BAlpha Conde au cœur d’une enquête criminelle.

Depuis deux semaines, les forces de l’ordre cherchent le Lieutenant Toumba sans succès. Selon ceux qui savent « tout », notre Lieutenant se promènerait entre le Camp Koundara et l’Ile de Kassa avec 300 hommes bien armés. (Trois cents militaires fugitifs bien armés qui se promènent dans une ville sans créer de paniques au sein de la population !) Paroles de parigots !!! Wallahi y a pas son deux !

Et maintenant que l’étau se resserre sur eux, ils font sortir Toumba de leur Radio et le pauvre accuse en pleurnichant. Rien de nouveau.
Histoire d’amuser la gallérie et brouiller les pistes.
Mais qui a réellement tiré sur Dadis ? La question reste posée.

Il a été rapporté dans presque tous les media, qu’après sa forfaiture, le Lieutenant Toumba à l’aide de son Talkie –Walkie a appelé certaines agences de presses pour dire « je viens de tuer le Président. »
Conspiration ou Acte isolé d’un soldat désespéré ?
Ce qu’il aurait ou n’aurait pas dit est important, mais comment a-t’il pu communiquer est encore plus important.

A) D’abord peut-on logiquement avouer un tel attentat au premier journaliste prit au hasard avec un Talkie-walkie ?
Pour communiquer avec un Talkie-Walkie il faut que les deux parties soient sur la même fréquence.
Toumba était le garde de corps du Président au moment des faits. C’est- à dire que son correspondant était soit branché sur la fréquence de la Sécurité Présidentielle, ou alors une autre fréquence avait été convenue par les deux parties.
Dans les deux cas la Communication ne pouvait avoir lieu sans un arrangement préalable.

B) A cet âge du téléphone portable quel journaliste avez-vous vu dans le monde se promener avec un tel machin ?
Avez-vous vu à Conakry, un correspondant de la BBC, RFI, RTG, France24 ou d’un autre media se promener avec un talkie walkie ?

C). Un Talkie-walkie peut bien être utilisé comme téléphone portable. Tout dépend des services des télécommunications. Ici il s’agirait des services de l’armée ou de Sotelgui.
Tout appel peut être tracé par les mêmes services.
L’appel de Toumba ne peut être tracé à partir de la Guinée, sinon on aurait repéré sa planque ou du moins déterminé le point d’émission.
Il n’a pas utilisé le canal des télécommunications ni de l’Armée, ni de Sotelgui avec son « Talkie-walkie ? » ???
Mais d’autres canaux de Communications. Offerts par qui ?
Une autre possibilité : L’appareil utilisé n’est pas enregistré en Guinée.
Conclusion : Toumba a bel et bien bénéficié de l’aide quelque part et sinon dans la panique avec plus d’une dizaine d’hommes armés, il n’aurait pas pu disparaître sur une presque-île et moins encore sur une île. C’est une Conspiration minutieusement préparée.
Selon nos sources 24 heures avant l’attentat, le Lieutenant Toumba est entré en contact avec ses commanditaires basés à Abidjan.
Il leur a précisé dans une brève conversation l’heure de l’attentat :
17 heures. La preuve existe. Mais Qui sont-ils ?

Les « coincidences » qui accusent.
« Il faut que l'on commence les actions sur le terrain comme en 2006-2007. Les représentants des Forces Vives sont partis de Ouaga avec la volonté de faire quitter Dadis par des actions sur le terrain et de renforcer la lutte au niveau international », a affirmé Alpha Condé, président du RPG et représentant du Forum des Forces Vives de Guinée. Il a ajouté, qu'« après la Tabaski, nous ferons ce qu'il faut pour que Dadis parte
Alors tenons nous prêts pour que dès que le mot d'ordre sera lancé, nous réagissions et agissions pour l'avenir de la Guinée !. »
Christelle Le Chat /Aminata.com. (Porte de Bagnolet 22 Novembre 2009)
26 Novembre 2009 Fête de Tabaski.
3 Décembre 2009, 6 jours après la Tabaski on tire sur Dadis.
Drôle de coincidence !

