rabySuite à la rencontre qui a eue lieu entre le président par intérim, Sékouba Konaté et le premier ministre, Jean Marie Doré, le ministre secrétaire général de la présidence de la république a été mandaté par Sékouba Konaté pour écrire au CNT. Il n’en fallait pas plus pour que des rumeurs courent pour prendre le premier ministre d’obstacle à la transition. Alors que les termes de référence du conseil extraordinaire des ministres restent clairs pour la suite des événements. Guineelive vous propose alors la lettre adressée par la présidente du CNT. Et si vous rétrouvez le nom du premier ministre, informez nous.

A Monsieur le ministre secrétaire général de la Présidence de la République
Objet : Votre lettre n°0222/PRG/SGP/SP du 22 avril 2010
Monsieur le Secrétaire général,
J’accuse réception de votre correspondance n°0222/PRG/SGP/SP en date du 22 avril 2010, reçue en mon cabinet le samedi 24 avril 2010, transmettant un projet d’ordonnance portant Attributions et Composition du Conseil National de la Transition (CNT).
Le document que vous me soumettez pour observations laisse paraître que vous avez décidé délibérément d’ignorer le Projet d’Ordonnance que le CNT a adopté en sa séance plénière du 20 mars 2010. Je m’attendais plutôt à recevoir vos observations accompagnées d’un exposé des motifs et non un contre-projet, en dépit du temps écoulé.
Je relève aussi que le texte que vous me faites parvenir s’écarte curieusement et à mon grand étonnement des termes mêmes de la lettre de mission de son Excellence Monsieur le Président de la République par intérim. Je tiens à vous faire remarquer que le Projet d’Ordonnance du CNT a repris en son article 1er, alinéa 2 lesdits termes.
‘’Le Conseil National de Transition (CNT), créé par l’Ordonnance n°001/PRG/CNDD/SGPRG/2010 du 9 février 2010, est un organe politique délibérant…’’
A ce sujet, je voudrais rappeler que, comme l’avait précisé Son Excellence Monsieur le Président de la République par intérim, le CNT qui réunit toutes les composantes politiques et sociales de la Nation, jouit d’une légitimité incontestée et incontestable.
Je vous signale, à ce propos, que l’ANR, la dernière composante politique a rejoint le CNT le 15 avril 2010.
L’article 6 de votre projet s’inscrit dans votre logique d’ignorer les travaux du CNT et de lui dicter une nouvelle ligne en contradiction flagrante avec l’article 1er, alinéa 1er de votre projet qui reprend si opportunément les termes du point 4 de l’Accord politique de Ouagadougou qui reconnaît au CNT son Statut d’organe politique délibérant.
Dans le discours d’investiture du CNT prononcé le 13 Mars 2010, Son Excellence Monsieur le Président de la République par intérim déclare , citation : ‘’ Le CNT a pour vocation première et essentielle de créer une base légale pour l’organisation d’élections libres, transparentes et équitable… Il vous appartient dans les meilleurs délais de doter notre pays d’une Constitution, qui , pour une fois, ne soit ni de circonstance, ni dictée par des intérêts partisans, mais une constitution qui sera l’expression la plus achevée possible de la volonté et l’aspiration du peuple souverain de Guinée.’’
Votre projet ignore ce discours et soulève des problèmes insolites par rapport aux engagements présidentiels sur l’organisation des élections dans les délais déjà publiés.
Dans tous les cas, il appartient au Président de la République par intérim, et à lui seul, de décider de l’opportunité d’organiser ou non un référendum.
Je voudrais préciser que les textes soumis par le CNT ne sont pas des avant-projets, dès lors qu’ils ont été adoptés à la majorité des ¾ de ses membres.
En conséquence, je vous demande de bien vouloir soumettre à la signature de Son Excellence Monsieur le Président de la République par intérim, le projet d’ordonnance tel qu’adopté par le CNT et qui vous est parvenu depuis le 20 mars 2010.
Je vous serai reconnaissante de la diligence avec laquelle vous y procéderez dans les mêmes délais que vous avez indiqués, c’est-à-dire au plus tard le 27 avril 2010. Je considère, en ce qui concerne le CNT, que le débat est clos sur les textes qu’il a adoptés selon la procédure d’Assemblée délibérante, à savoir le Règlement intérieur, l’Ordonnance portant attribution et composition du CNT, les projets de Constitution et Code électoral.
Recevez, Monsieur le Ministre, l’expression de mes salutations.
PJ : La lettre de mission du CNT
Le Discours d’investiture du CNT de Monsieur le Président de la République.
La Présidente
Hadja Rabiatou Serah DIALLO

Guineelive