<< Nous ne retenons pas Dadis Camara contre son gré >> Dixit le chef de la Diplômatie Burkinabé Mr Alain YODA

Dadis Camara, le chef de la junte guinéenne qui séjourne en ce moment au Burkina, est donc libre de quitter Ouagadougou quand il veut, si l’on s’en tient aux propos du ministre d’Etat burkinabè, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération régionale, Alain Bedouma Yoda. Ce dernier l’a clairement signifié ce mercredi 27 janvier 2010, pendant une conférence de presse sur le bilan 2009 de l’action diplomatique du Burkina Faso.

«Nous ne retenons pas Dadis Camara contre son gré!» Face aux journalistes qui cherchaient à connaître la durée du séjour du capitaine Moussa Dadis Camara à Ouagadougou et à comprendre les raisons de son arrivée précipitée, le chef de la diplomatie burkinabè s’est voulu clair. Pour Alain Yoda, il n’y a rien de plus normal que le Maroc fasse venir le président guinéen au Burkina Faso pour sa convalescence, puisque c’est Blaise Compaoré, le chef de l’Etat burkinabè, qui assure la médiation dans la crise guinéenne.

Et si le cas guinéen a quasiment monopolisé les débats lors de ce point de presse, le ministre en charge des Affaires étrangères a tout de même trouvé le temps de dresser le bilan de l’action diplomatique du Burkina Faso au cours de l’année 2009.

Ouverture de l’ambassade du Burkina Faso à Brasilia au Brésil, signature de deux compromis de saisine de

la Cour

internationale de justice à propos des différends frontaliers qui opposent le Burkina Faso au Niger et au Bénin, tenue du premier Conseil des ministres conjoint entre les gouvernements burkinabè et ivoirien, contribution du Burkina en tant que membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, à la résolution des conflits et la consolidation de la paix dans le monde…, le ministre d’Etat est convaincu que «le bilan diplomatique du Burkina Faso est très positif».

Source : Fasozine