Jeune Afrique pointe le doigt :
« Guinée : les chefs de l'opposition se concertent à Paris.
Quelques heures avant qu’Aboubacar « Toumba » Diakité ne tire sur Moussa Dadis Camara, quatre leaders de l’opposition guinéenne s’étaient réunis pour discuter de la position des Forces vives sur la médiation conduite par Blaise Comparé. La rencontre a eu lieu le 3 décembre à la brasserie Lipp, dans le 6e arrondissement de Paris, avec la participation de Cellou Dalein Diallo, Sidya Touré, François Lonsény Fall et Alpha Condé. C’est ce dernier qui était à l’initiative du déjeuner. Si le Forum des forces vives, dirigé à Conakry par Jean-Marie Doré, souhaitait récuser le chef de l’État burkinabè, les trois anciens Premiers ministres et le chef du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG) ont estimé qu’il était préférable d’attendre ses nouvelles propositions, qui devraient être rendues publiques à la mi-décembre, avant d’envisager une telle hypothèse. Compte tenu de la situation à Conakry, rien ne presse. »
De quelle situation parlent-ils ? Quelle situation prévalait à Conakry pendant que Toumba tirait sur le Président? Savaient-ils mieux que Jean Marie Dore ce qui se passait à Conakry en ces moments précis ?
«Compte tenu de la situation à Conakry rien ne presse. » ??? .
Quelques HEURES avant l’attentat ,24 heures après le coup de fil de Toumba sur Abidjan ??? . C’est à-dire ???

Pourquoi deux jours seulement après l’attentat, alors que le principal coupable est toujours au large et que la situation à Conakry est toujours explosive, étaient-ils tous pressés pour aller au Cinéma de Kouchner à Ouaga ? Pour noyer le poisson ?
Avant tout c’est un Chef d’Etat qui a échappé à un attentat. SVP. !

Signalons que ce vous venez de lire n’est pas un extrait, c’est l’article entier. Jeune Afrique avait-il besoin de toutes ces précisions ou voulait-il accuser ? Un article d’un seul paragraphe pour souligner quoi ? « coïncidence. » ou accusation voilée ?
Dans tous les journaux, sur tous les Sites les mêmes noms reviennent avec Bernard Kouchner. Simples coïncidences ?

Avant la tentative d’assassinat du Président de la République, plusieurs petites déclarations, nous font penser que d’autres avaient déjà soupçonné de l’imminence d’un coup d’Etat.
Mamadou Sylla Futurec 2 jours avant la tragédie.
« Nous quittons les forces vives, nous sommes discriminés parce que nous ne voulons pas prendre le Pouvoir par la violence. Nous voulons la paix. Nous ne voulons pas de violence. »
Après l’attentat Bah Ousmane accuse :
"Aboubacar "Toumba" Diakité, n'est autre que le bras armé des narcotrafiquants, des prédateurs de l'économie qui ont peur des audits déclenchés par la junte et des responsables des tueries du 28 septembre", déclare l'ANR .L’Image ne peut pas être plus claire.

« Pour Dadis c’est fini nous ne discuterons plus avec lui, il partira très bientôt. » Alpha Conde après Ouagadougou 1er round .
Si vous recoupez toutes les accusations qui viennent de tous les Media africains et français, plus leurs propres déclarations publiques, il est certain que Cellou Dallein, François Fall, Sidya Touré et Alpha Conde sont impliqués dans ce complot contre la Guinée. Mais si vous ne voyez pas le doigt d’Alpha Conde sur la gâchette, alors le Lieutenant Toumba ne devrait pas être poursuivit . Ça serait injuste.

Toumba a pointé l’arme sur le Prési; Alpha a tiré sur Dadis .

Ben Daouda Toure

Source : Zaley.info