêchent de s’assumer. En faisant écrire par sa cellule de communication des rumeurs mensongères fabriquées dans sa tête, que nul n’a entendues ni de la bouche du leader du RPG ni dans aucun milieu de ce parti encore moins dans un meeting, et selon lesquelles lui Sidya Touré et son parti ont rallié le professeur Alpha Condé ou que ce dernier se targuerait des soutiens de la France et du général Sékouba Konaté, le candidat de l’UFR joue petit à la mesure de sa taille, discrédite sa candidature et se présente indigne à gouverner la Guinée.

Quelle assurance voudraient-ils encore obtenir du général Sékouba Konaté, après tout ce que ce dernier a fait pour garantir l’égalité des chances entre les candidats et donner la possibilité aux guinéens – surtout aux cadres de l’administration - de militer sans risques de représailles administratives dans le parti de leur choix et de voter, le moment venu, librement pour qui ils voudraient ? N’est-ce pas lui et lui seul qui a arraché l’accord politique global d'Ouagadougou ?

C’est bien sûr le même général Sékouba Konaté qui a favorisé le retour de ces leaders politiques. Ne se la coulaient-ils pas douce tous en occident, loin de leurs militants blessés et abandonnés dans les hôpitaux de la capitale ? N’avaient-ils pas, par peur de Dadis, déjà opté pour l’exil depuis la répression sanglante du 28 septembre 2009 ? Il a bien fallu le réflexe patriotique du général Konaté pour sauver le pays, assurer la sécurité de chacun des leaders politiques et les inviter à conquérir démocratiquement le pouvoir? Que doit-il faire de plus ou quel nouvel effort attendent-ils de lui pour qu’il soit reconnu et traité objectivement et convenablement ? Qu’il s’engage à soutenir Cellou Dalein Diallo, Lansana Kouyaté ou qu’il appelle à voter Sidya Touré ?

Comme disait François Mitterrand en parlant de Jacques Delors, Sidya Touré, Lansana Kouyaté et autres voudraient-ils être nommés président de la République que d’être confrontés au suffrage des guinéens ? Peine perdue. Le général Konaté, militaire lucide, avisé et aguerri, ne tombera jamais dans ce piège. Sa neutralité affichée qui l’a poussé à fermer les yeux sur les crimes économiques commis contre la Guinée par certains prédateurs prétendants et permettre à tout le monde de briguer le suffrage des électeurs ne saute qu’aux yeux des fanatiques de mauvaise foi et mal intentionnés qui ont peur de la sanction que les guinéens s’apprêtent à infliger aux candidats pilleurs qui ont osé pousser le mépris à leur égard jusqu’à vouloir présider aux destinées d’un pays agenouillé par leurs gestions scandaleuses. Le combat se fera sur le terrain, sur l’étendue du territoire national guinéen, pas dans un camp militaire ni au palais du général Konaté, encore moins en France.

Alors qu’ils savent cette inflexible position du président de la transition, pourquoi alors tous ces bruits, ces diffamations, bassesses et attaques contre un candidat qui perd du terrain ? Ne serait-il pas alors raisonnable de laisser le suffrage des guinéens s’exprimer et prouver par leur vote qu’ils rejettent ou adoptent un candidat. Qu’ils veillent à la transparence du scrutin est tout à l’honneur des candidats. Mais, vociférer partout en accusant, avant le coup d’envoi, l’arbitre de partialité est lugubre. A vrai dire, Sidya Touré, Lansana Kouyaté sentent et voient déjà l’échec de la politique du salon, de l’arrogance, de la suffisance et de la malhonnêteté.

Il se développent aussi sur les sites ethniquement favorables à Cellou Dalein Diallo, notamment guieaforum, guineepresse, infoguinee, neoleadership, des attaques infamantes contre des cadres qui ont librement et consciemment décidé de soutenir la candidature du professeur Alpha Condé. Kiridi Bangoura notamment et d’autres sont traités de tous les noms d’oiseaux et accusés de tous les pêchés d’Israël. Que reprochent-ils à Alpha Condé ? N’a-t-il pas droit au soutien de ceux qui croient en lui, en ses idées, aussi communisantes soient-elles ? Tous ces sites qui se sont réunis dans un front ethnique ont la funeste particularité de cicatriser tous ceux qui ne s’affichent pas comme pro-Dalein, leur candidat désigné. Peul ou non, malheur à celui qui se démarquerait de Cellou Dalein Diallo. Bah Ousmane continue d’en faire les frais pour ne pas avoir cédé sur un plateau d’or la présidence de l’UPR à Cellou Dalein. Vous êtes encensé, flatté, couvert de toutes les vertus à partir du moment que vous choisissez de jouer Cellou Dalein. Pour avoir fondé son parti et demandé l’audit des anciens dirigeants candidats à la présidentielle, on s’en prend vertement à Kassory Fofana, livré comme le plus gros voleur de la République. Le fait d’avoir opté pour Alpha Condé vaut aujourd’hui à Kiridi Bangoura toutes sortes d’injures de la part de ces extrémistes ethnocentristes congénitalement malades. Si Kiridi Bangoura a été loyal et s’est battu en faveur du régime du général Lansana Conté, c’est bien Cellou Dalein Diallo qui en a récolté tous les fruits de ce pouvoir pour avoir géré pendant dix ans les secteurs économiques et finir comme Premier ministre. Kiridi a été ministre entre 2004 et 2007, Cellou Dalein de 1996 à 2006. Est-ce juste et honnête dans ce cas, Dr Diallo de guineaforum, Thierno Diallo de guineepresse, de caricaturer Kiridi Bangoura comme démon et couvrir Cellou Dalein Diallo de vertus quand vous évoquez le régime de Conté ?

