fete_2octobre03<<  Les hommes passent, la nation reste et démeure  >>

Le président du CNDD, conseil national pour la démocratie et le développement, le Capitaine Moussa Dadis Camara et son ministre de la défense nationale et président par intérim, le général de brigade Sékouba Konaté se sont retrouvés pour le dernier round avant que ce dernier ne prenne l’avion pour Conakry en présence de la délégation conduite par le ministre secrétaire permanent du CNDD, le Colonel Moussa Kéita.
Et la presse militaire de la radiotélévision nationale qui était du voyage a ramené les images et le son  qui a été diffusé ce soir à 21 heures à l’intention des guinéens et des Conakrykas qui avaient la chance d’avoir le courant dans leurs foyers. Ils ont été émerveillés par le sens de l’amitié des deux hommes.

Pour commencer, le Capitaine Moussa Dadis Camara a pris la parole pour dire qu’il a connu Konaté bien avant la prise du pouvoir le 23 décembre 2008. Par conséquent, « je lui connais mieux que vous tous présents ici ». C’est pourquoi, a-t-il ajouté, j’ai toujours pris des décisions suivant ces conseils. Mieux dira le Capitaine Moussa Dadis Camara, « Les hommes passent, la nation reste et demeure ». Dadis reconnaîtra par la suite que beaucoup de personnes parmi eux ont fait des choses louches dans l’ombre.

Comme par le passé, l’homme fort du 23 décembre n’a rien perdu de sa fougue. Il a encore une fois mis l’accent sur le patriotisme, la sincérité et l’honnêteté dans tout ce que l’homme fait. Il a pour terminer, réitéré sa confiance à son ami et président par intérim pour la conduite des destinées de la nation.

Justement, ce dernier en prenant la parole a indiqué que deux jours après la prise du pouvoir par le CNDD, un hélicoptère est allé chercher ses parents dans son village pour Conakry. Ce qui était une première fois dans l’histoire de ce village.

Les sages selon Konaté ne lui ont conseillé que la fidélité « ne vous trahissez jamais  ». Avant de déclarer qu’il n’a jamais dit ça à son ami Capitaine Moussa Dadis Camara, ni à une autre personne sauf ce jour « mais je n’ai jamais oublié ce conseil des sages ».

Plus loin, Konaté estime qu’a un certain moment de la vie, il faut se dire la vérité. «  Aucun pays ne peut évoluer en vase clos », estime le président par intérim. Ce n’est pas tout car Konaté  affirme « Nous sommes rentrés par la grande porte, nous devons sortir par la grande porte ». Je dis ce que j’ai au cœur. Toutefois, je reste à ta disposition. « Ce que tu me dira de faire, je vais le faire, ce que tu ne me dira pas de faire, je ne le fera pas ».

C’est sur ces mots que le Capitaine Moussa Dadis Camara a serré la main aux hôtes venus de Conakry avant que ces derniers ne prennent l’avion pour Conakry en laissant Dadis dans sa villa dans la cité de Ouaga 2000.

Encore une fois, le général Sékouba Konaté a démontré le sens de l’amitié comme l’avais fait un certain Morifinyan Dioubaté à l’Almamy Samory Touré lors des moments de gloire et des jours sombres de ce dernier. Sacré Sékouba Konaté.

Almamy Kalla Conte

Source : Guineelive