Le gouvernement d’union national de transition a appelé on le sait à la poursuite des audits de façon légale pour rétablir l’état dans ses droits. De retour au pays après un séjour doré à Paris, le général Sékouba Konaté ne semble pas l’entendre de cette oreille. Il veut aller aux élections. Et  c’est tout.

Selon les indiscrétions en provenances des proches qui ont assisté à la rencontre entre M.Doré et le général Konaté, le président par intérim n’a pas apprécié que des prédateurs de l’économie nationale soient convoqués par les autorités judiciaires du pays pour qu’ils s’expliquent sur leur passé peu glorieux. C’est le cas de l’ancien premier ministre qui s’est reconverti en politique depuis sa disgrâce avec la mention « faute lourde » du président défunt.

Nous voulons nommer, le président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo. Sa convocation le 2 avril dernier n’a pas été appréciée par l’homme fort de la villa des nations du Kaloum. « Il faut organiser les élections, ceux qui viendront après nous s’occuperont des audits », aurait lâché le général Konaté d’un ton ferme.

Mais selon la même source, c’est sans compter la franchisse  et la détermination de Jean Marie Doré qui a aussitôt déclaré « il sera irresponsable de notre part M.le président de livrer la guinée pied et main nue à ceux qui ont contribué à sa paupérisation, l’histoire va nous condamner ».

Pour Jean Marie Doré, il n’est pas question de convoquer certains guinéens et laisser d’autres, a ajouté le premier ministre de transition, devant témoin.

Et selon la même source, Doré a quitté Konaté sans  que le président de la transition ne l’arrache  l’assurance que les audits ne seront pas poursuivis. Comme pour dire que ça va barder. Et c’est tant mieux pour le pays.

Aux dernières nouvelles, le premier ministre va animer une conférence de presse demain vendredi à 11 heures à la primature. Histoire sans doute de mettre les pendules à l’heure. Nous y reviendrons.

Mohamed Soumah

Source : Guineelive