Avez-vous la mémoire si courte pour oublier que Cellou Dalein Diallo, pour ses intérêts ministériels, s’était investit à coup d’argent et de bâtons pour le PUP et Lansana Conté au Foutah contre l’UPR et l’UFDG ?

Est-ce honnête de flétrir Kassory Fofana (ministre entre 1996 et 2000) et d’épargner Cellou Dalein Diallo (ministre de 1996 à 2004 et Premier ministre de 2004 à 2006) du même régime. Ce deux poids deux mesures, n’est dicté que par des considérations bassement ethniques en faveur de Cellou Dalein Diallo. Mais, les guinéens d’autres ethnies ne sont pas dupes et voient clairement vos prises de position rétrogrades et bêtement ethniques. Etes vous seulement conscients du mauvais service que vous rendez à celui que vous voulez protéger par le simple fait qu’il serait votre parent ?

Vous qui avez traîné Lansana Kouyaté dans la boue pour avoir rénové la résidence que l’Etat avait mise à sa disposition en tant que Premier ministre, pourquoi manquez-vous d’intransigeance à l’égard de Cellou Dalein Diallo qui a profité de sa position pour se faire vendre une maison ministérielle ? Un batiment qu’avaient occupé avant lui des personnalités si influentes comme Fodéba Kéita, Lansana Diané, sous la première République, René Alseny Gomez, Facinet Touré, sous la deuxième République. Ces hommes étaient trop puissants à leur époque pour obtenir tout ce qu’ils voudraient. N’auraient-ils pas eu envie de garder quand ils l’occupaient cette résidence ? Ils savaient simplement que le bien de l’état est sacré et personne ne doit profiter de son rang social pour s’en accaparer. Et c’est ce que Dalein a fait. Mais, vous refusez, au nom d’une flagrante ethno-stratégie que le monde entier observe chez vous, de voir cet abus de biens sociaux, ce détournement de domaines publics, ce vol national chez votre parent Dalein Diallo. Et vous voulez donner des leçons de moralité aux autres pour la simple raison qu’ils refusent de voir la Guinée sous le prisme ethno dangereux qui vous aveugle. Je ne voudrais pas trop m’acharner sur les scandales de Cellou Diallo, mais sachez que comme vous il n’est pas si intelligent. Dans le scandale de la vente d’Air Guinée, il vient de fournir des explications trop malhonnêtes pour se disculper. Personne ne croit en sa version puisqu’il a été au centre de cette transaction scandaleuse contre l’opposition des travailleurs d’Air Guinée, mais qu’à cela ne tienne, et après avoir mis toute la responsabilité sur la tête des autres, il était loin d’imaginer se trahir quand il a dit "Ils ont fait la convention, je l’ai signée’’, ce n’est rien d’autre qu’un aveu. En s’efforçant de croire et de se limiter uniquement en cette version de l’ancien ministre des transports, pourquoi ces moralisateurs ne cherchent-ils pas au moins à savoir pourquoi un ministre peut-il atteindre un tel degré d’irresponsabilité jusqu’à signer un acte, préparé ailleurs loin de ses services, bradant un patrimoine national si économiquement et socialement utile comme la compagnie nationale Air-Guinée ?

Alors, pourquoi avez-vous accepté, M. Cellou Dalein Diallo, de signer cette convention avec le groupe futurelec, alors que vous saviez pertinemment que la société de Mamadou Sylla n’avait ni l’expertise ni l’assise financière qu’il fallait pour gérer et entretenir Air Guinée ? Pour plaire à Conté ? Pour ne pas être limogé ? Pour des commissions ?

Si vous êtes honnêtes, Dr Diallo de guinea-forum, Thierno Diallo de guineepresse et consorts ethno, avouez que ces actes sont indignes d’un candidat à la présidentielle. Vous savez quel sort est réservé à des ministres et hauts cadres qui se livreraient à de telles indélicatesses dans d’autres pays : Mis en examen, poursuites judiciaires, condamnation et inéligibilité. Animés et aveuglés par le sentiment outrancièrement ethnique, vous fermez les yeux dessus pour vous en prendre aux cadres d’autres régions guinéennes pour avoir fait un choix contraire à votre obscurantisme ethnique.

