zaley_KONIAC’est bien avec tristesse, mais surtout avec une très grande honte que nous apprenons dans les médias du monde entier qu'il ya un conflit inter ethniques chez nous entre les frères Kpèlès et Konians.

Nous en sommes frustrés, car nous avions pensé que notre communauté avait tiré les leçons de ce genre de situation que nous avons connue dans le passé et que plus jamais cela ne devait se répéter; car les deux groupes sociaux concernés sont des frères qui ont un passé indissociable, et vivant sur la même terre depuis toujours.
Nous condamnons ces affrontements et demandons incessamment aux sages des deux groupes de ramener les jeunes aux meilleurs sentiments; une telle situation ne peut que porter préjudice à la paix que nous recherchons tant.
Regardons un peu dans l’histoire récente de notre région; avons nous déjà oublié le tort qu’un tel affrontement nous a causé dans un passé récent?

Chers frères, nous ne voulons donner de leçon à personne, mais nous devons tous comprendre que la Guinée forestière est une puissance cosmopolite où vit une multitude de cultures depuis des centenaires. Pour le bien être de tous donc, nous devons être tolérants; nous devons nous respecter et respecter surtout nos cultures, nos coutumes, nos traditions et nos croyances; facteur indispensable pour une paix durable.
Frères musulmans et chrétiens de N’zérékoré, nous devons combattre l’extrémisme de nos rangs et dans nos comportements, et nous accepter dans notre divergence culturelle. Le Konian et le Kpèlè sont comme deux poumons dans un même corps. Nous sommes des frères liés par la terre, souvent par le sang, par le mariage et par l’amitié. Combien d’entre nous ont des cousins, oncles, tantes, grands pères ou grands mères Konians ou vis versa? Dans ces conditions, peut-on réellement faire une différence entre Kpèlè et Konia ? Nous, nous disons non. Et la religion ne devrait en aucun cas être notre point de discorde; car que ça soit à la mosquée soit à l’église, nous implorons le même Seigneur QUE NOUS APPELLONS TOUS ALLAH

Konian et Kpèlè sont des frères qui sont condamnés à vivre ensemble, nous sommes tous forestiers appartenant souvent aux mêmes ancêtres; l’histoire le dit et le démontre. Nous ne devons pas céder aux agissements de nos extrémistes, car il y en a dans les deux camps. Nous devons tous les combattre afin que nous puissions vivre en harmonie dans la grande famille forestière.
Nous devons cesser de donner un caractère religieux ou ethnique à nos petits conflits, car souvent les conflits entre religions ou ethnies causent des situations peu désirables. Nous devons savoir traiter nos différends sans les voir sous l’angle ethnique ou religieux. Nous n’avons aucun intérêt à allumer le feu qui nous consumera tous. Nous devons construire la confiance et la paix entre nous pour vivre en harmonie. Croyez en, que si nous nous respectons mutuellement, le voisinage devient facile, nos relations multiculturelles se renforcent au bénéfice de tous.
Nous lançons donc un appel urgent aux cultes des deux confessions en conflit, aux hommes de Dieu, aux hommes de bonne volonté, à la jeunesse des deux communautés, aux autres coordinations de la région forestière de s’impliquer pour non seulement trouver une solution immédiate au conflit, mais et surtout mettre des garants pour que plus jamais, nous plongeons dans une telle situation.
Chers frères Kpèlès et Konians, nous devons définitivement enterrer la hache de guerre, et se donner la main pour une forêt unie. Notre division pour quel que motif que ce soit, ne fera que nous affaiblir. La forêt est un grand et puissant Peuple; mais notre grandeur et notre force résident dans notre union. Donc réveillons-nous chers frères et surpassons nos petites mesquineries.

Par ailleurs, nous voudrions attirer l’attention de toute la communauté forestière sur le danger de la division et la menace que représente pour notre avenir, la monté des extrémistes. (BBJN). Car c'est bien ces extrémistes que les affamés du pouvoir recrutent pour créer la division au sein de nos communes villageoises afin d'assouvir leurs sales besognes. Les mêmes qui nous ont dressé les uns contre les autres dans le passé, sont toujours aux aguets; ces vautours chercheront par tous les moyens à nous opposer pour mieux nous utiliser comme ils en ont l’habitude. Nous devons désormais faire front commun contre ces gens qui ne pensent à nous que lorsqu'ils ont besoin de nos voix pour se faire élire. Nous sommes un grand peuple et nous devons le leur faire savoir. Nous devons plus que jamais être vigilants et unis, car comme nous le disions plus haut, seule notre union fera de nous une entité forte et respectable. Nous devons éviter de nous faire piéger par ces petits esprits malins qui ne cherchent qu’à nous utiliser pour leur causes. Ils sont en chemin, ces politiciens mal intentionnés qui ne vivent que du malheur du peuple. Renforçons notre unité pour qu’on nous respecte. Refusons d’être la risée des autres, prenons conscience du fait que notre division ne profite qu’à ceux-là qui nous traitent de dociles. Refusons de nous entre-déchirer, construisons notre union.
Kpèlè et Konians, donnons nous la main pour porter très haut le drapeau de notre belle région. Faisons front commun. Nous sommes un et indivisible.

Vieux et Sages de la Guinée forestière, nous, vos enfants, toutes communautés confondues, vivant à l’extérieur, vous prions de mettre en valeur nos capacités socio-culturelles qui ont fait de la forêt la terre de tous. Nous voulons que vous mettiez en valeur les pactes que vous avez scellés avec vos frères venus de toutes parts et auxquels vous avez accordé terres et autres biens pour vivre ensemble. Nous voulons surtout savoir comment nos ancêtres résolvaient-ils les conflits sans s'entre tuer?
Pour terminer, nous prions toutes les bonnes volontés de bien vouloir être nos portes paroles auprès de toute la communauté forestière, pour qu'ensemble nous mettions définitivement fin aux hostilités qui pourraient porter préjudice à notre vie communautaire. Il est grand temps pour nous de s'unir et regarder dans la même direction pour le bonheur de notre région.

Association du Grand konia aux États unis et Canada.