Kiridi Bangoura, qui est l’une de vos cibles ethniques aujourd’hui, a été plus utile que vous pour les populations du Foutah. Responsable d’une ONG international "Aide et Action", il a recherché et mobilisé des ressources qui ont servi aux financements de salles de classes dans plusieurs préfectures de la Moyenne Guinée et dans lesquelles ont étudié et continuent d’étudier des enfants et jeunes que vous tentez d’embrigader dans votre stratégie ethnocentrique. Dans l’administration, il a initié, conçu et veiller à l’exécution des projets de développement communautaires notamment dans plusieurs localités du Foutah. Allez sur le terrain et demandez aux paysans quels bénéfices tirent-ils de ces projets aujourd’hui, quels impacts ont-ils eu sur leurs revenus. Vous saurez alors que dans la région dont vous vous réclamez, Kiridi Bangoura a laissé plus de traces que vous et votre mentor Cellou Dalein réunis. Est-ce avec de telles actions réalisées, on peut taxer Kiridi Bangoura d’être contre le Foutah ?

Pourquoi alors Cellou Dalein Diallo, avec les casseroles qu’il traîne, aurait droit de présider un parti, briguer le suffrage des guinéens, et interdire à Kiridi Bangoura, qui a contribué à l’épanouissement socio-économique des localités guinéennes, celui de militer conformément à ses convictions ?

Vous êtes des dangers pour l’unité nationale mais aussi pour la démocratie. Pourquoi voulez-vous faire à leur place le choix pour Kiridi Bangoura et autres cadres de la Basse Guinée?

Vous ne trompez personne sur vos préférences pour Cellou Dalein en ajoutant les noms de candidats comme Lansana Kouyaté, Kassory Fofana, François Fall, Ousmane Kaba (que vous avez toujours combattus ) sur la liste des recommandations que vous faites à ces cadres.

Que n’avez-vous pas entrepris pour salir Lansana Kouyaté et anéantir les actions de son gouvernement ? Que ne faites vous pas aujourd’hui contre l’image de Kassory Fofana ?

N’avez-vous pas œuvré pour tromper l’union européenne en présentant Dr Ousmane Kaba comme membre du CNDD et le faire inscrire sur la liste des personnalités guinéennes sanctionnées, son seul crime ayant été d’avoir accepté de conduire les audits dont les conclusions auraient été fatales pour votre candidat ?

Kiridi Bangoura est suffisamment averti pour savoir faire son choix. Ce sont justement vos penchants ethniques trop poussés que les guinéens refusent de suivre et que les cadres refusent de suivre. Il a fait le choix d’un homme et d’un programme auxquels il croit. Malgré toutes vos bêtises, Cellou Dalein Diallo n’incarne pas le Foutah, et le fait que des cadres ne croient pas en lui n’est en rien synonyme chez eux d’une attitude adoptée contre le Foutah. Ni Kiridi Bangoura ni aucun guinéen ne se laisseront influencer par vos injures aveuglement ethniques, et finalement destructives pour votre candidat : Cellou Dalein Diallo. Au contraire, c’est bien lui Cellou Dalein Diallo qui a trahi le général Lansana Conté et le PUP, en décidant de lancer son dévolu sur un parti dirigé par un ressortissant du Foutah, qui a fait preuve de régionalisme et de sectarisme. Sinon et s’il voulait être un leader politique national et non régionaliste, pourquoi n’a-t-il voulu rester au PUP, sous le couvert duquel il a fait carrière, fortune et s’est fait un nom, créé son propre parti, adhérer à un parti dirigé par un guinéen non ressortissant du Foutah, que de s’acharner à prendre la présidence de l’UPR ou de l’UFDG ? Ce qui est démocratiquement parlant, un mépris pour ceux qu’il a combattus pour préserver ses intérêts personnels.

Les guinéens sachant qui est qui, feront tranquillement leur choix, le 27 juin 2010, en se fondant sur la capacité, la moralité, l’intégrité des candidats. Sur cette base, aucun candidat n’est encore élu, tous partent sur le même pied d’égalité. Même si le retour triomphal d’Alpha Condé fait perdre le sommeil à certains de ses concurrents, ce sont bien ces guinéens parmi tant d’autres qui éliront leur président de la République. Ce n’est ni la France, ni le général Sékouba Konaté qui leur indiqueront le choix à faire.

Quant à vous, les chantres de la stratégie ethnique, il n’est pas encore tard pour sortir du sectarisme et intégrer la République.

Mohamed Soumah

E-mail: Ousmane-62@hotmail.com

Source : Guinee24